Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Instances

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 8 septembre 2022 : CTSD. Mesures d'ajustement de carte scolaire

Vendredi 18 novembre 2022 : CTSD. Bilan des ressources enseignante 1er degré et AESH - Rentrée 2022

Réunions d'information syndicale

Mercredi 9 novembre 2022 : Plessis-Robinson en présentiel

Mercredi 16 novembre 2022 : Visioconférence sur le mouvement interdépartemental

Mercredi 23 novembre 2022 : Boulogne-Billancourt en présentiel

Mercredi 30 novembre 2022 : Visioconférence sur l'entretien de direction

2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 08:29

Une auto célébration qui nuit à la qualité scientifique

 

L’étrangeté d’une évaluation bilan passée 5 mois avant la fin de l’année scolaire…. Le trou de 22% dans les remontées qui hypothèque les résultats d’une évaluation délibérément choisie comme massive plutôt que comme diagnostique à partir d’un échantillon…. La contradiction  entre une présentation graduée des résultats par le ministère et son interdiction dans la grille de correction imposée aux enseignants ….

Aucune de ces questions légitimes n’aura été évoquée dans la communication du ministère sur le « résultat » des évaluations CM2. Il est vrai que la célébration auto satisfaite d’une politique ministérielle aux effets non évalués (nouveaux programmes, aides individualisées, stages de remise à niveau) occupait la place principale.

Le SE-UNSA ne peut que déplorer cet exercice d’instrumentalisation d’une évaluation qui aurait pourtant pu alimenter des réflexions et actions pédagogiques importantes. Il aurait fallu pour cela que le ministère pratique la concertation et accepte de concevoir des outils adaptés et assortis d’un calendrier d’utilisation adéquat. Dans ce contexte, même si les résultats présentés apparaissent plutôt bons, le manque de crédibilité scientifique leur nuit.

Le SE-UNSA souhaite que de tels errements ne se reproduisent pas à l’avenir, à commencer par les évaluations CE1 à venir.

  

Luc Bérille, Secrétaire Général

Partager cet article
Repost0

commentaires