Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Instances

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 8 septembre 2022 : CTSD. Mesures d'ajustement de carte scolaire 

Réunions d'information syndicale

21 janvier 2022 5 21 /01 /janvier /2022 21:04

Compte-rendu

 

Crise sanitaire

Suite à la mobilisation du 13 janvier :

-  des boites de 50 masques chirurgicaux sont en train d’arriver sur les circonscriptions, 1 boite par enseignant, les AESH ne seront pas destinataires dans un premier temps.

- des masques FFP2 seront livrés à destination des enseignants qui en feront la demande, en priorité pour les enseignants de maternelle, les AESH et les ATSEM. Les enseignants de CP et CE1 pourront éventuellement en obtenir si les stocks le permettent. Les circonscriptions recenseront les besoins.

- Des renforts administratifs, ainsi que les médiateurs LAC (Lutte Anti Covid) anciennement chargés de tester les élèves dans les écoles seront affectés aux circonscriptions (1500 personnes sont prévues). 11 renforts administratifs sont déjà arrivés dans les circonscriptions. Ils ne seront pas directement affectés aux écoles, mais pourront venir en aide aux directeurs qui en auraient besoin (notamment pour appeler les familles lors de COVID dans leurs écoles). Ils peuvent aussi se charger de distribuer les masques aux écoles et, ainsi, éviter cette tâche aux directeurs.

- il n’est pas prévu de livraison d’autotest sur les écoles actuellement.

- La DASEN a affirmé qu’un enseignant en arrêt de travail n’a pas à assurer la continuité pédagogique.

- Les enseignants ayant contracté le COVID doivent se déclarer sur AMELI pour obtenir l’attestation d’isolement à remettre à la circonscription pour justifier de leur arrêt sans jour de carence.

- Les enseignants absents suite à la fermeture de la crèche de leur enfant ou de l’absence de l’assistante maternelle sont en ASA (autorisation spéciale d’absence) sous réserve de présenter un courrier de la crèche ou de l’assistante maternelle et une attestation sur l’honneur d’absence d’autre solution de garde.

- La DASEN n’a pas pu s’engager pour que ces absences ne soient pas imputées au droit à congé pour enfant malade.

- Les évaluations de CP ont été reportées sur décision du ministre. Une information a probablement été faite aux directeurs d’école.

 

Situation des ressources humaines sur le département

- Entre 400 à 450 enseignants ne sont pas remplacés chaque jour dans les écoles du département.

- 50 nouveaux enseignants contractuels ont été recrutés depuis début janvier. 70 à 80 enseignants sont encore à recruter.

- 14 Professeurs des écoles stagiaires ont démissionné depuis le début de l’année, ainsi que 6 titulaires et 6 contractuels.

- 1827 AESH travaillent actuellement sur le département, d’autres recrutements sont en cours. La MDPH ne donnant pas d’indication horaire, les dotations horaires sont très variables selon les élèves et il est donc compliqué de calculer le nombre d’AESH manquants sur le département.

 

Temps partiels

Le droit de travailler à 80 % ne sera plus possible à la rentrée 2022. Il semble que ce soit le cas dans les autres départements, mais compte tenu du prix du logement dans notre département cela semble très mal venu !

 

Démarches administratives

Nombre de démarches administratives ont été avancées cette année, les personnels se devront d’être vigilants s’ils ne veulent pas laisser passer des dates. La DASEN s’engage à communiquer un calendrier indicatif l’an prochain pour éviter les déconvenues.

 

Liste d’aptitude des directeurs

Les résultats devaient être communiqués aux candidats le 10 janvier, ils n’ont reçu aucune information à ce jour. Le retard est dû à la maladie de certains candidats qui ont passé leur habilitation à leur retour. Les résultats seront communiqués par mail individuel aux candidats dans le courant de la semaine prochaine.

 

Permutations

- Via le système « démarches simplifiées », des collègues ne parviennent pas à joindre les pièces justificatives. Ils doivent adresser un mail à ce.ia92.mouvinter@ac-versailles.fr pour résoudre le problème.

