Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 8 octobre : CTSD. Bilan de la ressource enseignante 1er degré à la rentrée 2020

 

 

 

 

12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 14:16

La pénurie de professeurs se confirme

 

La totalité des chiffres concernant les admissions aux concours du CAPES externe sont désormais connus. Cette année encore, le déficit de lauréats pèse sur les résultats. Ainsi 706 postes sont restés vacants, ce qui représente 14,56 % des postes à pourvoir. Avec 298 lauréats manquants, les mathématiques se hissent au sommet du podium des disciplines déficitaires, suivies par l’anglais (-131) et les lettres classiques (-95).

Si ces chiffres sont légèrement moins élevés que ceux de l’an dernier, la situation n’en reste pas moins alarmante. La désaffection du métier de professeur s’installe durablement. Au delà du déficit des viviers en master sur la plupart des disciplines proposées au CAPES, c’est bien la question de fond de l’attractivité du métier qui est posée. Il est perçu comme anxiogène et difficile. Il est de surcroît mal payé.

Il est donc temps d’enrayer un phénomène qui pourrait s’amplifier avec les recrutements annoncés de plus de 10.000 professeurs chaque année sur le quinquennat. Pour le SE-Unsa, le débat sur la refondation de l’École de la République doit s’emparer de cette problématique. Elle doit être traitée dans sa globalité : pré-recrutements indispensables pour faciliter l’accès à l’enseignement aux étudiants d’origine modeste, parcours de formation véritablement professionnels, modalités d’affectation revues, accompagnement dès l’entrée dans le métier…

Enfin, il faudra s’attaquer à la rémunération des enseignants. A même niveau de qualification (Master 2), les étudiants se tournent à juste titre vers des métiers mieux rémunérés. L’enquête de l’OCDE pointant le faible traitement des professeurs français comparé à celui de leurs homologues est toujours d’actualité.

Il serait pour le moins paradoxal, à l’heure où se prépare une loi d’orientation ambitieuse pour l’École, que la nation ne se donnât pas les moyens nécessaires pour recruter ceux qui en seront les acteurs majeurs. C’est un véritable défi et le SE-Unsa portera toutes ces questions dans le débat qui vient de s’ouvrir. 

Paris, le 10 juillet 2012

Christian Chevalier, Secrétaire Général

Partager cet article

Repost0

commentaires