Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Instances

Réunions d'information syndicale

Mercredi 10 novembre 2021 : Permuts 2022

Mardi 16 novembre 2021 : Préparation à l'entretien de direction

25 mai 2022 3 25 /05 /mai /2022 07:32
Ce mardi 24 mai s’est tenue notre première rencontre avec notre nouveau ministre. Qu’en retenir ?
 
 
De l’écoute
 
Quatre jours seulement après sa nomination, le ministre Pap Ndiaye reçoit les organisations syndicales. Cette démarche ne suffit pas à faire une politique mais contribue à en donner le ton quand la première priorité est de réconcilier les personnels avec leur institution. Pour le SE-Unsa, la réunion a été sérieuse et l’écoute attentive. Le fait que le ministre écoute d’abord et n’apporte pas d’emblée des réponses n’est pas un mauvais signe. Il s’agira de voir si cette méthode s’installe dans la durée et permet de construire les améliorations tant attendues pour retrouver de la satisfaction et de la sérénité.
 
Le ministre a tenu d’emblée à affirmer son identité « d’enseignant » et sa « considération » pour ce métier. Pour lui, l’objectif de ces premières rencontres avec les représentants des personnels est d’écouter leurs analyses. Cette audience a ainsi permis à l’Unsa de faire connaître son avis sur la situation, de partager les défis qui se posent à l’École publique et laïque, colonne vertébrale de la société, d’exposer les urgences et de de questionner la feuille de route du nouveau ministre.
 
 
Réparer au lieu de persister
 
Les réponses des 43 000 participants à l’édition 2022 du Baromètre Unsa des métiers de l’Éducation ont permis d’étayer un état des lieux, malheureusement sombre, du moral de ceux qui font l’École. Malgré leur attachement à leur métier (92 % disent aimer leur métier), ils sont de moins en moins nombreux à le recommander à un jeune de leur entourage (22 %). Il faut réparer plutôt que persister, c’est le message de la profession transmis au nouveau ministre, chiffres à l’appui(1).
 
 
Les défis à relever
 
Lors de cette audience, l’Unsa a pu expliciter les trois défis identifiés pour l’École publique et laïque : l’attractivité de nos métier (rémunération, conditions de travail, formation initiale et continue, gestion des ressources humaines...), la nécessité de réussir l’École inclusive en dépassant la politique d’affichage de chiffres en construisant des réponses multiples afin de dépasser le saupoudrage d’accompagnements, la mixité sociale dans l’École pour inverser la fragmentation à l’œuvre dans notre société(2).
 
Pour l’Unsa, à ces défis de fond s’ajoutent les urgences pour préparer la rentrée : les recrutements pour lesquels il faut immédiatement sécuriser le réemploi des contractuels alors que les concours sont gravement déficitaires, l’introduction des maths dans le tronc commun en première générale qui doit attendre la rentrée 2023, la revalorisation du point d’indice qui doit être conséquente, des urgences sociales qui ne peuvent attendre : mise en œuvre de la CDIsation des AED ayant accompli 6 ans de CDD et amélioration de la situation des AESH.
 
 
Quelle feuille de route ?
 
Alors que le président réélu avait présenté un programme source de désaccords profonds avant le premier tour puis tenu des propos plus nuancés mais flous dans l’entre-deux tours, l’Unsa a interrogé le ministre sur sa feuille de route.
 
En conclusion de cette première rencontre, le ministre a relevé quatre points :
 
  • La priorité qui doit être donnée à l’attractivité des métiers qui passe par une revalorisation nécessaire tant économiquement qu’en matière de considération. 
     
  • Le constat de fatigue des personnels et du système qui ne pourraient supporter des réformes construites sans eux et menées à un rythme intenable.
     
  • Sa feuille de route se construit par les audiences qu’il conduit. Après cette étape d’écoute et de visites sur le terrain, il reprendra des discussions à partir de propositions.
     
  • Rentrée 2022 ou rentrée 2023 ? L’échéance de l’introduction des mathématiques dans le tronc commun au lycée général sera arbitrée très rapidement après le cycle de rencontres.
 