 

Anne GAU-SEGONZAC

Représentante du SE-Unsa 92

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
21 janvier 2022 5 21 /01 /janvier /2022 17:50

Allègement du protocole annoncé pour la rentrée des congés

 

Le Premier ministre et le ministre de la Santé se sont une nouvelle fois exprimés jeudi 20 janvier pour annoncer des levées de restrictions sanitaires en deux temps : mercredi 2 et mercredi 16 février.
Elles sont peu nombreuses à impacter l’École dans ce calendrier, mais l’annonce d’un allégement du protocole sanitaire à la rentrée des congés des vacances d’hiver aura bien des conséquences sur l’organisation des équipes et des familles.
 
 
Le SE-Unsa met d’ores et déjà en garde l’exécutif qui ne doit pas commettre les mêmes erreurs que ces deux dernières années. Le SE-Unsa exige que le futur protocole soit travaillé dès maintenant pour permettre une simplification de la gestion de crise par tous les personnels et puisse être connu en amont des vacances scolaires.
 
 
Allègement en population générale
 
Parmi les mesures annoncées, certaines vont plus ou moins impacter l’École.
 
Dès le 2 février, la levée des jauges dans les établissements accueillant du public assis devrait permettre les sorties ou manifestations scolaires. Quant à la fin de l’obligation du port du masque en extérieur, on ne sait pas exactement comment elle concernera l’école.
 
À partir du 16 février, la consommation debout sera à nouveau possible, réinstaurant ainsi certains moments de convivialité au sein des journées.
 
 
Les exigences du SE-Unsa pour l’École
 
Suite à l’annonce d’un allégement du protocole à l’École, et notamment une levée du port du masque pour les élèves dans les écoles élémentaires, qui entrerait en vigueur à la rentrée des congés d’hiver et donc de façon décalée selon les zones, le SE-Unsa rappelle ses demandes depuis des mois pour un protocole :
  • concerté avec les personnels et adapté à la réalité du quotidien et de chaque métier
  • simplifiant réellement la gestion de crise, pour tous les personnels, par des mesures concrètes
  • annoncé suffisamment tôt et directement aux personnels pour laisser le temps des réorganisations nécessaires
  • stabilisé pour ne pas connaître de revirement peu de temps après, notamment dans un contexte de mise en œuvre décalée
 
Le SE-Unsa portera ces différentes demandes lors de la première des réunions bimensuelles engagées par le Premier ministre qui se tiendra le mardi 25 janvier au ministère.
Pour rappel, ces réunions bimensuelles, au-delà des points sanitaires réguliers avec le cabinet du ministre, ont pour objectif d’organiser une concertation des acteurs concernés par la gestion de crise à l’école, : le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de la Santé et une autorité de santé.
Le SE-Unsa a obtenu une déclinaison de ces concertations au niveau des territoires car certaines solutions ne trouveront leurs réponses qu’en proximité.
 
Le SE-Unsa y portera bien sûr l’ensemble de ses autres demandes pour les personnels (suppression de la consigne de cumuler enseignement en présentiel et en distanciel, équipement en matériel de protection, recrutements, suspension de tout ce qui n’est pas prioritaire, report des épreuves de spécialités, annulation des évaluations de mi-CP…).
 
 
Chaque journée de gestion de crise à l’école est toujours aussi lourde et difficile, il ne faut pas l’oublier !
Alors le SE-Unsa continue de maintenir la pression sur le gouvernement en invitant chaque collègue à écrire au Premier ministre par simple envoi d’un courriel automatique et lui faire ainsi connaître ses demandes tout autant légitimes qu’urgentes.
 
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 21:53

Confiez votre dossier au SE-Unsa 92

 

Le CTSD sur la carte scolaire 1er degré se tiendra le vendredi 28 janvier 2022. Le Groupe de Travail qui examinera la situation de l'ensemble des écoles des Hauts-de-Seine se réunira quant à lui le mardi 25 janvier 2022.

Cette carte scolaire sera marquée par l'entrée en vigueur, à la rentrée 2022, des classes de CP et de CE1 limités à 24 (hors éducation prioritaire). Cette mesure doit s'accompagner de moyens suffisants pour ouvrir des classes partout où ce sera nécessaire ; merci de remplir notre enquête en ligne pour que nous puissions suivre votre dossier.

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Carte scolaire
14 janvier 2022 5 14 /01 /janvier /2022 07:27

Des annonces à soumettre à l'épreuve des faits

 

Après une mobilisation record de l’ensemble des professionnels de la communauté scolaire ce jeudi 13 janvier, le Premier ministre et le ministre de l’Éducation nationale, accompagnés du ministre de la Santé, ont reçu les organisations syndicales en fin de journée.
 
