Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Réunions d'information syndicale

Mercredi 10 novembre 2021 : Permuts 2022

Mardi 16 novembre 2021 : Préparation à l'entretien de direction

2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 12:35

Promouvoir le travail décent

L’UNSA est partie prenante de deux initiatives pour faire du 7 octobre une grande journée de mobilisation pour le travail décent :

- L’une, avec la CFDT, la CFE-CGC, la CGT, la FSU et Solidaires, appelle les salariés à participer massivement à la journée d’action syndicale mondiale pour le travail décent à l’initiative de la Confédération syndicale internationale (CSI). Ce sera l’occasion pour les salariés dans toutes les professions et sur tout le territoire d’affirmer l’exigence d’emplois de qualité pour toutes et tous, de salaires revalorisés, d’amélioration des conditions et de la durée du travail respectant la santé et la dignité des personnes, d’une protection sociale et de retraite garantie et de haut niveau, des services publics efficaces et contribuant à la cohésion sociale.

Ainsi, le 7 octobre donnera lieu à des initiatives sur l’ensemble du pays (rassemblements, manifestations, actions ciblées…). Les organisations engagées demandent à leurs organisations professionnelles et territoriales de se rencontrer pour décider des formes et des modalités de mobilisation permettant la plus large implication des salariés ;

- L’autre, avec la CFDT, la CFTC, la CGT et FO, qui reprend des revendications identiques, appellent leurs adhérents à marquer cette journée par un rassemblement à Paris, Place du Trocadéro, à côté du parvis des Droits de l’Homme, à partir de 17h. Ce rassemblement prendra la forme d’un grand meeting et d’un concert. Les secrétaires généraux de la Confédération internationale des syndicats, Guy Ryder, de la Confédération européenne des syndicats, John Monks et des cinq organisations françaises affiliées dont Alain Olive, prendront la parole. Des délégations syndicales internationales seront également présentes. Le concert gratuit sera animé par Cali, Manu Dibango, Idir et des groupes jazz et pop européens.

L’UNSA appelle ses adhérents et l’ensemble des salariés à se mobiliser pour assurer la réussite de cette journée mondiale consacrée à une revendication essentielle à l’heure de la mondialisation : la promotion du travail décent.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 09:30
Luc Bérille répond à Xavier Darcos

Le secrétaire général du SE-UNSA prend la défense de l'école maternelle et répond aux provocations du ministre de l'Education Nationale : regardez la vidéo
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 11:41
Le ministre veut en faire quoi exactement ?

Le traitement de la difficulté scolaire est complexe. Les besoins pour la prendre en charge sont d’autant plus criants. Concernant l’accompagnement des PPRE, les troubles du langage, la prévention et la remédiation, des réponses différenciées et concertées sont à mettre en œuvre dans l’Ecole. L’enseignant, seul, ne peut traiter toutes les difficultés des élèves.

Alors que le Ministre tente, par une pirouette médiatique, de convaincre l’opinion publique de sa grande volonté à résoudre l’échec scolaire, alors qu’il fait preuve d’un silence assourdissant depuis plus d’un an sur l’avenir des aides spécialisées et des personnels qui y travaillent, c’est par des dépêches de presse relatives au budget 2009 que les enseignants découvrent le sort réservé aux RASED.

Si d’ailleurs on peut estimer qu’il s’agit là de réelles annonces …

Les premières dépêches qui tombent (seule source d’info pour l’instant, vu que le Ministère ne daigne pas communiquer vis-à-vis des syndicats sur le sujet) laissent entendre que 3 000 postes de RASED (maîtres E et G) seraient réaffectés pour être sédentarisés dans les écoles où la difficulté scolaire est la plus présente. Comment comprendre la réaffectation de 3000 postes dans les écoles ? sur des classes ordinaires ? sur des classes spécialisées ? en plus des classes ordinaires ? … Bref toutes les spéculations sont possibles ! On peut craindre aussi la réapparition de structures fermées type classes de perfectionnement…

C’est la remise en cause des RASED en tant que tels qui est actée.

Le SE-UNSA combat depuis plusieurs années le tarissement des départs en formations spécialisées, les départs en retraite non remplacés,  la « récupération » chaque année de postes restant vacants suite à l’absence d’enseignants formés pour y exercer…

Le SE-UNSA, s’il estime que le fonctionnement des RASED pourrait être amélioré, tient à dénoncer les conditions de travail des enseignants qui y exercent et les moyens dont ils disposent

En effet, l'insuffisance des départs et la réduction du temps des formations des enseignants spécialisés, le manque de formation continue, les problèmes de frais de déplacements, l’importante diminution de postes de rééducateurs (- 800 en 10 ans) sont autant de freins puissants à leur dynamisme.

