Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Vendredi 20 novembre : CDEN. Bilan de la rentrée 2020

 

 

 

 

26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 08:54

Un signe qui ne répond pas à l'exaspération

 

Le Ministre de l’Education nationale vient d’annoncer l’augmentation de 50% de la part variable de l’indemnité de sujétion spéciale des directeurs d’école. Cela se traduit par l’attribution de 100 € à 300 € de plus par an selon le nombre de classes de son école. Si ce geste ne peut être négligé dans le contexte de perte de pouvoir d’achat, il n’est pas de nature à répondre à l’exaspération des directeurs d’école.
Depuis des mois, le SE-Unsa tire la sonnette d’alarme sur la situation des directeurs et du fonctionnement des écoles. Les attentes des familles, des partenaires, de l’institution sont toujours plus nombreuses. Les tâches, missions et responsabilités du directeur d’école ne cessent de croître. Dans le même temps, les moyens dédiés au soutien à la direction d’école avec les emplois d’aide-administrative sont drastiquement réduits. Ne réussissant plus à faire face, les directeurs d’école sont au bord de l’explosion.
Après des mois de conflit (courriers aux parlementaires, aux Maires, pétition « le bricolage, ça suffit ! », blocage administratif en septembre et octobre), le SE-Unsa juge cette réponse tout à fait partielle. Il réitère sa demande au Ministre de l’Education nationale de bien vouloir ouvrir une réelle négociation sur l’ensemble des champs de ce dossier : rémunération, temps, assistance administrative et organisation structurelle de l’école.

Dans l’attente de ce nécessaire dialogue, le SE-Unsa poursuit ses initiatives visant à mobiliser largement sur ce dossier, notamment en présentant des motions en conseils d’école durant ce mois de novembre.

Paris, le 25 novembre 2011

Christian CHEVALIER, Secrétaire Général

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 23:08

 

L'action continue ...

 

Blocage des remontées administratives, journées d’actions, interpellation des parlementaires, ces 2 premiers mois de mobilisation auront permis de contrecarrer la suppression de l’aide administrative mais le compte n’y est toujours pas. Le SE-Unsa a donc décidé de poursuivre l’action tout en en renouvelant la forme.

Le recrutement de 4000 contrats aidés, annoncé pour ce mois de novembre, qui plus est sans fléchage défini en faveur de l'aide administrative, est loin de répondre aux besoins.

Le SE-Unsa a donc décidé d’appeler les collègues à poursuivre l’action, sans pour autant s’installer dans une grève administrative qui finirait par porter préjudice aux collègues directrices et directeurs en les isolant face à leur hiérarchie.

Cette action, pour le rétablissement de l’aide administrative dans l’immédiat mais aussi pour l’ouverture d’une négociation pour un réel secrétariat administratif, doit rester une action collective des équipes et bénéficier du soutien des parents et des élus locaux.

En novembre, le SE-Unsa propose de profiter de la réunion du premier conseil d’école pour adopter une motion reprenant nos revendications.

Ce texte sera ensuite envoyé à l'Inspecteur d’académie avec copie au SE-Unsa local. Une information aux correspondants de presse locaux pourra aussi aider à la médiatisation du dossier.

Au plan national, le SE-Unsa demande au ministre la réunion du comité de suivi du protocole d’accords sur la direction d’école signé en 2006.

Le SE-Unsa, avec vous, est déterminé à voir revenir cette aide précieuse qui doit trouver une évolution stable et pérenne.

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 09:39

La préparation du SE-Unsa 92

 

Comme tous les ans le SE-Unsa 92 organise une session de préparation à l'entretien de direction, en 5 séances de 2 heures. La première aura lieu le mardi 8 novembre à 17h30 à la Maison des Syndicats de Boulogne.

Si vous souhaitez participer ou obtenir des renseignements sur cette préparation contactez-nous  

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 16:32

Le ministre peut mieux faire

 

Luc Chatel, vient d’annoncer la création de 4000 emplois aidés dans l’Education Nationale. Après avoir, en juillet, stoppé net tous recrutements ou renouvellement d’emplois d’aide administrative des directeurs d’école, il tente d’apaiser le conflit, mais le compte n’y est vraiment pas.

La consigne de blocage administratif lancée par le SE-unsa, n’est pas étrangère à ce changement de cap. La prise à témoin de l’opinion publique, l’interpellation des élus locaux et des parlementaires, notre pétition nationale ont été autant d’actions qui ont permis d’arracher ce premier résultat.

Cela étant, pour le SE-Unsa, nous sommes encore loin du compte. Il aurait fallu réinjecter le double de moyens pour permettre aux écoles de retrouver un fonctionnement convenable. Qui plus est, nous ne disposons d’aucune garantie que ces emplois soient intégralement fléchés vers l’aide administrative. Une hirondelle ne faisant pas le printemps, nous jugerons donc sur pièces.