Enfin des réponses aux attentes des personnels
 
Les premières annonces répondent enfin à plusieurs revendications des personnels portées par le SE-Unsa depuis des mois.
 
Concernant les mesures de protection et d’équipement, les engagements pris devront se concrétiser dans les délais annoncés de façon à placer au plus vite les personnels dans des conditions sanitaires satisfaisantes.
 
Le SE-Unsa acte positivement le changement de méthode dans le dialogue social avec la tenue de réunions bimensuelles avec les organisations syndicales et en lien avec les autorités de santé, au niveau national. À l’échelon territorial, des réunions devraient enfin être installées pour résoudre les problèmes en proximité.
 
Du point de vue du fonctionnement des écoles et établissements, pour le SE-Unsa, l’annonce du recrutement de personnels par le recours aux listes complémentaires des concours 2021 de professeurs des écoles, ainsi que le recrutement de contractuels et d’assistants d’éducation en nombre important est une bonne nouvelle si elle se concrétise pleinement et rapidement.
 
Des annonces à l’épreuve des faits
 
Le SE-Unsa prend donc acte de ces annonces gouvernementales et jugera avec la profession si les engagements pris se concrétisent vraiment et rapidement.
L’exaspération exprimée le 13 janvier est à la hauteur des attentes. L’exécutif ne doit pas rater ce rendez-vous avec les personnels pour sortir de la crise.
 
 
Paris, le 13 janvier 2022
 
Stéphane Crochet
Secrétaire général
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
13 janvier 2022 4 13 /01 /janvier /2022 11:21

À colère record, grève record !

 

Ce jeudi 13 janvier, la mobilisation historique dans l’Éducation nationale témoigne de la profonde colère des personnels face à la situation intenable et méprisante dans laquelle ils sont placés depuis bientôt 2 ans.

 

Pour le SE-Unsa, cette colère doit être entendue sans délai. Le Premier ministre qui a annoncé les dernières modifications, doit maintenant répondre aux demandes des personnels :

 

  • Stop aux changements incessants annoncés par voie de presse : pour être acceptables et applicables, les modifications de protocoles doivent être discutées avec les organisations syndicales et communiquées clairement et directement aux personnels concernés, avec des délais de mise en place ;

 

  • Stop à la double-journée : les temps personnels doivent être respectés sans astreinte déguisée et le cumul de l’enseignement en présentiel et en distanciel doit être stoppé.

 

  • Stop au « Débrouillez-vous avec la FAQ » : les personnels doivent avoir des réponses concrètes, cohérentes et en proximité, face aux questions qui se posent quotidiennement dans l’application des consignes.

 

  • Stop à l’insuffisance des équipements de protection : les masques chirurgicaux doivent être fournis immédiatement et des masques FFP2 doivent être mis à disposition de tous les personnels qui le souhaitent. Des autotests doivent être délivrés sans limitation de nombre.

 

  • Stop aux locaux inadaptés : les capteurs de CO2 doivent être disponibles dans toutes les écoles et tous les établissements. Les travaux nécessaires doivent être immédiatement engagés pour l’aération et des points d’eau en nombre suffisant.

 

  • Stop au manque d’enseignants, CPE et assistants d’éducation : il faut recruter des personnels via les listes complémentaires des concours et via des contrats décents pour les enseignants et CPE contractuels ainsi que pour les assistants d’éducation.

 

  • Stop aux demandes accessoires : tout ce qui n’est pas essentiel à la gestion de crise (réunions, rédactions de projets, formations, enquêtes, évaluations, d’établissements et d’écoles, évaluations de mi-CP, évaluations de la Depp) doit être systématiquement supprimé.

 

L’École et ses personnels sont au bord de la rupture et ont besoin de soutien pour continuer à fonctionner. Pour le SE-Unsa, le Premier ministre a le pouvoir et les leviers pour répondre à ces demandes et les faire appliquer concrètement dans chaque territoire Il doit maintenant tout mettre en œuvre pour donner les moyens à l’École et à ses personnels de dépasser cette crise.

