Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Réunions d'information syndicale

Mercredi 10 novembre 2021 : Permuts 2022

Mardi 16 novembre 2021 : Préparation à l'entretien de direction

1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 20:24
CTPD de rentrée - Vendredi 04/09

Si vos effectifs ont sensiblement évolué depuis le CTPD de juin et que vous souhaitez que le cas de votre école soit défendu par nos représentants du personnel, merci de nous communiquer toutes les données nécessaires en cliquant ici  
Partager cet article
Repost0
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 21:28
Et maintenant ?

L'évaluation des acquis des élèves fait partie des missions ordinaires des enseignants. Ils disposent pour ce faire d'outils variés. Depuis plusieurs années, ils utilisent en particulier les protocoles d'évaluations « diagnostic ». Contrairement aux nouvelles évaluations qui proposent un codage binaire (juste ou faux), ces évaluations « diagnostic »permettent une connaissance fine des difficultés des élèves et une remédiation adaptée. Quant à l'information des parents, elle se fait de longue date par le livret scolaire et les livrets de compétences mis au point par les équipes pédagogiques.
Pour le SE-UNSA, des évaluations nationales sont utiles, voire indispensables, pour faire le point régulièrement sur les performances du système éducatif et permettre une régulation efficace. Cependant, le SE-UNSA conteste la pertinence du dispositif mis en place cette année. En effet, les mêmes objectifs pourraient être atteints par des évaluations portant sur des échantillons représentatifs. On échapperait ainsi  au principal effet « pervers » de ces évaluations : un travail centré uniquement sur les mathématiques et le français au détriment des autres domaines d'enseignement.

9 à 10% d'élèves sont en grande difficulté. Il est absolument nécessaire de développer pour ces élèves des prises en charge particulières par des professionnels formés au traitement de la grande difficulté. Ces personnels sont en particulier ceux des RASED, dont le ministre précédent avait voulu réduire drastiquement le nombre. Le SE-UNSA demande instamment au nouveau ministre de favoriser la mise en place de dispositifs de remédiation inclus dans le temps scolaire (intervention RASED, différenciation pédagogique facilitée par la présence d'un maître supplémentaire, ...)

Les disparités des résultats entre académies mettent en évidence la nécessité de mener des politiques ambitieuses en matière de lutte contre les inégalités sociales de réussite scolaire. Un effort particulier doit être fait en direction des départements d'outre-mer.

Ces résultats ne font que confirmer des faits avérés. Il est maintenant urgent d'apporter des solutions efficaces.

Le SE-UNSA demande instamment à Luc Chatel d'engager un programme de travail avec les organisations représentatives des enseignants. Il faudra évaluer les dispositifs CE1 et CM2 et construire ensemble un outil permettant une régulation effective et efficace des enseignements. Le SE-UNSA  demande surtout au ministre les moyens nécessaires à la réussite de tous les élèves.

 

Paris, le 7 Juillet 2009

Christian CHEVALIER

Secrétaire Général

Partager cet article
Repost0
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 17:53

Sous les statistiques ... la réalité du métier

L’Agence Nationale du Remplacement vient de laisser filtrer dans la presse un rapport sur les absences des enseignants. Ce dernier, statistiques à l’appui, démontrerait que les enseignants bénéficient d’une durée de leurs congés maladie plus importante que les salariés du privé, et pointe particulièrement du doigt les professeurs des écoles.
Les professeurs des écoles sont chaque jour en contact avec de jeunes et très jeunes enfants dont chacun connait la grande fragilité face aux maladies. La grippe H1N1 est là pour le prouver puisque, hormis le collège de Toulouse, ce sont exclusivement des écoliers qui sont frappés. Cette proximité fait partie des facteurs objectifs qui peuvent expliquer le nombre plus élevé de congés maladie courts des enseignants.
Au-delà de cet exemple, on peut légitimement penser que la dégradation des conditions de travail dans les écoles élémentaires et maternelles ces dernières années est un facteur aggravant. Le rapport annuel de performances 2008, qui fait le point sur l’exécution budgétaire 2008, est édifiant. Alors que la Représentation Nationale a voté la création de 500 emplois, les chiffres réels sont de – 2200. Alors que les exigences s’accroissent sur ces personnels, ils doivent donc les réaliser en étant de moins en moins nombreux, quand le nombre d’élèves ne cesse d’augmenter.
Pour le SE-UNSA, au-delà des simples données statistiques, ce sont les causes de l’absentéisme qui doivent être examinées. Les conditions de travail et d’affectation des personnels devraient faire l’objet d’une attention toute particulière. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. De même, la médecine du travail et la prévention sont quasi inexistantes.
Le SE-UNSA attend du nouveau ministre la mise en œuvre d’une politique des ressources humaines qui prenne en compte la réalité quotidienne d’un métier de plus en plus difficile.