Nous alertons depuis longtemps le Ministère sur ces problèmes mais il a toujours pris grand soin de ne rien répondre et surtout de rien dévoiler sur ses intentions. Il se répand encore une fois dans la presse mais quand aura-t-il le courage de jouer cartes sur table avec les personnels et les organisations syndicales qui les représentent ?

Le SE-UNSA demande instamment au Ministre d’engager des concertations avant de prendre toute décision touchant à l’aide spécialisée dans le premier degré.

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 18:35
Le CNAL apporte son soutien

Le Comité National d'Action Laïque a décidé d'apporter son soutien à la manifestation nationale du 19 octobre à Paris. Il se reconnait dans l'appel « L'éducation est notre avenir : il ne doit pas se décider sans nous ! ».

 Le CNAL appelle les citoyens à participer à cette manifestation pour exprimer leur attachement à l'Ecole publique et laïque. Celle-ci, déjà considérablement fragilisée par les choix budgétaires du gouvernement, doit faire face à une campagne active de dénigrement.

 Pourtant l'école du vivre ensemble, celle de la réussite, celle qui accueille tous les enfants sans distinctions pour en faire des élèves et des citoyens, c'est l'Ecole publique et laïque. Parce que nous sommes fiers d'elle, nous exigeons qu'elle soit soutenue et nous le dirons le 19 octobre.

 

Laurent Escure, Secrétaire Général du CNAL

 

Le CNAL est composé des DDEN, de la FCPE, de La Ligue de l'Enseignement, du SE-UNSA et de l'UNSA-Education.

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 16:40
Les négociations débutent avec le SE-Unsa

En savoir plus
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 09:56
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 20:59
Elle est cumulable avec la prime d'installation

La « prime de début de carrière » de 1500 euros annoncée par Xavier Darcos sera versée à tous les néo titulaires de la rentée 2008, en deux fois. Il s’agit d’une prime qui relève du ministère de l’éducation nationale. Le premier versement interviendra sur la paye de novembre.

 

Le ministère nous a confirmé que cette prime est cumulable avec la « prime spéciale d’installation » (PSI) qui est attribuée aux fonctionnaires lors de leur première titularisation dans la fonction publique et affectés dans les communes de la Région Ile de France (dépts 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95) ou dans une des communes de l’agglomération lilloise. Le montant moyen de cette prime est de 2000 euros.  Cette prime relève du ministère de la fonction publique. Il faut être à un indice inférieur à l’indice brut 415 ce qui exclut les agrégés de ce dispositif.



 
Partager cet article
Repost0
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 21:49
Une petite politique pour les tout petits

L'école maternelle française subit régulièrement des attaques. Dernière en date, celle de Michèle Tabarot, députée UMP, qui préconise, dans un rapport remis au premier Ministre, de transformer les classes qui accueillent des enfants de 2 à 3 ans en jardins d'éveil animés par des professionnels de la petite enfance.

 Pour le SE-UNSA, le message est limpide : les enfants de 2 ans ne sont plus les bienvenus à l'école. C'est d'ailleurs ce que propose clairement le rapport d'audit sur la RGPP dans l'Éducation nationale.

 Xavier Darcos, qui n'en est plus à une provocation près, n'a-t-il pas lui-même déclaré devant le Sénat qu'il fallait cesser de recruter des fonctionnaires de niveau Master pour  « faire faire des siestes à des enfants ou leur changer les couches »?

 Alors que la France offre un choix d'accueil aux enfants de 2 ans dans une école maternelle laïque et gratuite, le gouvernement balaie d'un revers de main cette ambition sociale.

 Une fois de plus, les familles les plus modestes, et singulièrement les femmes, feront les frais du « débrouillez-vous ».  Car les bonnes âmes qui s'acharnent aujourd'hui contre l'école maternelle ne vont pas jusqu'à poser le vrai débat : celui de la politique de la petite enfance pour notre pays. Pour le SE-UNSA, celle-ci devrait rendre des choix possibles, l'école maternelle étant l'un d'eux, en complément, et non en opposition, aux modes d'accueil collectifs ou individuels.

 Parce que l'école maternelle est tout sauf une garderie, le SE-UNSA défend la possibilité d'une scolarisation à partir de 2 ans dès lors que les parents en font la demande et continue de militer pour en améliorer la qualité.

