Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Instances

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 8 septembre 2022 : CTSD. Mesures d'ajustement de carte scolaire 

Réunions d'information syndicale

15 juillet 2022 5 15 /07 /juillet /2022 17:40

Le ministère contraint de réexaminer la situation des lauréats lésés

 

Alerté par des lauréats du concours CRPE 2022, le SE-Unsa a mis au jour la modification faite en catimini par le ministère des règles d’affectation dans les départements.
Le Conseil d’État, saisi par le SE-Unsa a tranché dans le sens de l’intérêt des personnels lésés.
 
 
Le ministère s’affranchit des règles d’affectation départementales !
 
Le ministère avait donné instruction aux rectorats de s’affranchir de la législation qui prévoit que seuls les vœux et le rang de classement sont pris en compte pour affecter les lauréats de concours dans les départements de l’académie.
Ainsi, il leur a également indiqué de prendre en compte la quotité de service des lauréats (déterminée en fonction de leur parcours antérieur) afin de s’adapter aux berceaux de stages prédéfinis. Cette procédure n’est pas prévu par le statut des professeurs des écoles.
Des lauréats constatant qu’ils avaient été lésés avaient alerté le SE-Unsa. 
 
 
Le SE-Unsa saisit le Conseil d’État pour défendre les lauréats lésés
 
Après avoir demandé des explications au ministère et après l’avoir mis en garde de son intention de saisir le Conseil d’état en cas de maintien de son instruction, le SE-Unsa, pour défendre les intérêts des lauréats lésés par cette décision, a donc saisi le Conseil d’État le 5 juillet 2022.
 
 
Le Conseil d’État impose au ministère de revoir les situations des lauréat lésés
 
À l’issue d’une audience qui s’est tenue le mardi 12 juillet, le juge des référés, après avoir rappelé au ministère la nécessité de respecter la règlementation, a proposé une solution de compromis permettant de réétudier l’affectation dans les départements des candidats lésés. Il n’a pour autant pas enjoint le ministère à procéder au réexamen de l’ensemble des situations.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Le SE-Unsa a accepté la médiation proposée par le juge du Conseil d’État qui a imposé au ministère de s’engager à réviser les affectations dans les départements concernés, sans bousculer l’ensemble des affectations. 
 
La proposition du Conseil d’État qui permet de trouver une solution pour les lauréats lésés est un coup de semonce pour le ministère. Celui-ci ne peut donc plus s’affranchir de la règlementation. Il s’agit maintenant de s’assurer que les réexamens ne seront pas seulement formels mais chercheront bien à rétablir toutes les situations avérées.
 
Le SE-Unsa met à disposition des lauréats concernés un modèle de demande de révision d’affectation (à télécharger ci-dessous).
Envoyez une copie de votre demande au SE-Unsa : coordonnées à retrouver ici

 

Cette action démontre l’intérêt de la protection collective permise par la solidarité de la syndicalisation. Le SE-Unsa continuera à défendre l’intérêt des personnels et le respect de la règlementation.
Partager cet article
Repost0
10 juillet 2022 7 10 /07 /juillet /2022 07:59

Le SE-Unsa saisit le Conseil d’État

 

Les académies ont affecté les lauréats du CRPE dans les départements en dehors du cadre statutaire et ce, sans en informer ni les lauréats ni les organisations syndicales. Malgré notre interpellation, le ministère ne souhaite pas contraindre les académies à modifier ces règles. Le SE-Unsa a saisi le Conseil d’État le mardi 5 juillet 2022 pour faire respecter la loi.
 
 
Le ministère s’affranchit des règles statutaires pour mettre en œuvre une réforme bancale
 
Le ministère a décidé de s’affranchir des règles statutaires d’affectation. Le SE-Unsa, attaché à la défense des droits des personnels, a saisi le conseil d’État pour faire annuler l’instruction illégale du ministère.
Avant la réforme de la formation initiale des professeurs des écoles, le calibrage du concours était déterminé en fonction des seuls besoins repérés en amont. Au sein des académies, chaque département identifiait les besoins en futurs stagiaires. Comme prévu par le statut du corps des professeurs des écoles, les lauréats de concours étaient ensuite affectés dans les départements en fonction de leurs rangs de classement au concours.
 