Paris, le 29 juin 2009
Christian CHEVALIER, Secrétaire Général du SE-UNSA

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 14:05
Mesures d'ajustement de carte scolaire

ANTONY : 1 ouverture mat André Pasquier, 1 fermeture mat Dunoyer de Ségonzac, 2 fermetures mat Jean Zay, 1 ouverture élém Pasquier, 1 fermeture élém Les Rabats, 1 ouverture élém Velpeau
ASNIERES : 1 ouverture mat RP Gilbert, 1 fermeture mat ZAC des Bords de Seine, 1 fermeture élém Jules Michelet A, 1 ouverture élém Simone Veil, 1 fermeture ZAC des Bords de Seine
BAGNEUX : 1 fermeture mat Paul Vaillant Couturier, 1 fermeture élém Maurice Thorez
BOIS-COLOMBES : 1 fermeture élém Saint-Exupéry
BOULOGNE : 1 ouverture mat Abondances, 1 fermeture mat Fessart, 1 ouverture mat Lazare Hoche, 1 réouverture mat Silly, 1 réouverture élém Paris/Denfert
CHATENAY-MALABRY : 1 fermeture mat Jules Verne, 1 fermeture mat Les Mouilleboeufs, 1 ouverture provisoire (2009/2010) élém Les Mouilleboeufs 
CHATILLON : 1 fermeture mat Arc-en-Ciel, 1 fermeture mat Langevin Wallon
CLAMART : 1 ouverture mat Anne Frank, 1 fermeture mat Jean de la Fontaine, 1 fermeture mat Jules Ferry, 1 ouverture mat La Garenne, 1 réouverture élém Jean Monnet, 1 ouverture élém Sédar Senghor
CLICHY : 2 ouvertures mat Jules Ferry
COLOMBES : 1 ouverture mat Marcelin Berthelot
COURBEVOIE : 1 ouverture mat Antoine Watteau, 1 ouverture élém Camille Claudel
GENNEVILLIERS : 1 réouverture mat Henri Wallon
ISSY : 1 ouverture mat Les Varennes, 1 ouverture mat Paul Bert, 1 fermeture élém Paul Bert
LA GARENNE COLOMBES : 1 ouverture mat Voltaire,1 réouverture élém Ernest Renan, 1 ouverture élém Jean Jerphanion
LE PLESSIS ROBINSON : 1 ouverture mat Louis Hachette, 1 ouverture mat Louis Pergaud, 1 ouverture élém Louis Hachette
LEVALLOIS : 1 réouverture élém Anatole France, 1 fermeture élém Ferdinand Buisson, 1 fermeture élém Jules Ferry, 1 ouverture élém Paul Bert/St Exupéry
MEUDON : 1 fermeture mat Pierre Brossolette, 1 réouverture mat Val
MONTROUGE : 1 fermeture mat Amaury Duval, 1 fermeture mat Auger/Mesnil, 1 réouverture mat Marcelin Berthelot, 1 ouverture élém Aristide Briand, 1 ouverture élém Boileau, 1 fermeture élém Raymond Queneau, 1 fermeture élém Renaudel A, 1 fermeture élém Renaudel B
NANTERRE : 1 réouverture mat Jacques Decour, 1 fermeture mat Robespierre, 1 fermeture mat Danielle Casanova, 1 ouverture mat Henri Wallon
NEUILLY : 1 réouverture mat Madeleine Michelis, 1 réouverture élém Commandant Charcot B
RUEIL : 1 ouverture mat Robespierre
SEVRES : 1 ouverture Léon Gambetta B
SURESNES : 1 ouverture mat Cité de l'Enfance, 1 ouverture mat Marcel Mouloudji, 1 fermeture élém Les Cottages
Partager cet article
Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 11:21

Ineats/Exeats

81 exeats ont été accordés sur 312 demandes. 
60 l'ont obtenu car leur barème était supérieur à 211, 17 pour des raisons médicales ou sociales, 3 pour des mutations de leur conjoint militaire et 1 pour une situation exceptionnelle.
Les 44 demandes d'ineat ont toutes été accordées.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 20:25

Groupe de travail Maîtres-Formateurs au Ministère du 15 juin 2009

 

Dans le cadre des discussions autour de la masterisation, les organisations syndicales avaient réclamé la prise en compte des maîtres-formateurs dans le dispositif de la nouvelle formation des enseignants. Le Ministère s’est engagé à ce que les PEMF continuent leurs missions spécifiques auprès des nouveaux enseignants.

