Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Vendredi 20 novembre : CDEN. Bilan de la rentrée 2020

 

 

 

 

18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 18:02

Le jour de carence nous est désormais appliqué !

 

 

Après bien des débats sur le projet gouvernemental concernant le 4ème jour de carence pour le privé et l’instauration d’un jour de carence pour les fonctionnaires, la loi de finances pour 2012 adoptée le 28 décembre 2011 comporte un article 105 qui instaure ce dispositif (un jour) dans la fonction publique.

L’objectif affiché était de renflouer le budget de l’assurance maladie. Le gouvernement a profité du débat pour attaquer une nouvelle fois les fonctionnaires. L’assurance maladie ne recevra pas un centime. C’est bien le budget de l’Etat que le gouvernement renfloue sur le dos des fonctionnaires malades en leur retirant une journée de salaire. Le SE-Unsa continue à dénoncer cette mesure, mais la loi va cependant s’appliquer dès le 1er janvier 2012.

Selon cet article 105, les agents publics en congé de maladie ne perçoivent pas leur rémunération au titre du premier jour de ce congé. Cette mesure ne s’appliquera pas aux cas notamment de congé de longue maladie, de congé de longue durée, ou d'accident de travail.

A ce jour, c’est l’opacité la plus totale sur le traitement administratif concret de la mesure. Le ministère de l’éducation nationale est aux abonnés absents. Nos multiples interventions à la fonction publique nous ont permis d’apprendre qu’une circulaire d’application est en cours de rédaction, sorte de cahier des charges de mise à jour des logiciels « paye ».

Pour le SE-Unsa, les modalités d’application doivent être portées à la connaissance des collègues. La mesure est déjà injuste, hors de question que des interprétations abusives en génèrent davantage.

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 09:37

Pourquoi je serai moins payé en janvier ?

 

 

François Fillon a annoncé le blocage du salaire des ministres et du président de la République dans le cadre de son deuxième plan de rigueur... les fonctionnaires pensaient que c’était déjà le cas au regard du blocage de leurs propres traitements depuis deux ans !

• La réforme des retraites de novembre 2010 a acté l’augmentation de la retenue pour les pensions de 3,7 points en dix ans. En janvier 2012, avec 8,39%, cette disposition va provoquer une première diminution de nos salaires.

• Largement ignorée par les commentateurs, l’une des mesures du premier plan de rigueur Fillon a élargi l’assiette de calcul de la CSG (contribution sociale généralisée) et du RDS (remboursement de la dette sociale). Jusqu’à présent, le taux ne s’appliquait qu’à 97% du salaire, dorénavant ce sera sur 98,25%... Une évolution qui peut sembler minime mais qui constitue la mesure la plus lucrative de ce plan.

• La hausse de la taxe sur les mutuelles a été appliquée sans délai en octobre dernier. Elle pèse sur les comptes de la Mgen et l’a contrainte à relever son prélèvement de 2,58%. La cotisation est donc désormais de 2,97% pour les actifs.

La combinaison de ces différentes mesures aboutit à une baisse d’une quinzaine d’euros mensuels pour un enseignant en milieu de carrière. Pendant ce temps, les prix augmentent et nos salaires se déprécient. Il ne reste aux fonctionnaires que leur avancement pour pallier ces évolutions. Cela ne rend que plus cyniques les propos tenus par le gouvernement : «regardez la Grèce ou le Portugal, on pourrait baisser vos salaires».

Pour le SE-Unsa, la majorité présidentielle prend de lourdes responsabilités en stigmatisant systématiquement les agents publics et en opposant les salariés. Il demande que des discussions Fonction publique s’ouvrent sans délai pour maintenir le pouvoir d’achat de tous les agents.

Une affiche pour la salle des maîtres  

 

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 09:18

Un air de déjà vu

 

Le nombre d'élèves qui augmente, le nombre de postes qui baisse : voilà le refrain que nous entendons à la même époque dans notre département depuis quelques années.

Pour la rentrée 2012 ce sont 79 postes que nous devons "rendre" dans le 1er degré (dont 16 postes d'assistants en langue). Le CTSD du 2 février qui doit statuer sur les mesures de carte scolaire s'annonce particulièrement tendu.

Si vous souhaitez que le SE-Unsa 92 défende votre dossier téléchargez et complétez notre fiche de suivi.  

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 17:03

Construire localement la mobilisation

 

Les cartes scolaires se suivent et se ressemblent. A l’issue de ce quinquennat, 80.000 emplois d’enseignants seront passés à la trappe de la RGPP, alors que dans le même temps, l’École aura dû accueillir plus de 100.000 élèves supplémentaires.

