Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 29 juin : CTSD. Formation continue du 1er degré

Mardi 4 juillet : Groupe de travail. 2ème phase du mouvement intradépartemental

 

7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 19:23

Les syndicats CNGA-CGC, SE-UNSA, SNALC-CSEN, SNEP-FSU, SNES-FSU, SNETAA-EIL, SNUEP-FSU et  UNSEN-CGT appellent les enseignants du 2nd degré à la grève le 20 novembre 2008

Alors que la rentrée 2008 s’est déroulée dans des conditions matérielles très difficiles pour l’ensemble des établissements du 2nd degré, le projet de budget 2009 ne peut que renforcer l’inquiétude des personnels. Les collèges, pourtant en augmentation démographique subiront les plus fortes suppressions d’emplois. Les lycées et les lycées professionnels ne seront pas épargnés. De surcroît, les diminutions programmées du nombre de places aux concours de recrutement et des moyens de remplacement annoncent un recours massif à la précarité.

Alors que le parlement délibère sur la loi de finances 2009, les organisations syndicales dénoncent des perspectives budgétaires qui vont nuire gravement et durablement aux élèves et aux enseignants. Le gouvernement entend mener une politique pilotée et contrainte par un budget en régression et une logique de réduction de l’offre de formation, en particulier dans la voie professionnelle.

A la dégradation constante et programmée des moyens d’enseignement et des conditions de travail, s'ajoutent des attaques répétées contre le paritarisme  et le droit syndical. La politique du fait accompli et la marche forcée ne peuvent tenir lieu de méthode de dialogue social.

C’est parce qu’elles font du développement du système éducatif un enjeu fondamental pour l’avenir du pays et des jeunes que les organisations soussignées appellent à la grève dans les collèges, lycées et lycées professionnels le jeudi 20 novembre pour :

         Un budget 2009 à la hauteur des exigences, ce qui nécessite notamment de revenir sur les suppressions de postes prévues ;

         Une rénovation du système éducatif avec comme axe principal la réussite et l’élévation de la qualification de tous les jeunes, ce qui va de pair avec l’amélioration des conditions de travail des élèves et des personnels ;

         Le maintien et le développement du paritarisme et des droits syndicaux ;

         Un véritable dialogue social sur les questions éducatives, ce qui nécessite que toute réforme prenne en compte les propositions des personnels, des parents, des élèves et de leurs organisations représentatives ce qui exclut la précipitation dans laquelle le ministère entend actuellement travailler ;

         La revalorisation de l’ensemble des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation ;

         Une réforme des lycées reconnaissant les apports disciplinaires, respectant les métiers, définissant des parcours cohérents dans les 3 voies de formation pour mener davantage de jeunes au Baccalauréat, examen national garantissant l’accès à l’Université.


Repost 0
Publié par syndicat des enseignants-unsa 92 - dans 2nd degré
commenter cet article
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 19:07
Des ajustements très à la marge

Lors de la réunion plénière au Ministère le 20 octobre et par courrier au Ministère, le SE-UNSA avait dénoncé des mesures qu’il jugeait pénalisantes pour les collègues concernés par un changement de département (permuts) ou par un changement de poste au sein de leur département (mouvement départemental) :

-         duperie sur le suivi personnalisé mis en place par le Ministère (via notamment une plate-forme téléphonique privée)

-         anticipation sur la réforme de la formation des enseignants programmée en 2010 et non encore aboutie réglementairement

-         banalisation de la suppression des 3000 postes de RASED pour prévoir la réaffectation de ces collègues en classe ordinaire

-         développement des postes à profil, hors barème et par « cooptation »

-         contournement systématique des CAP et donc des élus du personnel

La note de service définitive vient de nous parvenir. Force est de constater que les quelques bougés du texte ne modifient pas la portée des mesures décidées :

- Rôle des élus du personnel : réinjection de la notion d'instances paritaires de ci de là mais maintien de l'incertitude sur la composition (CAP ou CTP) et maintien de la notion de "groupes de travail" dont on ne sait rien ... Le SE-UNSA s’oppose à ces modalités de pseudo dialogue social et exige le respect des CAP et par là-même des prérogatives des élus du personnel.

