Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Instances

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 8 septembre 2022 : CTSD. Mesures d'ajustement de carte scolaire

Vendredi 18 novembre 2022 : CTSD. Bilan des ressources enseignante 1er degré et AESH - Rentrée 2022

Réunions d'information syndicale

Mercredi 9 novembre 2022 : Plessis-Robinson en présentiel

Mercredi 16 novembre 2022 : Visioconférence sur le mouvement interdépartemental

Mercredi 23 novembre 2022 : Boulogne-Billancourt en présentiel

Mercredi 30 novembre 2022 : Visioconférence sur l'entretien de direction

1 décembre 2022 4 01 /12 /décembre /2022 21:07
Elections professionnelles 2022

 

Parce que vous avez besoin d’être bien accompagné·e, bien défendu·e, pour mieux vivre votre métier… 

 

 

 
Votre qualité de vie au travail : avec le SE-Unsa, vous y avez droit !
 
Prôner la qualité de vie au travail, c’est bien. Agir pour que chaque personnel y ait réellement droit, c’est mieux.
En informant et conseillant chaque collègue sur ses droits en matière de santé, sécurité et conditions de travail comme de prestations sociales et familiales, le SE-Unsa s’applique à les faire respecter et à ne passer à côté d’aucun.
 
Le SE-Unsa exige de l’employeur un réel accompagnement de la santé au travail via une prévention des risques, un suivi médical régulier et des dispositifs d’aménagement adaptés à chaque situation.
Il continue de revendiquer des aides spécifiques à la hauteur des besoins (logement, famille, handicap, restauration…).
 
 
Votre carrière : faites les bons choix avec le SE-Unsa !
 
Mobilité géographique, mobilité internationale, mobilité professionnelle, avancement, promotions, (re)classement… autant de composantes du parcours professionnel pour lesquelles le SE-Unsa écoute et accompagne chaque collègue pour ne commettre aucune erreur, ne rater aucune échéance et faire toujours les choix qui correspondent le mieux aux projets et aux besoins.
 
Le SE-Unsa prône des mobilités choisies et non subies. Il exige un avancement de parcours mieux valorisé et plus profitable à tous.
 
 
Au SE-Unsa, vos besoins sont nos priorités. Être bien accompagné·e, bien défendu·e, pour mieux vivre son métier, c’est l’objectif que le SE-Unsa se fixe pour chacun·e d’entre vous. Que vous soyez stagiaire, titulaire ou contractuel·le, et bien sûr quel que soit votre métier ou votre territoire, et ce tant du point de vue de votre vie professionnelle que personnelle, vous avez votre place au SE-Unsa.
 
 
 
 
 
Elections professionnelles 2022
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2022 4 01 /12 /décembre /2022 21:03

Le spectre de la désorganisation de la gestion Covid

 

La situation énergétique du pays risque d’entrainer des coupures ciblées d’électricité à partir du mois de janvier. Dans une circulaire, qui n’a pas fait l’objet de discussions avec les organisations syndicales, la Première Ministre indique aux Préfets que les écoles, collèges et lycées devraient alors fermer pour une demi-journée. La décision serait communiquée la veille à 17h.

Pour le SE-Unsa, ces annonces font craindre le retour de l’improvisation et des bricolages qui ont déjà trop marqué les équipes, les élèves et les familles lors de la crise sanitaire.

Beaucoup de questions se posent :

  • Quelle procédure d’informations des personnels et des familles lorsque la décision de délestage est prise ?
  • Quel impact sur le transport scolaire et sur les internats pour des fermeture d’une demi-journée ?
  • Est-il prévu des accueils pour les enfants de certaines professions ? Sur ce point, le ministre qui visitait le salon educ@tech, a répondu que les écoles ou établissements situés à proximité d'une structure prioritaire, qui ne seront donc pas touchés, pourront accueillir les élèves d'autres écoles. Pour le SE-Unsa, cela ne peut pas fonctionner alors que les Ecoles auront déjà leurs propres élèves.
  • Quelles consignes pour les personnels de l’Education nationale dont l’école ou l’établissement serait fermé ? Quelles dispositions pour ceux dont l’école ou l’établissement d’exercice fonctionnerait normalement pendant que l’école de leur enfant serait fermée ? Pour le SE-Unsa, les personnels ne peuvent pas se retrouver dans ces situations intenables.

