Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Instances

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 8 septembre 2022 : CTSD. Mesures d'ajustement de carte scolaire 

Réunions d'information syndicale

16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 09:20

Une lubie présidentielle supplémentaire !


Une nouvelle circulaire précise la mise en œuvre de ce dispositif pour la rentrée 2008 (annoncé dans la circulaire de rentrée).

L'accompagnement éducatif, présenté dans la lettre de mission du président de la République au ministre de l'Éducation nationale est déjà en vigueur dans les collèges de l'éducation prioritaire depuis la rentrée 2007.

Désormais, à la rentrée, il doit aussi être organisé dans les écoles élémentaires situées en ambition-réussite ainsi que dans les écoles volontaires situées en zone « ordinaire » (décision qui relève de la municipalité et de l’IA).

Pour quels élèves ?

à les élèves volontaires du CP au CM2.

A quel moment dans la semaine?

à 4 jours par semaine toute l'année, durant deux heures et à la fin de la journée scolaire de préférence.

Quelles activités proposées ?

à Les enfants peuvent bénéficier soit « d’aide au travail scolaire », soit d’activités artistiques et culturelles, soit d’activités sportives.

Qui encadre les ateliers ?

à Des enseignants volontaires, des assistants d’éducation (cela entrera désormais dans le cadre de leurs missions), des intervenants extérieurs… mais aussi des non-enseignants, des étudiants, des parents, des bénévoles, etc.

Quelle rémunération ?

à En heures supp ou en vacations, suivant le statut des intervenants.

 

Une mise en place à la hussarde !

Pas de concertation préalable …

Ce texte n’a pas fait l’objet d’une concertation avec les syndicats enseignants : de ce fait, plusieurs questions sont complètement éludées.

« Débrouillez-vous » !

Aucune aide, aucun document d’accompagnement, aucune allusion à la formation, aucune indication sur le modus operandi des partenariats à nouer. Bref, une fois de plus, tout est décrété d’en haut, « y a plus qu’à ». On renvoie exclusivement à la bonne volonté et à « l’imagination » des acteurs locaux.

Le directeur, cheville ouvrière du dispositif

On charge encore plus la mule sur le registre des tâches mais aussi des responsabilités, comme si le directeur était un chef d’établissement.

La cohérence des actions, grande oubliée du texte

Aucune lisibilité sur l’articulation avec les autres dispositifs péri-scolaires déjà existants comme les CEL, les dispositifs de réussite éducative … et/ou la mise en cohérence avec l’aide personnalisée.

Le projet d’école alibi commode

On décrète le lien direct avec le temps d’enseignement puisque l’accompagnement éducatif doit en être un prolongement donc on est sommé d’inscrire ce dispositif dans le projet d’école.

Du financement de tout cela on ne dit mot !

Quasiment aucune indication sur les moyens de financement, les opérateurs à contacter, le type de dossier à monter et auprès de qui. Les maires vont se retrouver très sollicités (utilisation de leurs locaux, du matériel et des équipements de l’école, conséquences sur l’organisation du ménage, responsabilité …).

Les élèves en difficulté : on les charge davantage ?

On frémit en pensant à certains élèves qui pourront cumuler l’aide personnalisée, les stages de remise à niveau pendant les vacances scolaires et l’aide au travail scolaire dans le cadre de l’accompagnement éducatif. Reste à espérer qu’ils ne restent pas à l’étude de surcroît !

Du flou et encore du flou sur …

-         les modalités d’inscription des élèves

-         le cahier des charges lorsqu’on est « responsable de site »

-         les procédures de recherche d’associations agréées

 

Pour le SE-UNSA, l’accompagnement éducatif doit être un projet local partagé du diagnostic, aux objectifs et à la mise en œuvre et à l’évaluation. L’accompagnement éducatif est un dispositif qui devrait être emblématique d’une politique éducative partenariale entre école, familles, associations et collectivités territoriales.

