Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Instances

Réunions d'information syndicale

Mercredi 10 novembre 2021 : Permuts 2022

Mardi 16 novembre 2021 : Préparation à l'entretien de direction

4 juillet 2022 1 04 /07 /juillet /2022 18:56

Pas de travail en plus, pas de travail pour rien

 

Des protocoles très lourds ont pu être proposés pendant la phase d’expérimentation du cadre d’évaluation (qui s’est tenue en 2021/2022).
Or, à partir de la rentrée 2022, c’est le cadre d’évaluation de l’école, tel qu’il a été défini en janvier 2022 par le Conseil d’évaluation de l’école, qui sera applicable.
Ce travail n’aura d’intérêt que s’il est mené dans de bonnes conditions et si les moyens permettant la concrétisation des projets émergent.
Le temps sur lequel doivent se tenir les différentes phases de l’évaluation doit également être précisé.
 
 
Ces évaluations sont-elles obligatoires ?
 
Oui, comme les évaluations des établissements du 2nd degré qui ont démarré il y a deux ans.
C’est l’article 40 de la loi n°2019-791 du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance qui les instituent :
Le conseil d’évaluation de l’école […] est chargé d’évaluer en toute indépendance l’organisation et les résultats de l’enseignement scolaire. À ce titre […] il définit le cadre méthodologique et les outils des autoévaluations et des évaluations des établissements conduites par le ministère. […] Il s’assure de la fréquence régulière de ces évaluations d’établissements et définit les modalités de leur publicité […].
En revanche le temps sur lequel elle doit se dérouler n’est pour l’instant précisé dans aucun texte ou document national.
 
Pour le SE-Unsa il n’y pas d’ambiguïté : pour rendre une tâche supplémentaire obligatoire cela implique qu’elle soit inscrite dans les obligations réglementaires de service (ORS) des agents et/ou sur un temps banalisé.
D’autre part, les protocoles d’auto-évaluation doivent correspondre à l’annexe 1 du cadre d’évaluation et ne pas aller au-delà.
 
 
Du temps, du sens
 
En plus d’un temps dédié, le SE-Unsa demande une planification des évaluations des écoles, sur l’année, et la communication de la liste des écoles évaluées lors de l’année N dès le mois de juin de l’année N-1
 
La démarche d’évaluation des écoles doit avoir du sens pour les équipes et s’inscrire dans une démarche d’amélioration du Service public d’éducation. À cet effet, il convient de déterminer avec les parties prenantes (surtout l’équipe éducative et leurs représentants élus) les critères de cette évaluation.
 
D’autre part, dans un système scolaire inégalitaire, marqué par la dualité public-privé, à la mixité sociale défaillante, à l’offre d’enseignements différenciée et à la capacité d’action autonome des établissements très limitée, le SE-Unsa s’opposera à tout projet d’évaluation des établissements dont les résultats, rendus publics, alimenteraient le marché scolaire et creuseraient davantage les inégalités.
 
Enfin, l’évaluation des établissements doit également être totalement déconnectée de l’évaluation individuelle des personnels et des élèves et ne doit pas servir à établir une rémunération au mérite ou aux résultats. L’évaluation des établissements ne doit pas être un moyen d’établir un classement entre eux.
 
 
… Et ne pas avoir travaillé pour rien
 
Une évaluation qui respecte ses engagements est une évaluation qui aboutit à des actions concrètes : rédaction facilitée du nouveau projet d’école, besoins de formation exprimés par les équipes réellement pris en compte, indicateurs au service des équipes dans le cadre des discussions avec les collectivités concernant des demandes de dotations, de matériel, des sorties scolaires…
 
 
Pour plus d’informations
 
Lire ou relire tous nos articles sur l’évaluation des écoles et des établissements
Partager cet article
Repost0

commentaires