Le SE-Unsa a interpelé le cabinet du ministre et lui a soumis l’ensemble des questions qui se posent. Il attend des réponses lors de la réunion programmée en urgence vendredi 2 décembre à 16h.

Le SE-Unsa a prévenu : les personnels ne veulent pas revivre la désorganisation et la tension subies par les communautés éducatives lors des nombreux épisodes de la gestion de l’épidémie de Covid.

 

Paris, le 1er décembre 2022

Stéphane Crochet

Secrétaire général

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
16 novembre 2022 3 16 /11 /novembre /2022 16:09

Participez à la préparation du SE-Unsa 92 !

 

Comme tous les ans, le SE-Unsa 92 organise une préparation à l'entretien de direction.

La circulaire départementale n'est toujours pas parue. Nous avons malgré tout fixé la date de notre préparation, qui aura lieu le mercredi 30 novembre 2022 à 9h30 en visioconférence.

Pour vous inscrire, cliquez ici !

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Direction d'école
14 novembre 2022 1 14 /11 /novembre /2022 13:38

Des leviers pour l'attractivité de nos métiers

 

635 millions de revalorisation « inconditionnelle », 300 millions qui financeraient le « pacte » (missions supplémentaires) : telles sont les mesures budgétaires prévues pour revaloriser et rendre attractif le métier d’enseignant. Avant la concertation avec les organisations syndicales prévue en janvier 2023, des réunions de préparation se sont tenues en octobre et novembre. Le SE-Unsa y a porté ses revendications pour la formation initiale et continue, et rappelé la nécessité de rendre attractif, dès l’entrée dans le métier, les métiers d’enseignant, CPE et PsyEN.
 
 
Des mesures à amplifier
 
De premières mesures ont été adoptées en 2021 et 2022 : l’amélioration de la reprise d’ancienneté des services privés des lauréats des 3e concours et la création d’une prime d’attractivité. Le SE-Unsa avait très largement contribué à ces évolutions qui constituaient de premières marches. Dans le cadre de cette nouvelle concertation nous avons ainsi mis en avant le besoin de les amplifier. En effet, le SE-Unsa a rappelé :
 
  • sa demande de la reprise intégrale des services antérieurs publics ou privés car, pour le SE-Unsa, l‘attractivité passe également par une valorisation des parcours antérieurs ;
     
  • sa divergence avec le ministère concernant la notion de « début de carrière ». Pour le SE-Unsa, la prime d’attractivité et un salaire de 2 000 € : cela doit être attribué dès l’année de stage.
     
  • la nécessité d’engager la réflexion sur l’indexation des primes en constatant que, pour cette année, les mesures concernant la prime d’attractivité ont largement été écrasées par l’inflation.
 
Le métier de PLP a été identifié comme particulièrement concerné par la question de l’attractivité. En effet, pour les champs professionnels dont les PLP sont issus, le niveau de rémunération du privé est beaucoup plus attractif que les grilles de rémunération des enseignants de l’Éducation nationale.
 
 
Remettre à plat les conditions de la formation initiale
 
Il est encore trop tôt pour faire un bilan de la réforme de la formation initiale, mais plusieurs éléments d’alerte identifiés en amont par le SE-Unsa ont malheureusement été constatés dès les premiers jours de la mise en œuvre de cette réforme :
 
  • le manque de tuteurs, à mettre en lien avec la faible valorisation financière de la fonction ;
     
  • des conditions d’affectation des stagiaires parfois déplorables ;
     
  • des volumes de formation amputés pour l’année de stage ;
     
  • une charge de travail considérablement alourdie pour les stagiaires exerçant à temps plein : le besoin de clarification nécessaire sur les crédits de 10 à 20 jours et leur mise en œuvre effective.
Le SE-Unsa a par ailleurs rappelé l’importance d’accompagner les personnels contractuels, aussi bien s’agissant de tutorat que de formation à la préparation aux concours.
 
