Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Vendredi 20 novembre : CDEN. Bilan de la rentrée 2020

 

 

 

 

23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 09:21
Un nouvel appel

Tous les départements de l'Académie de Versailles procèdent a un recrutement de 57 personnes sur la liste complémentaire (12 pour le 78, 10 pour le 91, 30 pour le 92 et 5 pour le 95). Le rang du dernier appelé est dorénavant le rang 363.
 
Partager cet article
Repost0
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 20:01
Copie à refaire

Le ministre de l’Education nationale vient de rendre public un projet de programmes pour l’Ecole Primaire. Le SE-UNSA constate qu’il va bien au-delà du simple réajustement lié à la suppression des cours du samedi matin à la rentrée 2008.
Les présupposés idéologiques imprègnent largement ses propositions. Pour les concepteurs du projet, l’éducation relève d’une mécanique basée sur l’imprégnation, l’imitation et l’exécution. Les enfants y sont considérés comme des objets et jamais comme des acteurs de leurs apprentissages.
Dans son document, élaboré en petit comité, le ministère ne s’est visiblement interrogé ni sur les causes des difficultés des élèves, ni sur la nature des processus d’apprentissage. Il ignore ainsi tout des apports des travaux et des recherches réalisés sur cette question.
Retour caricatural à « l’instruction civique et morale », promotion de la pédagogie de la répétition systématique, conception réductrice de l’école primaire et singulièrement utilitariste de l’école maternelle : le simplisme est au rendez-vous, sur un modèle nostalgique, celui d’un supposé âge d’or de l’école des années 1950.
Fruit de cette approche, le projet proposé n’évite ni les confusions, ni les contradictions :
     - Il fait référence à l’organisation en cycles de la scolarité mais le découpage annuel qu’il promeut la contredit.
     - Il cite le socle commun de connaissances et de compétences de la scolarité obligatoire mais il ne précise jamais en quoi ces programmes contribuent à son acquisition.
     - Il affirme la liberté pédagogique des enseignants mais, loin de se limiter à fixer des objectifs, il prescrit des méthodes et jusqu’à des exercices.
     - Il est présenté comme un effort de simplification mais il alourdit les savoirs exigés.
Le SE-UNSA prend acte du statut de projet de ces programmes. Il appelle les enseignants à s’emparer de la journée banalisée qui leur sera accordée pour faire remonter toutes leurs remarques. Le SE-UNSA, en liaison avec les mouvements pédagogiques, s’emploiera à faire d’autres propositions dans l’intérêt des élèves.  

Luc BERILLE, Secrétaire Général du SE-UNSA

Partager cet article
Repost0
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 14:32

Le SE-UNSA, le SNUIPP et le SGEN-CFDT viennent d’écrire au ministre pour lui demander des éclaircissements sur l’avenir des RASED

Des rumeurs agitent depuis quelques temps le monde de RASED. Différentes informations convergentes conduisent à penser que le ministère envisage de revoir la circulaire de 2002 qui fixe les missions des RASED. Au-delà de quelques bribes d’information non officielles, le ministère n’a à ce jour rien dévoilé de ces intentions.

Ce silence ministériel attise les fausses informations et renforce donc l’inquiétude des collègues des RASED.

Dans ce contexte, le SE-UNSA, le SGEN et le SNUIPP viennent d’adresser un courrier intersyndical au ministre pour lui demander de dévoiler ses intentions et d’informer les représentants des personnels des projets en cours.

 

Téléchargez le courrier adressé au ministre.

La position du SE-UNSA :

Il est urgent que le ministère dévoile en toute transparence ses intentions sur les RASED. C’est ce que nous demandons dans le courrier adressé au ministre.

Concernant une modification de la circulaire de 2002, nous n’y sommes pas opposés par principe dans la mesure où depuis cette date, des nouveautés importantes ont touché l’école :

-          la loi de 2005 sur le handicap

-          la mise en œuvre des PPRE

-          la suppression du samedi matin et la mise en place d’un nouveau dispositif d’aide aux élèves rencontrant des difficultés.

