Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Vendredi 20 novembre : CDEN. Bilan de la rentrée 2020

 

 

 

 

19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 19:51
La loi qui organise le ... désordre

La loi sur le service d'accueil dans les écoles primaires était censée apaiser le terrain social… A l'épreuve des faits, le SE-UNSA constate qu'elle génère au contraire un désordre d'une ampleur jusqu'à présent inconnue. Le comble est que l'action des représentants de l'Etat sur le terrain en constitue l'un des principaux facteurs.

Les préfets semblent ainsi accaparés par les assignations de municipalités devant les tribunaux administratifs. Quel dommage que les représentants de l'Etat ne déploient pas autant d'énergie  à écouter le malaise qui s'exprimera avec la grève du 20 novembre et à le faire remonter au gouvernement…. A défaut de faciliter le dialogue social, la loi fait, en tout cas, exploser la chronique judiciaire. Pour le SE-UNSA, la Justice est impuissante à régler les incohérences de la loi. Edicter d'un trait de plume une obligation d'accueil pour toute municipalité est une chose, la rendre miraculeusement concrétisable par toute municipalité en est une autre…

L'administration de l'Education nationale n'est pas en reste. Ainsi, ces derniers jours, les pressions et menaces ont plu contre les enseignants des écoles. Si la loi a mis en place une obligation de déclaration d'intention de faire grève, 48 H avant le conflit (sous peine de sanction disciplinaire),  les modalités imposées par l'administration vont bien au-delà de ce délai. Ainsi, dans de nombreux départements (22, 44, 71, 82, 86, 93, 94…), des déclarations postées le jeudi 13 ou le vendredi 14 ont été contestées et les collègues ouvertement menacés de sanction s'ils devaient être en grève. Dans le 54 ou le 22, des enseignants ayant confié les déclarations d'intention aux « navettes courrier » des mairies, se voient aussi contester leur droit de grève. Dans le 74, les remettre à un IEN ne convient pas. Que dire du 95 ? Les enseignants y sont menacés de sanction alors que l'Inspection Académique n'a envoyé que le 17 novembre  les instructions aux écoles…

Multiplication des contentieux, pressions contre le droit de grève : le SE-UNSA constate que, comme il le redoutait, les effets de la loi sur le service d'accueil se font durement sentir. Pour autant, ni les procédures, ni les menaces n'empêcheront plus de 60 % des enseignants des écoles d'être en grève le 20 novembre.

 

Luc Bérille, Secrétaire Général

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 20:29
Rendez-vous au Luxembourg !

La manifestation régionale partira à 14 h 30 du jardin du Luxembourg (place Edmond Rostand) pour se diriger rue de Grenelle/Carrefour rue du Bac, via le boulevard Saint Michel, le boulevard du Montparnasse, le boulevard Raspail.
Les organisations défileront dans l'ordre suivant : FSU, CGT, CFDT, FO, SE-UNSA, SNALC, SNETAA, CGC, autres...
Venez défiler sous les drapeaux du SE-UNSA !

Grève du 20 novembre :

Le dialogue social, nécessité ou prétexte ?

 

Toutes les remontées du terrain concordent : la grève du 20 novembre sera massivement suivie, singulièrement dans les écoles.

Les oukases ministériels, traduits en pressions administratives constantes sur le terrain, l'obsession des économies budgétaires, la suspicion jetée sur leurs compétences professionnelles exaspèrent les enseignants. Outre sa politique éducative, l'attitude du gouvernement est donc pour beaucoup dans le mouvement qui s'est construit.

Pourtant, à en croire la communication ministérielle, ces orientations rencontreraient l'aval des personnels, le problème se situant au niveau de représentants syndicaux  enferrés dans la critique. Dans cette stratégie, Xavier Darcos se donne le rôle de l'adepte du dialogue social. Dans le premier degré, le gouvernement a même prétexté de ce dernier pour justifier un encadrement plus contraignant du recours à la grève par la loi sur le droit d'accueil.

Le SE-UNSA signale qu'à ce jour, aucune invitation ne lui est parvenue pour engager des négociations sur les motifs du conflit. La période des préavis de grève est pourtant légalement destinée à cela. Encore faut-il la volonté politique de s'en saisir.

Alors, le dialogue social, nécessité ou prétexte ? Pour sa part, le SE-UNSA est disponible pour engager sans délai toute discussion sérieuse sur les revendications en cours. Il dépend désormais du ministère de donner sa réponse.