 
Formation continue : des lignes à ne pas franchir
 
Nous avons rappelé notre opposition aux perspectives d’organisation de la formation continue hors temps d’enseignement. Pour le SE-Unsa, ce sujet ne doit pas être considéré comme une nouvelle mission volontairement acceptée et rémunérée par les personnels car il s’agit bien avant tout d’une responsabilité de l’employeur envers ses agents, qu’il lui revient d’organiser dans le cadre de leur temps règlementaire de travail.
 
De plus, cette perspective présente le risque d’accroître à nouveau les inégalités genrées de rémunération, alors que le ministère s’est précisément engagé, en principe, dans un plan de réduction de ces inégalités. S’agissant du tutorat, l’engagement des personnels auprès des collègues pour les aider et partager leur expérience doit en revanche être effectivement revalorisé.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Ces réunions préparatoires n’auront pas permis d’en connaître davantage sur les intentions présidentielles s’agissant de l’articulation entre « revalo inconditionnelle » et « pacte ».
 
Si l’on peut supposer que la part inconditionnelle se traduira par une amplification de la prime d’attractivité, et même si le ministère se montre à l’écoute des constats, remarques et propositions des organisations syndicales s’agissant de l’enveloppe « pacte », ces premières discussions laissent craindre toutefois que la contrainte du « pacte » imposé par l’Élysée ne permette pas d’aboutir la reconnaissance nécessaire à une relance de l’attractivité de nos métiers.
 
Pour le SE-Unsa, reconnaître la réalité du temps et des conditions de travail effectifs des personnels, ainsi que les inégalités déjà existantes entre le premier et le second degré, entre les femmes et les hommes et avec le reste de la Fonction publique, ne peut en effet souffrir aucune contrepartie.
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
12 novembre 2022 6 12 /11 /novembre /2022 11:17

De la crise aiguë à la crise chronique

 

En annonçant la prolongation de deux semaines de la période d’inscription aux concours, le ministère vient d’avouer que le nombre des inscriptions aux concours d’enseignants, CPE et PsyEN était inférieur à celui de l’année dernière à la même date. Les concours de la session 2022 n’avaient déjà pas réussi à faire le plein, aboutissant à la crise aigüe de recrutement visible de tous en cette rentrée.

Comme l’avait dénoncé le SE-Unsa, les graves difficultés de 2022 n’étaient pas le fruit conjoncturel du déplacement du concours en fin de master 2, mais bien le résultat d’un mouvement lent et profond qui s’accélère.

Durant la campagne des élections présidentielles, le SE-Unsa a alerté et martelé que l’attractivité était le défi numéro un à relever pour notre service public d’Education. Nos métiers sont devenus de plus en plus difficiles en même temps qu’ils sont devenus de moins en moins valorisés, financièrement et socialement, notamment sous l’effet d’un manque de reconnaissance et de soutien des pouvoirs publics. C’est sous l’effet d’une double asphyxie budgétaire et dogmatique que le système s’est grippé. Par exemple, la gestion à flux tendu des recrutements en comptant sur une part de contractualisation et d’heures supplémentaires, a mis le système sous une grave tension tout en bloquant les mobilités géographiques ou professionnelles Autre exemple, les salaires ont continué de décrocher, sous l’effet d’un dégel du point d’indice aussi rare que faible malgré l’inflation exponentielle. Dernier exemple, la pluie de réformes et d’injonctions déconnectées des réalités a accru la mise en porte-à-faux face aux besoins grandissants de nos élèves.

