Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Instances

Réunions d'information syndicale

Mercredi 10 novembre 2021 : Permuts 2022

Mardi 16 novembre 2021 : Préparation à l'entretien de direction

2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 13:21
Pour le maitien d'une véritable formation professionnelle des enseignants


La formation des enseignants est un élément clef de l'amélioration de notre système éducatif et de la réussite de tous les élèves.

La mastérisation des enseignants et des CPE doit se traduire par une amélioration de la formation disciplinaire, didactique et professionnelle

A la suite de multiples mobilisations, le gouvernement a pris la décision de maintenir les concours existants, les conditions de leur préparation et la possibilité d'une inscription en IUFM en septembre 2009.
Ainsi la promotion d'enseignants et de CPE issue du concours 2010 bénéficiera donc d'une formation avant le concours identique à celle des générations précédentes; elle doit donc bénéficier des mêmes conditions de formation après le concours.

Si les choix du ministère d'affecter les lauréats du concours à 2/3 du temps en responsabilité étaient confirmés, de nombreux enseignants pourraient être responsables d'une classe en septembre 2010 sans avoir jamais effectué de stages en responsabilité devant des élèves ou sans avoir bénéficié de formation dans le cadre de l'IUFM.
Les soussignés demandent solennellement, qu'après le maintien des concours et de leurs conditions de préparation, soient également maintenues les conditions d'organisation de l'année actuelle de stagiaire (2ème année d'IUFM) afin qu'elle reste une véritable année de formation professionnelle en alternance.
Ils demandent qu'à l'avenir la formation dont bénéficieront les lauréats du concours lors de l'année de stagiaire soit améliorée, organisée sur la base d’une véritable alternance entre service en responsabilité et temps de formations qui s'appuie sur le maintien de l'expérience des IUFM et de leur potentiel de formation.

Pétition à l'initiative de :

FSU (SNES, SNEP, SNUEP, SNUipp, SNEsup) UNSA-éducation (SE-UNSA, SUP-Recherche-UNSA) SGEN-CFDT
Signez la pétition

Partager cet article
Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 20:27

Mesures transitoires : le ministère lâche du lest


Lors du groupe de travail qui s'est tenu ce matin (13 mai), le ministère a précisé les conditions dans lesquelles seraient appliquées les mesures transitoires d'inscription au concours et de stagiarisation à son issue.

Ainsi, à titre dérogatoire, peuvent se présenter aux concours externes 2010 :

-          les candidats présents aux épreuves d'admissibilité des concours externes 2009, selon les mêmes conditions de titre (licence au minimum)

-          les candidats qui n'ont pu se présenter aux concours externes 2009, faute de places offertes, car la section ou l'option qui les intéressaient n'étaient pas ouvertes sur la session 2009 (ex : langues rares…)

-          les candidats titulaires d'un M1

-          les candidats inscrits en M1.

Dans tous les cas, les lauréats des concours seront nommés fonctionnaires stagiaires dès la rentrée de septembre 2010. Les candidats inscrits en M1, devront quant à eux justifier de l'obtention de leur M1 pour valider leur admission au concours.

Ces annonces constituent une avancée importante, notamment pour les candidats titulaires d'un M1. En effet, dans sa proposition initiale, le ministère envisageait de ne pas les stagiariser immédiatement et de leur garder le bénéfice du concours le temps qu'ils obtiennent leur M2, allongeant d'autant leurs études.

Devant l'opposition des organisations syndicales et aussi la mobilisation sur le terrain le ministère vient de reculer.

 

Quel contenu pour l'année de stage ?

Pour le moment, nous ne savons pas encore quel sera le contenu de cette année de stage. Il existe deux options : maintien de l'année de stage telle que nous la connaissons actuellement ou mise en place de la nouvelle version (2/3 sur le terrain et 1/3 de formation). Cela doit faire l'objet de discussions dans les prochains groupes de travail. Pour le SE-UNSA, dans un souci de cohérence, le contenu doit être celui que l'on connait actuellement puisque les lauréats auront préparé et passé des concours qui n'auront pas encore été modifiées… A suivre.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 12:22
La répartition par département

Les 846 postes au concours externe de Professeur des Ecoles pour l'Académie de Versailles se répartissent de la manière suivante :
- Yvelines : 175
- Essonne : 231
- Hauts-de-Seine : 212
- Val d'Oise : 228
L'ajout des collègues recrutés cette année sur la liste complémentaire ne comblera pas la forte baisse du recrutement (-29,62% pour l'Académie).
Partager cet article
Repost0
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 16:01
La répartition enfin connue

Le ministère vient enfin de faire connaître les postes aux différents concours de recrutement de professeurs des écoles.   