 
Partager cet article
Repost0
13 mai 2022 5 13 /05 /mai /2022 10:42

Chronique d'un auto-sabotage

 

Les premiers résultats des concours de recrutement tombent et sans surprise ils sont alarmants. Sans surprise non plus le ministère persiste dans son déni. Quels que soient les résultats finaux en juin, il n’est pourtant plus possible d’ignorer que le nombre de professeurs de maths, d’allemand, d’anglais, de professeurs documentalistes, de professeurs des écoles, censés venir gonfler les rangs des équipes éducatives des écoles, collèges et lycées sera moins élevé que prévu. A la question de leur nombre s’ajoutera celle de leurs parcours antérieurs qui déterminera la quotité de service qu’ils pourront assurer. Du fait de la réforme de la formation initiale, ceux qui ne seront pas issus d’un parcours Meef (Métiers de l’enseignement de l’éducation et de la formation) assureront un demi-service pour consacrer l’autre moitié à leur formation.

Après des difficultés sérieuses en septembre 2021, l’habituelle rentrée « techniquement » réussie est ainsi sérieusement menacée pour septembre 2022.

C’est alarmant pour les conditions de scolarité des élèves : on court le risque important d’un manque d’enseignants, CPE et PsyEN. C’est alarmant pour les équipes éducatives déjà fragilisées par cinq années de choix budgétaires en contradiction avec les exigences liées, entre autres, aux réformes ministérielles engagées pendant le quinquennat. C’est alarmant enfin pour les nouveaux personnels d’enseignement et d’éducation, premiers lauréats d’une mauvaise et illisible réforme des concours et de la formation initiale.

Le SE-Unsa alerte depuis des mois : les métiers d’enseignant, de CPE et psychologues de l’Education nationale ne trouvent plus preneurs par voie de concours, et il serait vain de compter sur le renfort de contractuels dont les candidatures s’effondrent elles-aussi. Allongement de la durée d’études, faiblesse de la rémunération, déconsidération, conditions d’entrée dans le métier synonymes de mise à l’épreuve : a-t-on jamais vu un employeur se donner aussi peu les moyens d’attirer des candidats ?

Pour le SE-Unsa, le ou la future ministre aura pour première mission de tout faire pour que les élèves aient des professeurs à la rentrée prochaine, puis il ou elle aura à s’attaquer résolument au défi de l’attractivité de métiers de l’Education nationale.

 

Paris, le 12 mai 2022
 
Stéphane Crochet
Secrétaire général
Partager cet article
Repost0
4 mai 2022 3 04 /05 /mai /2022 09:09

Le décret est paru

 

Poursuivant les évolutions actées par la loi Rilhac, un décret relatif à la mission de référent direction d’école est paru le 28 avril. Le SE-Unsa a œuvré, avec succès, pour que les principales contraintes soient retirées de la version finale de ce décret. Les missions des référents direction sont désormais encadrées, et le décret insiste sur l’accompagnement des directeurs et directrices, ce qui est une bonne nouvelle. Le SE-Unsa reste toutefois vigilant quant à sa mise en œuvre sur le terrain et continue à demander une rémunération spécifique à la fonction de référent direction d’école.
 
 
L’origine du décret
 
La loi Rilhac indique dans son article 4 : Un ou plusieurs référents direction d’école sont créés dans chaque direction des services départementaux de l’éducation nationale. Un décret précise les missions et les modalités de recrutement de ces référents, qui doivent déjà avoir exercé des missions de direction.
 
Expérimentée depuis la rentrée 2020 dans certains départements, cette fonction bénéficie désormais d’un cadre réglementaire national.
 
 
Le contenu du décret
 
Le décret du 28 avril 2022 relatif à la mission de référent direction d’école contient les éléments suivants :
 
  • Un ou plusieurs directeurs d’école exercent la mission de référent direction dans chaque département.
     
  • Les missions du référent direction sont centrées sur l’accompagnement des directeurs d’école dans l’exercice de leurs missions en répondant à leurs demandes de conseil et d’appui méthodologique. Le référent est chargé de faciliter les échanges entre les directeurs et de favoriser la mutualisation de leurs pratiques professionnelles entre directeurs. Il contribue également à la conception et à l’animation d’actions de formation des directeurs d’école.
     
  • Une lettre de mission établie annuellement par le Dasen fixe les axes prioritaires d’action du référent direction d’école.
     