- Réécriture des passages sur les néo-titulaires : suppression du "hors-barème" et minoration du lien avec la réforme du recrutement programmée pour la rentrée 2010 mais maintien du rôle des directeurs dans le compagnonnage et de l'affectation de ces néo-titulaires, sur postes protégés à titre définitif. Le SE-UNSA continue à porter ses demandes d’une véritable professionnalisation de la formation et refuse les modalités d’accompagnement telles que le Ministère les envisage.

Au-delà des combats que le SE-UNSA continuera à mener au plan national, il revient maintenant à l’échelon local de s’emparer de ces questions: préparation de la carte scolaire pour l’implantation des postes au mouvement (CTPD) et définition des critères et du barème pour l’affectation des personnels sur les postes (CAPD).

Le SE-UNSA saisit donc les inspecteurs d’académie via les sections locales et les représentants départementaux du syndicat pour contrer, au maximum, ces effets négatifs pour les enseignants du premier degré.

Il appelle les personnels à soutenir la place et le rôle des élus du personnel dans la défense de vos intérêts et du suivi de votre carrière en votant massivement pour les listes SE-UNSA aux élections professionnelles du 2 décembre mais aussi à participer à la grève du 20 novembre pour faire entendre leur désaccord sur ce nouveau coup porté aux enseignants du premier degré.

Repost 0
Publié par syndicat des enseignants-unsa 92 - dans se-unsa92
commenter cet article
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 13:32
Enfin un texte clarificateur

Comme il l'avait annoncé en juillet dernier, le ministre de l'Education Nationale vient de publier un arrêté portant création d'un traitement automatisé de données dénommé « base élèves premier degré ».

Le SE-UNSA se réjouit qu'un texte vienne enfin clarifier l'usage et les contours de cet outil informatique expérimenté depuis 2004 et qui se généralisera à la rentrée 2009. Avec cet arrêté, sont désormais inscrits noir sur blanc, le type de données enregistrées, leur durée de conservation, les personnels y ayant accès et leurs prérogatives respectives.

Le SE-UNSA se félicite que, comme il l'avait exigé, « aucune donnée relative à la nationalité et l'origine raciale ou ethnique des élèves et de leurs parents ou responsables légaux ne (puisse) être enregistrée. » Ces délimitations claires des renseignements collectés apportent les garanties juridiques de respect des droits et des libertés individuelles que le SE-UNSA n'a cessé de réclamer.

Pour autant, il restera attentif à la confidentialité, exigée par ce texte, des données concernant les élèves et leur famille.

Le SE-UNSA continuera à agir pour que ce logiciel ne soit pas un simple instrument administratif de gestion des effectifs mais devienne un outil réellement performant pour faciliter le travail au quotidien des directeurs d'école.

 

Luc BERILLE, Secrétaire général

Repost 0
Publié par syndicat des enseignants-unsa 92 - dans se-unsa92
commenter cet article
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 21:05

Le rapport MARTIN-PAPON en remet une couche !

Le rapport des sénateurs MARTIN et PAPON se résume en grande partie à un état des lieux et à une compilation partiale des dysfonctionnements supposés de l’école maternelle en matière de scolarisation des tout-petits.
Le SE-UNSA ne peut que s’interroger sur la validité de ces constats : aucune étude approfondie, aucune enquête scientifique ne viennent étayer le patchwork d’idées reçues ou de points de vue exprimés par des « personnalités » connues pour leur engagement de longue date contre la scolarisation précoce, seules citées sur le sujet.
Pour les rapporteurs, la voie est toute tracée : les bébés dans les crèches, les deux-trois ans dans des jardins d’éveil et enfin l’école à partir de trois ans.
Par quel miracle, quand, avec quels personnels, avec quel financement, ces nouveaux jardins d’éveil jailliront-ils du néant ? Les rapporteurs n’en disent rien. La seule certitude réside pour eux dans la fin annoncée de toute scolarisation à l’âge de deux ans.
Pour le SE-UNSA, après le rapport Tabarot, la démarche des deux sénateurs vient s’inscrire dans la droite ligne de l’instruction à charge contre l’école maternelle commanditée par l’UMP. Son objectif n’a rien d’éducatif : il s’agit de justifier les économies budgétaires en désengageant l’Etat de l’accueil des tout-petits.
Pour le SE-UNSA, il est plus que temps de sortir le dossier de la scolarisation précoce des a priori idéologico-économiques. C’est pourquoi il réitère sa demande de l’organisation d’une conférence de consensus sur le sujet.
Le SE-UNSA tire le signal d’alarme : l’école maternelle publique est une vraie école qui mérite autre chose qu’une succession de procès sommaires. Par sa gratuité et sa laïcité, par sa présence sur tout le territoire, elle constitue pour notre pays un acquis social. Elle est une garantie essentielle pour la réussite scolaire.
Le SE-UNSA appelle les enseignants à faire de la défense et de la promotion de l’école maternelle un élément fort de la journée de grève du 20 novembre.