 
Un nouveau critère, aléatoire
 
Désormais, sur instructions du ministère, les académies ont fait entrer un nouveau critère : le cursus antérieur qui détermine la modalité de stage (mi-temps ou temps plein). En effet, la réforme induit une distinction entre, d’une part, les lauréats détenteurs d’un master en métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (Meef) qui effectuent un service d’enseignement dans les écoles à temps plein et, d’autre part, les lauréats détenteurs de masters issus d’autres parcours universitaires qui effectuent un service d’enseignement dans les écoles à mi-temps.
Ainsi, alors que l’affectation dans un département est définitive, elle repose désormais sur un critère tout à fait aléatoire : un calibrage a priori de « berceaux de stage » temps plein ou mi-temps par les départements. Des berceaux qu’il faut alors remplir.
 
 
Faire respecter les règles établies
 
Le SE-Unsa a d’abord dénoncé auprès du ministère cette situation. Le ministère ayant refusé de revenir sur les instructions données aux académies, le SE-Unsa a décidé de saisir le Conseil d’État en référé pour faire respecter le droit des personnels.

 

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2022 4 23 /06 /juin /2022 11:14

Le SE-Unsa dépose une alerte sociale

 

Face à la grave crise de recrutement dans l’Éducation nationale et à ses conséquences pour les élèves et les personnels pour l’année 2022-2023, le SE-Unsa dépose une alerte sociale et fait part de ses propositions par un courrier officiel au ministre Pap Ndiaye.
 
 
Dès sa première rencontre le 24 mai avec le ministre, le SE-Unsa lui a exprimé sa vive inquiétude quant au fort déficit en personnel qui menace le fonctionnement de notre Service public d’éducation. Malgré une demande unanime des organisations syndicales en Comité technique ministériel, la rue de Grenelle ne donne toujours pas de visibilité sur ce qui est mis en place.
 
Pour le SE-Unsa, il faut des mesures immédiates et fortes afin de sécuriser non seulement la rentrée mais aussi l’ensemble de l’année scolaire. Sans cela, au-delà des problèmes qui seront apparents dès les premiers jours de septembre c’est toute l’année qui sera profondément impactée avec une grave dégradation des conditions d’enseignement et d’éducation de nos élèves et un lourd impact sur les personnels déjà très marqués par la succession de crises.
 
 
Pour le SE-Unsa, il faut :
 
- l’augmentation immédiate du nombre de fonctionnaires stagiaires par le recrutement dès ce mois de juillet des candidats figurant sur les listes complémentaires de tous les concours, et pas uniquement ceux des disciplines et territoires déficitaires ;
- le recrutement en urgence et en nombre suffisant de personnels contractuels, eux-mêmes sécurisés financièrement et professionnellement :
  • Leurs contrats doivent être immédiatement prévus jusqu’au 31 août 2023, rémunérés a minima à l’indice 388 sur l’ensemble du territoire, avec un avancement indiciaire au niveau immédiatement supérieur pour les contractuels renouvelés dans leurs fonctions au 1er septembre 2022 ;
  • Leur accompagnement doit être assuré pour leur prise de fonction puis pour faciliter, par la suite, l’accès à un emploi statutaire. 
- des conditions de rémunération, d’indemnisation et de travail sécurisantes pour les étudiants en alternance ;
- la revalorisation des différents tutorats ;
- des recrutements d’accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) en nombre suffisant et dans des conditions qui leur permettent de sortir de la précarité ;
- des recrutements d’assistants d’éducation (AED) en nombre important dans le second ainsi que dans le premier degré.
 