  • La mission de référent direction peut être confiée à tout directeur en exercice justifiant d’au moins quatre années d’exercice.
     
  • La mission de référent direction donne lieu à un avis de publication avec la fiche de poste, le périmètre d’intervention ainsi que les modalités de candidature. Ces candidatures sont examinées par une commission.
     
  • L’enseignant qui exerce la mission de référent direction poursuit sa carrière dans son corps.
     
  • Le référent direction est nommé pour une durée de trois années, renouvelable une fois. Il est placé sous l’autorité du Dasen.
     
  • La décharge accordée au titre de la mission de référent direction est sans incidence sur le temps de décharge dédié aux fonctions de directeur d’école. Chaque département décide donc de la quotité à attribuer au(x) référent(s) direction.
     
  • Six mois avant la fin de sa mission, le référent direction bénéficie d’une évaluation, conduite par le Dasen, tenant compte des axes prioritaires qui lui ont été assignés. Elle donne lieu à un entretien ainsi qu’à un compte-rendu.
     
  • Le référent direction perçoit l’intégralité du régime indemnitaire, la bonification indiciaire et la nouvelle bonification indiciaire qui lui sont versés au titre de ses fonctions de direction.
     
  • Les enseignants exerçant la mission de référent départemental des directeurs d’école en 2021-2022 continuent à exercer leur mission jusqu’à la fin de l’année scolaire 2022-2023, sauf indication contraire de leur part formulée deux mois après la publication du décret (soit avant le 28 juin 2022). 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Le décret relatif à la mission de référent direction a le mérite d’installer réglementairement cette fonction expérimentée dans de nombreux départements depuis la rentrée 2020. Les missions sont désormais encadrées, et le décret insiste sur l’accompagnement des directeurs et directrices, ce qui est une bonne nouvelle. Les contraintes relevées par le SE-Unsa ont toutes été supprimées.
 
Néanmoins, le SE-Unsa reste vigilant pour s’assurer qu’il n’y aura pas sur le terrain de glissement vers des fonctions d’appui aux directions académiques.
 
Enfin, le SE-Unsa continue de demander une rémunération de cette mission en complément de la décharge d’enseignement qui est y associée.
Partager cet article
Repost0
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 10:35
Stage de formation syndicale

Le 31 mai 2022 à Neuilly-sur-Seine

 

Le SE-Unsa 92 et la MGEN 92 vous invite à participer à un stage le mardi 31 mai 2022 au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine sur les thèmes suivants :

 

Accueillir un élève au comportement perturbateur

Poser sa voix

 

Le nombre de places étant limité, nous vous conseillons de vous inscrire rapidement en cliquant ici. Vous recevrez une invitation pour déposer votre demande d'autorisation d'absence. Les adhérents au SE-Unsa seront prioritaires.

Attention, votre demande d’autorisation d’absence doit parvenir à votre IEN 1 mois avant la date du stage.

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 19:26

Le 13 avril à Boulogne

 

Le SE-Unsa 92 vous propose une réunion d'information syndicale le mercredi 13 avril à 9h30 à l'école élémentaire Les Glacières de Boulogne-Billancourt.

Le mouvement intra, mais aussi le mouvement inter, la carte scolaire, la direction d'école, le pouvoir d'achat, ... venez poser vos questions et échanger avec les délégués du personnels du SE-Unsa 92.

En raison du contexte sanitaire l'inscription à cette réunion est obligatoire.

Vous trouverez l'invitation ainsi que le modèle de courrier à transmettre à votre IEN dans le document ci-dessous.

 

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
31 mars 2022 4 31 /03 /mars /2022 20:58

1. Situation sanitaire

Aujourd’hui, 240 cas d’élèves déclarés positifs (contre 380 la semaine dernière) et 66 cas déclarés parmi les personnels. La baisse du nombre d’élèves positifs semble se confirmer, en revanche on constate une augmentation des contaminations des adultes.

 

2. Bilan des accidents de travail et trajets année 2020- 2021

 

 

2018-2019

2019-2020

2020-2021

Accidents de travail

260

157

237

Accidents de trajets

119

114

152

Accidents en mission

27

15

3

Non renseigné

0

1

4

TOTAL

406

287

396

 

 

On constate une légère baisse des accidents du travail, mais une forte hausse des accidents de trajets, due aux évolutions des modes de déplacement du fait de la pandémie (utilisation des vélos et trottinettes). Les accidents de vélo sont passés de 25 en 2018-2019 à 66 en 2020-2021.