Pour la deuxième année consécutive, la répartition des postes par concours et par académie est connue très tardivement, à la veille des premières épreuves. Auparavant, elle était connue mi-septembre avant la date de clôture des inscriptions, permettant ainsi aux candidats une forte lisibilité avant leur inscription et favorisant ainsi leurs choix. Nous n'avons pas cessé de dénoncer ce retard auprès du ministère.

7165 postes sont offerts sur l'ensemble des concours. Avec - 2818 postes, cela correspond à une baisse de 28.23% par rapport à l'an dernier.

Les évolutions nationales se répartissent de la façon suivante :

- Concours externe : - 29.52%

- Troisième concours : - 26.77%

- Concours externe spécial : + 6.40%

- Second concours interne : + 30.43%

- Second concours interne spécial : maintien

Concernant le concours externe, ce sont 2755 postes en moins qui sont proposés (- 29.52%). Cette baisse importante au plan national se retrouve reportée, à 1 ou 2% près, dans chaque académie. On observe la même situation pour la répartition académique des postes au troisième concours.
Pour l'Académie de Versailles, la répartition est la suivante :
- Concours externe : 846 (1202 en 2008, soit - 29.62%)

- Troisième concours : 25 (36 en 2008, soit - 30.56%)

- Second concours interne : 30 (20 en 2008, soit + 50%)

Partager cet article
Repost0
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 11:59

L'UNSA-Education a présenté ses propositions et a fait part de ses inquiétudes à Xavier Darcos et Valérie Pécresse

La fédération UNSA Éducation a été reçue en audience le 30 mars 2009 par Xavier Darcos, ministre de l'Éducation nationale, et Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche.
La fédération a insisté sur l'intérêt de mettre en œuvre une réelle formation professionnelle des enseignants sanctionnée par un master. En revanche, elle a rappelé aux ministres les raisons de son opposition aux concours en cours de M2 (deuxième année de master) et souligné la nécessité de placer les concours en fin de M1 (première année de master). L'architecture du dispositif auquel s'accroche encore le gouvernement ne convainc ni les universitaires, ni les autres formateurs, ni les responsables ou connaisseurs du terrain.
L'UNSA Éducation a insisté sur l'utilité de faire jouer aux IUFM, intégrés désormais dans les universités, tout leur rôle, y compris dans une logique de mutualisation et de mise en réseau, en s'appuyant les compétences qu'ils ont su développer comme sur leur maillage territorial (antennes départementales).
La fédération UNSA Éducation a longuement évoqué la question des stages, de leur nature, de leur volume et de leur organisation. Elle a souligné leur importance dans la formation à la pratique professionnelle et son évaluation, année de stage comprise. L'UNSA Éducation revendique que les stagiaires (année suivant le concours) bénéficient d'un allègement représentant la moitié du service. Elle a exprimé son hostilité à un système qui pourrait entraîner, dans certaines classes, la succession d'une noria de stagiaires aux statuts divers. Pour l'UNSA Éducation, il est indispensable de bien organiser les stages de terrain sur la base de conventions assises sur un cahier des charges précis entre les universités et les EPLE ou les circonscriptions du premier degré (IEN).
Dans le cadre de l'audience, la fédération a également évoqué la question des viviers de recrutement, du devenir des formations spécialisées (ASH, par exemple), mais également la revalorisation que le président de la République avait liée à la mastérisation. Elle a aussi attiré l'attention des ministres sur la situation particulière des DOM qui doit trouver une réponse adaptée.
Les deux ministres ont confirmé la mise en place d'une commission de concertation coprésidée par le recteur William Marois et Daniel Filâtre, président de l'université Toulouse II-Le Mirail, ainsi que la mise en place de groupes de travail. L'UNSA Éducation souhaite que des rencontres plus globales permettent également de faire le point, y compris sous forme de rencontres multilatérales.
L'UNSA Éducation et ses syndicats participeront aux discussions avec le souci majeur de promouvoir une formation professionnelle de qualité, permettant, de mieux préparer les jeunes enseignants à assumer leur mission au service des élèves.


Téléchargez le compte-rendu de l'audience

Partager cet article
Repost0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 12:50
Une ouverture mais encore trop d'insuffisances

Le ministre de l’Education nationale s’est adressé par courrier le 20 mars aux organisations syndicales représentatives. Le SE-UNSA y note tout d’abord un changement de ton positif : enfin, l’invitation à discuter succède à la fin de non recevoir.

