Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 3 septembre : CTSD. Carte scolaire 1er degré : ajustements de rentrée

 

 

 

21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 10:56

Ca commence après les vacances

 

Comme tous les ans le SE-Unsa 92 organise sa préparation à l’entretien de direction. 5 séances de 2 heures permettront aux candidats d’appréhender au mieux l’entretien mais aussi de débuter plus sereinement dans leur nouvelle fonction.

La 1ère séance aura lieu le mardi 12 novembre à 17h30 à la Maison des Syndicats de Boulogne (245 boulevard Jean Jaurès).

Inscrivez-vous en cliquant ici

Partager cet article

Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 08:49

Une aide administrative supplémentaire

 

Le Ministère de l’Education nationale a annoncé dès la rentrée 2013 un contingent supplémentaire de trente mille contrats dédiés aux priorités éducatives. Suite aux interventions répétées et opiniâtres du SE-Unsa sur le dossier de la direction et du fonctionnement de l’Ecole,  10000 de ces nouveaux contrats, seront dévolus à « l’appui administratif et éducatif aux écoles ».

Une circulaire du Ministre de l’Education nationale précise les conditions d’emploi et les volumes de recrutements des nouveaux emplois aidés.

Elle confirme le maintien du contingent de 12 000 contrats arrivant à échéance le 30 juin 2013. Elle réaffirme la priorité accordée aux missions d'accompagnement des élèves en situation de handicap pour la répartition de ce contingent.   

Par ailleurs, 30000 contrats seront dédiés aux priorités éducatives :

  • missions d'accompagnement des élèves en situation de handicap
  • dans le premier degré : renforcement de l'appui administratif et éducatif aux écoles et accompagnement de la réforme des rythmes.
  • dans le second degré : missions d’appui éducatif (individualisation de l’aide aux élèves, informatique et nouvelles technologies), missions d’amélioration du climat scolaire.

Les contrats proposés pour ces priorités seront de 24 mois.

La circulaire insiste également sur la formation de ces agents. Le projet de formation doit être réel, faire l’objet d’un encadrement par un tuteur et conduire à une qualification ou une validation des acquis de l’expérience.

  • 80 heures sont prévues pour l’adaptation à l’emploi et l’insertion professionnelle
  • 220 heures pour les personnels chargés de l’accompagnement des élèves handicapés

Rappelons les ces contrats uniques d’insertion (CUI) sont éligibles également au DIF ainsi qu’au Plan Académique de Formation (PAF).

Pour le SE-Unsa, il s’agit là d’un premier pas qui doit permettre de prendre enfin à bras le corps la question de la direction et du fonctionnement de l’école.

Sur les 30000 contrats prévus, 2059 le sont pour l'Académie de Versailles.

Partager cet article

Repost0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 10:12

Premiers actes et perspectives, enfin !

 

Suite à l’alerte sociale déposée par le SE-Unsa sur la direction d’école, la première réunion de discussions a eu lieu ce mardi 18 juin. Le ministère a annoncé des mesures immédiates concernant l’aide aux directeurs et un calendrier de négociations au premier trimestre de l’année 2013-2014.

Mesures immédiates

Sur une nouvelle enveloppe globale de 30 000 emplois aidés destinés à l’Education nationale, un minimum de 10 000 sera fléché sur l’aide aux directeurs d’école. Le SE-Unsa avait interpellé l’ensemble des parlementaires sur la nécessité de créations supplémentaires et se félicite d’avoir été entendu.

Ces emplois sont destinés à des jeunes, titulaires au minimum du baccalauréat, sur des contrats qui pourront atteindre deux ans et sur un horaire hebdomadaire de 24 heures. Leur niveau de qualification leur permettra un appui important aux directeurs dans la multiplicité et la complexité de leurs tâches. Ils pourront également améliorer la vie de l’école en intervenant auprès des élèves  sous la responsabilité des enseignants (BCD, ateliers informatiques, etc.).

Pour le SE-Unsa, l’arrivée de ces personnels, par leur nombre et leur profil, est une bonne nouvelle pour les directeurs et les équipes enseignantes. Le SE-Unsa souhaite que l’implantation de ces emplois fasse l’objet de discussions nationales et locales pour qu’un maximum d’écoles puisse en bénéficier dans tous les départements.