Nos métiers ont pourtant toujours autant de sens mais les conditions dans lesquelles on y entre, dans lesquelles ils s’exercent, découragent trop souvent. Elles découragent ceux qui les vivent et ceux qui pouvaient envisager de les rejoindre.

Le Président de la République veut construire un nouveau pacte. Il a raison. L’Ecole a en effet besoin d’un nouveau pacte avec son service public d’éducation mais celui-ci ne peut pas être « travailler plus pour gagner plus » comme il tente de l’esquisser. Plus encore que l’opposition résolue de la profession, ce qui doit être redouté, c’est une désaffection chronique de nos métiers. Il est urgent de comprendre mieux, de payer mieux et de soutenir mieux afin que nous soyons rapidement plus nombreux à retrouver la satisfaction de participer à l’éducation des enfants et des jeunes qui feront la société de demain.

 

Paris, le 11 Novembre 2022

Stéphane Crochet

Secrétaire général

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Stagiaires et débuts de carrière
9 novembre 2022 3 09 /11 /novembre /2022 14:17

Nouvelles modalités d'inscription sur la liste d'aptitude

 

La loi Rilhac a fait évoluer certaines modalités d’inscription sur la liste d’aptitude et de nomination dans l’emploi de directeur. Si le dispositif de recueil et d’examen des candidatures reste inchangé, une note de service du ministère apporte des précisions sur les nouvelles dispositions déjà applicables. Le SE-Unsa vous présente les nouveautés concernant la liste d’aptitude.
 
 
Textes réglementaires nationaux et locaux
 
Des textes nationaux régissent les conditions d’inscription sur la liste d’aptitude et la nomination des directeurs d’école. Chaque année, les Dasen les précisent en rédigeant une note de service départementale.
 
La loi Rilhac a fait évoluer certaines modalités d’inscription sur la liste d’aptitude et de nomination dans l’emploi de directeur. Ces dispositions seront prochainement complétées par un décret d’application, mais certaines sont d’ores et déjà en vigueur. Une note de service du ministère (lire en PJ) en date du 13 octobre 2022 apporte des précisions sur ces dispositions déjà applicables.
 
Le dispositif de recueil et d’examen des candidatures reste inchangé : celles-ci sont adressées au Dasen, font l’objet d’un avis motivé de l’IEN de circonscription et sont soumises à l’avis d’une commission départementale.
 
 
Nouveautés
 
La note de service ministérielle du 13 octobre 2022 détaille certaines nouveautés :
 
  • L’établissement de la liste d’aptitude départementale à l’emploi de directeur d’école doit intervenir entre le mouvement interdépartemental et le mouvement intra départemental afin de permettre l’inscription des personnels bénéficiant d’une mutation interdépartementale.
     
  • Les enseignants doivent justifier de trois années d’ancienneté contre deux auparavant.
     
  • L’inscription sur la liste d’aptitude est désormais subordonnée au suivi préalable d’une formation à la fonction de directeur d’école. Cette formation ne pourra plus être dispensée entre la nomination et la prise de fonctions et devra donc obligatoirement intervenir avant toute inscription sur la liste d’aptitude.
     
  • Les enseignants nommés directeurs sans être inscrits sur la liste d’aptitude devront bénéficier d’une formation à la fonction de directeur d’école après leur prise de fonction.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Les nouvelles modalités d’inscription sur la liste d’aptitude et de nomination dans l’emploi de directeur d’école vont dans le bon sens : elles doivent permettre aux enseignants de connaître la réalité de la direction d’école grâce à une formation avant de demander leur inscription sur la liste d’aptitude et un poste de directeur.
 