Nous sommes favorables à un accompagnement éducatif dont l’objectif est bien de susciter, d’entretenir, de redonner l’envie d’apprendre. Il ne doit pas être confondu avec le soutien scolaire et l’aide aux élèves en difficulté qui sont des missions de l’école et qui doivent s’effectuer dans le temps scolaire. Ainsi, concernant les activités purement scolaires, il  faut se poser la question de la légitimité et de l’efficacité de ce travail après l’école, sans parler d’équité et de justice, est –il légitime et efficace de développer l’école après l’école ? Est-il légitime et efficace de transformer de plus en plus le temps péri et extra scolaire en temps scolaire ? 

Encore une fois c’est à la hussarde que tout cela se met en place, au mépris de la réalité du terrain, des besoins des personnels et de la charge de travail qui va retomber de fait sur le directeur et l’équipe enseignante : c’est inadmissible !

Le SE-UNSA intervient auprès de l’Inspecteur d’académie pour lui faire part de nos questions et de nos critiques, exigeant des réponses claires que l’actuel texte ministériel ne semble pas disposé à fournir.

Dès à présent, nous vous invitons à nous faire remonter vos questions et vos demandes pour que nous demandions la saisine du prochain CTPD.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 09:31
Enfin un texte

A la veille de la généralisation du dispositif "Base élèves", le SE-UNSA a demandé qu'un texte réglementaire paraisse pour préciser le cadre d'utilisation et les conditions de sécurisation ainsi que pour rappeler les principes éthiques indispensables à la mise en oeuvre de ce logiciel.
Le SE-UNSA se réjouit que le Ministère l'ait entendu sur ce point comme il l'avait déjà été concernant la disparition des champs relatifs à la nationalité et à la culture d'origine des élèves.
Ce texte devrait prendre la forme d'un arrêté qui devrait par ailleurs prévoir la disparition d'un certain nombre de champs concernant les "besoins éducatifs particuliers", les données relatives à la profession et à la catégorie sociale des parents, ainsi qu'à la situation familiale de l'élève ...
Le SE-UNSA continuera à agir auprès du Ministère pour porter les revendications de nos collègues concernant l'amélioration de l'outil, sa surveillance et sa sécurisation, s'appuyant pour cela sur les nombreuses remontées, suite à l'enquête nationale que nous avons lancée. Il exigera qu'un Comité de suivi soit mis en place tant au plan national que local.
Le SE-UNSA rappelle son attachement au développement d'outils modernes, performants, respectant les principes éthiques pour faciliter le travail de nos collègues et assurer un meilleur suivi, dans la continuité, des parcours de nos élèves.
Partager cet article
Repost0
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 14:51
CTPD d'ajustement du 26 juin

Si vous pensez que votre école est menacée d'une fermeture de classe ou, au contraire, si vous demandez une ouverture au regard de vos effectifs, confiez-nous votre dossier en téléchargeant le document de suivi et en nous le renvoyant à la section.
Partager cet article
Repost0
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 14:28
Les robinets sont fermés

Ce matin s'est tenue la CAPD chargée d'étudier les demandes de changement de département par inéat/exéat.
L'Inspecteur d'Académie a rappelé que, suite aux départs massifs de collègues par les permutations informatisées, le département serait en déficit d'enseignants à la rentrée 2008.
- Les inéats : 35 demandes ont été enregistrées et elles sont toutes accordées. Cependant il faut s'attendre à n'accueillir qu'une vingtaine d'enseignants car certains n'auront pas leur exéat.
- les exéats : il y a eu 361 demandes dont 116 pour rapporchement de conjoints. Compte-tenu de la situation du département à la rentrée prochaine l'Inspecteur d'Académie n'en a accepté que 40. Seuls les collègues ayant un barème supérieur à 250 points aux permutations informatisées plus quelques dossiers prioritaires (médical, social, mutation d'un conjoint dépendant de la Défense Nationale) ont obtenu leur "bon de sortie". 
Partager cet article
Repost0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 13:43
Des réponses à vos questions