Négociations globales à compter de septembre

Au-delà de cette aide immédiate, des négociations s’ouvriront dès la rentrée sur trois champs : missions et responsabilités, accompagnement dans le parcours professionnel (recrutement, affectation, formation), valorisation de la fonction (carrière, décharges). Sur chacun de ces points, le ministère a réalisé un état des lieux et identifié les pistes possibles d’évolution qui seront soumises à la discussion (voir ci-dessous).

Pour le SE-Unsa, les diverses pistes exposées sont le point de départ d’un dialogue social sérieux. Les négociations à venir devront apporter des réponses  concrètes et durables à un dossier en souffrance depuis plus de quinze ans.

État des lieux et pistes identifiées par le ministère :

  1. Missions et responsabilités 

Le ministère convient de l’inadaptation du décret datant de 1989. Il propose de le compléter par le biais d’une circulaire de missions ou d’un référentiel métier pour appréhender la réalité de cette fonction sous trois chapitres : animation pédagogique, organisation de l’école, relation avec les familles et collectivités.

  1. Accompagnement dans le parcours professionnel

Le ministère souhaite revoir les modalités d’inscription sur liste d’aptitude et de formation. Il pourrait préconiser un entretien pour tous, que l’on soit faisant fonction ou non, mais en précisant les attentes de cet entretien par une circulaire. Il évoque la possibilité de formation pour préparer à cet entretien. Par ailleurs, il pointe l’absence d’accompagnement des enseignants qui assurent un intérim.

Les modalités d’affectation sont également observées. Le ministère relève les pratiques de postes à profil et leur diversité. Il estime que cela peut être nécessaire mais de façon cadrée (par exemple en identifiant les écoles où une expérience préalable de direction s’avèrerait nécessaire pour le directeur nommé).

Sur la formation, le ministère évoque plusieurs pistes à discuter : une formation notamment par des tuteurs et donc l’émergence d’une fonction de directeur-formateur, une formation continue par l’analyse de pratiques, la valorisation des compétences acquises par une certification dans le cadre des futures Espé.

  1. Valorisation de la fonction

Le ministère déclare vouloir reconnaître le service accompli et améliorer l’attractivité de la fonction. Il liste plusieurs options différentes : quotas de promotions au choix, faciliter l’accès à la hors-classe, grade à accès fonctionnel. Il préconiserait d’ailleurs un protocole d’inspection spécifique prenant en compte la double mission  d’enseignement et de direction.

Les décharges de service sont l’autre versant de la valorisation abordée par le ministère. Il annonce que les marges d’évolution seront étroites mais soumet à la discussion :
la modulation des seuils par d’autres critères (nombre de personnes, dispositifs particuliers, Rased…), l’assouplissement des décharges de rentrée, la reconnaissance de la fonction de coordonnateur dans les RPI  et la redéfinition des 108 heures pour les directeurs (APC difficilement compatibles avec la fonction de directeur).

Partager cet article

Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 14:57

Le ministère ouvre des négociations

 

Suite au dépôt, par le SE-Unsa, d’une alerte sociale concernant les conditions de travail des directeurs d’école, le ministère vient de lui annoncer l’ouverture de négociations.

La première réunion se tiendra le 18 juin prochain.

Le SE-Unsa prend acte de cette première avancée. Il se félicite que le dossier de la direction d’école fasse désormais partie du calendrier social de la rue de Grenelle.

Le ministère répond à la demande du SE-Unsa en faisant porter les discussions sur :
- la redéfinition des missions des directeurs
- l’aide administrative
- la rémunération
- le régime des décharges
- la valorisation des parcours de carrière.

Pour le SE-Unsa, ces sujets devront être mis en perspective avec l’indispensable réflexion à mener pour repenser et améliorer l’organisation et le fonctionnement de l’école primaire.

Partager cet article

Repost0
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 14:58

Les directeurs doivent aussi en profiter

 

Le ministère vient de le confirmer au SE-Unsa. Les 12 000 contrats EVS arrivant à échéance à la fin de l’année scolaire seraient reconduits. Ces EVS interviennent dans l’aide à la scolarisation des élèves en situation de handicap et l’aide à la direction d’école. La reconduction des EVS en fin de contrat était donc nécessaire.