Un premier groupe de travail s’est réuni à la DGESCO le 15 juin en présence du SE-UNSA, du Sgen et du Snuipp.

Le SE-UNSA a rappelé en préalable :

-         son attachement à la présence des EMF dans la formation initiale des enseignants

-         sa volonté que soient maintenues les écoles d’application, lieu de référence incontournable

Le SE-UNSA a demandé :

-         qu’il y ait une impulsion du Ministère, vis-à-vis des Universités, pour permettre une réelle co-intervention PEMF/Professeurs, dans le cadre du Master, seule garantie de la dimension professionnelle du métier

-         que les conditions de travail soient prises en compte dans les obligations qui vont incomber aux EMF. Cela suppose un service aménagé en fonction des tâches nouvelles qui nécessitent de la disponibilité vis-à-vis des stagiaires mais aussi du temps personnel pour la formation

-         que les conventions qui pourraient être passées entre les EMF et les universités soient cadrées a minima afin de garantir un cadre commun d’intervention

Après un premier tour de table pour rappeler les positions de chacun, nous avons convenu d’un cadre de discussion pour les prochaines semaines autour :

-         des missions des EMF dans le nouveau contexte

-         de la reconnaissance institutionnelle de cette fonction notamment via l’évolution du CAFIPEMF

-         des déclinaisons en terme d’organisation du service (temps de travail, décharges…)

La prochaine réunion est fixée au 25 juin en présence du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ; nous y examinerons la circulaire de 1995 et proposerons des aménagements pour assurer le devenir des PEMF.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 11:58
Donnez votre avis !

Dès son arrivée au pouvoir, le Président a engagé une réforme de l'école, réforme censée diviser par trois en cinq ans le nombre d'élèves en échec. Depuis, la situation n'a cessé de se tendre dans les écoles primaires et pour cause ! Sept grandes nouveautés ont marqué l'année scolaire qui s'achève : la réduction du nombre d'heures de classe et la suppression du samedi matin, les nouveaux programmes, la mise en place de l'aide personnalisée, la mise en place de l'accompagnement éducatif dans les écoles de l'éducation prioritaire, les stages de remise à niveau et les évaluations nationales en CE1 et CM2. De nombreux collègues nous ont fait part de leur désarroi, de leur fatigue et de celle de leurs élèves, de l'impossibilité de boucler le programme, de la course contre la montre qu'ils ont subie et fait subir à leurs élèves. Dans le même temps, le Ministre s'est félicité d'une école enfin remise en marche grâce à des programmes recentrés sur l'essentiel, un accompagnement éducatif, des stages de remise à niveau, de nouvelles évaluations et une aide personnalisée qui «donnent satisfaction à tous ».

Pour le SE-UNSA, il est temps de dresser un bilan. C'est pourquoi nous lançons un sondage express à destination de vous les enseignants. Connectez-vous sur www.se-unsa.org et donnez votre avis sur ces bouleversements et leur impact sur les élèves.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 21:01
CTPD d'ajustement du 23 juin

Si vous pensez que votre école est menacée d'une fermeture de classe ou, au contraire, si vous demandez une ouverture au regard de vos effectifs, confiez-nous votre dossier en téléchargeant la 
fiche de suivi et en nous la renvoyant à la section.
Partager cet article
Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 12:33
Manifestons tous le 13 juin !

Le gouvernement doit mettre le « social » au centre de sa politique économique et :

- Revaloriser le SMIC, les minima sociaux, les pensions et les retraites, conditionner toute aide publique, tout allègement de cotisations sociales à des contreparties mesurables en matière d’emploi, de qualification et de rémunération,
- Mettre en oeuvre un plan ambitieux en faveur de l’emploi et de la qualification des jeunes,
- Prolonger l’indemnisation des demandeurs d’emploi en fin de droit. Donner à Pôle-Emploi les moyens nécessaires à l’accompagnement personnalisé des demandeurs d’emplois 
- Supprimer la défiscalisation des heures supplémentaires et le bouclier fiscal, mettre à contribution les stock-options au titre de la solidarité, consacrer ces ressources nouvelles au financement des mesures sociales, 
- Renoncer dans les fonctions publiques aux suppressions d’emplois prévues pour 2009 et 2010, s’engager à résorber la précarité et tenir ses engagements en matière de négociations salariales. Ce sont des conditions pour des services publics de qualité qui répondent aux besoins de la population,
 