Partager cet article
Repost0
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 13:24

Ils seront mis en ligne pour consultation des collègues vers le 20 février

En octobre, Xavier Darcos annonçait la réécriture des programmes du primaire, programmes « recentrés et clarifiés ».
Vendredi 8 février, au cours d’une réunion des IEN, il a dévoilé les grandes lignes et le calendrier des modifications à venir.

Calendrier :
Les programmes seront mis en ligne « vers le 15-20 février » et devraient ensuite faire l’objet d’une consultation des enseignants « d’ici 2 à 3 semaines ». La Dgesco devrait observer les réactions dans 30 écoles.
Une demi-journée banalisée par école devra permettre d’en discuter. Les programmes seront ensuite votés au mois de mai 2008 par le CSE.
Xavier Darcos souhaiterait également qu’ils soient évalués régulièrement. Les résultats de ces évaluations devront être communiqués aux familles. Des outils pour mesurer les acquis des élèves seront également disponibles sur "Banqoutils".

Les programmes, « actuellement en cours de finalisation », seront recentrés sur le "français et les mathématiques".
En maternelle ils seront clarifiés et davantage axés sur l’acquisition du langage oral organisé et du vocabulaire et devraient faire une large place au "devenir écolier".
Les programmes du cycle 2 devront définir les objectifs essentiels en lecture, écriture et en calcul.
En cycle 3, ils devraient mettre l’accent en français sur la maîtrise de la langue française, la lecture systématique, le travail sur le vocabulaire ainsi que sur des "exigences nouvelles sur la grammaire". Les opérations, le nombre, la géométrie, la gestion des données avec résolution de problèmes devraient figurer parmi les principaux objectifs définis en mathématiques.
Un "entraînement systématique" devrait en outre être recommandé, tout comme les exercices, importants dans la "structuration des apprentissages".
L’histoire des arts aura son programme spécifique en "cycle 3 à raison de 20 heures par an".

Evaluation des élèves :
Tous les élèves du public et du privé sous contrat seront évalués en janvier pour les CM2, en avril pour les CE1, en français et en mathématiques.
En CE1, les 2/3 des épreuves devraient concerner le français et 1/3 les mathématiques.
En CM2 les épreuves devraient être partagées à part égale entre le français et les mathématiques.

L’avis du SE-UNSA
Toutes ces informations sont pour l’instant données au conditionnel.
Annoncée dans la précipitation, cette réécriture ne s’appuie pas sur un bilan d’application des programmes de 2002 modifiés en 2007. Elles constituent l’habillage pédagogique des lubies présidentielles : réduction des heures de cours, ajout d’une heure de « sport », introduction de l’histoire des arts, etc...
Nous serons attentifs au fait que le « recentrage » annoncé ne se traduise pas par un transfert de certaines disciplines vers les heures d’accompagnement éducatif.
Nous observerons également si ces modifications s’inscrivent bien dans la logique du socle commun et de la continuité éducative qui en découle.


Le SE-UNSA a demandé et obtenu des précisions sur les dispositions annoncées par le ministre le 8 février devant les IEN.

1) Contenus
Les programmes de primaire se présenteront sous la forme d’un document très resserré d’une vingtaine de pages (au lieu de la centaine actuelle), exposant les contenus avec des progressions précises par cycle. Ils s’appuieront sur le socle commun et s’articuleront avec le livret de compétences, selon la DGESCO.
Les recommandations pédagogiques ne figureront plus dans les programmes et feront peut-être l’objet de la publication de documents d’accompagnement. La réflexion est en cours et dépendra des demandes exprimées lors de la consultation.

2) Consultation des écoles
Toutes les écoles bénéficieront d’une demi-journée libérée pour la consultation des projets de programmes.

Partager cet article
Repost0
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 12:46
Où en est-on ?