En complément de ces mesures immédiates, il faut engager un travail profond sur l’attractivité de nos métiers : revalorisation conséquente, prise en compte sérieuse des conditions de travail, gestion humaine des ressources, remise à plat de la formation initiale et des conditions d’entrée dans le métier, visibilité pluriannuelle des recrutements.
 
Compte-tenu de la gravité de la situation, le SE-Unsa souhaite qu’un dialogue social sincère et nourri s’engage afin de permettre à notre Service public d’éducation de jouer pleinement son rôle fondamental dans notre pays.
Partager cet article
Repost0
13 mai 2022 5 13 /05 /mai /2022 10:42

Chronique d'un auto-sabotage

 

Les premiers résultats des concours de recrutement tombent et sans surprise ils sont alarmants. Sans surprise non plus le ministère persiste dans son déni. Quels que soient les résultats finaux en juin, il n’est pourtant plus possible d’ignorer que le nombre de professeurs de maths, d’allemand, d’anglais, de professeurs documentalistes, de professeurs des écoles, censés venir gonfler les rangs des équipes éducatives des écoles, collèges et lycées sera moins élevé que prévu. A la question de leur nombre s’ajoutera celle de leurs parcours antérieurs qui déterminera la quotité de service qu’ils pourront assurer. Du fait de la réforme de la formation initiale, ceux qui ne seront pas issus d’un parcours Meef (Métiers de l’enseignement de l’éducation et de la formation) assureront un demi-service pour consacrer l’autre moitié à leur formation.

Après des difficultés sérieuses en septembre 2021, l’habituelle rentrée « techniquement » réussie est ainsi sérieusement menacée pour septembre 2022.

C’est alarmant pour les conditions de scolarité des élèves : on court le risque important d’un manque d’enseignants, CPE et PsyEN. C’est alarmant pour les équipes éducatives déjà fragilisées par cinq années de choix budgétaires en contradiction avec les exigences liées, entre autres, aux réformes ministérielles engagées pendant le quinquennat. C’est alarmant enfin pour les nouveaux personnels d’enseignement et d’éducation, premiers lauréats d’une mauvaise et illisible réforme des concours et de la formation initiale.

Le SE-Unsa alerte depuis des mois : les métiers d’enseignant, de CPE et psychologues de l’Education nationale ne trouvent plus preneurs par voie de concours, et il serait vain de compter sur le renfort de contractuels dont les candidatures s’effondrent elles-aussi. Allongement de la durée d’études, faiblesse de la rémunération, déconsidération, conditions d’entrée dans le métier synonymes de mise à l’épreuve : a-t-on jamais vu un employeur se donner aussi peu les moyens d’attirer des candidats ?

Pour le SE-Unsa, le ou la future ministre aura pour première mission de tout faire pour que les élèves aient des professeurs à la rentrée prochaine, puis il ou elle aura à s’attaquer résolument au défi de l’attractivité de métiers de l’Education nationale.

 

Paris, le 12 mai 2022
 
Stéphane Crochet
Secrétaire général
Partager cet article
Repost0
8 juillet 2021 4 08 /07 /juillet /2021 18:24

Formation initiale

 

La DASEN a reçu les organisations syndicales mercredi 7 juillet, en visioconférence, au sujet de la réforme de la formation initiale.

Le PPPE (parcours préparatoire au professorat des écoles) va être mis en place à la rentée 2021 avec des cours dans un lycée de Nanterre et à l’université de Nanterre, il concernera entre 30 et 40 étudiants avec un stage filé dès la L1.

Il va y avoir 17 étudiants master alternants contractuels qui vont faire leur stage dans des classes avec maître formateur.

L’accueil des PES va se faire en distanciel en distanciel cette année, en raison du contexte sanitaire.

Il y aura 372 PES dans les écoles à la rentrée. 350 ont eu leur affectation, 22 sont en attente. Ils vont être contactés par téléphone par la division du 1er degré dans les prochains jours pour avoir leur affectation.

