Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Réunions d'information syndicale

Mercredi 10 novembre 2021 : Permuts 2022

Mardi 16 novembre 2021 : Préparation à l'entretien de direction

12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 08:12

La mise en oeuvre doit être à la hauteur des annonces !

 

Il y a quelques semaines, tous les acteurs concernés saluaient le plan ambitieux du ministre pour l’éducation prioritaire. Un plan qui reconnaît les difficultés rencontrées par les enseignants et qui y apporte de multiples réponses : temps de service réduit, régime indemnitaire augmenté, moyens accrus…
2014-2015 doit être l’année de transition avant généralisation sur l’ensemble du territoire. Dans ce cadre, le ministère a chargé chaque recteur d’identifier la poignée de réseaux qui, au regard de leurs difficultés cumulées, doivent être pilotes.
Dans de trop nombreuses académies, ce sont l’improvisation et le manque de lisibilité qui président à la mise en œuvre. Non seulement les critères qui déterminent la sélection des réseaux ne sont pas transparents, mais la concertation est inexistante avec les représentants des personnels. Les choix effectués donnent le sentiment d’être le fruit du hasard et laissent perplexes les différents acteurs. Le doute s’accroît quand des tours de passe-passe aboutissent finalement à réduire les moyens attribués.
Pour le SE-Unsa, il est urgent que les rectorats communiquent clairement et expliquent leur choix en matière d’éducation prioritaire. Les personnels ont besoin d’être rassurés, ils doivent comprendre le sens de la démarche, son calendrier de mise en œuvre et leur propre implication dans le dispositif. Plus qu’ailleurs, ces personnels qui subissent des conditions de travail difficiles, doivent être associés aux projets académiques. Il serait pour le moins paradoxal qu’un plan national ambitieux vire localement à la déroute par défaut de concertation et de communication.
Enfin, pour le SE-Unsa, il serait incompréhensible que l’entrée dans le dispositif REP+ pour une centaine d’établissements dès 2014 ne se traduise pas par la mise en place des augmentations indemnitaires annoncées et l’application des aménagements de service à tous les personnels enseignants et d’éducation, y compris les CPE, les professeurs documentalistes et les enseignants de SEGPA.

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 08:19

Sans réponse du Ministre, la mobilisation s'élargit

 

Ce mardi 4 février 2014, près de 700 personnes se sont réunies devant le ministère après une manifestation partie de Sèvres-Babylone. C’est la preuve que la mobilisation s’élargit au-delà des enseignants car de nombreux parents et lycéens ont rejoint le cortège.

Plus de 17 établissements étaient présents dans le cortège tandis que d’autres étaient bloqués par les parents d’élèves dans le département.

Une délégation a été reçue demandant des moyens supplémentaires nécessaires aux établissements du département. Encore une fois, après une quatrième journée de grève, aucune réponse n’a été donnée. C’est le choix du pourrissement qui a été fait par l’administration : c’est inacceptable.

Le refus du Ministre de répondre aux revendications légitimes contraint les personnels à élargir le mouvement.  

Dans ces conditions, l'Assemblée Générale des établissements en lutte et les organisations CGT Educ'Action, FNEC FP FO, FSU, SGEN-CFDT, SUD-Education & SE-UNSA appellent les personnels à poursuivre le mouvement :

·         En poursuivant l'élargissement du mouvement en direction des parents et des jeunes scolarisés ainsi que des élus dans nos établissements et nos communes.

·         En se rassemblant avec les familles samedi 8 Février à Colombes à 14 h30 devant la mairie de Colombes puis à Nanterre à 16 heures devant la Préfecture.

·         En appelant à la grève jeudi 13 février et en manifestant devant le Ministère.

Toutes ces actions ont pour but d’obtenir les moyens du maintien des taux d’encadrement dans les Hauts-de-Seine c'est-à-dire une dotation supplémentaire de l'Etat de 2000 heures, nécessaire au maintien de conditions d'études convenables pour les enseignants comme pour les élèves.

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 08:13

Pour la généralisation dès 2014

 

Depuis des semaines, les mouvements les plus réactionnaires de notre société occupent le pavé en jouant sur la désinformation, la manipulation et les peurs. Ils ont trouvé un os à ronger avec « l’ABCD de l’Égalité » qu’ils affublent de tous les oripeaux. Il s’agirait là du cheval de Troie d’une soi-disant théorie du genre qui estomperait « la loi naturelle » de la différence des sexes. Ils en demandent aujourd’hui la suspension. 

Pour le SE-Unsa, l’Ecole de la république s’honore de ne pas être un simple espace de l’instruction où seuls l’Écrire, le Lire et le Compter auraient droit de cité.