Les accidents en mission ont fortement baissé, les réunions s’organisant principalement en visioconférence.

La DSDEN souhaite développer avec la MGEN la prévention sur les mobilités douces pour prévenir ces accidents.

 

3, Disparition des CHSCT dans sa forme actuelle

A compter de Janvier 2023, le CHSCT deviendra une sous-commission du CT, nommée CHS. Ses missions ne sont pas encore définies.

 

4, Taux d’encadrement en éducation prioritaire

Mme FIS indique qu’il n’y a pas de baisse des dotations en collège en éducation prioritaire. Si des collèges voient leur dotation baisser, c’est parce que l’indice de positionnement social (IPS) a évolué. La moyenne de l’IPS des Hauts de Seine est supérieure à la moyenne française. Les dotations favorisent le premier degré.

 

Anne GAU-SEGONZAC

Représentante du SE-Unsa 92 au CHS-CT

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
30 mars 2022 3 30 /03 /mars /2022 08:16

La Directrice Académique a reçu les organisations représentatives en CTSD lundi 28 mars en présentiel.

De nombreux sujets d’actualité ont été abordés lors de cette audience.

 

Situation sanitaire :

Le nombre de cas signalés est en constante augmentation, comme dans le reste de la population. Aujourd’hui 480 cas chez les élèves et 71 cas chez les personnels ont été recensés. La Directrice Académique indique qu’en raison du niveau actuel du protocole, elle ne peut pas imposer le retour du masque. Elle ne peut que le recommander fortement. Dans le 2nd degré, la bonne tenue des examens est menacée par cette nouvelle flambée des cas positifs.

 

Guerre en Ukraine :

L’accueil des enfants ukrainiens se poursuit dans les établissements des Hauts-de-Seine, selon un flux constant. Ils sont 137 à être déjà accueillis et 40 en attente.

Dans le 2nd degré, ils sont accueillis en UPE2A dans les collèges, par contre ils sont directement intégrés dans des classes au lycée. Ils bénéficient d’un enseignement à distance de 10h à 14h organisé par leur pays, et sont intégrés si possible dans des cours de langue (anglais, allemand) qu’ils pratiquent déjà.

Dans le 1er degré, ils sont accueillis dans des UPE2A car il reste encore de la place. Par contre il manque des places pour les TPS, car beaucoup de femmes seules arrivent sur notre territoire avec des jeunes enfants.

Ce ne sont pas des réfugiés mais des déplacés (situation temporaire) et disposent à ce titre d’un droit de séjour de 6 mois.

Le recrutement de PsyEN contractuels pour aider ces nouveaux arrivants est lancé mais très peu de candidats se tournent vers le 1er degré.

 

Remplacement :

Le remplacement de collègues qui sont en formation en constellation est mal compris dans les écoles lorsque des collègues absents ne sont pas, eux, remplacés.

La Directrice Académique comprend les tensions que cette situation suscite, mais elle tient à ce que les formations qui ont été arrêtées en janvier puissent reprendre. De plus, elle précise que ces formations ne mobilisent qu’une trentaine de brigade et que leur apport ne modifierait pas fondamentalement la pénurie actuelle de remplaçants. Elle informe avoir pu recruter 80 contractuels depuis janvier pour y faire face.  

 

Mouvement intra :

2 évolutions sont à noter entre le projet présenté aux organisations syndicales et la circulaire parue le 24 mars :

  • La prise en compte de l’ancienneté de demande sur les vœux de direction d’école
  • La stabilité en Education Prioritaire : un collègue qui enseigne en EP et qui, suite à une mesure de carte scolaire, obtient à nouveau un poste en EP, ne verra pas son ancienneté en EP s’interrompre

Un webinaire aura lieu mercredi (matin et après-midi) à destination des stagiaires et des enseignants entrants dans le 92 suite au mouvement interdépartemental.

Une note complémentaire va être envoyée pour préciser la procédure à suivre pour les postes qui sont incompatibles avec le temps partiel.