Pour ces raisons, le SE-Unsa maintient sa consigne nationale de blocage administratif. Il appelle les directrices et directeurs d’école, avec le soutien des équipes, à poursuivre sa campagne d’alerte de l’opinion publique.

Dans le même temps, le SE-Unsa réitère sa demande auprès du ministre d’ouvrir enfin le débat sur le fonctionnement et la direction d’école. Le bricolage ça suffit !

 

 Paris le 10/09/2011

Christian CHEVALIER, Secrétaire général du SE-Unsa

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 18:00

Annonces à concrétiser d'urgence

 

Pour répondre à la hausse des chiffres du chômage, le président de la République vient de rendre publique la création de 20.000 emplois-aidés. Cette annonce intervient alors même que dans l’Education nationale, s’agissant de l’aide administrative aux directeurs d’école, ils ont été drastiquement réduits depuis janvier.
Alors que le ministre s’était engagé en février pour le maintien de ces emplois, suite à une précédente déclaration présidentielle, une instruction aux recteurs datée du 4 juillet est venue sonner le glas des emplois-aidés dédiés à l’aide administrative des directeurs d’école. Cette situation a ouvert un conflit entre le ministère et les directeurs d’école.
Cette décision, qui s’ajoute à la purge budgétaire subie depuis quatre ans, met à genoux les écoles maternelles et élémentaires. C’est pourquoi, en cette rentrée, le SE-Unsa a décidé d’appeler les directrices et directeurs d’école à une action de blocage administratif. Dans le même temps, il poursuit la diffusion de sa pétition « Aide administrative : le Bricolage, ça suffit !  » qui a d’ores et déjà recueilli plus de 11 000 signatures.
La balle est désormais dans le camp du gouvernement. Le SE-Unsa, ainsi que les directrices et directeurs engagés à ses côtés, seront très attentifs aux décisions prises, mais surtout à leur application sur le terrain. Pour cela, ces nouveaux emplois devront être fléchés vers l’aide administrative.
Le SE-Unsa appelle donc tous les acteurs concernés, maires, élus, familles, enseignants…, à soutenir l’action légitime des directeurs pour que l’annonce présidentielle se concrétise sans tarder par des recrutements sur tous les emplois vacants. Faute de quoi le conflit se durcirait.
La précarité de l’aide administrative ne peut durer plus longtemps. Pour le SE-Unsa, il devient urgent d’apporter une réponse pérenne aux besoins réels des écoles avec des emplois qualifiés et reconnus. Au-delà, il faut engager une réflexion plus large sur le fonctionnement même des écoles primaires et sur la direction d’école

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 20:58

Action de blocage des remontées administratives

 

blocageadm QEDébut juillet, en catimini, le ministère a porté un coup fatal à l’aide administrative en donnant consigne de ne procéder à aucun recrutement ni renouvellement des EVS « assistance administrative ».

Le SE-Unsa lance un plan d’actions pour riposter contre cette nouvelle offensive contre l’école et ses personnels, en commençant par un blocage des remontées administratives en septembre.

 Depuis un an, l’avenir de l’aide administrative est suspendu à la rigueur budgétaire et à la politique de l’emploi. Après une année d’actions syndicales et de tergiversations gouvernementales, le ministère a attendu le début des congés d’été pour donner aux recteurs et inspecteurs d’académie, la consigne de non recrutement et non renouvellement des contrats EVS « aide administrative » pour cette rentrée.

Les directeurs d’école, et avec eux les équipes dont les EVS, sont pourtant arrivés à épuisement quant au fonctionnement administratif de l’école.

Pour le SE-Unsa c’est inacceptable. La mobilisation est nécessaire. Le SE-Unsa appelle les directrices et directeurs d’école, en lien avec les personnels à commencer l’action en bloquant dès la rentrée les remontées administratives, et ce, sur tout le mois de septembre.

Il s’agit de faire valoir notre revendication d’un secrétariat administratif pérenne. le SE-Unsa appelle les directeurs à n’effectuer aucune remontée administrative en septembre à commencer par le constat des effectifs (sauf si besoin d’une ouverture de classe). Ils ne réponderont donc à aucune enquête de l’inspection académique ou de la circonscription (langue, APE, PPRE…). Le SE-Unsa informe le ministre et les Inspecteurs d’Académie de cette action et demande l’ouverture immédiate de discussions.

Engagez-vous dans cette action en adressant la motion du conseil des maîtres à votre IEN et à votre Inspecteur d’Académie avec copie SE-Unsa- 209 boulevard Saint Germain – 75 007 Paris. 