L’Ecole publique est bien plus que cela. C’est le creuset où se fonde le « vivre ensemble » indispensable à la cohésion sociale. C’est le lieu de toutes les diversités et donc de tous les respects. « L’ABCD de l’Égalité » a donc toute sa place dans l’enseignement prodigué aux élèves de l’école primaire et même au-delà. 

Dans notre pays, les inégalités femmes-hommes perdurent et les stéréotypes sont toujours bien installés. Alors que les filles réussissent mieux que les garçons à l’école, plus tard, les portes des plus hautes responsabilités comme celle de l’accès à l’égalité salariale leur sont encore à peine entrouvertes. Pour toutes ces raisons, le combat pour l’égalité filles-garçons est bien celui de l’Education nationale, comme celui des parents.

Pour le SE-Unsa, il est donc nécessaire que d’ici à la fin de cette année scolaire, les deux ministères concernés tirent le bilan de cette sensibilisation, adaptent et enrichissent les outils pédagogiques de « l’ABCD » pour que sa généralisation intervienne dès la rentrée 2014. La formation des enseignants et l’information des familles vont de pair avec cette initiative. 

Ainsi, pour le SE-Unsa, l’abécédaire de l’égalité est plus que jamais d’actualité contre le bréviaire de l’obscurantisme et du conservatisme. Son retrait serait une capitulation.

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 15:40

Non à la désinformation !


L’offensive des extrémistes contre l’Ecole de la République continue.
Le SE-Unsa, qui fait de l'égalité femmes-hommes un combat essentiel, se mobilise et agit pour donner la parole aux défenseurs de l’égalité.

C'est le sens de la saisie immédiate du Dasen par le SE-Unsa 92 !
>> Retrouvez le courrier du SE-Unsa au Dasen

Le SE-Unsa 92 a demandé au Dasen que l’administration, à tous ses échelons, prenne la mesure de la situation, sensibilise et protège les collègues et les établissements face au risque potentiel que représente cette propagande nauséabonde.

Face à ces attaques, le SE-Unsa et l’Unsa Education se trouveront toujours aux côtés des directrices et directeurs et de leurs collègues pour défendre le service public d’Education, et en refusant que la laïcité soit détournée de son sens noble par diverses confessions. Le courrier du ministre aux écoles ne suffit pas, nous avons demandé au DASEN d'écrire aux familles concernées.


En savoir plus sur l'action intitulée «JRE» :

Dans quelques écoles, des parents d’élèves, apeurés par une campagne menée sur les réseaux sociaux, ont retiré leurs enfants de l’école pour protester contre l’enseignement de la «théorie du genre». Cette initiative revient à déscolariser les élèves une fois par mois, sans souci de la continuité des apprentissages, au nom d'une idéologie réactionnaire et paranoïaque qui enferme les filles et les garçons dans des rôles stéréotypés.
Il est très inquiétant et très symptomatique que lundi dernier dans notre département, certaines écoles aient vu un absentéisme de presque 50% de leurs élèves.
Pour le SE-Unsa, il est inacceptable que des extrémistes instrumentalisent les élèves pour mener leurs luttes politico-religieuses au sein même de l’École de la République.

Combien de fois faudra-t-il le répéter ? La « théorie du genre » n’existe pas, à l’École pas plus qu’ailleurs.
Il n’y a aucun complot à l’Éducation nationale pour enseigner l’homosexualité aux élèves. Ce qui existe, ce sont les «gender studies» ou études de genre, initiées dans les années 70 aux États-Unis, qui questionnent les rapports entre les sexes au sein des sociétés, le rôle assigné à chacun en vertu de son sexe et les inégalités qui en découlent. C’est aussi la réalité des violences exercées par sexisme ou homophobie dans notre société.

Pour le SE-Unsa, l’École publique est à sa place quand elle dénonce les inégalités, lutte contre les préjugés et les stéréotypes de genre, donne à chaque enfant, sans discrimination, les mêmes chances de réussite, en même temps que des clés de lecture pour comprendre la société dans laquelle il vit.

L’École publique a pour mission d’instruire mais aussi d’éduquer. Ce faisant, elle permet de former des citoyens respectueux d’eux-mêmes et des autres, prêts à accepter la différence comme une richesse et non comme une menace. Cela passe notamment par l’affirmation de l’égalité entre les sexes, par l’éducation à la sexualité et à la contraception dans le respect des programmes.