Les enseignants en CAPE n’ont plus désormais leurs points pour participer au mouvement.

Les vœux MOB remplacent les « anciens » vœux géographiques. Les participants obligatoires devront formuler au moins 3 vœux MOB. A l’intérieur d’un vœu MOB un enseignant pourra faire évoluer l’ordre des vœux (par exemple, mettre les vœux TRS en tête de liste).

 

Mouvement inter :

Suite au mouvement POP (postes à profil), 15 candidats sortent du département (dont 5 restent dans l’Académie). Sur les 10 postes proposés dans le 92, 6 ont trouvé preneur. 3 lauréats étaient déjà dans les Hauts-de-Seine et 3 autres entrent dans le département. Les 4 postes restés vacants sont ceux de l’Ecole Européenne dont le libellé ne correspondait pas à la réalité du poste (le terme « natif » n’étant pas accepté par le ministère alors qu’il est dans le cahier des charges des écoles européennes).

Le bilan du mouvement inter fait état de 154 sortants pour 74 entrants (soit un solde en enseignants pour le département de -80). Lorsqu’il y a une demande d’annulation de mutation, la DSDEN essaie de compenser en proposant la mutation au candidat suivant sur la liste pour le même département.

La circulaire pour les ineats/exeats sortira début avril.

 

Temps partiels :

Les demandes de temps partiels se font désormais en 2 temps :

  • Un premier recueil des candidatures a eu lieu avant le 28 janvier
  • Une seconde phase va s’ouvrir sur Colibris la semaine prochaine uniquement pour les demandes de droit

Le SE-Unsa 92 regrette le manque de communication de la DSDEN sur le changement de calendrier et de procédure ; de nombreux collègues n’ont pas pu faire leur demande à temps et se retrouvent désormais dans une situation délicate. Nous demandons que les collègues qui ont des demandes sur autorisation à formuler puissent aussi le faire à partir de la semaine prochaine.

D’autre part, de nombreux collègues n’ont pas compris le but de l’entretien qu’ils ont eu avec leur IEN au sujet des demandes de temps partiels. La Directrice Académique indique que ces entretiens ont pour but de redonner le cadre des demandes de temps partiels et de demander des éléments complémentaires avant décision.

 

Divers :

- Formation initiale : Les contractuels M2 alternants sont 12 cette année, leur bilan est plutôt positif. Les M1 MEEF sont dans les écoles soit en observation soit en responsabilité. Ils sont affectés soit dans le bassin au plus proche de leur domicile soit au plus proche de leur lieu de formation.

- Évaluation d’école : la phase d’autoévaluation est en cours. En raison de la situation sanitaire, de la souplesse a été introduite dans le calendrier initial. Cette évaluation doit être au service d’autres outils (projet d’école, conseil des maîtres, …)

- Brigade de remplacement : un groupe de travail se réunira en mai. 2 agents contractuels ont été recrutés à la D1D2 pour la gestion des personnels.

- Fusion de 2 écoles maternelle à Clamart : les conseils d’école ont des avis divergents. La DASEN acte malgré tout la fusion des 2 écoles pour la rentrée 2023 et demande qu’un travail préparatoire soir fait sur le terrain l’année prochaine.

 

David PLANCHE

Représentant du SE-Unsa 92 au CTSD

Partager cet article
Repost0
16 mars 2022 3 16 /03 /mars /2022 08:49

Le SE-Unsa 92 vous aide dans vos démarches !

 

Cette année, la circulaire du mouvement intra va être profondément modifiée en raison de l'harmonisation des circulaires des 4 départements de l'académie.

Pour vous présenter les nouveautés de cette circulaire et pour vos aider à faire vos vœux, le SE-Unsa 92 vous propose 3 réunions d'information syndicale :

- mardi 5 avril 2022 de 18h à 20h en visioconférence

- mercredi 6 avril 2022 de 10h à 12h en visioconférence

- mercredi 13 avril 2022 de 9h30 à 12h à l'école Les Glacières de Boulogne-Billancourt

Afin de recevoir le lien de connexion pour les réunions en visioconférence, merci de bien vouloir vous inscrire en cliquant ici

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Mobilité
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 14:27
Ukraine

L'UNSA Éducation appelle aux rassemblements en soutien au peuple ukrainien

 

L’UNSA Éducation exprime son soutien au peuple ukrainien qui fait face à une invasion militaire de la Russie depuis le 24 février. Elle soutient toutes les initiatives qui visent à rétablir la paix et à garantir la sécurité de toutes et tous et appelle aux rassemblements prévus le 5 mars. De nombreuses actions de solidarité sont également mises en place.
 