 

 Luc Bérille, Secrétaire Général du SE-UNSA

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 13:34
CAPD le 25 novembre

Vous êtes promouvable ? Vous souhaitez que le SE-UNSA vous tienne informé des résultats de la CAPD qui aura lieu le 25 novembre ? Alors téléchargez les fiches de suivi et envoyez-les à la section.
Fiche-retour promotions INSTITS
Fiche-retour promotions PE 

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 12:46
Des outils pour la grève

Le SE-UNSA met à votre disposition des outils pour vous aider dans la mise en place de la grève du 20 novembre :
- déclaration d'intention
- lettre aux parents
- tract du SE-UNSA
- consignes, droits, textes, ...

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 11:47
Le programme des séances

Comme tous les ans le SE-UNSA 92 vous propose une formation pour préparer l'entretien de direction. 5 séances sont au programme d'une formation dont la réputation n'est plus à faire !
Demandez le programme

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 11:10

Surveillance sociale ou dialogue social ?

A ceux qui en douteraient, le ministre de l’Education nationale vient de prouver qu’il peut avoir de la ressource, y compris financière, lorsqu’il le décide. Il l’a démontré en publiant, avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, un appel d’offre pour la mise en place d’une veille informatique sur les blogs et sites syndicaux à hauteur de 220 000 euros.

Le SE-UNSA constate que la chasse systématique aux dépenses qui, lorsqu’il s’agit des personnels et des élèves, se traduit par des milliers de suppressions d’emplois et des restrictions massives des crédits budgétaires, peut souffrir des exceptions lorsqu’il s’agit d’un service du ministère.

Que le ministère soit attentif à l’évolution de l’opinion est une chose, mais que l’objectif annoncé de cette veille informatique soit de prévenir toute remise en cause ou critique de sa politique en est une autre. Les fonds publics ont-ils pour objectif de financer la propagande ?

Le SE-UNSA rappelle que le dialogue social avec les organisations représentatives a ces fonctions d’analyse, de prévention et de règlement des problèmes. Plutôt que de réduire le droit syndical sur le terrain, le ministère serait bien inspiré de le renforcer, pour permettre à ses personnels de s’exprimer et à leurs syndicats de jouer pleinement leur rôle de représentation. Puisqu’il y a de l’argent à dépenser, le SE-UNSA propose au ministère d’ouvrir immédiatement les négociations qu’il avait promises, veille internet à l’appui, sur la revalorisation de la fonction enseignante.

 

Luc Bérille, Secrétaire Général

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 14:13
2 dates, 2 lieux pour nous rencontrer

Le SE-UNSA 92 organise deux réunions d'information syndicale :
- le mercredi 19 novembre à Courbevoie (participation de Luc Bérille, Secrétaire Général)
- le mercredi 26 novembre à Boulogne (participation de Christian Chevalier, Secrétaire National)
A l'ordre du jour : bilan de rentrée, EPEP, RASED, suppression du samedi matin, permutations ... de plus vous pourrez récupérer les 3 heures de la réunion sur vos heures "sans élèves" (animation pédagogique, conseil des maîtres, ...)
Pour plus d'informations téléchargez l'invitation
Venez nombreux !

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 17:00
Le guide complet du SE-Unsa

Comme tous les ans, le SE-Unsa vous aide dans vos démarches pour les opérations de changement de département qui concernent près de 1.200 collègues dans le 92. Le dispositif est, cette année, plus complexe : nous avons édité un "12 pages" pour vous guider avant votre inscription qui doit avoir lieu entre le 20 novembre et le 8 décembre.
Cliquez sur l'image pour le consulter en ligne ou contactez-nous pour en recevoir une version papier.
Bonne lecture !

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 19:23

Les syndicats CNGA-CGC, SE-UNSA, SNALC-CSEN, SNEP-FSU, SNES-FSU, SNETAA-EIL, SNUEP-FSU et  UNSEN-CGT appellent les enseignants du 2nd degré à la grève le 20 novembre 2008

Alors que la rentrée 2008 s’est déroulée dans des conditions matérielles très difficiles pour l’ensemble des établissements du 2nd degré, le projet de budget 2009 ne peut que renforcer l’inquiétude des personnels. Les collèges, pourtant en augmentation démographique subiront les plus fortes suppressions d’emplois. Les lycées et les lycées professionnels ne seront pas épargnés. De surcroît, les diminutions programmées du nombre de places aux concours de recrutement et des moyens de remplacement annoncent un recours massif à la précarité.

