Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Instances

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 8 septembre 2022 : CTSD. Mesures d'ajustement de carte scolaire

Vendredi 18 novembre 2022 : CTSD. Bilan des ressources enseignante 1er degré et AESH - Rentrée 2022

Réunions d'information syndicale

Mercredi 9 novembre 2022 : Plessis-Robinson en présentiel

Mercredi 16 novembre 2022 : Visioconférence sur le mouvement interdépartemental

Mercredi 23 novembre 2022 : Boulogne-Billancourt en présentiel

Mercredi 30 novembre 2022 : Visioconférence sur l'entretien de direction

11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 06:36

Une annonce bienvenue

 

Vincent Peillon vient d’annoncer la simplification du Livret Personnel de Compétences pour l’année scolaire 2012/2013, en attendant de nouveaux outils en phase avec le socle commun rénové qui devrait voir le jour à l’issue de la Refondation de l’Ecole.

Le SE-Unsa a porté de nombreuses critiques à l’égard du LPC, qui se voulait à la fois un outil de suivi de l’acquisition des compétences et un outil de validation finale, un outil à l’usage des professionnels et un outil de communication avec les familles. Or, ces fonctions ne peuvent pas être remplies par un seul outil. Il faut laisser aux enseignants et aux équipes la responsabilité professionnelle de l’élaboration des outils de suivi des acquisitions qui permet de réguler les apprentissages. L’évaluation formative relève bien de leurs compétences.

La continuité de la mise en œuvre du socle commun, qui n’est pas remis en cause par le ministre mais qui va faire l’objet d’une redéfinition, exige le maintien du  LPC  dans sa fonction d’attestation de l’acquisition des grandes compétences du socle aux différents paliers.

Le LPC, malgré ses défauts, a conduit les équipes à s’approprier les compétences du socle commun, à questionner les modalités traditionnelles de l’évaluation, à rechercher les moyens les mieux adaptés au développement et à l’évaluation des compétences disciplinaires mais aussi des compétences transversales chez leurs élèves. Le LPC n’est pas seulement l’outil technocratique dénoncé par ceux qui en demandent la suppression, il représente une première tentative, certes insatisfaisante, de mettre en œuvre une évaluation progressive, et positive des acquis des élèves. A la communauté éducative d’élaborer des propositions plus satisfaisantes. C’est ce que fait le SE-Unsa dans le cadre de la Refondation de l’Ecole.

refondation

Partager cet article
Repost0

commentaires