Luc BERILLE, Secrétaire Général

Repost 0
Publié par syndicat des enseignants-unsa 92 - dans se-unsa92
commenter cet article
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 14:45

resserage politique fort sur la "grh"

La principale nouveauté consiste pour le ministère à afficher qu’il s’engage à un suivi personnalisé pour chaque candidat aux mutations, depuis le dépôt de la demande jusqu’à l’annonce des résultats. Si le SE-UNSA se réjouit de voir que le ministère employeur se décide à être attentif à ses salariés, il est de sa responsabilité d’avertir les collègues que cet affichage cache une imposture.

 

Un numéro vert « national » va être mis à votre disposition et des cellules de suivi personnalisée seront mises en place dans chaque IA. Il vous suffirait de donner votre numéro de téléphone à l’administration et elle s’occuperait de tout….à la place des élus du personnel dont vous n’auriez évidemment plus besoin.

 

Qui peut croire pareilles fadaises ? Les services administratifs, à tous les niveaux, connaissent des suppressions d’emplois massives et sont déjà submergés. Comment pourraient-ils assurer cette nouvelle charge quand on sait que plus de 16 000 collègues du 1er degré (en plus des 32 000 du 2nd degré) participent aux mutations nationales chaque année, sans compter les mouvements à l’intérieur des départements.

Sachez par ailleurs que le numéro vert sera une plate forme d’appel privée qui gèrera ces appels, plate forme basée on ne sait où…avec des opérateurs qui ne maîtriseront pas le sujet.

 

Le projet de note de service permutations 2009 illustre bien la méthode gouvernementale. A la volonté de réduire inexorablement la place de la fonction publique d’Etat, s’ajoute la volonté de choisir ses partenaires sociaux, de discréditer le rôle des organisations syndicales auprès des personnels.

Le ministère pense vous duper en présumant que vous ne serez sensible qu’à la seule communication du résultat des mutations? Il se trompe !

 

Continuez à vous appuyer sur les représentants du personnel que vous avez élus. Ils sont garants de la connaissance des arcanes de ce dispositif complexe et du respect de vos droits.

Au SE-UNSA nous avons un engagement vis-à-vis de vous. Nos élus prennent le temps de vous écouter pour comprendre votre projet de mutation. Ils ont la connaissance du dispositif, l’expérience du suivi de dossier et donc la  compétence  pour vous aider à formuler vos vœux. Ils sont disponibles pour vous apporter aide et conseil. Avant et pendant la CAP, ils suivent l’évolution de votre dossier. Faites confiance aux élus du SE-UNSA, confiez-leur votre dossier et renforcez leur action en votant massivement le 2 décembre.

 

 

Calendrier prévisionnel permutations 2009

 

Jeudi 20 novembre 2008 : Ouverture du serveur SIAM pour la saisie des vœux

Lundi 8 décembre 2008 : Fermeture du serveur SIAM

Du 9 au 11 décembre 2008 : Envoi des confirmations de demande de changement de département dans la boîte électronique I-Prof du candidat.

A partir du 19 décembre 2008 : Retour des confirmations de demande de changement de département et des pièces justificatives dans les IA

Janvier 2009 : Vérification des vœux et barème et Examen des demandes de 500 points

20 février 2009 : Date limite d’enregistrement des demandes tardives pour rapprochement de conjoints et des demandes d’annulation ou de modification de candidature

Mars 2009 : Communication aux IA  des résultats

               : Diffusion individuelle des résultats aux candidats

 

Pour en savoir plus …

 

Le SE-UNSA a été destinataire du projet de note de service. Une réunion plénière a eu lieu mercredi 22 octobre au Ministère pour en débattre.