Le SE-Unsa ne se résigne pas devant ce bilan désastreux d’une Ecole Publique dépouillée. Il appelle l’ensemble des acteurs du système éducatif (enseignants, parents, élus, monde associatif…) à se mobiliser pour repousser cette politique destructrice et régressive.

C’est au plus près du terrain, dans les écoles, les collèges et les lycées, dans les communes et dans les départements, là où les amputations de moyens injustifiables se concrétisent dans des simulacres de concertation que la mobilisation doit se construire.

Plutôt que s’inscrire a priori dans une date unique de mobilisation nationale, le SE-Unsa engage les enseignants à agir avec les partenaires de l’école par des rassemblements, des manifestations ou des grèves partout où cela s’avérera nécessaire, au moment qui sera jugé localement le plus opportun.

C’est fort de ces mobilisations que le SE-Unsa portera le fer dans toutes les instances de concertation pour exprimer auprès des autorités académiques et préfectorales la colère légitime de nos concitoyens et leur attachement à la priorité donnée à l’École de la République.

Paris, le 11 janvier 2012

Christian CHEVALIER, Secrétaire Général

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 14:47

L'Ecole publique au bord de l'explosion

 

Suite au comité technique ministériel du 4 janvier 2012, la carte scolaire se dessine, bien sombrement.

  • La rentrée 2012 va s’effectuer avec 5100 postes d’enseignants en moins dans le 1er degré. Même si, de l’aveu-même du ministère, les effectifs vont augmenter de près de 3000 élèves. Pour tenir la promesse présidentielle de ne pas fermer de classes, l’administration prévoit de supprimer des remplaçants, « d’optimiser » les moyens des réseaux d’aide, de scolariser moins d’enfants de moins de trois ans et… d’augmenter les effectifs par classe. Oser prétendre qu’il n’y aura pas de dégradation de la situation relève de l’hypocrisie la plus totale.
  • Dans le 2nd degré, 5550 emplois sont supprimés. La poussée démographique, continue depuis trois ans en collège, va se poursuivre avec plus de 29 000 élèves supplémentaires attendus. Les LEGT devraient voir leurs effectifs augmenter de 12 000 élèves, pour moitié en pré-bac, pour moitié en STS et CPGE. Conséquence de la réforme du bac pro en trois ans, les LP devraient connaître une baisse de près de 39 000 élèves… Augmentation des effectifs par classe des collèges hors éducation prioritaire, diminution des moyens de remplacement et des décharges non statutaires, réorganisation de l’offre de formation en lycée sont les principales pistes « de gain de productivité » évoquées. Les LP ont tout à craindre.

Jusque dans les mots utilisés, tant la méthode que les arguments évoqués démontrent l’unique préoccupation gestionnaire du gouvernement.

L’école n’est plus qu’un gisement d’économies. Le SE-Unsa condamne vigoureusement cet amoindrissement du service public d’éducation et appelle tous les personnels à se mobiliser sur le terrain pour faire obstacle à cette politique destructrice.

 

Dans l'Académie de Versailles, ce sont 260 postes qui vont disparaître dans le 1er degré. La répartition de ces suppressions par département se fera lors du Comité Technique Académique qui se tiendra le vendredi 13 janvier, mais notre département devrait encore être lourdement touché par ces mesures, avec 79 suppressions prévues.

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 10:05

L'Ecole de la République désarticulée

 

Lors de ses vœux au monde de l’Education, le Président de la République vient de tracer les contours précis du projet pour l’École que portera le candidat Sarkozy dans la campagne des présidentielles.

Durant ce quinquennat, il aura, par touches successives, entamé une transformation en profondeur de notre système éducatif : suppression de la carte scolaire, dynamitage de la formation des enseignants, asphyxie des RASED, recrutement des personnels par les chefs d’établissements en zone ÉCLAIR, volonté de mettre en place un système d’évaluation injuste et inefficace…

Il annonce aujourd’hui la poursuite de sa politique d’étouffement budgétaire. Il la couple à une vision libérale et rétrograde dans laquelle le collège deviendrait une machine à exclure. Là où il faudrait lutter contre la difficulté scolaire, c’est une orientation sans issue qui est proposée.

Quant à l’autonomie accrue des établissements, présentée comme le moyen de restaurer l’autorité des enseignants, elle est, de fait, prétexte à une mise en concurrence dévastatrice pour la cohésion sociale. D’un coté les « classe affaire », de l’autre les établissements « low cost ».

Cerise sur la galette, le Président de la République annonce «  une augmentation considérable de la rémunération  des enseignants », oubliant qu’il en avait pris l’engagement dans sa « lettre aux éducateurs » de 2007 »… et que les personnels attendent toujours !