Le SE-Unsa prendra toute sa part localement pour permettre une rédaction des notes de services départementales concernant la liste d’aptitude à la direction d’école la plus avantageuse possible pour les collègues.
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Direction d'école
4 novembre 2022 5 04 /11 /novembre /2022 10:51

Le SE-Unsa 92 à votre rencontre

 

Le SE-Unsa 92 organise plusieurs réunions d'information syndicale au cours du mois de novembre 2022. Venez rencontrer les représentants du personnel du SE-Unsa 92 et vous informer sur les sujets du moment : pouvoir d'achat, reforme des retraites, recrutement, remplacement, direction d'école, ...

- le mercredi 9 novembre 2022 à 9h30 au Plessis-Robinson (école maternelle Louis Hachette)

- le mercredi 16 novembre 2022 à 9h30 en visio sur le mouvement interdépartemental

- le mercredi 23 novembre 2022 à 9h30 à Boulogne-Billancourt (école élémentaire Les Glacières)

- le mercredi 30 novembre 2022 à 9h30 en visio sur l'entretien de direction

Inscrivez-vous à ces réunions, vous recevrez une invitation avec tous les renseignements nécessaires pour les réunions en présentiel ou le lien pour participer à la visio.

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
4 novembre 2022 5 04 /11 /novembre /2022 10:43

Une augmentation de 10% annoncée pour septembre 2023

 

Le gouvernement a accepté un amendement qui prévoit une augmentation de salaire de 10 % pour les AESH en septembre 2023. Le SE-Unsa se félicite de voir cette préoccupation essentielle prise en compte mais attend d’en connaître la traduction concrète pour se réjouir. La situation économique des AESH est très fragile du fait des temps incomplets subis et de l’inflation.
Beaucoup d’interrogations demeurent sur l’impact réel sur la fiche de paye.
 
 
Un parcours législatif à achever
 
La reprise de cet amendement parlementaire par le gouvernement est une première étape mais le chemin parlementaire est encore long. Après son passage à l’Assemblée nationale, le Sénat doit examiner à son tour le projet de Loi de finances.
 
 
Quelle traduction concrète et réglementaire ?
 
Si les 80 millions dédiés à cette mesure sont bien adoptés, rien n’est défini quant à la forme de cette mesure et à la façon dont elle se traduira pour chaque AESH. S’agira-t-il d’une refonte de la grille indiciaire ? S’agira-t-il d’une prime ? Les 10 % annoncés seront-ils bien effectifs pour chaque AESH ou retrouvera-t-on le « 10 % en moyenne et en intégrant des mesures déjà prises » comme ça été le cas des annonces pour les enseignants ? Dans tous les cas, avec la poursuite de l’inflation, la progression de la rémunération à l’horizon de septembre 2023 pourrait s’avérer moins séduisante que l’effet d’annonce produit.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Des solutions pérennes restent nécessaires. En effet, au-delà de ces évolutions de rémunération par à-coups, la situation des AESH nécessite un travail en profondeur pour que cette mission essentielle aux élèves et à l’École devienne pleinement un métier dont on peut vivre, notamment en accédant à un temps plein, et que l’on peut bien vivre, notamment grâce à une formation dédiée et un statut sécurisé.

 

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
31 octobre 2022 1 31 /10 /octobre /2022 09:13

Les notes de service sont publiées !

 

Vous envisagez de participer aux opérations du mouvement 2023 pour obtenir votre premier poste ou changer d’académie/de département à la rentrée prochaine ?
Le SE-Unsa vous décrypte tout et vous propose son aide dans toutes vos démarches.
 
Les notes de service ministérielles définissant les règles et les modalités de participation au mouvement inter 2023 ont été publiées ce jeudi 27 octobre 2022.
 
 
Le mouvement inter « classique »
 
La saisie des vœux pour participer au mouvement inter 1er degré, 2d degré et PsyEN sera ouverte du 16 novembre 2022 (12h heure de Paris) au 7 décembre 2022 (12h heure de Paris).
Elle s’effectuera via l’application Siam, accessible depuis l’assistant carrière I-prof.
Les résultats individuels sont programmés au 7 mars 2023.
 