 

Le Directeur Général des Ressources Humaines a été clair : les marges de manœuvre d’évolution du texte sont limitées car l’arbitrage du Ministre a déjà été rendu. Le SE-UNSA a dénoncé ce calendrier resserré qui empêche tout dialogue social constructif. Pour autant nous avons fait valoir nos arguments et nos demandes de modification.

 

Il y a en effet peu de changements techniques (mêmes critères, mêmes éléments de barème, même procédure que l’an dernier …) mais plusieurs nouveautés politiques de fond qui auraient dû être discutées bien en amont et pas au détour d’une circulaire sur les permuts, rebaptisée d’ailleurs « Mobilité » car comprenant désormais des préconisations fortes aux IA sur le mouvement départemental.

 

Les points d’achoppement pour le SE-UNSA

 

- Volonté de « secondarisation » du mouvement à tout prix sans s’être posé la question de savoir si cela a un sens et une application concrète possible dans le 1er degré.

 

- Duperie des candidats par rapport à la mise en place d’un « traitement individualisé » de chaque candidature : numéro vert au Ministère et cellules-mouvement dans les IA. Quels moyens humains réels au service de ce suivi ? Quelle qualification des personnels ? Quelle disponibilité réelle ? Au niveau national, cela irait jusqu’à la mise en place d’une plate-forme téléphonique privée, sous-traitée par le Ministère.

- Volonté d’écarter au maximum les élus du personnel en CAP dans les différentes phases du mouvement : qui défendra les collègues ? qui veillera à l’équité et à la transparence des opérations ?

- Au niveau du mouvement départemental :

> Rappel aux IA de la grande latitude pour faire du hors barème 

> Insistance sur les possibilités de postes à profil, avec des collègues choisis selon des modalités qui appartiennent complètement à l’IA et hors barème, voire hors certifications et diplômes.

> Les néo-titulaires recevront, de préférence, une affectation protégée qui sera traitée, si besoin, hors barème.  Par ailleurs, cette première affectation sera, dans toute la mesure du possible, une affectation à titre définitif et non plus à titre provisoire.

> Les néo-titulaires devront bénéficier d’un accompagnement, de formations adaptés, d’enseignants référents (dont le directeur d’école, ce que nous avons vivement réfuté). Le Ministère anticipe largement sur la réforme de la formation des maîtres, seulement discutée pour le moment …

> Une attention particulière doit être portée aux maîtres spécialisés qui devront recevoir, pour la rentrée scolaire 2009, une affectation en poste fixe en adéquation avec leurs compétences acquises dans le suivi des élèves rencontrant des difficultés scolaires. Là encore, alors que le budget 2009 n’est pas voté, on demande aux IA d’anticiper l’annonce de la « sédentarisation » de 3000 postes de RASED.

 

Le SE-UNSA demande solennellement au Ministre de revenir sur ces dispositions pénalisantes pour les collègues, porteuses d’injustice et recul du paritarisme.

 

Pour suivre l’évolution du dossier, pensez à vous inscrire à la liste de diffusion « permuts 2009 » auprès de votre section départementale

Repost 0
Publié par syndicat des enseignants-unsa 92 - dans se-unsa92
commenter cet article
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 16:55
Le SE-UNSA appelle à la grève le 20 novembre dans le 1er degré et à une intersyndicale du 2nd degré

Le SE-UNSA estime que, face à la situation dans laquelle se trouvent placés les enseignants du 1er degré, les conditions d’un appel à la grève sont réunies. L’accumulation de mesures ministérielles prises sans concertation et au pas de charge, les déclarations à l’emporte-pièce mettant en doute la compétence professionnelle des enseignants des écoles, l’autoritarisme et les pressions permanentes de l’administration qui en découlent sur le terrain s’aggravent des perspectives ouvertes par le projet de budget 2009. Le SE-UNSA appellera donc les enseignants des écoles à la grève le jeudi 20 novembre, avec le SGEN-CFDT et le SNUIPP.
Le SE-UNSA s’alarme par ailleurs de la dégradation généralisée des conditions de travail des enseignants dans les établissements du 2nd degré. La forte inquiétude des personnels ne peut qu’être renforcée par les annonces du projet de budget 2009, les collèges, pourtant en augmentation démographique, risquant de payer particulièrement la note.
Dans ces conditions, le SE-UNSA propose aux différentes organisations syndicales d’enseignants du 2nd degré de se réunir en intersyndicale. Il souhaite que les possibilités d’un appel commun à la grève pour le 20 novembre y soient étudiées.

