Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 8 octobre : CTSD. Bilan de la ressource enseignante 1er degré à la rentrée 2020

 

 

 

 

18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 15:52

La nouvelle carte académique

 

Dans l’académie de Versailles, l’éducation prioritaire est refondée autour de 96 collèges REP et REP+. Les cartes départementales ont été présentées lors de groupe de travail départementaux. Un comité technique académique aurait du se tenir sur ce sujet le 15 décembre. Suite au refus de la FSU et de la CGT de siéger de nombreuses questions restent sans réponse.

Pour le SE Unsa, la carte de l’éducation prioritaire n’est pas immuable et elle doit évoluer en restant destinée aux situations les plus difficiles. Du fait de l’empilement des dispositifs, les situations étaient d’une grande variété et souvent incohérentes. Par exemple, dans l’académie de Versailles, dans plus de 20 établissements en RRS mais non ZEP, les collègues ne percevaient pas de prime ZEP, d’autres n’étaient pas APV et ne donnaient pas droit aux points de bonification pour les mutations...

La réforme ne s’appliquera qu’à la rentrée 2015. Elle ne se fait pas à moyens constants, il y a bien des moyens supplémentaires. Dans les établissements REP+, les enseignants auront droit à une décharge horaire d’une heure trente et à une prime ZEP renforcée (+100%) ; dans les établissements REP, pas de décharge, mais une prime ZEP renforcée (+50%). Les enseignants du premier et second degré de 21 réseaux toucheront une prime ZEP renforcée alors qu’ils ne touchaient rien auparavant.(nouvelle carte)

A l’inverse, 11 établissements sortent de l’éducation prioritaire contre une seule entrée. Cette évolution doit se faire sur des critères solides pour être la plus juste possible. Quatre critères ont été retenus au niveau national pour le ministère : taux de CSP dévaforisées, taux de boursiers, taux de redoublants à l’entrée en sixième, part des élèves issus d’une zone urbaine sensible. Ces indices sont loin d’être d’une grande fiabilité et c’est pourquoi il a été demandé aux départements d’utiliser d’autres critères. Cependant, les critères utilisés dans les départements sont différents et il est donc impossible de distinguer une politique académique claire, pour une carte la plus juste possible. Pour ces réseaux, un contrat d’accompagnement sur plusieurs années est prévu avec un maintien des moyens. (liste des établissements sortants)

Concernant les mutations, le nouveau barème appliqué à l’éducation prioritaire est inacceptable en l’état.

Pour les écoles isolées, qui ont un profil "éducation prioritaire" sans être rattachées à un collège REP, il sera possible de changer leur collège de rattachement, ou bien de maintenir leurs moyens sans "labellisation".

Pour les lycées, il n’y aura pas de changement à la rentrée 2015, les 36 lycées en éducation prioritaire actuellement le resteront. Une nouvelle carte sera présentée au printemps... affaire à suivre donc.

Le SE Unsa exige :

- le réexamen de la situation de 7 des 11 établissements qui sortent de l’éducation prioritaire (Coll. Pasteur à Longjumeau (91) / 92 : collège Anne Frank (Antony), Jean Macé (Clichy), Gay Lussac (Colombes), Pasteur (Gennevilliers), Jean Perrin (Nanterre), Henri Dunant (Rueil-Malmaison).

- le maintien des moyens financiers hors DHG.

- des contrats d’accompagnement d’au moins 4 ans pour les réseaux sortants et les écoles isolées.

- un rétablissement des points APV pour les mutations.

Nous continuerons à être exigeants pour que cette réforme de l’éducation prioritaire débouche sur la possibilité de travailler autrement là où c’est le plus difficile.

Partager cet article

Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92