Partager cet article

Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 14:32

Le SE-Unsa obtient l'engagement du ministre

 

Suite aux annonces présidentielles concernant l’emploi aidé, le SE-Unsa s’est appuyé sur le protocole d’accord de 2006 pour interpeller à nouveau le ministre de l’Education nationale et demander la traduction concrète en aide administrative dans les écoles. Par un courrier du 15 février au secrétaire général du SE-Unsa, Luc Chatel indique que « Les derniers engagements du Président de la République et la mobilisation de 500 millions d’euros en faveur de l’emploi [le] conduisent à penser que [son] ministère pourra retrouver très bientôt la capacité à maintenir à son niveau initial le dispositif d’aide administrative des directeurs d’école ». Il rappelle sa volonté de voir l’aide administrative maintenue « conformément au protocole de 2006 ».

Poursuivre l’action pour une concrétisation rapide.

Ce sont enfin de bonnes nouvelles. Elles marquent une avancée significative vers l’aboutissement de ce dossier. Il s’agit désormais de décrocher la réalisation concrète et rapide de ces annonces. Le SE-Unsa s’organise avec ses sections locales pour saisir les inspecteurs d’académie et les préfets. Pour ce faire, il est nécessaire que chacune des écoles rappelle sa volonté de bénéficier de l’aide administrative. Elles doivent adresser une lettre en ce sens à leur inspecteur d’académie et en faire copie à leur section départementale. C’est fort de ces demandes que les délégués SE-Unsa pourront faire le siège des préfectures et sous-préfectures qui détiennent les clés de la mise en œuvre de la politique de l’emploi. 

>> Demandez le maintien de l’aide administrative

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 09:51

Une bataille gagnée pour l'aide administrative

 

Les interventions du SE-Unsa auprès de l’ensemble des groupes parlementaires pour le maintien de l’aide administrative ont payé.

Un amendement au projet de loi de finances, proposé par le groupe socialiste, a été adopté à l’unanimité avec le soutien du Ministre Chatel.

Réaffectant une partie des crédits « heures supplémentaires » vers le programme « vie de l’élève – encadrement éducatif », cet amendement permet de retrouver le nombre d’emplois aidés de 2010.

Le SE-Unsa engrange ainsi une avancée essentielle et poursuit son action pour que l’aide administrative retrouve toute sa place dans nos écoles.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 09:53

Demandez le programme !

 

Comme tous les ans le SE-UNSA 92 organise une session de préparation à l'entretien de direction. Composée de 5 séances de 2 heures, elle permet à la fois de préparer les candidats aux deux entretiens auxquels ils seront conviés mais également d'avoir une vision assez large des multiples fonctions d'un directeur d'école.

Attention : cette année nous avons volontairement avancé les dates de la préparation, pour que les candidats puissent préparer au mieux l'entretien avec leur IEN. En effet, celui-ci prend une place de plus en plus importante dans l'avis que donne la CAPD pour l'inscription sur la liste d'aptitude.

La première séance aura donc lieu le mardi 19 octobre, de 17h30 à 19h30, à la Maison des Syndicat de Boulogne.

Pour plus d'infos ou vous inscrire cliquez ici

 

 

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 09:51

Des propositions sous hypothèque budgétaire et idéologique

 

Fréderic Reiss vient de remettre à Luc Chatel son rapport sur la direction d’école. Ce document dresse un état des lieux fouillé du fonctionnement de l’école primaire et relance un débat aujourd’hui nécessaire. Il tombe à pic. La disparition programmée de l’aide administrative des directeurs, qui occupe l’actualité, démontre l’acuité de ce dossier et la nécessité d’y apporter enfin des solutions concrètes et pérennes.

Le député affirme que le statut quo n’est plus possible. Il exclut toute décision ministérielle unilatérale et lui préfère, dans un cadre expérimental, des réponses adaptées à la diversité des territoires et des écoles. La question est en effet complexe, les acteurs multiples et les écueils nombreux.

Il avance d’un côté l’idée de créer des regroupements scolaires (RS) et de l’autre, celle de la mise en place d’établissements publics du primaire (E2P) disposant, dans le cadre d’une contractualisation avec les communes, d’un conseil d’administration tripartite, d’un budget propre et d’une aide administrative.

Il fait aussi des propositions précises sur l’évolution du « métier » de directeur, son rôle, son recrutement ou sa rémunération, autant de questions qui doivent être mises sur la table.

Pour le SE-Unsa, il est en effet temps d’avancer sur cette question du fonctionnement et de la direction d’école. Cela ne peut se faire que dans le cadre d’une concertation large avec l’ensemble des acteurs concernés.

Nous verrons quel sort le Ministre réservera à ce rapport. En tout état de cause, pour le SE-Unsa, toute évolution ne saurait servir de prétexte à des suppressions d’emplois, à une mise en concurrence des écoles, à une caporalisation de l’école primaire ou à une dégradation des conditions d’exercice des directeurs. Si ce chantier s’ouvre, le SE-Unsa exigera qu’évolution rime avec amélioration.

 

Paris, le 30 septembre 2010

Christian Chevalier, Secrétaire Général 

Le rapport Reiss en intégralité

 

 

 

Partager cet article

Repost0