Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Instances

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 8 septembre 2022 : CTSD. Mesures d'ajustement de carte scolaire

Vendredi 18 novembre 2022 : CTSD. Bilan des ressources enseignante 1er degré et AESH - Rentrée 2022

Réunions d'information syndicale

Mercredi 9 novembre 2022 : Plessis-Robinson en présentiel

Mercredi 16 novembre 2022 : Visioconférence sur le mouvement interdépartemental

Mercredi 23 novembre 2022 : Boulogne-Billancourt en présentiel

Mercredi 30 novembre 2022 : Visioconférence sur l'entretien de direction

7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 15:11

L'enseignement catholique fait de la propagande avec notre argent !

 

 

Le SGEC* a récemment demandé aux chefs d’établissements catholiques d’organiser des débats sur le mariage pour tous, et ce à la veille d’une manifestation contre ce projet de loi. Ce n'est pas acceptable !

Pour le SE-Unsa l’organisation de tels débats constitue une tentative d'inculquer à de jeunes esprits la doctrine morale de l’Eglise contre le mariage pour tous, sans respecter la liberté de conscience des enfants accueillis voire des personnels. C’est également une ingérence dans le débat politique qui vise à peser sur l’opinion publique, aujourd’hui majoritairement favorable au droit au mariage pour les couples homosexuels. (cf. Communiqué de presse de l’Unsa Education du 23 décembre).

Le SE-Unsa se réjouit donc du rappel à l’ordre que Vincent Peillon vient d’adresser au secrétariat général de l'enseignement catholique concernant l’obligation de neutralité à laquelle sont soumis les établissements privés sous contrat. Pour le SE-Unsa, le principe de neutralité de l’école doit s’appliquer avec d’autant plus de rigueur que le débat public est vif et que le sujet est sensible.

Mais cette prise de position partisane de la part de l’enseignement catholique pose plus largement la question de son financement sur fonds publics. L'Education nationale doit-elle continuer à verser 7 milliards d’euros par an à cette institution pour qu’elle s’en serve à des fins de propagande ?
Le SE-Unsa ne le pense pas. Cela fait donc une raison supplémentaire de continuer le combat, mené avec le Cnal, en faveur d'un financement public consacré exclusivement à l’enseignement public et laïque.

* secrétariat général de l'enseignement catholique

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires