Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 3 septembre : CTSD. Carte scolaire 1er degré : ajustements de rentrée

 

 

 

2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 17:13

Des précisions sur le concours exceptionnel

 

Vous souhaitez devenir enseignant ou CPE ?

Attention, en juin 2013 aura lieu un concours exeptionnel. Le SE-Unsa vous informe.

 

Le calendrier

Vous serez amené vous inscrire aux concours 2014 dès janvier-février 2013 (et non pas en juin-juillet comme les années précédentes). Les épreuves d’admissibilité se dérouleront en juin 2013 (et non à l’automne 2013) et les épreuves d’admission en juin 2014concours exceptionnelLes divers concours 

Ce seront des concours externes et des troisièmes concours (pour les candidats ayant une activité professionnelle de cinq ans dans le secteur privé).

 

Les concours sont ouverts  :

-          à tous les étudiants inscrits en M1 ou en M2

-          aux titulaires d’un Master ou d’un grade équivalent

-          aux parents de 3 enfants et aux sportifs de haut niveau

 

Si vous êtes déjà inscrit aux concours 2013 actuellement engagés, vous pouvez tout à fait vous inscrire à ces épreuves exceptionnelles.

 

Le contenu des épreuves

Le contenu des épreuves d’admissibilité et d’admission restera inchangé pour la session 2014.

 

La formation

Entre l’admissibilité et les épreuves d’admission, l’administration vous proposera de devenir agents contractuels et d’effectuer des stages en responsabilité correspondant à un tiers-temps de service d’enseignement, rémunérés à hauteur d’un mi-temps.

Si vous avez déjà un master, votre emploi du temps sera de fait allégé des enseignements disciplinaires. Vous pourrez si vous le souhaitez, réaliser davantage d’heures de service d’enseignement que le tiers-temps prévu.

 

Le concours 2015

Les concours suivants, qui permettront de pourvoir les postes à partir de la rentrée 2015, seront différents des concours 2013 et 2014. Leur maquette, leur format et le cursus de formation dans lequel ils seront inclus ne sont pas encore arrêtés. Comme les concours 2014, ces concours nouvelle version s’adresseront principalement aux étudiants inscrits en Master 1 en septembre 2013 mais seront également ouverts aux étudiants inscrits en Master 2 et aux personnes titulaires d’un diplôme de Master ou d’un grade équivalent.

Si vous désirez des informations complémentaires, n’hésitez pas à nous contacter via notre adresse mail : 92@se-unsa.org

 

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 09:00

On prend du retard ...

 

 

Une première rencontre entre le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et les organisations syndicales a eu lieu le 14 novembre. Dans un document sont recensés les principes de la réforme, le statut des futures écoles supérieures du professorat et de l’éducation ainsi que le cadre national de la formation et la période transitoire.

Pour le SE-Unsa, les principes posés ne prêtent pas à débat. Enseigner : un métier qui s’apprend, une formation professionnelle intégrée de niveau master, incluant un recrutement par concours, une double tutelle des ministères de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur et de la recherche sont autant de principes incontournables.

Tout va maintenant se jouer dans la déclinaison pratique de ces principes. Pour le SE-Unsa, il est urgent de rentrer dans le vif du sujet. Il faut rapidement jouer sur plusieurs tableaux. En premier lieu, il convient de construire le cahier des charges national de la formation. Il permettra d’élaborer ensuite les contenus des concours qui eux-mêmes guideront les contenus des masters et pas seulement du M2. En effet, le danger de l’ESPE pourrait être de ne se préoccuper que du M2, laissant à l’université le soin de définir celui du M1. Cela irait à l’encontre d’une formation intégrée telle que nous la portons. Dans la même logique, l’ESPE devra aussi se préoccuper des modules de préprofessionnalisation et des pré recrutements que nous revendiquons dès la licence.

Autre éléments fondamental que le ministère devra anticiper : la couverture géographique des Ecoles supérieures. Une concentration des  étudiants sur un seul lieu conduira à la même concentration des formateurs de terrain sur quelques départements. Quid alors de la primordiale diversité des terrains de stage ? Quel impact sur les postes mis au mouvement ?

Le SE-Unsa plaide par ailleurs pour la création d’une certification de formateur dans le second degré avec décharge de service et indemnité. L’afflux de stagiaires doit pouvoir s’appuyer sur un réseau de formateurs qualifiés.

Comme on le voit, le dossier comprend de multiples aspects. Or, le calendrier est contraint si l’on ne veut pas continuer à mettre face à des élèves des enseignants sans formation. Elaborer des contenus de concours, de formation, les statuts d’un nouvel établissement ne se fait pas d’un claquement de doigts. Le SE-Unsa exige donc du ministère qu’il fasse  très rapidement des propositions de contenus et d’organisation. Le temps presse.

 

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 16:24

Le ministère passe outre l'opposition du CSE

 

 

Pas une seule voix pour soutenir le calendrier scolaire 2013-2014 au Conseil Supérieur de l'Education du 22 novembre 2012 ! Pourtant, le ministère vient d'annoncer qu'il s'appliquera sans coup férir à la rentrée prochaine.

Dommage, car les services du ministère avaient élaboré une première proposition de calendrier qui respectait davantage le rythme 7/2 : la durée des périodes de travail ne passait pas en dessous de 6 semaines et ne dépassait pas 8 semaines. Les interventions des représentants des stations de sport d'hiver qui reprochaient aux vacances de printemps de débuter trop tard ont eu raison de ce premier calendrier. Le calendrier retenu imposera à la zone C une dernière période de 10 semaines.

Elèves, comme enseignants, devront donc, une fois de plus, supporter les déséquilibres. A l'heure où le ministre demande à tous les partenaires concernés de mettre l'intérêt des enfants au coeur de la réforme de la semaine scolaire à l'école primaire, le signal envoyé est pour le moins contradictoire !

 

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 16:18

Les réponses concrètes, c'est maintenant !

 

Depuis des mois, le projet de passage à quatre jours et demi mobilise l’attention des communautés éducatives du premier degré. Organisation, financement, obligations respectives, délais, sont autant de questions sans réponses concrètes pour le moment. L’annonce du Président de la République d’un étalement sur deux ans et d’une aide financière sont de nouveaux éléments qui doivent également être précisés.

Pour le SE-Unsa, le temps presse. Le ministère de l’Education nationale doit maintenant clarifier les modalités de cette mise en œuvre afin de permettre à chaque conseil d’école de mener des débats sereins et constructifs et d’éclairer son choix. Toute décision autoritaire et unilatérale doit être bannie.

Dans ce contexte, la question de l’amélioration des conditions de travail des enseignants ne peut être ignorée. Ils attendent les premières réponses dès la rentrée 2013. Les discussions entamées avec les organisations syndicales doivent  très vite aboutir. Un nouvel équilibre de l’organisation des 108 heures annuelles est indispensable : temps de concertation et de travail en équipe renforcés, temps des animations pédagogiques revu et actuelle « aide personnalisée » évacuée.

L’exercice d’un métier de professeur des écoles plus équilibré et apaisé dès la rentrée 2013 est une exigence pour la Refondation de l’école. C’est à l’aune de ces sujets concrets que les personnels, désormais impatients, mesureront la volonté de changement de la rue de Grenelle.

Paris, le 26 novembre 2012

Christian CHEVALIER, Secrétaire Général

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 09:29

Du volontarisme au pragmatisme

 

 

François Hollande vient d’annoncer au Congrès des maires de France que la réforme des rythmes « s’étalera sur deux ans ». Elle pourra être effective dès la rentrée 2013, pour les communes qui le souhaitent, puis à la rentrée 2014 pour toutes les autres. Après le volontarisme affiché par le Ministre de l’éducation, le Président choisit le pragmatisme.

Cette décision rappelle que mener une réforme des rythmes ambitieuse nécessite anticipation et implication de tous les acteurs. Une fois de plus, l’École se trouve ballotée. Alors qu’elle a besoin de stabilité, l’annonce présidentielle crée beaucoup d’incertitudes quant aux choix qui seront effectués localement. Qui décide ? Dans quel délai ? Dans quel cadre ? Le SE-Unsa demande que la mise en œuvre de ce choix soit déclinée de façon opérationnelle et concertée avec l'ensemble des partenaires. 

Par ailleurs, le SE-Unsa considère que les discussions sur les obligations de service des enseignants du premier degré doivent se poursuivre afin que des améliorations interviennent pour tous dès septembre 2013.

 

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 13:58

La campagne 2013 est lancée

 

 

Des avancées en ce qui concerne le rapprochement de conjoint !

Le SE-Unsa a enfin été entendu ! Lors du mouvement 2013, le rapprochement de conjoint sera traité différemment. Les périodes de disponibilité pour suivre le conjoint et le congé parental seront comptabilisées en partie comme temps de séparation. C’est une première étape.

Cette revendication portée par le SE-Unsa depuis des années acte un signe de changement important pour l’ensemble des collègues pour qui se rapprocher de son conjoint devenait un parcours du combattant inacceptable ! 

Vous voulez changer de département ? La note de service mobilité 1er degré est parue au B.O le 8 novembre 2012. Afin de mieux appréhender la procédure, le SE-Unsa met à votre disposition sa brochure nationale « Ma permut, je la prépare dès maintenant» et vous propose un suivi personnalisé.

En effet, les élus du SE-Unsa vous accompagnent dès l’ouverture du serveur et, tout au long des opérations, ainsi qu’après les résultats pour :

- vous aider techniquement à saisir vos vœux sur I-prof

-  calculer votre barème, estimer vos chances d’intégrer le département désiré, et rechercher la meilleure stratégie possible.

- vous aider à constituer les dossiers spécifiques comme le rapprochement de conjoint ou le dossier handicap (800 points).

- vous guider dans le calendrier en vous envoyant des messages de rappel afin de ne rien oublier.

- vous communiquer, vérifier avec vous vos vœux et barème retenus par la DASEN (ex IA), afin d’en corriger les erreurs éventuelles lors de la Commission Paritaire Départementale.

 

Et après les résultats, prévus pour le 11 mars 2013 pour :

- vous accueillir et vous guider dans votre nouveau département (contacts, aide dans les opérations de mouvement départemental).

- vous aider à solliciter un dossier d’ineat /exeat en cas d’échec.

 

Calendrier des opérations de changement de département :

·       ouverture du serveur : 15 novembre 2012 à 12h

·       fermeture du serveur : 4 décembre 2012 à 12h

·       7 décembre au plus tard : envoi des confirmations de demande de changement de département.

·       14 décembre au plus tard : retour des pièces justificatives.

·       29 janvier (CAPD) : Vérification vœux et barème, examen des demandes de 600 points, demandes tardives. 

·       11 mars 2013 : Diffusion des résultats.

permutations 2013 courrielCliquez sur l'image pour demander la brochure

(n'oubliez pas de nous donner l'adresse

à laquelle vous souhaitez la recevoir)

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 13:32

1ère réunion de négociations

 

Après la réunion du 12 novembre où le ministre a précisé ses choix concernant la réforme des rythmes scolaires, une première séance de négociations a eu lieu le 16 novembre sur le service des enseignants, sur la base du cadre défini par le ministre. Après cette première série de rencontres bilatérales, le ministère fera part de ses propositions.

Bien que le cadre imposé soit de 24 heures en classe entière, le SE-Unsa a rappelé son objectif d’un abaissement à 23 heures d’enseignement hebdomadaires.

Malgré ce désaccord, le SE-Unsa a exprimé les principes qui doivent selon lui présider aux décisions du ministre.

  • D’une part, il faut rechercher l’amélioration des conditions de travail des enseignants et de l’équilibre avec  leur vie personnelle.
  • D’autre part, cette réforme doit donner le signal clair de la reconnaissance de la professionnalité des enseignants. Il faut passer de l’injonction et du contrôle à la confiance. Les enseignants sont des professionnels responsables, capables d’organiser leur travail sans besoin de contrôle permanent et tatillon de leurs activités. Il faut faire confiance à leur volonté et leur capacité de construire les organisations et les contenus le plus adaptés à leurs élèves
  • Enfin, il est indispensable de définir un cadre qui n’hypothèque pas la possibilité de construire, dans le futur pour tous, et localement dès maintenant, les organisations du temps les plus bénéfiques aux élèves.

Les conditions incontournables pour le SE-unsa

  • La réforme des rythmes doit s’accompagner de l’annonce de la refonte des programmes, du socle et des outils de validation (livrets, attestations…).
  • Il faut relancer la formation continue sur le temps de service.
  • Il faut reconnaître davantage tout le temps nécessaire à la concertation et au suivi des élèves sinon on ne peut faire vivre les projets d’école.
  • Il faut rompre avec le rendu-compte tatillon des heures. Stop aux tableaux Excel !
  • Il faut éviter les risques de surcharge sur certaines semaines et la fréquence de semaines chargées. Les mercredis après-midis doivent être épargnés au maximum.
  • Il faut pouvoir retrouver l’accès au temps partiel à 80%

Les demandes du SE-Unsa sur les 24 heures et sur le contenu des 108 heures

  • Le ministre envisage de rendre possibles des journées d’enseignement de longueurs différentes dans le cadre de PEL ( Projets éducatifs locaux) : 3 jours de 5h et un 4ème de 6h par exemple. Le SE-Unsa souhaite des garanties pour que de telles organisations n’aient lieu qu’avec la volonté des équipes. Il faudra que les PEL, après la discussion locale, soient validés par le CDEN (Conseil départemental de l’Education nationale) pour qu’il soit encore possible de faire valoir les arguments des enseignants quand ils n’auraient pas été entendus.
  • Le SE-Unsa demande la réduction à 36h des actuelles heures destinée à l’aide personnalisée, la redéfinition de leur contenu accompagnée d’un changement de nom. Pour le SE-Unsa, cette heure hebdomadaire devrait relever de la liberté totale des équipes. Elles sont les plus en capacité d’en définir le contenu et le nombre des enfants concernés afin de viser leur réussite : aide, méthodologie, suivi individuel, ateliers éducatifs…
  • 6h de conseil d’école : elles seraient maintenues. C’est notre souhait.
  • Le SE-Unsa souhaite le passage à 9 heures des animations pédagogiques et que le temps ainsi récupéré soit versé dans le temps de concertation. Le SE-Unsa revendique donc un forfait de 57h destinées aux travaux d’équipes, suivi des élèves en difficultés et handicapés, relations avec les familles.

D’autres contraintes à revoir pour le SE-Unsa

  • Pré-rentrée : le SE-Unsa demande que les deux jours soient placés avant la rentrée (la 2ème journée est difficile et lourde à placer avant les congés de Toussaint). le calendrier scolaire devra en tenir compte.
  • La journée de solidarité vient elle aussi alourdir les semaines de la fin d’année alors que les enseignants s’investissent sur de nombreux temps non-reconnus : manifestations autour de l’école, classes de découverte... Le SE-Unsa demande que ces temps puissent être pris en compte au titre de la journée de solidarité.
  • Pour le SE-Unsa, le temps partiel à 80% doit être à nouveau possible là où il ne l’est plus.
  • Dans cette nouvelle organisation de la semaine, les décharges de directeurs doivent être adaptées.
  • Le SE-Unsa demande que du temps soit dégagé dès cette année pour les équipes puisqu’elles devront construire de nouvelles organisations pour la rentrée prochaine.

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 10:48

Le ministre ouvre enfin des négociations

 

Lors d’une longue séance de discussions hier soir (12 novembre), le ministre a précisé ses intentions concernant la modification des rythmes scolaires.

  • La réforme entrera en vigueur dès la rentrée scolaire 2013.
  • Les vacances d’été ne seront pas amputées.
  • La possibilité de faire classe le samedi matin ne sera pas exclue.
  • Le temps d’enseignement devant la classe entière n’excèdera pas la durée actuelle de 24 heures hebdomadaires.
  • Le contenu actuel des 108h est soumis à la concertation et pourra donc évoluer.
  • L’aide personnalisée, dont les horaires actuels sont maintenus, entre dans le champ de la négociation et pourra donc évoluer.
  • Des négociations sur la compensation financière de la perte de pouvoir d’achat (déplacements supplémentaires, garde d’enfants notamment) seront ouvertes.
Les multiples interventions du SE-Unsa, à tous les niveaux de l’État, ainsi que le courrier intersyndical avec le Snuipp et le Sgen, auront permis d’obtenir l’ouverture indispensable d’une négociation. 
 
Le cadre de la négociation défini par le ministre portera sur :
 
  • la journée : elle pourrait s'étaler, dans le cas commun, sur 5h15, mais le ministre n’exclut pas la possibilité de laisser de la souplesse quant à la place de 24ème heure, à l’initiative des équipes pédagogiques, selon leur projet ou des spécificités locales. Ex : une semaine avec 1 journée de 6 heures et 3 journées de 5h, ou une semaine avec 2 journées de 5h30 et 2 journées de 5h. Pour le SE-Unsa, un horaire de 23 heures d’enseignement maximum reste un objectif. 
  • l’aide personnalisée : le ministre ne veut pas revenir sur ce temps spécifique. Mais la question de son volume, de son contenu, de son organisation par les équipes est soumis à la négociation. Pour le SE-Unsa, une très large liberté pédagogique doit être laissée aux équipes quant à la finalité et l’organisation de ce temps devant élèves.
  • le reste des 108 heures : il fait lui aussi l’objet de la négociation. Le SE-Unsa a largement fait valoir que le mercredi après-midi devait être préservé pour l’organisation personnelle des enseignants. La densité des animations pédagogiques doit être revue. Pour le SE-Unsa, la journée de solidarité et la deuxième journée de prérentrée devront faire partie de la négociation. 
Calendrier des négociations
La première séance de travail doit se dérouler cette semaine. Le ministère souhaite aboutir d’ici la fin du mois.
 
Réunion avec tous les acteurs
Le ministre a accepté le principe d’une réunion avec l’ensemble des acteurs : organisations syndicales d’enseignants, fédérations de parents d’élèves, collectivités territoriales et mouvements de l’éducation populaire.
 
 
L’avis du SE-UNSA
- La pression exercée depuis plusieurs semaines aura permis une première avancée avec l’ouverture des négociations. Le SE-Unsa a clairement fait savoir au ministre que les professeurs des écoles, s’ils étaient évidemment attachés à la réussite de leurs élèves, n’accepteraient pas une dégradation de leurs conditions de travail et de leur pouvoir d’achat.
- Pour le SE-Unsa ce dossier ne peut pas être clos une fois ce cycle de négociations achevé. La mise en place de cette nouvelle organisation de la semaine devra faire l’objet d’une évaluation et d’ici la fin du quinquennat la perspective d’un temps de service de 23 + 3 pour les PE devra être mis en discussion.

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 14:51

Lettre intersyndicale au Ministre

 

Le SE-Unsa, le Sgen-CFDT et le Snuipp-FSU viennent d’adresser à Vincent Peillon une lettre commune pour exprimer leur désaccord quant aux propositions sur les rythmes scolaires. Ils réclament de véritables discussions prenant en compte tous les éléments du dossier : temps et contenus pédagogiques, service des enseignants, redéfinition de l’aide aux élèves en difficulté, révision des programmes…

 
Monsieur le Ministre,

Au cours des dernières semaines, vous avez entamé des discussions afin de revoir les rythmes scolaires à l’école primaire. Nous partageons avec vous l’idée qu’il faut repenser les temps et les contenus pédagogiques pour assurer la réussite des élèves. 

Néanmoins, vos premières propositions ne pouvaient pas susciter notre accord. Toute modification des rythmes implique de repenser l’ensemble des temps scolaires, éducatifs et sociaux des élèves et en conséquence les temps de travail des enseignants afin de permettre pour tous un cadre d’apprentissage et de travail plus harmonieux.