 

Le 24 février 2022, La Russie sur ordre de Vladimir Poutine a commencé à envahir l’Ukraine par des moyens militaires. Ce pays voisin fait face avec courage à une guerre qui vise à renverser la démocratie du président Volodymyr Zelensky. C’est pourquoi, nous sommes signataires, avec notre union l’UNSA, de l’appel au rassemblement place de la République le 5 mars à 15h

Le texte de l’appel :

« L’Ukraine a été frappée par Poutine. La guerre est en Europe. Nous, Ukrainiens, Français, Européens, citoyennes et citoyens du monde, dénonçons l’agression que subit l’Ukraine de la part de la Russie depuis 2014 et cette attaque d’une ampleur sans précédent. Cette invasion menace gravement la sécurité de l’Europe.

Nous affirmons notre solidarité pleine et entière à l’égard de l’Ukraine souveraine et indépendante.

Les Ukrainiens résistent courageusement et forcent l’admiration. Ils défendent au prix de leurs vies leur choix européen pour la liberté, la démocratie et la paix.

Aujourd’hui, plus que jamais, ils ont besoin d’une Europe forte et solidaire. Ce sont nos libertés et nos valeurs qui sont en jeu.

Des centaines de milliers de personnes à Berlin, Prague, Amsterdam. L’élan de solidarité gagne tout le continent : la résistance ukrainienne à l’invasion russe sort l’Europe de sa léthargie. Nous sentons tous que notre avenir commun se décide dans cette guerre.

Soyons des centaines de milliers samedi 5 Mars à partir de 15h à Paris, Place de la République, et dans toute la France. »

De nombreux rassemblements auront également lieu partout en France durant le week-end.  L’UNSA Éducation appelle tous ses adhérent.es et synpatisant.es à y participer.

(pour le rassemblement parisien, RDV 14h45, face à l’Indiana pour point de ralliement UNSA Éducation)

Solidarité avec l’Ukraine

Plusieurs initiatives en faveur de l’Ukraine se mettent actuellement en place. Solidarité Laïque, dont l’UNSA Éducation est membre, organisera des actions concrètes de solidarité. SL a publié un premier article «Guerre en Ukraine : solidarité avec tous les peuples victimes ».

Le Comité  syndical européen de l’éducation en lien avec l’Internationale de l’Éducation a rédigé un texte condamnant la déclaration de guerre de la Russie 

Il propose de nombreux visuels à utiliser pour affirmer la solidarité des éducateurs et éducatrices N’hésitez pas à les diffuser.

L’Internationale de l’Éducation a également lancé un appel le 1er mars pour soutenir les collègues d’Ukraine

Une pétition de la communauté scientifique solidaire de l’Ukraine est disponible en ligne  . Par ailleurs le programme PAUSE du Collège de France apporte également son aide aux scientifiques de l’Ukraine. L’ensemble des organisations syndicales de l’enseignement supérieur et de la recherche, dont A&I UNSA, ITRF BIO-UNSA, SNPTES-UNSA, Sup’Recherche-UNSA, ont signé  un communiqué commun.

Alors que cette guerre touche de plus en plus la population civile, l’UNSA Éducation est solidaire du combat des Ukrainiennes et Ukrainiens pour la liberté et elle condamne les volontés expansionnistes de Vladimir Poutine. Il est urgent de mettre fin à cette guerre qui menace la sécurité de toute l’Europe.

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
18 février 2022 5 18 /02 /février /2022 10:14

Tous les syndicats demandent leur suppression

 

Dans un communiqué commun, l’ensemble des syndicats d’enseignants du premier degré dénonce l’entêtement du ministre qui maintient les évaluations de mi-CP, renouvellent leur demande de suppression et annoncent leur soutien aux enseignants qui décideraient de ne pas les faire passer.

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92