 

Infos diverses :

Recours temps partiel : les notifications d'acceptation ou non sont en cours. Nous aurons bientôt la date de la CAPD qui examinera ces recours.

Hors-classe : les promus ont du recevoir un message. La liste sera publiée prochainement sur le site de la DSDEN92.

Classe exceptionnelle : le décret n'est pas encore publié, certains contingents ont été connus hier. Les promotions seront pas connues avant fin août, ce qui va poser problème pour les collègues qui attendaient cette information pour un éventuel départ à la retraite.

Liste d’aptitude PE : les candidats sont tous reçus, l'information sera communiquée  sur Ariane avec un arrêté à venir.

Mouvement intradépartemental : parmi les directions vacantes, 23 ont été pourvues. Pour les directions toujours vacantes, les IEN vont procéder à des appels à candidature.

 

Juliette RIVIERE

Co-Secrétaire Entrée métier du SE-Unsa 92

Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 18:52

Mise en œuvre de la réforme par asphyxie des recrutements de professeurs des écoles en 2021

 

Une nouvelle fois, et comme il le fera à chaque étape, le SE-Unsa dénonce la réforme en cours du recrutement et de la formation des enseignants. Une des premières conséquences, et non des moindres, est la baisse du recrutement des professeurs des écoles stagiaires pour la rentrée 2021. Si la baisse globale était connue depuis longtemps, l’annonce récente de la répartition académique des recrutements révèle le poids important supporté par les académies de Créteil et Versailles. Malgré les difficultés chroniques de ces deux académies, qui ne font que s’accroître avec la crise sanitaire, elles devraient supporter, à elles seules, 42% des 900 suppressions de postes au concours. Si jamais ces sessions ne faisaient pas le plein, la diminution pourrait être encore plus importante puisque le concours supplémentaire de Créteil est drastiquement réduit - 300 places au lieu de 500 - et celui de Versailles est supprimé.
 
Le ministère met en avant le recours possible aux candidats sur liste complémentaire et aux étudiants en master MEEF qui auront des contrats en alternance avec 1/3 de service dans les écoles. Le SE-Unsa rejette ce choix de la fragilisation, que ce soit pour les élèves, les enseignants et les étudiants en formation, particulièrement dans les académies de Créteil et Versailles.
 
Le SE-Unsa demande que les places aux concours soient abondées par un correctif budgétaire, que le concours supplémentaire soit ouvert dans l’académie de Versailles et que celui de Créteil soit élargi. Ces demandes ne sont pas des revendications catégorielles mais une exigence sociale pour que l’Ecole publique ait les moyens d’être aux rendez-vous des défis de la rentrée 2021.
 
 
Paris, le 24 mars 2021,
Stéphane Crochet,
Secrétaire général
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 14:13

La répartition des postes par discipline et pour le CRPE

 

Le nombre de postes offerts par discipline aux différents concours de recrutement des métiers de l’éducation pour la session 2021 vient de paraître.

 
Les chiffres globaux
 
> 2d degré
 
13 261 postes seront offerts pour l’ensemble des concours du second degré lors de cette session :
- 10 031 aux concours externes (10 095 en 2020),
- 2 730 aux concours internes (2 790 en 2020),
- 500 aux troisièmes concours (445 en 2020).
 
> 1er degré
 
On note que seulement 9 890 postes sont offerts aux concours du CRPE 2021, contre 10 790 en 2020.
 
 
L’avis du SE-Unsa 
 
Cette publication des postes offerts aux concours n’est pas une bonne nouvelle. D’une part, elle arrive dans un contexte de crise qui oblige depuis des mois la profession à une charge de travail accrue et souligne un peu plus la difficulté structurelle du remplacement. D’autre part, le ministère continue d’envoyer un signal tout aussi inquiétant sur l’attractivité des métiers d’enseignant, de CPE et de PsyEN (même si ces derniers sont les seuls - et ce n’est pas du luxe ! - à voir le nombre de postes au concours augmenter très légèrement).
 