Pourtant, force est de constater, depuis quelques années, que la part consacrée à l’aide administrative est en diminution constante.
Pour le SE-Unsa il est essentiel de rééquilibrer les missions accomplies par les EVS. La tâche des directeurs d’école s’accroît, la mise en œuvre des rythmes nécessite une prise en charge importante de leur part. Dans le cadre des futures négociations promises depuis des mois par le ministre, le SE-Unsa exigera une généralisation et une pérennisation de l’aide apportée aux directeurs.

Cela ne peut se faire au détriment du soutien à la scolarisation des élèves en situation de handicap. La simple reconduction des postes d’EVS ne suffira donc pas à remplir la totalité des missions remplies par les EVS.

Partager cet article

Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 15:10

Le SE-Unsa dépose une alerte sociale

 

Il est désormais urgent de répondre à la difficile situation des directeurs d’école. Le SE-Unsa vient donc de déposer une alerte sociale. Cette démarche nationale sera déclinée dans chaque département.

Il y a déjà un an, une enquête lancée par le  SE-Unsa avait montré que leur malaise avait viré à la souffrance au travail.

Cette situation continue pourtant de s’aggraver. Aux tâches et missions qui ne cessent de croître et de se complexifier, s’ajoute désormais l’organisation de la semaine de quatre jours et demi qui place les directeurs en première ligne et vient alourdir encore des emplois du temps déjà largement surchargés.

Dans le même temps, les académies annoncent qu’à la rentrée prochaine, les rares emplois d’aide administrative qui subsistent encore ne connaîtront pas de renouvellement. Ce faisant, elles renvoient vers Pôle emploi des personnels pourtant indispensables  au bon fonctionnement des écoles.

Depuis un an, le ministre de l’Education martèle que l’Ecole primaire est une priorité. Mais les discussions qu’il avait lui-même annoncées en octobre sur la direction ne sont toujours pas concrétisées. Ce choix de la priorité au primaire doit mobiliser tous les acteurs et toutes les équipes d’école. Les directeurs ont, dans ce cadre, un rôle majeur à jouer. Pour le SE-Unsa, ils doivent dès lors bénéficier de moyens en temps, en formation et en personnel administratif pour y parvenir. Au-delà, c’est la question même de l’évolution de la structure de l’école primaire qui doit être posée afin de répondre durablement et efficacement à cette problématique récurrente.

Ce sont toutes ces questions que le SE-Unsa portera lors de son alerte sociale. Il attend des réponses concrètes à une situation qui ne peut plus durer.

Partager cet article

Repost0
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 10:47

Quelles nouvelles décharges de direction ?

 

La semaine de 4 jours et demi, d’une part, et l’APC, d’autre part, nécessitaient la révision du régime de décharges des directeurs. Une nouvelle circulaire à paraître a fait l’objet de discussions avec les organisations syndicales.  
Le ministère, en attendant de futures discussions sur la direction, veut adapter l’existant au nouveau rythme des écoles et la transformation de l’aide personnalisée en APC :
  •  les quarts de décharge (initialement 36 jours par an) : une journée hebdomadaire et une demi-journée toutes les quatre semaines
  • les demi-décharges : deux jours hebdomadaires et une demi-journée toutes les deux semaines .
Pour les décharges d’APC des directeurs, quel que soit le rythme de l’école, le principe est qu’elles soient proportionnelles aux décharges d’enseignement pour ceux qui en bénéficient :
  • quart de décharge : décharge de 9h d’APC
  • demi-décharge : décharge de 18h d’APC
  • décharge totale : pas d’APC.  
Pour les directeurs sans décharge d’enseignement, ils auront une décharge d’APC de 6h. Le SE-Unsa a obtenu que celle-ci soit désormais automatique. Plus besoin de le demander à l’IEN qui auparavant l’accordait totalement, partiellement ou pas. 
Pour le SE-Unsa, cette adaptation plutôt positive de l’existant au nouveau contexte est appréciable mais ne pourra pas être une fin en soi. Les discussions annoncées pour la fin de l’année scolaire sur le dossier de la direction devront largement améliorer ce régime de décharges.

