Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Instances

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 8 septembre 2022 : CTSD. Mesures d'ajustement de carte scolaire

Vendredi 18 novembre 2022 : CTSD. Bilan des ressources enseignante 1er degré et AESH - Rentrée 2022

Réunions d'information syndicale

Mercredi 9 novembre 2022 : Plessis-Robinson en présentiel

Mercredi 16 novembre 2022 : Visioconférence sur le mouvement interdépartemental

Mercredi 23 novembre 2022 : Boulogne-Billancourt en présentiel

Mercredi 30 novembre 2022 : Visioconférence sur l'entretien de direction

22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 08:50

Où en est-on ?

 

Après l’examen du projet de décret* au Conseil supérieur de l'Éducation puis au Comité technique ministériel, ce décret deviendra effectif le lendemain de sa publication au Journal Officiel. Il devrait donc pouvoir s’appliquer dès septembre mais dans des délais qui mettent à nouveau la communauté éducative sous tension.

 
Les situations pour les communautés éducatives sont très diverses. De mairies annonçant de leur propre chef un changement dès 2017 ou 2018 à celles refusant tout changement, en passant par des consignes écrites locales de Dasen de tenir (ou de ne pas tenir) de conseil d’école ou encore un recueil des avis de mairies directement par les Dasen, la confusion peut régner.
 
Pour le SE-Unsa, l’organisation de la semaine a des conséquences sur l’organisation des familles, des enseignants et des personnels engagés sur le temps périscolaire entre autres.
Pour permettre une anticipation minimale pour que la rentrée soit la plus sereine possible pour les élèves et les enseignants, le SE-Unsa souhaite que les administrations locales donnent le plus tôt possible l’ensemble des éléments (possibilités, calendrier, modalités, date d’effet).
 
*Le texte ouvre une nouvelle dérogation possible : 4 journées de 6 heures. Celle-ci est autorisée par l’IA-Dasen sur proposition conjointe du conseil d’école et de la municipalité (ou EPCI). Lorsque la majorité des conseils d’école d’une même commune s’est prononcée favorablement sur cette organisation, celle-ci peut s’appliquer à l’ensemble des écoles de la commune ou de l‘EPCI.
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 09:55

Exeats/ineats, Hors-Classe des PE

 

Après les déclarations préalables des organisations syndicales, la CAPD s’est ouverte sur les

Inéats/exéats :

La DASEN nous a tout d’abord fait part du désir du recteur d’harmoniser les calendriers sur l’Académie. Puis elle nous a annoncé que cette année encore, le niveau des exéats serait très faible.

Mise à part 2 situations particulières, seuls 10 collègues ont obtenu satisfaction cette année. Ceci est le résultat d’une décision du Recteur de n’attribuer que 10 exéats seulement par département de l’Académie de Versailles.

La DASEN a expliqué que si des personnes devaient ne pas avoir de promesse d’entrée dans le département demandé, elle procéderait à des ajustements pour permettre effectivement à 10 collègues d’avoir leur exéat, et ce en alternant les critères médicaux/sociaux, les suivis de conjoint et le barème.

Les organisations syndicales, après une suspension de séance, ont fait une déclaration commune pour dénoncer cette situation qui met comme l’année dernière les plusieurs de nos collègues dans des situations plus que critiques et elles ont refusé de discuter en CAPD de ces critères et de cette situation demandant ensemble une audience au Recteur afin de d’examiner avec lui de cette situation insoutenable.

Hors Classe :

Ce sont cette année 242 collègues qui sont promus sur les 4888 collègues promouvables du tableau d’avancement à la hors classe.

Campagne d’évaluation 2017-2018 :

Les collègues recevront un courrier dans leur boîte mail professionnelle mais aussi un message par Iprof concernant cette campagne d’évaluation et les modalités de cette dernière.

Enseignants référents :

Un message leur sera envoyé concernant leur mouvement. Ils peuvent s’il le désirent candidater sur les postes restés vacants.

CAPPEI :

Chaque tuteur suivra 2 stagiaires.

Rythmes scolaires :

Seules 3 communues pour l’instant se sont positionnées pour la rentrée prochaine sur le retour à la semaine de 4 jours : Puteaux, Colombes et Bagneux (cette dernière à la demande des enseignants).