La diminution des postes offerts induit forcément un découragement chez les potentiels candidats, qui plus est avec un recrutement désormais fixé à bac + 5.
 
Au moins le message est clair : redonner du souffle aux métiers qui préparent l’avenir d’un pays secoué par des crises de nature tout aussi complexes que variées n’est décidément pas la priorité du gouvernement.
 
> > Retrouvez ici le nombre global des postes.
 
> > Pour connaître la répartition par discipline des postes offerts, cliquez sur le nom des concours :
 
Capes - Capet - CAPLP - CapepsCPE - PsyEN - Agrégation
Partager cet article
Repost0
16 juin 2020 2 16 /06 /juin /2020 14:32

De premières avancées

 

Après avoir obtenu le maintien du calendrier des titularisations et agi contre la programmation annoncée des épreuves orales des concours internes au début de l’année scolaire 2020, le SE-Unsa vient d’obtenir une nouvelle avancée.
 
En effet, le ministère a enfin octroyé une rallonge de 625 postes au CRPE soit 11415 postes au total sur l’arrêté du 12 juin pour 10790 postes dans l’arrêté du 11 mars dernier. Cette « rallonge » est une première déclinaison de l’annonce en mars d’une dotation supplémentaire de 1248 postes. 
 
Le SE-Unsa accueille positivement ces postes supplémentaires offerts au concours car c’est une demande qu’il porte et défend depuis maintenant plusieurs mois. 
 
Le travail n’est cependant pas terminé. Il manque encore des recrutements. Le SE-Unsa reste en effet mobilisé pour demander que cette rallonge soit abondée dans le 1er degré et que le 2d degré connaisse lui aussi une augmentation substantielle du contingent attendu de lauréats aux concours. Le SE-Unsa poursuivra cet objectif, y compris après la publication des résultats pour obtenir un recrutement sur les listes complémentaires. 
 
Après le moment que nous venons de connaître, l’Éducation nationale a besoin de plus d’enseignants, de PsyEN et de CPE titulaires pour affronter les défis que la crise sanitaire du Covid-19 a imposés. Les réponses attendues de nos gouvernants ne doivent pas aller dans le sens de la précarisation de l’emploi mais bien dans celui de la pérennisation des emplois et de la sécurisation des personnels.
Partager cet article
Repost0
26 mai 2020 2 26 /05 /mai /2020 10:53

Le ministre passe en force

 

Le 20 mai 2020, Jean-Michel Blanquer a enclenché le recul de la professionnalisation des métiers de l’enseignement et de l’éducation.
Malgré l’engagement du président de la République de suspendre les réformes durant la crise sanitaire, le ministre de l’Éducation nationale fait passer son projet de réforme de la formation.
 
 
Présenté lors du comité technique ministériel du 20 mai, le texte déplaçant les concours en fin de master 2 ne nécessitera pas une seconde présentation devant les représentants des personnels « grâce » au vote en abstention de la FSU…
 
Le ministre s’est toujours débrouillé pour qu’il n’y ait pas de débat public sur le déplacement du concours en fin de master 2. Si la Loi pour une École de la confiance débattue au printemps 2019 parlait de formation des enseignants, elle ne modifiait que le nom des Espé en Inspé ainsi que les modalités de désignations de leurs directeurs. 
 
Ce n’est que lors du CTMEN du 20 mai, en pleine crise du Covid-19 qui occupe l’opinion publique et la profession, que la réelle raison d’être de la réforme de la formation est passée. En effet, un texte plaçant les concours de recrutement en fin de master2 a été soumis au vote des organisations syndicales. En choisissant l’abstention, la FSU permet au ministre de ne pas avoir à présenter ces textes une deuxième fois. La réforme de la formation Blanquer est donc enclenchée, revenant ainsi 10 ans en arrière, là où le ministre d’alors, Xavier Darcos, l’avait laissée. La place des concours en est le déclencheur, le contenu des épreuves en sera le catalyseur. 
 