Le SE-Unsa dénonce avec vigueur les amalgames et les mensonges portés par la mouvance extrémiste à l’origine de cette action.
Il a obtenu du Ministère que des consignes fermes soient données aux recteurs afin que la sérénité de l’École publique ne soit pas troublée et qu’un démenti soit apporté à cette campagne de désinformation qui entache une profession tout entière.

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 10:00

Mission impossible ?

 

Après s’être félicité de l’annonce, cet été, de la création du métier d’accompagnant du handicap, et de la mesure transitoire de CDisation qui en découle pour les AED-AVS, le SE-Unsa interpelle aujourd’hui les 4 ministres concernés quant à la mise en œuvre effective de celle-ci.

Tant que le diplôme d’accompagnant n’existe pas, impossible pour les AED-AVS d’entamer la démarche de VAE qui conditionne la CDisation. À 5 mois de l'échéance qui concernerait plus de 3000 personnes, l’inquiétude et l’incertitude sont grandissantes. Il y a urgence à offrir à ces personnels la garantie de pouvoir continuer à exercer sereinement leur métier auprès des enfants et jeunes en situation de handicap.

Lire le courrier adressé aux ministres

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 15:29

La grève continue dans le 92

 

Suite au succès du rassemblement devant le ministère hier, et devant l'insuffisance des moyens distribués par le Directeur Académique lundi, l'intersyndicale a décidé de reconduire l'appel à la grève ce jeudi 30 janvier. Elle appelle a :

- une AG à 10h à Nanterre (grande salle du Champ aux Melles, 11 Allée Fernand Léger)

- un rassemblement devant le Rectorat à 14h à Versailles (3 bvd de Lesseps)

Lire le communiqué commun

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 15:00

Permutations informatisées – Décimales des campagnes de promotion

 

Permutations informatisées

Notre département est toujours dans une situation « tendue » au niveau des personnels. Il ne faut donc pas s’attendre à un départ massif de collègues cette année encore.

La CAPD a validé les barèmes des participants aux permutations informatisées. Très peu de modifications ont été apportées en séance, grâce à la bonne communication avec les services en amont.

A ce jour, sur les 1296 demandes initiales, 8 collègues ont annulé leur participation et 95 n’ont pas retourné leur accusé de réception pour confirmer leur participation. Ils ont jusqu’au 3 février (dernier délai) pour le faire.

La CAPD a pris connaissance de la liste des collègues, arrêtée par le médecin de prévention, qui bénéficient de bonifications au titre du handicap (100 ou 800 points). Un avis (prioritaire ou non) a également été donné pour une éventuelle participation aux ineats/exeats.

 

Décimales des campagnes de promotion

Tous les ans, quelques décimales sont récupérées sur les campagnes de promotion à chaque échelon. Elles sont regroupées pour permettre des promotions « entières ». C’est une opération purement technique, qui a permis les promotions supplémentaires de 7 collègues : 3 professeurs des écoles (2 au Grand Choix, 1 au Choix) et 4 instituteurs (2 au Choix, 2 au Mi-Choix).

 

Infos diverses

- En raison de l’annonce ministérielle de repousser les opérations de carte scolaire après les élections municipales, ce sont toutes les opérations relatives au mouvement des personnels qui s’en trouvent affectées. Ainsi le serveur devrait être ouvert 3 semaines (dont les 2 premières pendant les vacances de Printemps) et la CAPD de la première phase du mouvement devrait se tenir le 10 juin !

- De nombreuses absences ne sont pas remplacées depuis la rentrée des vacances de Noël. La période actuelle de stages de formation continue n’arrange pas les choses. La DSDEN a déjà procédé à 2 vagues de recrutement de contractuels (environ 25) mais se trouve désormais confrontée à un manque de candidats.

- De nombreuses écoles ont été touchées par un absentéisme important en début de semaine en raison d’un appel de groupuscules dénonçant la « théorie du genre ». Le DASEN n’a pas souhaité communiquer sur le sujet pour le moment, une réflexion est en cours au Rectorat (et même au ministère puisque ce phénomène touche plusieurs académies). Vous pouvez retrouver la réaction du SE-Unsa en cliquant ici 

- ISAE : de nombreux collègues n’ont pas reçu la première moitié de la nouvelle indemnité (obtenu par le SE-Unsa après la réussite de sa pétition sur le sujet). La DSDEN a reconnu que certaines situations entrainaient le blocage du paiement de l’indemnité : changement de quotité de travail entre 2012/2013 et 2013/2014, autorisation d’absence non rémunérée, reprise de fonction après la rentrée (suite à un congé parental par exemple, …). Une information doit être envoyée aux collègues via i-prof afin de lister les situations qui posent problème. Une régularisation aura lieu sur la paie de juin 2014.