 

 

Paris, le 13 janvier 2022

 

Stéphane Crochet

Secrétaire général

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Actions
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 14:15

Un nouveau revirement qui conforte la mobilisation du 13 !

 

Le Premier ministre s’est exprimé lundi 10 janvier pour annoncer des mesures visant à simplifier le protocole sanitaire à l’Ecole.
Alors qu’une des raisons majeures de la colère des personnels et des familles est la succession effrénée de modifications des règles découvertes dans les médias, le Premier ministre répond par de nouvelles annonces au JT de 20h.
 
 
Les mesures de simplification annoncées
 
Un délai allongé pour récupérer son enfant à l’école
Désormais en cas de test positif dans une classe, les parents pourront attendre la fin de la journée pour venir chercher leur enfant, mettant un terme à l’obligation de récupérer ce dernier immédiatement.
 
Un recours possible aux seuls autotests
Le schéma de dépistage composé de trois tests (un test PCR ou antigénique à J0 et deux autotests à J2 et J4) pourra être réalisé via un recours unique à trois autotests. Ces autotests seraient délivrés gratuitement sur présentation d’un document délivré par l’école ou l’établissement.
 
La demande d’une attestation unique
Une seule attestation sur l’honneur pour l’ensemble du schéma de dépistage sera désormais exigée aux familles contre une pour chaque autotest actuellement.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Si techniquement et sur le papier, les mesures semblent simplifier le quotidien des familles et réduire les files d’attente en laboratoires et pharmacies, elles ne répondent en rien à l’exaspération et la colère de la profession sur la méthode de la gestion de crise depuis des mois.
Alors qu’une des raisons majeures de la colère est la succession effrénée de modifications des règles découvertes dans les médias, le Premier ministre répond par de nouvelles annonces au JT de 20h.
 
Par ailleurs aucune attente réelle des personnels n’a fait l’objet de mesures : livraison rapide de masques chirurgicaux, suppression du cumul présentiel/distanciel, recrutement de personnels en nombre, suppression du caractère obligatoire des évaluations de mi-CP, priorisation de l’accueil de leurs enfants, équipement en masques FFP2 pour les personnels qui le souhaitent, …
 
Et comme tout nouveau revirement de situation, un lot de questions suit : quel délai de mise en œuvre de ce nouveau schéma de dépistage ? Quels élèves concernés (1er et 2d degré) ? Quel modèle d’attestation unique ?
Il faudra à nouveau attendre une mise à jour de la FAQ pour espérer des réponses.
 
Pour le SE-Unsa, une question de fond se pose : le gouvernement vise-t-il la lutte contre l’épidémie ou la gestion de la diffusion du virus pour une immunité collective ? Les personnels ont besoin de comprendre ce qu’ils font et pourquoi ils le font. Ils ont le droit d’être protégés et d’exercer dans des conditions de travail respectueuses.
 
Si l’objectif de l’exécutif était de rassurer et faire retomber la colère, force est de constater qu’il la fait grimper toujours plus. Le SE-Unsa confirme son appel à la grève de jeudi 13 janvier.
 
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 08:50

Communiqué intersyndical

 

Dans le cadre de l’appel à la grève du 13 janvier, l’intersyndicale interpelle le ministre pour qu’il respecte les personnels et donne à l’École les moyens de fonctionner.

Grève du 13 janvier
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Actions
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 08:41
Situation sanitaire

Le SE-Unsa appelle à la grève le 13 janvier

 

Les personnels de l’Éducation nationale n’ont de cesse depuis des mois de dire à leur ministre qu’ils n’en peuvent plus. Face au déni total de ce dernier sur la réalité du quotidien, le SE-Unsa appelle les personnels à utiliser la grève le 13 janvier pour se faire entendre.
 
Les conditions de travail des personnels et celles d’apprentissage des élèves générées par une gestion chaotique de la crise à l’école sont devenues intenables.
Illisibilité des règles, modification incessante des tâches à accomplir, mise en porte-à-faux auprès des familles… sont les réelles conséquences de chaque annonce médiatique et revirement du protocole sanitaire.
Les délais de dépistage notamment, sont intenables (saturation des laboratoires et des pharmacies, pénurie des autotests, absence d’outils pour tenir les comptes des retours au fil de l’eau…).
 