Pour l’heure, concernant l’organisation de la journée, le compte n’y est pas. Vous vous êtes engagé à réduire significativement des journées scolaires trop lourdes. Ce constat, largement partagé, doit donc aboutir pour les écoliers à un allègement de la journée scolaire à 5 heures. Avec la demi-journée supplémentaire de 3 heures que vous souhaitez introduire, le temps d’apprentissage en classe entière est de 23 heures hebdomadaires.

Cette question des rythmes ne peut, à elle seule, être l’alpha et l’oméga de la réussite des élèves. Les dimensions pédagogiques de ce dossier doivent être traitées. Ainsi, cette réforme doit être accompagnée d’une redéfinition des dispositifs d’aide aux élèves, d’une révision des programmes, de nouveaux dispositifs d’évaluation des élèves.

De même, elle ne peut se faire sans reconnaître concrètement les aspects du métier d’enseignant actuellement sous estimés : temps de préparation de classe marqué aujourd’hui par une grande différenciation pédagogique, travail en équipe, suivi des élèves, rencontres avec les parents, travail avec les partenaires, conception et coordination de projet ... Toutes ces activités contribuent largement à la réussite des élèves. Ceci implique donc de revoir la définition et l’organisation des obligations de service des professeurs d’école, qui plus est avec l’introduction d’une journée supplémentaire. Ainsi, il ne nous paraît pas possible que les réunions institutionnelles ou d’animation pédagogique soient reportées sur le mercredi après-midi.

Dans le même temps, 36 demi-journées supplémentaires de travail dans l’année génèrent des coûts pour les enseignants (frais de transports, garde d’enfants, etc.). Cette perte de pouvoir d’achat doit être compensée, d’autant plus que les professeurs des écoles sont déjà moins bien rémunérés que leurs homologues européens, que le point d’indice de la fonction publique est bloqué et que leur régime indemnitaire n’est pas des plus favorables. Nous vous demandons donc de prendre des mesures de revalorisation des rémunérations en accompagnement de la mise en place de la loi.

Il est également nécessaire de dégager un temps périscolaire suffisant pour organiser dans les meilleures conditions possibles les activités culturelles, artistiques ou sportives annoncées. Il faudra aussi garantir l’égalité territoriale dans la mise en oeuvre des activités éducatives et périscolaires.

S’il s’agit de construire un dispositif cohérent de la journée de l’enfant, il faut que les acteurs parties prenantes de ce dossier se parlent. En conséquence, nous vous demandons de réunir une table ronde des représentants des collectivités territoriales, des familles et des enseignants.

Enfin, dans le cadre du dialogue social, il nous paraît indispensable d’assurer le suivi de la réforme. Nous vous demandons de programmer des rencontres régulières entre le ministère et les organisations syndicales afin d’évaluer la mise en oeuvre des dispositifs et de permettre leurs évolutions.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, nos salutations respectueuses.
 
Christian CHEVALIER - Thierry CADART - Sébastien SIHR

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 09:32

Promotions

 

La CAPD concernant les promotions (changements d'échelon) s'est tenue hier.

Vous trouverez ci-dessous le tableau qui donne le barème minimum pour être promu pour les PE.

Si vous souhaitez connaître le résultat vous concernant cliquez ici en précisant votre nom, prénom, corps (instit ou PE) et classe (normale ou hors-classe).

Rappel : barème = A +2N où

A= ancienneté générale des services au 31/08/12

N = élément de note (2, 4, 6 ou 8) en fonction de la note et de l'échelon

 

Promotions Grand Choix     Choix    
Du 4ème au 5ème 16.000  
Du 5ème au 6ème 19.000 16.986
Du 6ème au 7ème 24.500 21.000
Du 7ème au 8ème 27.997 24.886
Du 8ème au 9ème 33.950 29.500
Du 9ème au 10ème 44.814 38.886
Du 10ème au 11ème 50.961 45.986

Partager cet article

Repost0