Luc BERILLE, Secrétaire Général


Téléchargez l'appel unitaire

Repost 0
Publié par syndicat des enseignants-unsa 92 - dans se-unsa92
commenter cet article
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 13:10
Rendez-vous manqué

Les objectifs s'annonçaient ambitieux, mais le soufflé sera vite retombé. Les annonces de M. Darcos sur le lycée sonnent comme un rendez-vous manqué. Dans la nouvelle architecture que le ministre vient d'annoncer pour la classe de seconde à la rentrée prochaine, rien ne changera fondamentalement les logiques d'aujourd'hui.

Pour les 2/3 de l'horaire des élèves, rien de nouveau : les enseignements fondamentaux n'étant pas organisés de façon modulaire, ils seront comme aujourd'hui répartis sur l'année scolaire.

Quant aux « nouveautés », elles auront une part si congrue qu'elles n'auront qu'une influence marginale sur le parcours des élèves :

-         4 modules annuels, les seuls pour lesquels un découpage de l'année en deux semestres a un sens, mais dont rien ne dit qu'en dehors du changement d'étiquette, certains ne fonctionneront pas comme les options actuelles…

-         un accompagnement individualisé fourre-tout où les travaux interdisciplinaires entrent en concurrence avec l'aide méthodologique, l'orientation et le soutien scolaire…

Cette « seconde Darcos », si peu éloignée de l'actuelle, ne peut qu'aboutir aux mêmes travers structurels qui s'opposent à des parcours souples non enfermants et non ségrégatifs. Qui s'étonnera que, dans ces conditions, le ministre annonce déjà le maintien d'une organisation du cycle terminal en deux voies étanches et, à coup sûr, socialement hiérarchisées ?

Pour le SE-UNSA, des objectifs de la réforme, il n'en restera qu'un, jamais avoué mais toujours présent : celui des économies budgétaires.

 

Luc Bérille, Secrétaire général

Repost 0
Publié par syndicat des enseignants-unsa 92 - dans 2nd degré
commenter cet article
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 17:47

Mobilisation réussie

L’UNSA Education se félicite du succès de la mobilisation du 19 octobre. L’ensemble des organisations ont réussi leur pari : réunir plus de 80 000 manifestants pour dénoncer un budget de régression, une politique éducative à courte vue, une volonté d’affaiblir, de la maternelle à l’université, le service public d’éducation. Le gouvernement doit entendre l’exaspération et les demandes des personnels, des étudiants, des parents d’élèves. Le système éducatif a besoin d’une politique ambitieuse et non d’une politique régressive. L’UNSA Education souhaite que d’autres mobilisations, dans le cadre unitaire qui a permis la réussite du 19 octobre, soient lancées le plus rapidement possible. Le gouvernement aurait tort de jouer, encore une fois, l’ignorance ou le mépris.

Patrick Gonthier, Secrétaire Général de l'UNSA Education

Repost 0
Publié par syndicat des enseignants-unsa 92 - dans se-unsa92
commenter cet article
18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 08:01

Renseignements pratiques

Parcours : Place d'Italie, Avenue des Gobelins, Boulevard Port Royal, Boulevard St Michel, Pont Sully, Boulevard Henri IV, place de la Bastille.
Défilé : Nous défilerons par région. Le rendez-vous pour l'Ile-de-France est fixé à 13h Place d'Italie (Mairie 13ème, Avenue Soeur Rosalie, Boulevard Blanqui)
Venez nombreux !
Visualisez le plan de la manif

Repost 0
Publié par syndicat des enseignants-unsa 92 - dans se-unsa92
commenter cet article
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 17:53
Sauvons les RASED

Suite à l'annonce de la suppression de 3000 postes de Rased le SE-UNSA, en collaboration avec les organisations syndicales et les associations suivantes : SNUIPP-FSU, SGEN-CFDT, SUD éducation, SNUDI FO, SMedEN FO, FNAME, FNAREN, AFPEN, diffuse une pétition pour la défense des aides spécialisées pour les élèves en difficulté à l'école.


Rendez-vous sur le site
www.sauvonslesrased.org
et signez la pétition !

 

Repost 0
Publié par syndicat des enseignants-unsa 92 - dans ASH
commenter cet article