La mise en place des "108 heures" à la rentrée prochaine est actuellement LE sujet de discussion au sein des équipes pédagogiques. Le SE-UNSA vous aide à y voir plus clair en récapitulant clairement ce qui est écrit dans les textes et en mettant à votre disposition une série de questions/réponses. Bonne lecture !
Partager cet article
Repost0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 12:50

Rendez-vous en septembre

Une intersyndicale (les fédérations de l'Education et leurs syndicats, la FCPE, l'UNL et la CNT) s’est tenue cette semaine. L'ensemble des organisations présentes a constaté une mobilisation plus faible le 24 mai dans toutes les régions.
Toutes les organisations estiment que les sujets de conflit perdurent, que le gouvernement persiste à ne pas les prendre en compte. Les organisations se sont mises d'accord sur les points suivants :

- les actions conduites dans le cadre unitaire de l'interfédérale élargie ont été suivies avec succès.

- la surdité du gouvernement face à la mobilisation est inacceptable.

- les sujets de conflit perdurent et vont s'aggraver à la rentrée avec notamment les annonces budgétaires de 2009,

- le mois de juin n'est pas propice à de nouvelles actions, notamment en raison de la période des examens.

En conséquence, elles se donnent rendez-vous au cours de la semaine qui précèdera la rentrée scolaire pour décider de nouvelles actions.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 11:11

Les non-dits du président

Pour le SE-UNSA, le discours du président de la République, long plaidoyer défendant sa politique, vaut sans doute plus par ses non-dits que par ses dits.

Non-dit, assourdissant, sur les objectifs d’économies budgétaires omniprésents pourtant dans le travail réel du gouvernement. Les hypothèses de préparation du budget 2009 de l’Education nationale, préfigurant les budgets 2010 et 2011, sont de 20 000 suppressions d’emplois : M. Sarkozy n’en a rien dit. C’est pourtant à cette aune que chaque décision éducative est mesurée quotidiennement au ministère de l’Education nationale.

Du côté des dits, des horaires allégés au lycée pour plus d’autonomie des élèves, plus de travail individualisé, une meilleure préparation aux études supérieures.

Ces objectifs ne peuvent qu’être partagés par le SE-UNSA. Une telle évolution requiert évidemment un renforcement des compétences pédagogiques des enseignants. Or, dans le même discours, le Président de la République annonce un nouveau mode de formation et de recrutement des enseignants qui implique un recul de la professionnalisation. Le schéma universitaire retenu et la disparition programmée des IUFM éloigneront davantage encore les futurs enseignants de la réalité des besoins de leurs élèves.

Devant cette contradiction majeure, « l’autonomie des élèves » est-elle un véritable objectif ou un habillage habile d’une recherche d’économies ?

Pour le SE-UNSA, le gouvernement doit répondre à cette question. Le dialogue social, en matière éducative aussi, ne peut reposer sur le non-dit.

 

Luc Bérille, Secrétaire Général du SE-UNSA

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 13:27

Signez la lettre en ligne

Devant la sourde oreille du président suite aux actions du 15 et 22 mai, il faut réagir. Après les déclarations sur un projet de loi sur le service minimum, l'intersyndicale SE-UNSA, Sgen-CFDT et SNUIPP a écrit au Président Sarkozy pour lui demander de renoncer au projet de loi.
Signez et faites signer la lettre ouverte en ligne.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 21:02

Un projet inquiétant et destructeur

 

Sur commande présidentielle, le gouvernement s’apprête à modifier en profondeur le recrutement et la formation des enseignants.

Pour le SE-UNSA, ces conséquences seraient particulièrement graves:

 - Suppression de 24.000 postes de fonctionnaires stagiaires : cette économie budgétaire résume la préoccupation numéro 1 du gouvernement. Pour cela, en plaçant le concours après la formation, il supprimera le salaire versé jusqu’à présent aux élèves professeurs. Quant à la revalorisation annoncée avec le niveau master, elle coûtera d’autant moins qu’elle laisse de coté les 800.000 enseignants qui font vivre aujourd’hui l’Ecole au quotidien.