- L’indemnité de 400€ due aux tuteurs de M2 sera versée sur la paie de juillet 2014.

 

Si vous souhaitez connaître un résultat vous concernant cliquez ici

 

 David PLANCHE

Elu SE-Unsa 92 à la CAPD

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 20:36

L'Ecole contre l'obscurantisme, encore et toujours

 

Depuis plusieurs mois, des groupuscules proches de l’extrême droite ont entrepris des actions de guérilla contre l’Ecole de la République au prétexte qu’elle n’aurait pas à traiter les questions d’égalité filles-garçon, à démonter les stéréotypes de genre ou à prendre en compte la construction de l’identité sexuelle des jeunes.
Ces actions de harcèlement se manifestent par des tractages réguliers à la sortie des écoles, dénonçant notamment l’ABCD de l’égalité et les équipes d’enseignants impliqués dans cette éducation.
Pour ne pas être en reste, un de ces groupuscules a lancé une initiative de retrait des enfants de l’école. Jouant sur les peurs et la crédulité en utilisant des argumentaires fantaisistes et ridicules, cette mouvance tente ainsi de saper la crédibilité de notre Ecole.
Pire, certains de ces activistes mettent nommément en accusation sur internet les enseignants qui sensibilisent leurs élèves à ces questions.
Pour le SE-Unsa, ces actions et ces pratiques sont inacceptables. Les enseignants ne peuvent réduire leur activité à l’instruction. Leur rôle est bien celui d’éducateurs qui doivent éclairer les jeunes sur la société et les amener à se construire comme des citoyens respectueux d’eux même et des autres, tolérants et ouverts sur le monde.
La droite décomplexée a ouvert des vannes et les courants qui s’y engouffrent sont non seulement nauséabonds, mais dangereux pour la cohérence nationale.
C’est bien parce que l’école publique laïque est un des fondements de notre République que ses ennemis l’attaquent. Le combat de l’égalité a toujours été celui des enseignants. C’est à leurs cotés que le SE-Unsa défend ces valeurs fondamentales. Celle de l’égalité femme-homme est incontournable.

Égalité femme-homme, le SE-Unsa s’engage : http://www.se-unsa.org/spip.php?article6498

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 07:37

Rentrée 2014 : des améliorations insuffisantes

 

Le comité technique qui s’est tenu hier matin, lundi 27 janvier, fait état de moyens supplémentaires, c’est le fruit d’une mobilisation importante de tous, notamment dans l’éducation prioritaire. La situation dans les collèges les plus fragiles s’améliore.

+ 528 h pour les collèges

+ 140 h pour les lycées

Cependant, ces moyens "nouveaux" sont issus de la réserve départementale, qui sert pour les ajustements de rentrée. L’ouverture de nouvelles classes sera donc rendue très difficile pour la rentrée 2014.

Il est donc nécessaire d’obtenir une dotation supplémentaire du ministère pour permettre une rentrée sereine et une amélioration du taux d’encadrement dans les lycées, qui sont les oubliés de cette nouvelle distribution. C’est pourquoi le SE Unsa appelle tous les collègues à se mettre en grève et à participer à l’Assemblée générale et au rassemblement devant le ministère :

Assemblée générale Mardi 28 janvier 2014 - 10 h 00 Salle Ambroise Croizat Bourse du travail - 3, rue du château d’eau - 75010 Paris (métro République)

Rassemblement devant le ministère Mardi 28 janvier 2014 - 14 h 00 110, rue de Grenelle - 75007 Paris (métro Solférino)

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 21:36

Le projet modifié 

 

Sur la demande des collectivités et industries de montagne, le ministère a modifié le projet de calendrier 2016/2017 présenté au Conseil Supérieur de l'Education en Novembre et qui n'avait pas été encore publié au journal officiel.

Ces modifications portent sur 2 points :

- les vacances de Noël : elles débuteront le samedi et non en milieu de semaine comme prévu initialement.
- les vacances d'hiver et de printemps : elles sont avancées d’une semaine.

Les intérêts économiques sont mieux pris en compte, mais c’est au détriment de l’équilibre de l’année scolaire : la zone C par exemple connaîtra une 5ème période de presque 11 semaines ! Au moment où les discours officiels  défendent l'intérêt des enfants, c'est plutôt mal venu !
Le SE-Unsa a voté contre ce projet trop déséquilibré. Aucune voix n'a d'ailleurs soutenu ce calendrier au CSE qui n'a, rappelons-le, qu'un rôle consultatif.

 

Projet de calendrier 2014/2015 - 2015/2016 - 2016/2017

Partager cet article
Repost0