Mouvement des enseignants du 1er degré
 
Cas particulier des affectations à Mayotte
 
Les enseignants du 1er degré détenant la certification « français langue seconde » et ayant obtenu à ce titre une mutation à Mayotte peuvent bénéficier :
  • d’un droit de retour dans leur département d’origine ;
  • d’une priorité absolue pour le département qu’ils souhaitent rejoindre, sous réserve d’avoir exercé à Mayotte pendant au moins 4 ans.
Les enseignants qui remplissent les conditions pour bénéficier de l’une de ces deux options et qui souhaitent la mettre en œuvre pour la rentrée scolaire 2023 doivent participer aux opérations de mobilité interdépartementales 2023.
 
Nouveauté
 
Au regard de la fusion des académies de Caen et Rouen, il est précisé qu’à compter du mouvement interdépartemental 2023, l’octroi de la bonification complémentaire liée à l’éloignement du conjoint s’appréciera désormais en fonction du périmètre de la nouvelle académie de Normandie.
 
 

Mouvement des enseignants du 2d degré, CPE et PsyEN

Nouveauté
 
Au regard de la fusion des académies de Caen et Rouen, il est précisé que :
 
  • pour le décompte des années de séparation :
    Pour toute demande d’entrée dans la nouvelle académie de Normandie, en cas d’éligibilité à la bonification dite de rapprochement de conjoints, le décompte des années de séparation entre conjoints s’opère rétroactivement en tenant compte des années de séparation constatées pour l’entrée dans les académies de Caen et de Rouen.
 
  • pour le décompte des années de vœux préférentiels :
    Pour toute demande d’entrée dans la nouvelle académie de Normandie, en cas d’éligibilité à la bonification dite du vœu préférentiel, le décompte des années de vœu préférentiel d’entrée dans la nouvelle académie s’opère rétroactivement en tenant compte des vœux préférentiels constatés pour l’entrée dans les académies de Caen et de Rouen.
 
 
 
Le mouvement inter sur postes à profil dit « POP »
 
La saisie des vœux pour participer au mouvement inter sur postes à profil 1er degré sera ouverte du 16 au 28 novembre 2022 (12 h heure de Paris).
Elle s’effectuera via l’application Colibris.
 
Pour en savoir plus sur le mouvement POP 1er degré : lire notre article
 
La saisie des vœux pour participer au mouvement spécifique du 2d degré incluant le mouvement inter sur postes à profil 2d degré sera ouverte du 16 novembre 2022 (12 h heure de Paris) au 7 décembre (12 h heure de Paris).
Elle s’effectuera via l’application Siam, accessible depuis l’assistant carrière I-prof.
 
Pour en savoir plus sur le mouvement POP 2degré : lire notre article
 
 
Faire les bons choix !
 
La compréhension de toutes les subtilités des notes de service est capitale pour mettre toutes les chances de son côté au cours des différentes étapes (saisie des vœux, confirmation de participation avec envoi des pièces justificatives, vérification du barème, réception du résultat, …).
 
Mais rassurez-vous, le SE-Unsa est là pour tout vous expliquer, vous conseiller et vous accompagner tout au long des démarches !
 
L’accompagnement Mouvement du SE-Unsa, c’est :
  • des communications personnalisées pour ne manquer aucun élément de barème, n’oublier aucune pièce justificative, ne rater aucune échéance ;
  • des outils pour élaborer la meilleure stratégie et réussir chaque étape ;
  • un accueil individualisé sur le nouveau territoire par nos équipes locales ;
  • une aide en cas de mouvement défavorable.
 
Alors, dès aujourd’hui, demandez l’accompagnement Mouvement du SE-Unsa en complétant notre formulaire en ligne !
 
Vous recevrez gratuitement notre publication Mouvement 2023 afin de connaître et comprendre le plus aisément possible les règles et les modalités de participation, vous recevrez une alerte à chaque échéance importante du calendrier des opérations et vous bénéficierez des conseils et de l’expertise des militants du SE-Unsa !
 
