Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Vendredi 20 novembre : CDEN. Bilan de la rentrée 2020

 

 

 

 

22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 15:01

La mystification

 

La réforme de la formation des enseignants et des personnels d’éducation entre dans sa deuxième année. Le processus de déconstruction atteint sa vitesse de croisière.

Une circulaire précise le dispositif pour l’année scolaire qui vient. Le contenu masque difficilement l’incongruité de la conception de la formation en vigueur aujourd’hui au ministère de l’Education nationale. Ainsi, les diverses étapes du dispositif tentent vainement de faire accroire que les stagiaires auront les outils nécessaires pour accomplir sereinement leur tâche. Cinq jours d’accueil dont trois jours de formation théorique à la tenue de classe et hop, bon pour le service !

Certes, un accompagnement rapproché est prévu le premier mois adossé à un binôme remplaçant/stagiaire et couplé à un ou deux stages programmés dans l’année.

Malheureusement, les formules floues et dilatoires ne fixent rien et chaque recteur fera selon son bon vouloir ou selon les moyens dont il dispose. Peu de points positifs sont à retenir hormis la remise d’un livret aux tuteurs et l’incitation au développement de l’offre de formation qui leur est destinée.

Pour le reste les interrogations et autres points de divergence sont nombreux :

- La formation prévue fin août demeure profondément anxiogène. L’élève y est presque considéré comme un adversaire qu’il faut « tenir ».

- La préconisation d’un binôme/remplaçant, Cela laisse songeur lorsqu’on connaît les difficultés de ce secteur. De plus, dans le premier degré, à la rentrée, les TR sont souvent envoyés en renfort auprès des directeurs sans aide administrative. Il est à craindre que ce ne soit plus possible.

- L’affectation sur un poste à l’année cantonnera les stagiaires sur un seul niveau ou cycle, restreignant ainsi leur vision du système et des publics auxquels ils seront confrontés.

- Un seul tuteur qui intervient dans la formation ne permet pas de regards croisés et ne valorise qu’un modèle d’enseignement

Le dispositif s’installe dans la durée, laissant croire que la formation prévue est suffisante. On reste dans le bricolage indécent bien loin des propositions du SE-Unsa concernant la formation initiale et continuée des enseignants et personnels d’éducation.

 

 

Partager cet article
Repost0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 17:03

CAPD le mardi 24 mai

 

Depuis l’année dernière, le projet de mouvement est diffusé par l’Inspection Académique à tous les participants. Cette année cette diffusion a eu lieu vendredi 13 mai via un mail sur i-prof.

Il faut cependant attendre le mardi 24 mai, jour de la CAPD, pour que cette affectation soit validée … ou pas. En effet des modifications peuvent survenir à partir du moment où des erreurs auront été constatées sur le projet de mouvement. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques et interrogations à propos de votre proposition d’affectation :

- par téléphone au 01 45 06 67 66

- par fax au 01 42 04 33 93

- par mail à 92@se-unsa.org

Partager cet article
Repost0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 10:34

Une Education de moins en moins "Nationale"

 

La circulaire de rentrée 2011 consacre le recul du pouvoir de l’administration centrale au profit de celui des 30 recteurs, qui deviennent autant de « petits ministres » dans leurs académies.

Développer l’autonomie locale pour mieux prendre en compte les besoins spécifiques des territoires, c’est une des lectures possibles de ce long catalogue de 21 pages qui ne fixe guère de priorités claires et se contente de recommandations qui tiennent souvent du vœu pieux.

Une autre lecture, sans doute plus en phase avec la réalité, est que l’échelon central, faute de disposer des moyens pour mettre en œuvre efficacement ses propres réformes, renvoie aux échelons déconcentrés la responsabilité d’effectuer et d’assumer des arbitrages douloureux entre tous les programmes annoncés à grands coups de comm’ par le ministre.

On notera toutefois que pour la première fois, l’objectif d’améliorer les acquis des élèves significativement et durablement à tous les niveaux est présenté comme « l’objectif naturel » qui s’impose à tous les acteurs. Parce que ce qui compte vraiment, ce n’est pas l’ambition de ce qui est enseigné, mais la réalité de ce que les élèves apprennent, le SE-Unsa ne peut que se réjouir d’une telle affirmation.