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 13:52

Le grand flou

 

Une délégation du SE-Unsa 92 a été reçue le mardi 8 janvier par le DASEN et la Secrétaire Générale de la DSDEN sur l’unique sujet de l’aide administrative. Cette rencontre rentrait dans le cadre du suivi du protocole d’accord sur la direction d’école, signé en 2006 par le seul SE-Unsa.

Le Directeur Académique, M. Rosselet, ne nie pas que les moyens n’ont cessé de baisser de 2007 à 2012. Mais, dans la mesure du possible, l’aide administrative a été maintenue.

Le SE-Unsa note que les missions des personnels ont évolué, la majorité des CUI recrutés étant désormais affectée à l’accompagnement des élèves en situation de handicap. Si l’intention n’est pas discutable, concrètement c’est l’aide administrative qui en fait les frais puisque, actuellement, seuls 180 directeurs (sur 600) bénéficient d’une aide administrative alors que le département dispose de 695 contrats (dont une cinquantaine qui reste à pourvoir, alors que dans le même temps 80 élèves en situation de handicap attendent un accompagnement par un CUI).

Le SE-Unsa se fait également le porte-parole du mécontentement de certains directeurs devant l’opacité de l’attribution de cette aide administrative. En effet, les nominations de CUI dans certaines circonscriptions du département ne sont pas toujours comprises par les collègues. Mme Beulze, Secrétaire Générale, confirme qu’il n’y a pas de critères précis définis pour l’attribution des CUI, celle-ci étant effectuée par les IEN qui sont au plus proche du terrain. Certaines priorités sont quand même énoncées par l’administration (écoles à la limite d’une décharge totale, éducation prioritaire, situations particulières, …) mais la priorité absolue reste l’accompagnement des élèves en situation de handicap.

Le SE-Unsa 92 demande qu’un point soit fait par les IEN sur l’aide administrative lors des réunions de directeurs.

En définitive, entre la volatilité des personnes nommées, la faiblesse du vivier pour recruter, des contrats qui commencent (et donc qui terminent) n’importe quand dans l’année et l’absence de réel pilotage départemental, la situation de l’aide administrative reste très floue aux yeux de tous.

Le SE-Unsa continue de revendiquer une aide administrative pour tous les directeurs qui le souhaitent, comme le prévoit le protocole d’accord. La Refondation de l’Ecole peut être l’occasion de donner satisfaction à cette attente.

Infos diverses :

- Un recrutement de contractuels est en cours, pour renforcer le remplacement dans le département.

- Concernant la réforme des rythmes scolaires, le DASEN nous informe que, selon ses informations, aucune commune du département ne devrait la mettre en place à la rentrée 2013.

Charles BARDOU, David PLANCHE

 

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 14:09

Le SE-Unsa enfin entendu !

 

 

Vincent Peillon a annoncé mercredi à l’Assemblée nationale qu’il ouvrirait au premier trimestre 2013 le dossier de la direction d’école.

Suite à l’enquête du SE-Unsa montrant que l’on est en train de passer du malaise à la souffrance au travail, il précise que cette question doit être traitée « avec beaucoup de sérieux et dans le cadre d’un dialogue ».
Le ministre rencontrera les organisations syndicales pour y traiter la question des charges de classe et du temps nécessaire pour accomplir au mieux leurs missions, toujours plus complexes et diverses.
Concernant les aides administratives dont il reconnait que le nombre a chuté, il précise qu’il faudra apporter des réponses quantitatives. D’autres pistes seront ouvertes notamment la reconnaissance de leurs missions qui pourraient ouvrir droit à des évolutions indemnitaires.
Il a aussi tenu à rappeler que les directeurs ne revendiquaient pas un statut hiérarchique.
Le SE-Unsa se félicite de cette avancée importante et attendue par l’ensemble des directeurs. Au moment où l’on fait de l’école primaire une priorité, il ne pouvait rester sur le bord de la route.

 

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 14:15

Ca commence après les vacances

 

Comme tous les ans le SE-Unsa 92 organise sa préparation à l’entretien de direction. 5 séances de 2 heures permettront aux candidats d’appréhender au mieux l’entretien mais aussi de débuter plus sereinement dans leur nouvelle fonction.

La 1ère séance aura lieu le mardi 13 novembre à la Maison des Syndicats de Boulogne (245 boulevard Jean Jaurès).

Inscrivez-vous en cliquant ici

Partager cet article

Repost0