Et après les résultats, le SE-Unsa vous accueillera et vous guidera dans votre nouveau département/nouvelle académie.
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Mobilité
27 octobre 2022 4 27 /10 /octobre /2022 08:35

Vers un cycle de discussions avec le ministère

 

Le SE-Unsa a participé à une réunion au ministère le 25 octobre pour faire un bilan de la politique d’école inclusive et tracer des perspectives.
 
Nous avons obtenu cette réunion particulièrement importante après un quinquennat qui a principalement géré l’école inclusive de manière quantitative et qui a délégué cette question à l’ex-secrétaire d’État Sophie Cluzel.
 
 
Le bilan de l’école inclusive est contrasté
 
Le ministère se cantonne à faire un bilan quantitatif de l’école inclusive en se félicitant de l’augmentation des notifications pour les élèves et des moyens humains en AESH déployés depuis 2017. Si ces recrutements de personnels sont indéniables, il n’en demeure pas moins que le bilan qualitatif est bien moins favorable.
Le SE-Unsa a rappelé que l’approche collective de la classe est beaucoup plus difficile dans un système qui privilégie l’individualisation des réponses et que le 100% inclusion ne devait pas un être un objectif indépassable parce que pour certains élèves, l’inclusion en classe ordinaire n’est pas la réponse adaptée à un moment donné du parcours de scolarité de l’élève. Enfin, nous avons relevé toutes les difficultés de gestion des PIAL, de la place et des missions des coordonnateurs PIAL, du statut des AESH et du manque de réponses institutionnelles pour la gestion des élèves à besoins éducatifs particuliers. Retrouvez le bilan en détail dans la déclaration ci-dessous.
 
Des propositions concrètes
 
Le SE-Unsa a fait des propositions concrètes pour améliorer le fonctionnement de l’école inclusive :
  • une inflexion de la politique menée et de l’objectif « 100% école inclusive » dans la situation actuelle ;
  • une réflexion réelle et sérieuse sur les parcours des enfants en inclusion. Il faut revenir à des inclusions progressives et accompagnées permettant de limiter le stress, les déceptions et les conflits avec les familles ;
  • des moyens supplémentaires qui devront passer notamment par l’ouverture de structures et de dispositifs en ULIS, ULIS lycée pro, places en ITEP ou en IME ;
  • le recrutement en nombre suffisant d’enseignants référents, de personnels médico-sociaux et d’AESH
  • une stratégie déterminée et redéfinie de prévention dès l’école maternelle concernant les difficultés éducatives repérées dès le plus jeune âge avec le rétablissement sur tout le territoire de Rased avec des équipes renforcées en soutien aux équipes des écoles : PsyEN, maîtres spécialisés en aide relationnelle, en difficultés d’apprentissages, médecins et infirmier·es scolaires ;
  • la mise en place de Rased pour le 2d degré ;
  • la mise en place d’un système de remplacement des AESH ;
  • la réflexion autour de la création d’un corps de fonctionnaire pour les AESH avec la possibilité de travailler à temps complet et la revalorisation des grilles indiciaires ;
  • la révision du fonctionnement du CNCPH (comité national consultatif des personnes handicapées) pour que les textes concernant le handicap et l’inclusion scolaire soient discutés à part égale avec les organisations syndicales des personnels, et pas seulement avec les associations de personnes handicapées et leurs familles. « L’expertise parentale » ne peut pas être la seule entendue.
 
Des groupes de travail spécifiques à venir
 
À la suite de cette première réunion, plusieurs groupes de travail thématiques seront mis en place. Les thèmes qui émergent pour ces prochaines réunions sont :
  • le système d’évaluation et d’orientation des élèves en situation de handicap en lien avec les MDPH ;
  • les relations enseignement scolaire/structures médico-sociales ;
  • la situation des AESH ;
  • la question plus large des élèves à besoins éducatifs particuliers.
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92