Très peu d’infos nouvelles dans cette circulaire, hormis deux annonces qui concernent le collège et qui ne laissent pas d’inquiéter les enseignants de l’Unsa. La première porte sur l’expérimentation d’une évaluation nationale de deux compétences du socle (maîtrise de la langue et mathématiques ?) en fin de classe de 5ème et la deuxième sur l’expérimentation d’une classe de « 3ème prépa-pro à partir de l’actuel module de découverte professionnelle 6 heures ». Les effets pervers que pourrait entraîner la généralisation d’une évaluation nationale en fin de 5ème devraient faire réfléchir certains « apprentis-sorciers » de la DGESCO : réduction caricaturale du socle commun à 2 disciplines, enseignement modélisé par les protocoles d’évaluation, recours aux résultats des évaluations pour « pré-orienter » les élèves dans des classes de 4ème différenciées. Et l’apparition de la classe de 3ème prépa-pro confirme le choix d’une évolution du collège vers « une certaine diversification des parcours », aux antipodes du projet que le SE-Unsa défend pour construire le collège de demain, fondé sur de nouveaux contenus et des démarches réellement pensés pour tous. Le renoncement à mettre enfin en œuvre un collège pensé pour tous constituerait un recul notable, contradictoire avec l’objectif affiché dans la loi d’orientation de 2005 d’un socle commun maîtrisé par l’ensemble d’une classe d’âge.

Pour le SE-Unsa, l’ « école du socle commun » ne doit pas être une expression politique branchée mais devenir au plus vite une réalité.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 14:43

Halte au régime au pain sec !

 

C’est le message que l’intersyndicale Fonction publique vient d’envoyer au gouvernement.

Ainsi, le 31 mai prochain sera, partout en France, une journée d’actions et de mobilisations pour dénoncer la politique d’austérité salariale à l’égard des agents publics.

L’Unsa Fonction publique appelle l’ensemble des fonctionnaires à participer massivement aux initiatives qui seront organisées.

Lire le communiqué de l’intersyndicale FP

Partager cet article
Repost0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 10:01

Le SE-Unsa lance une grande enquête

 

Qui sont les jeunes enseignants ? Quelle est leur approche du métier ? Quelles sont leurs aspirations, leurs envies, leurs désirs ?

Différentes études montrent qu’ils ne sont pas la copie conforme de leurs aînés. Leurs parcours personnels sont diversifiés, leur demande de mobilité réelle et leur engagement dans leur métier toujours aussi fort.

Pour le SE-Unsa, il est important de les connaitre, de comprendre leurs motivations, de repérer leurs centres d’intérêt pour mieux les représenter.

Le SE-Unsa lance donc une grande enquête nationale auprès de tous les jeunes enseignants et personnels d’éducation (http://www.se-unsa.org/spip.php?article3233).

Elle s’articule autour de quatre thèmes :

- mon métier,

- ma carrière,

- mes préoccupations

- mes centres d’intérêts

Les réponses permettront au SE-Unsa de mesurer la perception que les jeunes enseignants ont aujourd’hui de leur métier dans un monde en pleine mutation et un environnement scolaire perturbé. Ces résultats nous renverront également l’image qu’ont les jeunes enseignants des organisations syndicales et ce qu’ils en attendent.

En recueillant l’opinion de celles et ceux qui exercent depuis peu dans leurs classes, le SE-Unsa entend construire avec eux un syndicalisme de proximité moderne, capable de les accompagner au mieux dans leur univers professionnel.

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 10:11

Rassemblement devant l'Inspection Académique à 14h

 

Monsieur l’Inspecteur d’Académie, vous devez nous entendre !

