Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 8 octobre : CTSD. Bilan de la ressource enseignante 1er degré à la rentrée 2020

 

 

 

 

23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 20:14

Ca suffit !

 

Le SE-Unsa dénonce l’instauration de jours de carence pour les fonctionnaires. Cela contrevient au statut général et ne permettra en aucun cas une rentrée de fonds pour l’assurance maladie puisque c’est l’employeur qui encaissera cette ou ces journées déduites.

Il condamne cette méthode perverse qui consiste à justifier les mesures d’économies en opposant les salariés du privé et les fonctionnaires.

Le SE-Unsa, comme l’Unsa et l’Unsa Fonction publique, juge inacceptable le fait d’amputer la rémunération d’un salarié malade, qu’il soit fonctionnaire ou dans le secteur privé.

Nous ne sommes pas dupes et avons bien noté qu’au cours des discussions sur le PLFSS, le gouvernement a affiché un objectif d’économies de 200 millions d’euros.

Il a essuyé un premier refus des députés concernant la baisse des indemnités journalières en cas de maladie.

Face à cet échec, il a sorti le refrain populiste, campagne médiatique à l’appui,  sur la fraude à l’arrêt de travail et a ainsi justifié sa proposition de nouvelle mesure avec un jour de carence supplémentaire dans le privé, sanctionnant du même coup les fonctionnaires !

Face à un nouveau tollé général, le Premier ministre a annoncé le 22 novembre qu’il était prêt à renoncer à sa mesure pour le privé à condition qu’une nouvelle mesure concernant les fonctionnaires permette de retrouver l’économie recherchée.

L’acharnement idéologique anti-fonctionnaires refait surface. Cela ressemble étrangement  à ce qui a déjà été fait par le gouvernement au moment de la loi sur les retraites.

L’Unsa sera présente dans les rassemblements organisés le 13 décembre contre ces mesures d’austérité qui vont une nouvelle fois frapper les plus faibles.

Partager cet article

Repost0

commentaires