Si vous souhaitez connaître un résultat vous concernant cliquez ici

Pascal ROSAMONT

Elu SE-Unsa 92 à la CAPD

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans CAPD
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 20:06

1ère phase du mouvement, recours temps partiel

 

Première phase du mouvement

2313 collègues ont participé au mouvement. 53% obtiennent satisfaction, 84% des satisfaits obtiennent un voeu de rang 1 à 10.

Il reste un peu de plus de 600 collègues sans affectation, leur situation sera examinée lors du groupe de travail du 3 juillet qui traitera des affectations à titre provisoire.

 

Recours suite au refus de temps partiel

19 recours sont arrivés à la DSDEN ; 4 ont été acceptés, 1 est en cours d'examen (14 ont donc été refusés).

A noter que 44 collègues sont toujours en attente de l'avis du médecin de prévention concernant leur demande de temps partiel pour raison médicale !

 

Si vous souhaitez connaître un résultat vous concernant cliquez ici

 

David PLANCHE

Elu SE-Unsa 92 à la CAPD

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans CAPD
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 15:59

Courrier intersyndical

 

Le SE-Unsa, le Snuipp-Fsu et le Sgen-CFDT ont adressé un courrier au ministre concernant la disparition programmée du dispositif Plus de maîtres que de classes (cf. PJ).
 
À la suite des annonces présidentielles, le ministre a demandé  aux recteurs de repérer les écoles en Rep +  où le dédoublement des classes de CP serait possible dès la rentrée. Le ministre entend ainsi redéployer environ 2200 postes de PDMQDC sur des CP dédoublés.
 
Pour nos organisations syndicales, il faut entendre les enseignants et les chercheurs avant de décider de l’avenir du dispositif qui est en cours d’évaluation.
 
Dans ce domaine comme dans d’autres, le SE-Unsa rappelle que détermination ne rime pas avec précipitation et appelle les enseignants à s’engager pour une école durable : http://ecoleetsociete.se-unsa.org/Moi-aussi-je-m-engage-pour-une-Ecole-durable
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 09:56

Gagnez du temps ... et de l'argent !

 

Avec l'adhésion anticipée 2017/2018, je profite des avantages dès maintenant et je commence à payer plus tard !

Le SE-Unsa propose dès aujourd'hui une offre exceptionnelle pour toutes celles et ceux que notre syndicat intéresse.

En adhérant dès maintenant à l'aide des documents fournis (voir en bas de page),

  • vous serez considéré(e) comme syndiqué(e) dès maintenant, au tarif de cette année, et pour toute l’année scolaire 2017/2018 (soit 4 mois gratuits),
  • vous bénéficierez d’un crédit d’impôt de 66%, sur les revenus 2017, sur le montant de votre cotisation,
  • pour des raisons d'économies de gestion, cette offre est liée au paiement fractionné de la cotisation par prélèvements automatiques, qui se feront en 10 fois, d'octobre 2017 à juillet 2018. Donc rien à débourser aujourd'hui !
  • vous recevrez toutes nos publications et la partie concernant spécialement nos adhérents dès aujourd’hui,
  • vous recevrez l’agenda 2017/2018 et le guide pratique indispensable pour mieux comprendre le déroulement de votre carrière,

Cette proposition est limitée dans le temps et ne s'adresse qu'aux nouveaux adhérents.

N'hésitez plus ! Vous aussi, venez renforcer le SE-Unsa !
Notre syndicalisme réformiste et combatif, réaliste et indépendant séduit de plus en plus. C'est un syndicalisme UTILE et novateur qui négocie pas à pas et obtient des avancées !

Pour profiter de cette offre, deux solutions :

  • Adhérez en ligne sur http://www.se-unsa.org/adh/index.html
  • Imprimez et remplissez le bulletin d’adhésion qui vous concerne (titulaire ou stagiaire) ainsi que le formulaire bancaire pour les prélèvements automatiques. Adressez-les, accompagnés d’un RIB à :

SE-UNSA 92
8 bis rue Berthelot
92150 SURESNES

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 20:32

Le nouveau ministre a présenté ses priorités à l'UNSA-Education

 

Le SE-Unsa a rencontré le nouveau ministre de l’Éducation nationale, mercredi 24 mai, dans le cadre d’une délégation de l’Unsa Éducation.