 Il ne se résout pas à ce que ces enfants soient ravalés à une simple marge de manœuvres budgétaires et exige la tenue d'une conférence de consensus sur ce thème, loin des débats idéologiques.

 

Luc Bérille, Secrétaire Général

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 17:29
Ajustements de rentrée

A l'issue du CTPD du vendredi 5 septembre un certain nombre de mesures de carte scolaire ont été prises :

Ouvertures :
Maternelle : ANTONY - Noyer doré, CLAMART - La Bourcillière, LE PLESSIS - Louis Hachette, PUTEAUX - Les 2 Coupoles
Elementaire : FONTENAY - Les Renards, ISSY - Robert Doisneau et Voltaire, NANTERRE - Maxime Gorki, PUTEAUX - Jean Jaurès, SURESNES - Jules Ferry

Fermeture : 
Elementaire : ISSY - Le Ajoncs
  

D'autre part, il reste à ce jour une trentaine de collègues mis à disposition des circonscriptions (contre 117 à la rentrée).    
Partager cet article
Repost0
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 18:24
Manifestation le 19 octobre

L’EDUCATION EST NOTRE AVENIR :

 IL NE DOIT PAS SE DECIDER SANS NOUS !

 

Notre pays a cette chance extraordinaire de disposer d’un grand service public laïque d’Education. Il traduit notre choix républicain d’une société où tous les citoyens vivent ensemble. Mais imagine-t-on ce que deviendrait ce principe, sans ce tour de force de l’accueil de tous les jeunes, sans distinction, réalisé quotidiennement par notre Ecole ?

 Cette Ecole publique, que nous aimons pour ses réussites incontestables, rencontre aussi des difficultés. C’est pourquoi nous souhaitons passionnément qu’elle évolue et se transforme pour s’acquitter vraiment de sa mission démocratique : faire réussir tous les jeunes, pas seulement les plus favorisés ou les plus « méritants ».

 Pour nous, ce débat et cet effort concernent tous les citoyens car, à travers l’avenir de la jeunesse, c’est celui du pays qui se joue.

 Or, en lieu et place de ce que devrait nécessiter cette grande cause nationale, rassemblant largement les citoyens, à quoi assistons- nous ? Au spectacle d’une politique gouvernementale qui, au-delà des habillages, ne voit dans l’Education qu’un moyen d’économiser. Plus que tout discours, la préparation du budget 2009 en est la démonstration : 13500 suppressions d’emplois programmées, soit, dans le cadre triennal dans lequel ce budget s’inscrit, plus de 40 000 postes promis à disparition sur les 3 ans, à rajouter aux 11 200 suppressions de cette année !

 Tout n’est sans doute pas question que de postes en matière éducative, mais nous affirmons que rien ne pourra se faire dans cet acharnement d’un « toujours moins de postes » ! Rien ne pourra davantage se faire avec des réformes à marche forcée encore moins lorsqu’elles aboutissent à de vraies régressions. Rien ne pourra se faire non plus si l’Etat ne cesse de se désengager de ses missions, déléguant hors de l’école ce qu’elle doit assurer pour tous.

 Aussi, nous poussons aujourd’hui un cri d’alerte : cette politique va détériorer sur le long terme le service public d’Education. Elle porte tous les ingrédients pour que se développe une école à deux vitesses dans une société minée par les injustices et les inégalités.

 De ce projet, nous ne voulons pas ! Nous voulons une politique éducative ambitieuse faisant avancer notre Ecole publique en mettant au cœur la réussite de tous les jeunes. Nous voulons pour cela d’autres choix.

 Nous en appelons à toutes celles et tous ceux qui pensent que l’Education est une richesse pour notre pays, que l’avenir se joue aujourd’hui, à toutes celles et tous ceux qui refusent que la politique suivie n’entraîne, pour de nombreuses années, le service public d’Education dans l’affaiblissement.

 Quelle place veut-on donner à l’Education dans notre pays ? Quel citoyen veut-on préparer ? Nous n’acceptons pas que la société découvre a posteriori qu’on aurait répondu à sa place, en catimini, à ces questions fondamentales !

 Alors, mobilisons-nous ensemble, débattons, parlons, proposons, interpellons l’opinion, agissons sans attendre !

Rassemblons-nous tous dans une grande manifestation nationale le dimanche 19 octobre à Paris.

 Liste des premières organisations signataires de cet appel :

 UNSA-Education, FSU, FAEN, SGEN-CFDT, FCPE, CRAP, UNL, UNEF

Partager cet article
Repost0