Le patronat doit assumer ses responsabilités et engager des négociations sur :
- Les politiques de salaires, les politiques industrielles, l’évolution de l’emploi au niveau des branches professionnelles, les rapports donneurs d’ordre – sous-traitants, pour maintenir et développer l’emploi et résorber la précarité,
- Un accès facilité pour tous au chômage partiel, l’amélioration de la durée et du niveau de l’indemnisation, associés à des formations qualifiantes,
- La répartition et la redistribution des richesses produites dans les entreprises, l’amélioration des salaires et la réduction des inégalités, notamment entre les femmes et les hommes, la reconnaissance des qualifications, l’utilisation des aides publiques au bénéfice de l’emploi,
- Les mesures favorables à l’emploi des jeunes permettant leur insertion sociale et professionnelle durable,
- Le respect et l’amélioration des droits syndicaux et des institutions représentatives du personnel.

Rendez-vous le 13 juin Place de la Bastille à 14h
Téléchargez le tract du SE-UNSA

Partager cet article
Repost0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 14:17

Une solution pour chacun

 

Depuis 2006, dans le cadre du plan Borloo de cohésion sociale, 42 500 employés de vie scolaire (EVS) chargés de l'accompagnement des élèves handicapés à l'école et de l'aide à la direction d'école travaillent dans les écoles. Pour 30 000 d'entre eux seront en fin de contrat en juin prochain sans autre solution que l'inscription au Pôle Emploi.

Dans un contexte social marqué par la crise économique et financière et une augmentation drastique du nombre de chômeurs, le gouvernement a des responsabilités particulières en terme d'emploi public.

Les organisations syndicales SE-UNSA, SGEN-CFDT, SNUipp-FSU, UNSEN- CGT, l'UNCEVS se félicitent de la réussite de la journée d'action EVS qui s'est traduite par des manifestations dans de nombreux départements.

Les rassemblements, manifestations, audiences auprès des Préfets, des autorités académiques ou responsables de l'emploi dans les départements ont permis de dénoncer une politique gouvernementale qui va laisser sans perspective d'emploi durable des milliers de salariés.

Les témoignages ont illustré les lacunes relevant de chacun des interlocuteurs concernés en terme de gestion, de formation et de suivi des personnels recrutés.

Les interventions ont aussi permis de faire prendre en compte quelques situations, localement et d'alerter sur les situations d'urgence ainsi que sur la nécessité de trouver des réponses.

Dans le même temps, il n'est pas acceptable que le Premier Ministre et ses représentants aient fait le choix de ne pas recevoir une délégation de nos différentes organisations, renvoyant la question au seul ministère de l'Education Nationale.

Faut-il en déduire que le premier ministre ne se sent pas concerné par la politique gouvernementale de l'emploi dont les contrats aidés dépendent, qu'il se désintéresse d'ores et déjà du retour systématique au chômage de plus de 30 000 salariés dont la majorité ont déjà connu des périodes de chômage de longue durée ? Nous ne pouvons le croire.

Dans un premier temps, pour les organisations signataires, des mesures doivent être prises  afin de prolonger les contrats en cours  pour permettre la mise en œuvre de formation donnant accès à un véritable parcours d'insertion professionnelle.

Les tâches effectuées par les EVS correspondent à des missions pérennes qui nécessitent des personnels stables bénéficiant d'un statut fondant un véritable métier, une véritable formation et une rémunération décente.

Nous continuerons donc à nous mobiliser, avec l'ensemble de la communauté éducative, pour que soit mis un terme à la précarité au sein des écoles en pérennisant les emplois de vie scolaire et en aménageant des possibilités d'accès à des emplois statutaires pour les personnels en place.

Nos organisations appellent à poursuivre l'action en :
- continuant la campagne de signature de la pétition unitaire qui a déjà recueilli plus de 60 000 signatures. Elles réitèrent leur demande d'audience auprès du 1er Ministre.
- participant massivement, pour porter fortement ces revendications, à la journée de mobilisation unitaire et interprofessionnelle du 13 juin.

Partager cet article
Repost0