 

Depuis plusieurs semaines maintenant, les actions se multiplient dans notre département pour dénoncer et combattre les suppressions de postes dans l’Education Nationale: rassemblement massif de délégations de collèges et lycées à l’Inspection d’Académie le 10 février, marche sur la Préfecture avec les parents d’élèves le 12 mars, nombreuses initiatives locales (Bagneux, Clichy, Colombes,…)

Après la journée de mobilisation et le rassemblement très réussi du 7 avril dernier, le CDEN s’est tenu le 15 avril sans condition de quorum puisque les représentants des personnels, des parents d’élèves et une partie des élus n’ont pas siégé. L’Inspecteur d’Académie n’a pas modifié ses décisions prises concernant les mesures de suppressions de postes et de moyens dans notre département. Il est donc nécessaire de continuer la mobilisation afin de faire entendre nos revendications à l’Inspecteur d’Académie qui ne pourra pas continuer à faire comme s’il ne les entendait pas !

Les organisations syndicales CGT Educ’action 92, FSU, SGEN-CFDT, Sud Education, UNSA Education, appellent les enseignants des Hauts de Seine:

-       à signer massivement la pétition unitaire départementale. Celle-ci sera remise à l’Inspecteur d’Académie lors d’une audience intersyndicale le mercredi 11 mai après-midi ;

-       à venir très nombreux lors du rassemblement organisé ce même jour devant l’Inspection Académique. Des délégations seront reçues par l’Inspecteur d’Académie.

Pour gagner et obtenir des améliorations, faire entendre nos revendications pour les élèves et nos conditions de travail, il est nécessaire de continuer à se mobiliser pour refuser les suppressions de postes et de moyens.

Cette mobilisation doit contraindre l’Inspecteur d’académie à reprendre les discussions, pour lever les blocages de postes et améliorer les DHG notamment dans l’Education prioritaire et retravailler la carte des postes spécialisés RASED.

Soyons donc très nombreux le 11 mai devant l’Inspection Académique à 14h !

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 09:31

Croisade contre l’École primaire !

 

Georges Tron, ministre de la Fonction publique, vient de déclarer qu’il s’interrogeait sur le fait que 18.000 postes d’enseignants des écoles ne soient pas « directement en relation d'enseignement avec les enfants ». Et d’insister cyniquement en expliquant que sa génération, « avait fait toute sa scolarité avec des classes d'entre 35-40 enfants chaque année ». Monsieur Tron nous assène une vision étriquée et passéiste de l’école primaire

Pour le SE-Unsa, ces propos relèvent de la provocation. Il amalgame, pêle-mêle, décharges des directeurs, remplaçants non utilisés à 100%, conseillers pédagogiques, enseignants des RASED, animateurs langues vivantes... dont chacun sait combien ils sont utiles à l’école.

A rebours des constats du CAS (Centre d’analyse stratégique, rattaché au premier ministre) qui pointe la faiblesse persistante de l’encadrement éducatif dans le premier degré, au lieu de réparer les dégâts, il prépare déjà la prochaine coupe du budget 2012 !

Actuellement, dans tous les départements, les enseignants, les parents d’élèves, les élus et l’ensemble de la communauté éducative se mobilisent contre les suppressions d’emplois. 1500  classes vont être fermées à la rentrée alors qu’on attend près de 5000 élèves supplémentaires. La dégradation des conditions de scolarisation des enfants, notamment en maternelle, et celle des conditions de travail des enseignants sont déjà palpables. Les propos du ministre n’en sont que plus scandaleux.

Pour le SE-Unsa, contrairement à ce que dit monsieur Tron, ce n’est pas en conduisant cette politique que l’on fera remonter notre pays dans le classement PISA. Ce n’est pas en asphyxiant le service public d’éducation que l’on arrivera à resserrer l’écart scolaire qui se creuse entre les enfants d’origine modeste et les autres. Il est plus que temps de changer de cap. 

 

Christian Chevalier, Secrétaire Général

Partager cet article
Repost0
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 14:10

Solidarité internationale et progrès social

 

Texte commun CFDT - CGT – FSU – Solidaires – UNSA

 

Le 1er mai, journée de solidarité internationale du monde du travail, prend un relief particulier dans un monde marqué par des évolutions majeures.

