Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Instances

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 8 septembre 2022 : CTSD. Mesures d'ajustement de carte scolaire

Vendredi 18 novembre 2022 : CTSD. Bilan des ressources enseignante 1er degré et AESH - Rentrée 2022

Réunions d'information syndicale

Mercredi 9 novembre 2022 : Plessis-Robinson en présentiel

Mercredi 16 novembre 2022 : Visioconférence sur le mouvement interdépartemental

Mercredi 23 novembre 2022 : Boulogne-Billancourt en présentiel

Mercredi 30 novembre 2022 : Visioconférence sur l'entretien de direction

17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 17:04

Ca se précise ...

 

Un projet de circulaire fait le point sur la mise en œuvre du jour de carence pour les fonctionnaires(1), elle est contestée par l’ensemble des organisations syndicales(2).

(1) Pour connaître le résumé des principales mesures, cliquez-ici.

(2) Déclaration commune des organisations syndicales.

 

L’argument de l’équité de traitement avec les salariés de droit privé ne tient pas. Deux exemples :

• Les fonctionnaires d’Alsace Moselle vont être soumis au nouveau dispositif alors que les salariés en seront exemptés par le régime concordataire.

• De même, à la Poste et à France Telecom, les fonctionnaires seront les seuls à être astreints au dispositif, les salariés de droit privé bénéficiant de la convention d’entreprise…

Le dispositif n’est qu’une nouvelle attaque contre les fonctionnaires, bien conforme à l’optique de la campagne présidentielle qui oppose les salariés de droit privé à ceux de droit public.

 

Par ailleurs, le dispositif est d’abord symbolique. Les économies espérées alimenteront le budget général. Mais, le coût de la mise en œuvre, les pertes de cotisation pour les régimes sociaux hypothèquent déjà le rendement espéré.

 

Enfin, le SE-Unsa a attiré l’attention de la Fonction publique sur le sort particulier des enseignant(e)s notamment des écoles. En contact avec des enfants plus souvent sujets aux maladies, ils sont plus que les autres exposés au risque d’arrêts courts et donc seront pénalisés. Des questions restent sans réponse notamment sur l’instauration d’un jour de carence sur les congés d’éviction pour les femmes enceintes (rubéole…).

 

Le SE-Unsa continue à dénoncer cette mesure injuste.

Partager cet article
Repost0

commentaires