Alors que le concours interne s'approche (12 mars), le comité de suivi pour l'intégration des instituteurs dans le corps des PE s'est réuni fin janvier. Le SE-UNSA fait un
état des lieux de la situation au plan national et s'interroge sur l'avenir.
Partager cet article
Repost0
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 10:28

PE2

Réunion "spécial mouvement"

Le premier mouvement des personnels : un moment important dans une carrière ! Pour aider les stagiaires dans leurs démarches le SE-UNSA 92 organise une réunion d'information syndicale à l'IUFM d'Antony mercredi 20 février de 12h à 13h30 à l'auditorium.
Partager cet article
Repost0
16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 11:12
Petites annonces pour la grande difficulté scolaire

Fait inhabituel, le Président de la République a prononcé un discours officiel sur l’école primaire. Cet intérêt du chef de l’Etat contraste avec le mauvais traitement budgétaire auquel il la soumet, et sur lequel il est resté muet.
Le SE-UNSA observe que ce discours n’a pas apporté d’informations véritablement nouvelles. Ainsi, l’objectif de diviser par trois le nombre d’élèves en grande difficulté à l’entrée en 6ème avait-il déjà été énoncé. Le SE-UNSA attendait surtout des précisions sur les moyens envisagés pour l’atteindre.
La nouvelle organisation du temps scolaire due à la suppression du samedi matin a déjà fait l’objet d’une négociation. Le SE-UNSA en a signé le relevé de conclusions. Une mise en œuvre réaliste exige de laisser l’initiative aux équipes pédagogiques de terrain. Reste posée la question de la pleine efficacité d’un dispositif pour les élèves en difficulté, organisé en dehors du temps scolaire.
Les dispositifs d’évaluation des élèves évoqués par le Président ne sont pas davantage une découverte. Communiquer aux familles les résultats de leurs enfants est une pratique habituelle. En revanche, le SE-UNSA ne peut que s’interroger sur la finalité de les informer des résultats globaux de l’école. S’agit-il d’entrer dans des comparatifs et d’ancrer ainsi des hiérarchies entre écoles ? Quel autre résultat alors que de susciter une démarche consumériste ?
L’annonce de l’évaluation des enseignants, désormais tous les 2 ans, est nouvelle. Si le SE-UNSA a bien entendu qu’elle viserait les progrès des élèves et non les méthodes utilisées, il s’interroge sur l’objectif recherché. Pour le SE-UNSA, une « évaluationnite » aiguë des personnels, par ailleurs peu réaliste au regard des moyens et des outils disponibles, est inacceptable.
Les programmes d’enseignement constituent le dernier pilier des mesures annoncées. Le SE-UNSA n’est pas en désaccord avec le rappel de l’importance décisive de la maîtrise de la langue. Il constate cependant que, bien qu’il s’en soit défendu, le Président de la République n’a pas échappé aux tentations nostalgiques. Les enseignants qui travaillent dans des conditions souvent difficiles dans les écoles, auront sans doute apprécié l’idée selon laquelle il faut « remettre de l’école à l’école ». Mais alors qu’y faisaient-ils d’autre jusqu’à présent ? L’évocation de la mémorisation, de la morale ou de l’autorité auront précisé le modèle idéal auquel le Président se réfère : celui des années 50.
Au-delà d’un discours, somme toute très général, le SE-UNSA attend désormais les traductions concrètes. Parce que la réduction de la difficulté scolaire est un véritable enjeu pour le pays, le SE-UNSA souhaite que la concertation précède bien toute décision.

 Luc BERILLE, Secrétaire Général du SE-UNSA

Partager cet article
Repost0
12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 13:24

Enfin le 80% !

Depuis 4 ans le SE-UNSA ne cesse d'intervenir, tant au plan départemental qu'au plan national, pour que le temps partiel à 80% (rémunéré 85,7%) soit appliqué. En effet, il s'agit pour les personnels d'un des seuls points positifs de la réforme des retraites de 2003.
Dans les Hauts-de-Seine, nous avons demandé que les personnels puissent bénéficier de cette quotité de temps partiel à chacune de nos rencontres avec l'Inspecteur d'Académie ainsi qu'avec son prédécesseur. La complexité de l'organisation du service dans les écoles ne permettait pas, jusqu'à présent, sa mise en place.
L'apparition des stages filés des PE2 a modifié la donne : le remplacement des collègues travaillant à 80% devenait plus simple. Pourtant le 80% n'apparaissait toujours pas dans la circulaire sur le temps partiel. Nous avons alors écrit à l'Inspecteur d'Académie pour lui signifier notre incompréhension.
C'est donc satisfaction que nous voyons notre long combat aboutir. Depuis hier et un courrier électronique via
i-prof, le 80% est désomais accessible aux enseignants du premier degré des Hauts-de-Seine (sous réserve, bien sûr, de remplir les conditions d'obtention comme n'importe quel autre temps partiel). 