Cette audience a permis un premier échange global avec Jean-Michel Blanquer sur ses grandes orientations ainsi que sur plusieurs annonces pour la rentrée 2017, en particulier le CP à 12 en éducation prioritaire, les rythmes scolaires et les parcours bilangues.
 
Le ministre a exprimé sa volonté « chevillée au corps » de faire avancer le système éducatif mais avec « pragmatisme ». Il dit vouloir protéger l’École des effets de balancier et des approches idéologiques. Il affirme également vouloir la réussite de chacun, qui passera, selon lui, par la « personnalisation des parcours ».
Le ministre insiste sur deux priorités. La première, c’est ce qu’il appelle « le bloc maternelle/CP/CE1 » dont les apprentissages fondamentaux sont présentés comme déterminants pour la suite de la scolarité. Son objectif, c’est « 100% de réussite à la fin du CP ». Il souhaite donc activer plusieurs leviers, formation, outils, affectation particulière des PE sur le CP, activités pédagogiques complémentaires, accompagnement éducatif ainsi que dédoublement des CP en éducation prioritaire. Pour le SE-Unsa cela ne devra pas conduire à renforcer la pression sur le CP et remettre en cause le cycle 2 avec un retour à la logique annuelle inadaptée aux différences de maturité des jeunes élèves.
Sa seconde priorité porte sur la voie professionnelle qu’il juge trop souvent choisie par défaut par des élèves déjà très en difficulté, qui finissent par décrocher en trop grand nombre. Il souhaite donc développer la préparation à l’orientation, l’accompagnement au lycée et la poursuite d’étude après le bac professionnel. Le SE-Unsa partage cette priorité et souhaite le développement d’une offre de formation professionnelle diversifiée de proximité sous statut scolaire au sein de l’Éducation nationale.
 
Par ailleurs, le ministre veut faire le bilan de la réforme du lycée ou encore travailler sur l’impact du numérique sur l’Education. S’agissant des nouveaux programmes de l’école et du collège, il précise ne pas vouloir les remettre en chantier mais accompagner leur mise en œuvre. Le SE-Unsa veillera à ce que cet accompagnement ne conduise pas à tordre les programmes.
Quant aux personnels, le ministre estime qu’il faut « un nouveau contrat social » qui rompe avec l’infantilisation par davantage d’horizontalité, d’accompagnement des équipes et des pratiques. Ce nouveau contrat social devrait permettre des parcours professionnels personnalisés avec une ouverture possible sur d’autres champs professionnels ou sur l’international.
 
Pour le SE-Unsa, la rencontre a permis de balayer de nombreux sujets qui devront donner lieu à un dialogue social approfondi. Pour l’heure, le SE-Unsa juge précipitées les annonces pour la rentrée 2017. Il souhaite qu’une fois l’échéance des élections législatives passée, les projets soient précisés et soumis à discussion. Le SE-Unsa sera exigeant, combatif et constructif. Si des ajustements peuvent être nécessaires, il ne peut s’agir de déconstruire, même à bas bruit, la Refondation qui est tout juste en place.
 
La réussite de chaque élève au-delà de son origine sociale et la reconnaissance de l’engagement et du professionnalisme des personnels constituent la boussole du SE-Unsa.
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 10:01

Dédoublements en CP vs PDMQDC ?

 

Avec l’élection du nouveau président de la République, les médias relaient des propositions de changements à l’Éducation Nationale. C’est le cas pour la disparition d’un dispositif phare de la Refondation le « Plus de maîtres que de classes ».
 
Ce que l’on sait
Dans le programme, la mesure phare en matière d’éducation dans le programme du candidat est le passage « dans les Rep+ à 12 élèves par classe en CP et CE1 ». Cela représente 12 000 postes d’enseignants. Il serait donc prévu dans un 1er temps de redéployer les 5000 postes de PDMQDC sur des classes de CP en Rep+.
 