 
Mauvaise nouvelle pour le système éducatif
 
Actuellement à l’étude, les concours seront par conséquent peu professionnalisants, en particulier pour le 2nd degré. Ainsi, les masters Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (Meef) proposés par les Inspé vont rapidement être désertés par les étudiants et leur valeur universitaire n’en sera que dévaluée. Plus la peine de se préparer à être enseignant pour passer les concours, il faudra avant tout démontrer sa maîtrise de la discipline. Le vieux combat excellence disciplinaire contre pédagogie, que l’on espérait dépassé, fait son retour, tout comme ses protagonistes. C’est une mauvaise nouvelle pour notre système éducatif !
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Pour le SE-Unsa, enseigner de la maternelle au lycée, est un métier qui s’apprend et cette réforme est une régression. Au-delà de ne résoudre aucunement la désertion des concours enseignants et CPE, cette réforme va amplifier le choc de nombreux stagiaires face à la réalité d’un métier auquel ils ne se seront pas confrontés auparavant. Par l’allongement de la durée d’étude pour parvenir aux concours, cette réforme va rétrécir encore davantage la diversité des origines sociales des enseignants et CPE. C’est la première session 2022 qui en témoignera mais le SE-Unsa demande à chacun de se souvenir dès maintenant du 20 mai 2020, le jour où le ministre a reculé la place du concours sans grand fracas et ce, grâce à l’abstention de la FSU.
Partager cet article
Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 16:28

Aménagement des concours de recrutement

 

Après plusieurs semaines d’attente, les modalités de passation des concours de recrutement des métiers de l’enseignement dans le contexte de crise sanitaire liée au Covid-19 viennent d’être dévoilées.
 
 
Les épreuves
 
Toutes les épreuves des concours internes qui n’ont pas été passées sont reportées à la rentrée de septembre 2020.
 
Les concours externes dont les épreuves d’admissibilité ont déjà eu lieu iront à leur terme. Les épreuves d’admission auront bien lieu avec, dans la mesure du possible, le recours à la visioconférence.
 
Pour les concours externes dont les épreuves n’ont pas encore commencé, les épreuves d’admissibilité, qui vaudront pour épreuves d’admission, auront lieu aux mois de juin et de juillet. Il est néanmoins prévu un oral au mois de juin 2021, au moment de la titularisation des personnels, dont les modalités sont à définir.
 
Tous les candidats recevront un mail leur confirmant ces changements et leur donnant un calendrier précis.
 
 
Le calendrier
 
La modification des épreuves des différents concours de recrutement des métiers de l’enseignement va de pair avec une modification du calendrier. Elle représente une pression supplémentaire pour les jurys ainsi que pour toutes les personnes impliquées dans l’organisation des concours dont il faut souligner l’engagement.
 
Elle implique également une période nettement plus resserrée pour les affectations des lauréats des concours, période pendant laquelle nos collègues entrants dans le métier pourront compter sur le SE-Unsa pour les accompagner.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Le SE-Unsa est satisfait du maintien des concours de recrutement plutôt qu’une année blanche et un conours massif aux contrats pour tout de même pourvoir les emplois.
 
Le SE-Unsa veillera tout particulièrement à ce que les conditions de passation des épreuves répondent aux normes sanitaires strictes.
Par ailleurs, le SE-Unsa accompagnera la situation de nos collègues contractuels candidats aux concours internes reportés au mois de septembre.
 
Enfin, le SE-Unsa continuera d’être force de propositions afin d’assurer le bon déroulement des concours et de l’affectation des lauréats, et sera vigilant à la mise en place du futur oral de titularisation auquel il n’était pas favorable puisqu’il rajoute une pression supplémentaire sur une année de stage déjà suffisamment chargée pour nos collègues entrants dans le métier .
Partager cet article
Repost0