Pour le SE-Unsa, ce projet ne peut être celui de l’École de la République. Il formule le vœu que l’Education reste un droit garanti par l’État et un investissement indispensable pour la Nation qui doit y consacrer des emplois et un budget conséquent. La cohésion sociale et l’avenir du pays sont à ce prix.

 

Paris, le 5 janvier 2012

Christian CHEVALIER, Secrétaire Général

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 14:59

Voeux 2012

 

Toute l'équipe du SE-Unsa 92

vous présente ses meilleurs voeux

pour 2012

Partager cet article

Repost0
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 13:45

Une nouvelle raison pour le retrait des projets de textes


La mise en œuvre du dispositif fonction publique d’évaluation, sur lequel se fonde le ministère de l’éducation nationale pour justifier sa réforme, est désormais repoussée suite à un décret du 29 décembre.

 

Communiqué de l’UNSA Education


Évaluation des enseignants et personnels d'éducation :

Le ministre de l'Éducation nationale peut et doit rouvrir les discussions


Le ministère de l'Éducation nationale doit retirer ses projets concernant l'évaluation des enseignants et la restructuration de leurs carrières, et prendre le temps d'ouvrir de nouvelles discussions comme la Fonction publique lui en donne désormais l'occasion.

En effet, le décret «Fonction publique» n° 2011-2041 du 29 décembre 2011 repousse désormais au 1er janvier 2013 la généralisation de l'entretien professionnel et de la mise en œuvre des nouvelles modalités d'évaluation de la valeur professionnelle des fonctionnaires.

Il n'y a donc pas d'urgence, pour le ministre de l'Éducation nationale à persister dans une réforme non seulement précipitée mais dont les dispositions seraient éminemment dommageables en termes de progression réelle de carrière pour tous les enseignants et personnels d'éducation.

La fédération UNSA Éducation, qui n'est pas favorable au statu quo, demande donc le retrait des projets actuels et l'ouverture de discussions réelles permettant :

1° de prendre en compte les nécessaires regards croisés sur les différents éléments professionnels du métier d'enseignant ;

2° de mettre en place une évaluation de la «valeur professionnelle» qui soit juste, pertinente, transparente et la plus objective possible ;

3° de proposer, dans le cadre d'une amélioration des carrières, la réelle revalorisation attendue par tous ;

4° de rouvrir le chantier de l'indispensable levier qu'est la formation, tant initiale que continuée, des enseignants et personnels d'éducation.

Paris le 30 décembre 2011

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 19:37

Le Pass Education est reconduit à partir de janvier 2012

 

Le « pass education » mis en œuvre en avril  2009 par le ministre Darcos, arrive en fin de validité fin 2011.

Dans un communiqué de presse, les ministres L. Chatel, et F. Mitterrand, ont annoncé la reconduction pour 3 ans de la gratuité d'accès aux musées et monuments nationaux en faveur des enseignants. Selon le communiqué, une nouvelle carte "pass éducation" sera distribuée aux enseignants par les directeurs d'école et les chefs d'établissement au cours du mois de janvier 2012. Ce nouveau "pass éducation" sera valable pour la période 2012-2015

Ce dispositif a permis depuis trois ans à de nombreux enseignants d’accéder gratuitement aux musées nationaux. Pour le SE-Unsa ce « pass » est un vrai plus pour l’exercice de nos fonctions.

Nous actons donc positivement cette reconduction que nous revendiquions. Pour autant, les modalités de remise de ces « pass » devront, à contrario de ce qui s’est fait en 2009, permettre à tous les enseignants y compris ceux exerçant sur plusieurs établissements ou sur une mission de remplacement d’y avoir accès.

Le SE-Unsa y veillera !

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 15:00

Pas de négociation pour le SE-Unsa

 

 

EvalLe SE-Unsa a adressé le 16 décembre, au Ministre, une lettre précisant qu’il n’entrerait pas dans un cycle de discussion/négociation sur la question de l’évaluation et de la carrière des enseignants.

La logique managériale qui prévaut dans cette réforme n’est pas celle du SE-Unsa. Elle est contreproductive car elle conduit à l’éclatement des équipes alors qu’il faudrait renforcer leur cohésion. Elle conduit aussi à la mise en concurrence entre les établissements.
Qui plus est, sur la partie carrière, c’est une dégradation des conditions de rémunération qui est proposée, alors même que les enseignants attendent toujours que la promesse de revalorisation faite par le Président de la République dans sa Lettre aux Éducateurs soit honorée.

Les conditions d’une négociation sereine et sincère ne sont pas réunies.

 

Partager cet article

Repost0