Il prend acte de précisions ou de confirmations qui sont désormais indiquées par écrit :

- le maintien des places aux concours 2010 ;
- la garantie que les candidats des concours 2009 pourront bien s’y représenter en 2010 ;
- un premier bouger sur l’année de stagiarisation : pour très insuffisant qu’il soit, c’est la première fois qu’un chiffre est lâché pour accorder un aménagement des services permettant un complément de formation ;
- l’entrée officielle dans le dispositif des professeurs d’école maîtres formateurs qui sont enfin explicitement nommés.

Pour le SE-UNSA, l’objectif d’une réforme de la formation des maîtres devrait être d’améliorer cette dernière. Sans une alternance équilibrée théorie/pratique, une formation professionnelle ne peut être efficace. C’est parce qu’elle ne l’assure pas que la mastérisation conçue par le gouvernement pose problème. Sur ce plan, le SE-UNSA ne trouve pas dans la lettre ministérielle les garanties qu’il attend. De même la question sociale de l’accès à cette formation pour les étudiants doit être précisée. Ce parcours ne doit pas être une course d’obstacle pour les étudiants d’origine modeste.

Il est ainsi significatif que les IUFM, qui devraient pourtant être les principaux opérateurs d’une formation se voulant professionnelle, ne soient pas une seule fois cités dans la lettre de M. Darcos. De même, est particulièrement inquiétant le fait que, au-delà du dispositif transitoire de 2010, la présence d’une épreuve professionnelle dans les concours du 2nd degré soit à nouveau donnée comme une question ouverte. Quant à la partie « terrain », l’addition de stages hypothétiques en master à seulement 30 % de complément de formation après le concours ne donne toujours pas un quantum suffisant.

Le SE-UNSA participera donc aux rencontres que le ministère lui propose. Mais il entend y obtenir les réponses précises aux questions qu’il ne cesse de poser pour que la mastérisation soit mise au service d’un vrai apprentissage du métier d’enseignant.

Paris, le 23 mars 2009

Luc BERILLE, Secrétaire Général

Partager cet article
Repost0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 07:53

Il faut remettre le dossier... sur le métier !

La fédération UNSA Éducation et ses syndicats
A&I, SE, SIEN, SNPDEN, SNPTES SUP'Recherche,

l      constatent que la réforme envisagée de la formation et du recrutement des enseignants reste un point d'achoppement majeur, malgré les progrès enregistrés sur les autres dossiers concernant l'Université.

l      considèrent qu'elle est inacceptable en l'état, tant son élaboration a été faite dans l’urgence et sans concertation ;

l      estiment qu'au vu de la complexité du dossier, des mesures transitoires ne feraient qu'ajouter à la confusion ;

l      affirment que le maintien du système actuel en 2009-2010 est la seule solution — ce qui implique le maintien des moyens de formation (enseignants-chercheurs, enseignants, Biatoss) des actuels IUFM et de leurs antennes locales ;

l      exigent dès à présent une remise à plat totale du dossier et une négociation globale sur la base d’un cadre national  garantissant :

        une réelle formation professionnelle en alternance qui, nécessite des stages professionnels dans les établissements scolaires durant le parcours universitaire, mais également une formation professionnelle adaptée après le concours, ce qui exclut un service à temps complet devant les élèves.

        la qualité de la formation académique dont l'Université est le garant ;

        l'articulation entre formation et pratique professionnelles, ce qui impose la présence et le renforcement d’un réseau de formateurs de terrain à la qualification reconnue ;

        des conditions matérielles décentes aux étudiants pour l'accès au métier d'enseignant (bourses, prérecrutements...) ;

        un dispositif de conventionnement entre les universités, les recteurs, les EPLE pour le second degré ou les autorités représentant les circonscriptions du premier degré, afin de permettre une organisation cohérente de la formation dans les établissements et les écoles.

Pour la fédération UNSA-Education et ses syndicats SUP'Recherche, SNPTES, SNPDEN, SIEN, SE, A&I, les conditions de mise en œuvre du projet actuel sont loin de garantir une formation professionnelle qui réponde aux multiples réalités du métier d’enseignant. Il est temps que les deux ministres concernés retirent leur projet et proposent, dans un cadre largement concerté avec toutes les parties prenantes, un nouveau dispositif qui mette la professionnalisation au cœur du métier.

Partager cet article
Repost0
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 17:11
Trouver d'urgence une sortie de crise

COMMUNIQUE DE PRESSE SE-UNSA - SUP'RECHERCHE-UNSA

La vision gouvernementale de la « mastérisation » de la formation des enseignants est aujourd'hui totalement dans l'impasse.