Alors que le parlement délibère sur la loi de finances 2009, les organisations syndicales dénoncent des perspectives budgétaires qui vont nuire gravement et durablement aux élèves et aux enseignants. Le gouvernement entend mener une politique pilotée et contrainte par un budget en régression et une logique de réduction de l’offre de formation, en particulier dans la voie professionnelle.

A la dégradation constante et programmée des moyens d’enseignement et des conditions de travail, s'ajoutent des attaques répétées contre le paritarisme  et le droit syndical. La politique du fait accompli et la marche forcée ne peuvent tenir lieu de méthode de dialogue social.

C’est parce qu’elles font du développement du système éducatif un enjeu fondamental pour l’avenir du pays et des jeunes que les organisations soussignées appellent à la grève dans les collèges, lycées et lycées professionnels le jeudi 20 novembre pour :

         Un budget 2009 à la hauteur des exigences, ce qui nécessite notamment de revenir sur les suppressions de postes prévues ;

         Une rénovation du système éducatif avec comme axe principal la réussite et l’élévation de la qualification de tous les jeunes, ce qui va de pair avec l’amélioration des conditions de travail des élèves et des personnels ;

         Le maintien et le développement du paritarisme et des droits syndicaux ;

         Un véritable dialogue social sur les questions éducatives, ce qui nécessite que toute réforme prenne en compte les propositions des personnels, des parents, des élèves et de leurs organisations représentatives ce qui exclut la précipitation dans laquelle le ministère entend actuellement travailler ;

         La revalorisation de l’ensemble des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation ;

         Une réforme des lycées reconnaissant les apports disciplinaires, respectant les métiers, définissant des parcours cohérents dans les 3 voies de formation pour mener davantage de jeunes au Baccalauréat, examen national garantissant l’accès à l’Université.


Partager cet article

Repost0
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 19:07
Des ajustements très à la marge

Lors de la réunion plénière au Ministère le 20 octobre et par courrier au Ministère, le SE-UNSA avait dénoncé des mesures qu’il jugeait pénalisantes pour les collègues concernés par un changement de département (permuts) ou par un changement de poste au sein de leur département (mouvement départemental) :

-         duperie sur le suivi personnalisé mis en place par le Ministère (via notamment une plate-forme téléphonique privée)

-         anticipation sur la réforme de la formation des enseignants programmée en 2010 et non encore aboutie réglementairement

-         banalisation de la suppression des 3000 postes de RASED pour prévoir la réaffectation de ces collègues en classe ordinaire

-         développement des postes à profil, hors barème et par « cooptation »

-         contournement systématique des CAP et donc des élus du personnel

La note de service définitive vient de nous parvenir. Force est de constater que les quelques bougés du texte ne modifient pas la portée des mesures décidées :

- Rôle des élus du personnel : réinjection de la notion d'instances paritaires de ci de là mais maintien de l'incertitude sur la composition (CAP ou CTP) et maintien de la notion de "groupes de travail" dont on ne sait rien ... Le SE-UNSA s’oppose à ces modalités de pseudo dialogue social et exige le respect des CAP et par là-même des prérogatives des élus du personnel.

- Réécriture des passages sur les néo-titulaires : suppression du "hors-barème" et minoration du lien avec la réforme du recrutement programmée pour la rentrée 2010 mais maintien du rôle des directeurs dans le compagnonnage et de l'affectation de ces néo-titulaires, sur postes protégés à titre définitif. Le SE-UNSA continue à porter ses demandes d’une véritable professionnalisation de la formation et refuse les modalités d’accompagnement telles que le Ministère les envisage.

Au-delà des combats que le SE-UNSA continuera à mener au plan national, il revient maintenant à l’échelon local de s’emparer de ces questions: préparation de la carte scolaire pour l’implantation des postes au mouvement (CTPD) et définition des critères et du barème pour l’affectation des personnels sur les postes (CAPD).

Le SE-UNSA saisit donc les inspecteurs d’académie via les sections locales et les représentants départementaux du syndicat pour contrer, au maximum, ces effets négatifs pour les enseignants du premier degré.

Il appelle les personnels à soutenir la place et le rôle des élus du personnel dans la défense de vos intérêts et du suivi de votre carrière en votant massivement pour les listes SE-UNSA aux élections professionnelles du 2 décembre mais aussi à participer à la grève du 20 novembre pour faire entendre leur désaccord sur ce nouveau coup porté aux enseignants du premier degré.

Partager cet article

Repost0