Les organisations CFDT - CGT – FSU – Solidaires – UNSA expriment leur soutien aux peuples des pays arabes qui se soulèvent pour la dignité et la liberté. Partout dans le monde, cette onde de choc salutaire bouscule les dictatures et porte un message d’espoir de liberté, de démocratie et de progrès social.

Elles font aussi du 1er mai une journée de solidarité européenne en dénonçant les politiques d’austérité imposées par les États membres de l’Union et les Institutions européennes pour « assainir » les dépenses publiques. Les salarié(e)s ne doivent pas payer le coût d’une crise dont ils ne sont pas responsables.

En France, le 1er mai 2011 se déroule dans un contexte de crise économique et sociale qui creuse les inégalités et mine la cohésion sociale, un contexte de tension sociale toujours forte liée aux préoccupations des salariés en matière d’emploi, de salaires et de conditions de travail qui se sont exprimées fortement dans les mobilisations de 2009 et 2010 face à la crise et à la réforme des retraites.

Partout, participons aux manifestations unitaires pour :
- Donner la priorité à l’emploi par des politiques économiques et sociales prenant appui sur une réelle politique industrielle qui réponde aux impératifs écologiques et des services publics de qualité, favorisant la réduction des inégalités. Prioriser des mesures en faveur des jeunes. Mettre fin au non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.
- Améliorer les salaires, les pensions et le pouvoir d’achat, permettre à chacun de vivre dans la dignité en garantissant le droit pour toutes et tous à une protection sociale solidaire et de haut niveau tout au long de la vie ; Faire reculer les inégalités entre les femmes et les hommes ;
- Améliorer les conditions de travail et faire reconnaître la pénibilité ;
- Lutter pour l’égalité des droits et contre toutes les discriminations, notamment concernant tous les travailleurs migrants.

L’exigence d’une vie meilleure faite de justice sociale, du respect des droits fondamentaux, d’un travail décent, reconnu et valorisé doit se faire entendre.

Mobilisons-nous pour le « vivre ensemble », la solidarité entre les salariés et l’égalité des droits, le choix de la paix, le choix du social. C’est de cette façon que reculeront l’exclusion, le racisme, le rejet de l’autre.

Nos organisations appellent tous les salariés, les chômeurs et les retraités à participer aux manifestations unitaires organisées dans toute la France.

 

La manifestation unitaire parisienne empruntera le trajet République/Nation par le Boulevard Voltaire.

Elle partira à 14 h 30. Les organisations défileront dans l'ordre suivant : CFDT, Solidaires, UNSA, FSU, CGT.

Partager cet article
Repost0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 21:49

Ceinture pour les fonctionnaires !

 

Avec l’ensemble des organisations de fonctionnaires, l’Unsa Fonction Publique a décidé de quitter la séance et appelé à une intersyndicale dans les prochains jours.

Pour le ministre de la Fonction publique, jamais leur pouvoir d’achat n’aurait autant augmenté ! Pointant du doigt leur situation favorisée par rapport à d’autres pays européens et l’état des finances du pays, il a annoncé le 19 avril le blocage des salaires pour la deuxième année consécutive. Ce qui n’est jamais arrivé depuis soixante ans ! 

Pour l’Unsa, l’augmentation de l’inflation rend, au contraire, plus nécessaire encore le relèvement des traitements. C’est encore plus vrai pour ceux qui n’ont que l’indice comme base de traitement : les agents non titulaires, les fonctionnaires qui ne perçoivent pas de prime ou qui n’ont pas d’avancement.

Alors que le Président de la République semble redécouvrir les problèmes du pouvoir d’achat pour les salariés, face à l’avalanche d’augmentations qui touche les familles (gaz, électricité, carburants, produits alimentaires…) il exclut du débat tous les fonctionnaires. C’est inacceptable !

L’Unsa rappelle que d’autres choix budgétaires sont possibles. Bouclier fiscal, réduction de l’ISF démontrent que tout le monde n’est pas logé à la même enseigne.

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 22:52

Les chiffres sont parus au JO

 

Le contigent d'accès au corps des Professeur des Ecoles par liste d'aptitude est connu : 1275 au total, dont 35 pour les Hauts-de-Seine. 

Partager cet article
Repost0