Depuis le départ de cette mauvaise aventure, le SE-UNSA et Sup'Recherche-UNSA se sont fortement inquiétés des conséquences de cette décision absurde. La « mastérisation » se caractérise en effet par la réduction de la part professionnelle dans la formation des futurs professionnels de l'enseignement !

Les mobilisations en cours indiquent que ce système ne convainc personne. De surcroît, démonstration est faite aujourd'hui qu'il ne peut fonctionner, si l'objectif est bien de former des jeunes au métier d'enseignant :  

-         Les contenus des épreuves des concours envisagés sont encore trop centrés sur la vérification des contenus disciplinaires. Est-ce la priorité lorsque l'on recrute les futurs enseignants à Master2 ?

-         Les stages des étudiants dans les classes sont sous-calibrés. Comment asseoir une première pratique professionnelle avec seulement 108 heures de stage en responsabilité durant l'année de Master2 ?

-         Le principe de l'alternance théorie/pratique est impossible à mettre en œuvre, d'autant moins que la place des formateurs d'IUFM et des formateurs de terrain n'est toujours pas, à ce jour,  clairement définie dans l'université.

-         Les conditions matérielles offertes aux étudiants qui prépareraient les concours sont négligées. Les annonces faites sur les bourses ou les emplois d'assistants pédagogiques sont insuffisantes ou inadaptées. Comment mener de front M2, préparation au concours et activité rémunérée ?

-         Les concours au niveau master2 risquent d'assécher les viviers de recrutement, avec des conséquences sociales et culturelles graves concernant les DOM.

-         La stagiarisation après l'obtention du concours et du M2 est prévue à temps complet dans une classe, en totale responsabilité. Sans réel suivi, sans évaluation régulière comment pourrait-elle s'insérer dans un processus de formation progressive ?

Pour le SE-UNSA et Sup'Recherche-UNSA, il est urgent de sortir de cette impasse. Une solution existe : 

-         L'achèvement du processus de transformation des IUFM avec leurs réseaux départementaux en véritables écoles professionnelles intégrées au sein des universités ;

-         l'ouverture d'une négociation visant à renforcer la professionnalisation dans la formation initiale de tous les enseignants. Elle devrait notamment porter sur le contenu des concours de recrutement maintenus au niveau licence, les modalités de la formation professionnelle et de sa validation par un master, les conditions de la poursuite de la formation après la prise de fonction des néo-titulaires.

Pour le SE-UNSA et Sup'Recherche-UNSA, il ne s'agit pas de renoncer à la « mastérisation » mais de la mettre au service d'une vraie formation professionnelle de haut niveau. A toute crise, il faut une issue. Aux politiques de savoir, et très vite, s'ils campent sur leurs positions ou si, dans l'intérêt général, ils souhaitent une sortie par le haut. 

Paris, le 13 février 2009

Luc Bérille, pour le SE-UNSA

Yves Markowicz, pour Sup'Recherche-UNSA

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 14:57
Le "cadeau de Noël" du Recteur

Le Recteur de l'Académie de Versailles a signé le mercredi 23 décembre l'autorisation de recrutement pour 78 personnes qui se répartissent de la façon suivante :
Yvelines : 40 recrutements
Essonne : 0 recrutement
Hauts de Seine : 28 recrutements
Val d'Oise : 10 recrutements
 
Ce qui nous conduit donc au rang du dernier appelé :
146 pour le concours externe
2 pour le concours interne
4 pour le concours 3ème voie
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 09:20
Forte baisse

Nous constatons une baisse de 2818 places tous concours confondus, soit -28,23%. La baisse est significative sur les concours externes. A noter, dans un tel contexte, une augmentation des recrutements langues régionales (externe et interne) et une augmentation de 25% des postes handicap qui passent de 120 à 150.
La répartition des postes par académie n'est pas encore connue.

 

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

Evol

%

Concours externe

11059

11080

12013

11688

10320

10275

9332

6577

-2755

-29,52%

Concours 3ème voie

800

800

783

666

550

485

396

290

-106

-26,77%

Concours Externe Spécial

141

120

144

144

130

140

125

133

+8

+6,40%

Second Concours Interne

258

250

240

238

238

231

115

150

+35

+30,43%

Concours Interne Spécial

0

0

10

12

12

19

15

15

0

0,00%

TOTAL

12258

12250

13190

12748

11250

11150

9983

7165

-2818

-28,23%

Recrutement Handicap

 

 

 

 

100

100

120

150

+30

+25,00%

Cycle Préparatoire

100

44

61

55

0

0

37

25

-12

-32,43%

Partager cet article
Repost0