Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Instances

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 7 septembre 2023 : CSA SD. Mesures d'ajustement de carte scolaire

Jeudi 9 novembre 2023 : CSA SD. Bilan des ressources 1er degré et AESH

Vendredi 26 janvier 2024 : CSA SD. Mesures de carte scolaire rentrée 2024

Mardi 18 juin 2024 : GT. Mesures d'ajustement de carte scolaire rentrée 2024

Réunions d'information syndicale

Mercredi 27 septembre 2023 : Nanterre à 9h30 (école élémentaire Jacques Decour B)

Mercredi 4 octobre 2023 : Le Plessis-Robinson à 9h30 (école maternelle Louis Hachette)

Mercredi 11 octobre 2023 : Visioconférence à 9h30

Mercredi 15 novembre 2023 : Mouvement inter. Visioconférence à 9h30

Mercredi 20 mars 2024 : Mouvement intra. Visioconférence à 10h

28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 19:48

QUAND LA VOLONTE D’ANNONCE PRIME SUR L’EDUCATIF

La précipitation est rarement bonne conseillère. L'annonce confuse par le ministre Darcos de la suppression des cours du samedi matin à l'école primaire en est l'illustration. Des propos embrouillés du ministre, que ressort-il ?
- Une certitude : la suppression des cours du samedi matin sans report, soit, pour les élèves, 24 heures de cours hebdomadaires répartis sur 4 jours. Du réaménagement des programmes de la scolarité obligatoire lié à cette réduction de deux semaines et demie de cours de l’année scolaire du primaire, le ministre n’a pas dit un mot…
- Un non sens pédagogique : tous les spécialistes savent que la fatigue accumulée dans une journée de 6 heures, déjà trop longue, diminue les capacités d'apprentissage, particulièrement pour les enfants en échec. Ce sont pourtant eux qui verraient leur journée rallongée par des activités de soutien délivrées par les enseignants !
La question de l'aménagement des rythmes scolaires est complexe et importante. Si l’Etat n’y associe pas les partenaires concernés, notamment les représentants des parents, des enseignants, des associations complémentaires et des municipalités, elle ne peut être traitée sérieusement.
Pourtant, le ministre a choisi une annonce en solitaire, sans aucune consultation. Pour le SE-UNSA, il est plus que temps de changer de méthode et d’ouvrir enfin la concertation sur cette nouvelle organisation de la semaine scolaire.

Paris, le 28 Septembre 2007
Luc BERILLE, Secrétaire Général

Partager cet article
Repost0

commentaires