Pour le SE-Unsa, lorsque la capacité à tester est insuffisante faute de moyens anticipés, ce n’est pas le dépistage qu’il faut alléger sinon on ôte la prévention, mais c’est une décision de fermeture qu’il faut savoir prendre.
 
Le SE-Unsa exige également :
  • des consignes discutées et adaptées à la réalité, communiquées clairement et directement aux collègues et avec des délais de mise en place ;
  • des équipements de protection et de prévention en nombre (masques chirurgicaux et FFP2, autotests, capteurs de CO2), dès les prochains jours et pas dans plusieurs semaines ;
  • un recrutement de personnels via les listes complémentaires des concours et via des contrats décents pour les enseignants et CPE contractuels ainsi que pour les assistants d’éducation ;
  • une priorité aux personnels de l’Éducation nationale quant à l’accueil de leurs enfants comme pour les soignants car le Service public d’éducation est aussi une priorité ;
  • le report systématique de tout ce qui n’est pas essentiel à la gestion de crise (réunions, rédactions de projets, formations, enquêtes, évaluations, d’établissements et d’écoles, évaluations de mi-CP, évaluations de la Depp) ;
  • le non-cumul de l’enseignement en présentiel et en distanciel.
Le SE-Unsa appelle les enseignants, CPE, PsyEN, AESH et AED à se mettre en grève le jeudi 13 janvier.
 
L’École est au bord de la rupture, elle a besoin de soutien pour continuer à fonctionner.
Les femmes et les hommes qui la font vivre vous disent « Stop, Monsieur le Ministre ! ».
 
Vous travaillez dans le 1er degré ? Vous avez jusqu’à lundi soir minuit pour vous déclarer gréviste. 
>> Téléchargez notre modèle de déclaration d’intention
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Actions
6 janvier 2022 4 06 /01 /janvier /2022 21:19

Le ministre devra entendre l'exaspération des personnels !

 

Le SE-Unsa a participé à une nouvelle réunion Covid avec le ministre aujourd’hui. Si le ministre n’a rien livré de plus que ce chacun avait déjà pu apprendre par les médias, il a au moins dû écouter la colère des personnels. 
 
Non, l’École ne peut pas résoudre la quadrature du cercle occasionnée par les annonces qui se succèdent jour après jour depuis dimanche.
Non, l’École ne veut pas subir la pression des attentes compréhensibles des familles suscitées par ces déclarations alors que leur mise en œuvre nécessite du temps et de la logistique. 
Non, l’École ne veut pas naviguer à vue et sans comprendre l’objectif du gouvernement qui semble osciller entre deux stratégies : lutte résolue contre la diffusion du virus ou gestion de la vague Omicron pour viser l’immunité collective.
 
Les personnels refusent le mépris affiché par la communication ministérielle aux médias qui précède systématiquement l’information interne, l’absence de délais nécessaires entre les décisions et leur concrétisation, comme pour la délivrance gratuite des autotests par les pharmacies, ou encore les procédures intenables telles que la gestion des résultats de tests et les attestations sur l’honneur.
 
Le SE-Unsa a posé ses exigences issues des retours de ses sections territoriales après ces premiers jours déjà très difficiles :
  • des procédures qui tiennent compte des nécessaires délais de précaution et de gestion lorsqu’il y a des élèves positifs ;
     
  • la fourniture dès les prochains jours de masques protecteurs (chirurgicaux ou FFP2) pour celles et ceux qui le souhaitent ;
     
  • des autotests pour les personnels ;
     
  • des capteurs de CO2 en nombre suffisant et des purificateurs d’air à chaque fois que c’est nécessaire ;
     
  • le report systématique de tout ce qui n’est pas essentiel à la gestion de crise (réunions, rédactions de projets, formations, enquêtes, évaluations d’établissements et d’écoles, contrôle de l’enseignement dans la famille…) ;
     
  • la suppression du caractère obligatoire des évaluations de mi-CP qui ne font pas sens dans un contexte très perturbé ;
     
  • le report du lancement d’évaluations de la Depp, comme celle du Panel 21 en petite section, dont le protocole est très chronophage ;
     
  • le non-cumul de l’enseignement en présentiel et en distanciel pour lequel le ministre doit non seulement l’écrire noir sur blanc, mais aussi en faire une communication publique en particulier en direction des parents ;
     
  • une adaptation des épreuves de spécialité du bac général qui doivent avoir lieu en mars et des périodes de formation en milieu professionnel si la vague actuelle devait se prolonger au-delà des trois premières semaines de janvier ;
     
  • le recrutement de personnels sur listes complémentaires et également de contractuels jusqu’à la fin de l’année scolaire, ainsi que le recrutement d’assistants d’éducation.
 