Partager cet article
Repost0
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 11:57
Une insupportable délation

Le SE-UNSA s’indigne de la sinistre opération à laquelle se livre le site web « Note2be » proposant une notation des professeurs par les élèves et leurs parents.
L’établissement d’un pseudo-rapport d’égalité entre élèves et enseignants via un site public accessible à tous couvre mal une escroquerie choquante.
L’affirmation de critères objectifs de notation, auxquels les notateurs ne sont évidemment pas soumis, laisse libre cours à tous les règlements de compte.
La délation publique à visage caché et à portée de tous : certains en rêvaient, « Note2be » l’a fait !
Le camouflage sous de pseudo-objectifs éducatifs renforce son caractère insupportable.
Le SE-UNSA saisit le ministère de l’Education nationale pour qu’il prenne toutes les mesures protégeant ses fonctionnaires.
Il étudiera, en liaison avec la F.A.S. (Fédération des Autonomes de Solidarité Laïques), les suites juridiques éventuelles qui pourraient s’imposer.
 
Partager cet article
Repost0
6 février 2008 3 06 /02 /février /2008 11:21

Le SE-UNSA signe le relevé de conclusions sur l'organisation du service des enseignants du samedi matin 

 

Le SE-UNSA signera le relevé de conclusions sur l’organisation du service des enseignants du 1er degré. Son Bureau National l’a décidé, à une majorité des 2/3.

Par cette signature, le SE-UNSA actera les avancées obtenues à l’issue de 3 mois de discussions intenses, menées en toute transparence sur la base de ses mandats:

-         libération, dans le cadre d’un calendrier scolaire national désormais unique, d’un week-end complet en harmonisation avec les rythmes majoritaires de la société, sans amputation des périodes de vacances scolaires;

-         augmentation de 30 % du temps de service dévolu au travail en équipe, intégrant enfin le suivi des projets personnalisés de scolarisation des enfants en situation de handicap;

-         augmentation de 50 % de la formation sur le temps de service, acquis précieux dans le contexte budgétaire réduisant à peau de chagrin l’offre de formation pour les enseignants des écoles;

-         reconnaissance des compétences des équipes enseignantes pour le repérage des difficultés des élèves et de la spécificité d’intervention des RASED ;

-         articulation cohérente entre les PPRE et les nouvelles activités de soutien, dans l’objectif de la maîtrise du socle commun, en lieu et place de la véritable « usine à gaz » du projet initial;

-         prépondérance des conseils des maîtres pour décider, sur le terrain, des mises en œuvre concrètes ;

-         prise en compte de la spécificité de l’école maternelle et de l’identité professionnelle de ses enseignants ;

-         reconnaissance, dans les heures réservées aux actions directes auprès des élèves, du temps nécessaire aux enseignants pour les organiser ;

-         dispositions particulières pour les directeurs d’école pour prendre en compte le surcroît de travail causé par le nouveau dispositif.

Le SE-UNSA se réjouit d’avoir réussi à mieux faire entendre au ministre les demandes des enseignants qui ont répondu massivement à son enquête sur le sujet (voir en pièce jointe). Il illustre ainsi sa conception d’un syndicalisme utile, capable de s’opposer et de proposer, obtenant du concret pour les personnels, quand d’autres campent sur des postures.

Cette signature ouvre une nouvelle phase de son action. Le SE-UNSA sera particulièrement vigilant pour que les textes réglementaires suivent strictement  les principes actés dans le relevé de conclusions. Il veillera à une mise en œuvre intelligente à la rentrée 2008, respectant sur le terrain et la lettre et l’esprit du relevé.

De nombreux points non réglés, et parfois conflictuels, demeurent. Le SE-UNSA  poursuivra son action avec le même esprit combatif et réformiste.  

Paris, le 5 Février 2008

Luc BERILLE, Secrétaire Général du SE-UNSA

L’historique des discussions

Le relevé de conclusions commun

Partager cet article
Repost0