- Liquidation de la formation professionnelle : ce n’est pas par un cursus de master disciplinaire que l’on préparera les futurs enseignants à leur métier. Et cela d’autant que le statut d’étudiant interdira tout stage en responsabilité de classe durant le parcours de master.

- Renoncement à la mixité sociale dans le recrutement des enseignants : l’exigence du master, combinée à la fin de la rémunération des stagiaires, écartera encore plus les étudiants d’origine modeste.

- Mise en danger des capacités de recrutement : alors qu’il faudra attirer un grand nombre d’étudiants vers le métier de professeur, l’exigence du master réduira les viviers de recrutement.

Pour le SE-UNSA, ce projet ne propose qu’une formation des enseignants in vitro, déconnectée des réalités sociales et de la diversité des situations scolaires. Cela constituerait une régression dramatique en réussissant le tour de force d’amoindrir la professionnalisation de la formation des maîtres, alors même que toutes les études, toutes les évaluations de l’Ecole militent en sens inverse.

Ce projet, s’il devait aller à son terme, affaiblirait et viderait les IUFM de leur substance. En abandonnant à des universités autonomes ses prérogatives sur le contenu et les modalités de la formation initiale des enseignants, le ministère de l’Education nationale serait ravalé à un rôle de simple agent recruteur.

Il n’est pas trop tard pour éviter le pire. Le SE-UNSA réclame l’ouverture de réelles discussions, mettant au cœur de la réflexion la réussite des élèves et la nécessité d’y préparer professionnellement les enseignants.

Luc Bérille, Secrétaire Général du SE-UNSA 

Partager cet article
Repost0
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 20:11
Bientôt les textes définitifs

Le processus de concertation autour des circulaires sur les 108h touche à sa fin. Le Cabinet du Ministre a envoyé les projets quasi définitifs aux organisations signataires (SE-UNSA et Sgen-CFDT) pour recueillir leurs dernières remarques avant finalisation définitive en début de semaine prochaine.
N'ayant pas pour habitude de "jeter l'éponge avant la fin du combat", le SE-UNSA envoie ce jour des nouvelles propositions pour améliorer ces deux textes, fruits d'une longue période de concertation entre le Ministère et les seules organisations signataires.
Nous vous ferons parvenir dès que possible un point de situation complet pour montrer l'avancement du dossier, les avancées obtenues comme le retrait de mesures que nous jugions contraires au relevé de conclusions.
En effet, contrairement à ceux qui se sont volontairement écartés de toute possibilité de négociation, nous avons agi pour ne pas laisser toute latitude au Ministère et contrer ainsi, pied à pied, son projet initial : 72h de soutien auprès des élèves en difficulté et ce pour tous les enseignants, heures qui auraient été programmées unilatéralement par le Ministre sans possibilité d'autonomie des équipes .
Le SE-UNSA a choisi une toute autre option celle de s'opposer ET de proposer, seule voie syndicale responsable pour défendre l'intérêt des personnels que nous représentons. Nous n'avons pas pour habitude de regarder passer le train sans rien faire et, ensuite, de s'approprier le travail des autres (les avancées obtenues) ou de crier aux loups sur les décisions ministérielles, alors qu'on ne s'est donné aucun moyen de contrer ces dernières.
Ainsi, nous ne pouvons nous contenter de vous diffuser des textes, non définitifs de surcroît, sans un minimum de clés de lecture. C'est donc un document complet, explicatif et synthétique qui vous sera transmis dès que possible.
Comme nous l'avons fait depuis le début, nous continuerons à vous tenir informés bien sûr mais aussi à vous aider concrètement pour la mise en place des 60h (nous tenons à votre disposition un livret "60h d'aide personnalisée : comment faire ?").
Partager cet article
Repost0