Pour que l’École tienne, elle a besoin des moyens pour le faire et de l’attention réelle portée aux conditions de travail de ses personnels.
Le SE-Unsa participera à l’intersyndicale demain, vendredi 7 janvier, pour construire l’action qui permettra à la profession de faire entendre son exaspération et ses exigences.
 
Paris, le 6 janvier 2022
 
Stéphane Crochet
Secrétaire général
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
6 janvier 2022 4 06 /01 /janvier /2022 19:33

La crise dans la crise

 

Tout comme l’ensemble des acteurs de l’éducation, l’UNSA Éducation a parfaitement conscience de la difficulté qu’engendre nécessairement une telle situation sanitaire pour maintenir la continuité pédagogique et pour accueillir nos élèves au sein des écoles, collèges et lycées. Les personnels mobilisent depuis deux ans toute leur énergie pour maintenir ce lien essentiel pour la jeunesse.

C’est pourquoi nous ne pouvons pas accepter que le gouvernement et le ministre viennent ajouter de la crise à la crise. Nous ne pouvons pas accepter le mépris affiché pour les personnels par une communication médiatique qui prend le dessus sur l’information directe et la clarté des mesures à mettre en œuvre. Nous ne pouvons pas accepter le manque d’humilité et d’empathie, le décalage entre les annonces et la réalité sur les équipements de protection, sur le remplacement, sur les aménagements concernant la qualité de l’air, sur la capacité à mettre en œuvre les mesures quelques heures après les annonces comme la délivrance d’auto-tests par les pharmacies. Tout ceci engendre une tension majeure qui s’ajoute à toutes les difficultés déjà fortes de gestion d’une crise sanitaire exceptionnelle.

L’UNSA Éducation l’a exprimé avec force lors de la réunion de ce jour avec le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des sports.

Aujourd’hui, dans les écoles, les collèges et les lycées, les personnels ne parviennent plus à gérer le suivi de l’ensemble des cas et les interprétations locales du protocole mettent parfois tout le monde en difficulté.

Nous avons réitéré nos exigences constantes pour gérer cette crise dans la durée :

• de procédures qui tiennent compte des nécessaires délais de précaution et de gestion lorsqu’il y a des élèves positifs,
• de fourniture de masques protecteurs pour les personnels (chirurgicaux qui devraient arriver mais également FFP2 pour celles et ceux qui le souhaitent) et des autotests pour les personnels,
• de tests cadrés par une logique de santé publique et avec des moyens adaptés,
• d’équipements en capteurs de CO2 et de purificateurs d’air,
• de recrutement de personnels sur listes complémentaires et également de contractuels jusqu’à la fin de l’année scolaire, ainsi que de recrutement d’assistants d’éducation,
• de priorisation de l’activité avec le report de tout ce qui n’est pas essentiel à la gestion de crise (réunions, rédactions de projets, formations, enquêtes, contrôle de l’enseignement dans la famille, etc.),
• la mise en place du télétravail conformément aux préconisations de la fonction publique, dès que c’est possible, en particulier dans les services académiques mais également dans les Établissements Publics Locaux d'Enseignement, dans le respect de l’organisation du service.
• suppression du caractère obligatoire des évaluations de mi-CP qui ne font pas sens dans un contexte très perturbé.
• report des évaluations d’EPLE et d’écoles programmées dans la période (phase d’auto-évaluation comme phase d’évaluation externe)
• report du lancement d’évaluations de la Direction Evaluation Performance et Prospective (DEPP), comme celle du panel 21 en petite section, dont le protocole est chronophage
• Non cumul de l'enseignement en présentiel et en distanciel. Le ministre doit non seulement écrire noir sur blanc ce qu’il dit aux représentants syndicaux mais il doit aussi en faire une communication publique, en particulier en direction des parents.

 

Ivry sur Seine, le 6 janvier 2022
Frédéric MARCHAND, secrétaire général de l'UNSA-Education

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92