L’avis du SE-Unsa
Le SE-Unsa soutient le dispositif PDMQDC car il permet de renforcer l’encadrement des élèves dans les zones les plus fragiles tout en permettant de nouvelles pratiques pédagogiques. L’ensemble des acteurs de terrain souligne qu’il permet ainsi de réduire les inégalités scolaires. L’évaluation du dispositif par le ministère est également en cours. Une décision de suppression, avec ses conséquences sur la gestion des personnels, serait incompréhensible pour les acteurs qui font vivre ce dispositif tous les jours au plus près des élèves.
 
Dans ce domaine comme dans d’autres, le SE-Unsa rappelle que détermination ne rime pas avec précipitation. Lire notre article suite à la nomination du nouveau ministre de l'Éducation nationale.
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 09:59

Retour en arrière ?

 

Avec l’élection du nouveau président de la République, les médias relaient des propositions de changements à l’Éducation nationale. C’est le cas pour l’organisation de la semaine scolaire. 
 
Ce que l’on sait
Dans le programme d'Emmanuel Macron, une des mesures est de donner aux collectivités la liberté d’organiser le temps périscolaire sans contrainte en supprimant tout cadrage national. Dans les médias, cette proposition est devenue une remise en cause possible de la réforme des rythmes scolaires. Les communes auraient ainsi le choix, par la publication d’un décret estival, de décider seules de l’organisation de la semaine scolaire.
 
L’avis du SE-Unsa
La légitimité des questions de coût pour les communes, d’organisation de vie familiale, d’équilibre de vie pro/vie perso des enseignants, n’est pas à remettre en cause. Mais le premier objectif de la réforme est d’améliorer les conditions d’apprentissage des élèves. Avoir cinq matinées de travail est profitable à tous les élèves, et en particulier aux plus fragiles. Le SE-Unsa propose, lui, de poursuivre l’allègement des journées en réduisant le temps d’enseignement hebdomadaire et annuel, celui-ci dépassant la moyenne des pays de l’OCDE.
 
Dans ce domaine comme dans d’autres, le SE-Unsa rappelle que détermination ne rime pas avec précipitation. Celle-ci pourrait avoir de multiples conséquences tant sur l’organisation des familles et des enseignants mais aussi sur la gestion administrative des personnels. Lire notre article suite à la nomination du nouveau ministre de l'Éducation nationale.
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 19:42

Le mouvement, une CAPD pas comme les autres ?

 

Tous les ans une dizaine de CAPD sont réunies pour gérer les opérations administratives touchant à la carrière des personnels (temps partiel, mutations, avancement, ...). En amont de chaque CAPD des documents de travail sont envoyés aux représentants des personnels élus en CAPD afin qu'ils puissent effectuer leur travail de vérification et de contrôle. Ces documents sont confidentiels et ne sont jamais divulgués.

Pourtant, pour la CAPD mouvement du 6 juin, un syndicat a décidé de divulguer ces documents préparatoires.

Nous ne pouvons pas laisser croire à nos collègues qu'un seul syndicat détient l'information ; tous les syndicats représentés en CAPD sont informés de la même manière. Nous avons donc décidé de renseigner, nous aussi, les collègues sur leur projet de mouvement.

Si vous souhaitez connaître votre projet d'affectation cliquez ici. Des renseignements personnels vous seront demandés pour garantir la confidentialité de votre demande.

Le bureau du SE-Unsa 92

Partager cet article
Repost0
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 08:46

Non, M. le ministre, détermination ne rime pas avec précipitation !

 

C’est officiel : Jean-Michel Blanquer vient d’être nommé ministre de l’Éducation nationale et va être en charge de mettre en œuvre les mesures prévues dans le programme du président Macron, dont certaines pourraient entrer en vigueur dès septembre prochain.
En effet, plusieurs annonces ont d’ores et déjà été relayées par les médias et elles inquiètent le monde éducatif. Parmi elles, la création de classes de CP à 12 en Rep+ qui entraînerait la disparition du dispositif Plus de maîtres que de classes, la possibilité de laisser le choix aux collectivités de changer à nouveau l’organisation de la semaine à l’école primaire ou encore la remise en place des classes bilangues.
 
Ces premières annonces n’ont pas été encore officialisées. Si toutefois elles venaient à être mises en place, elles viendraient sans aucun doute percuter le bon déroulement de la rentrée. L’implantation des postes, le mouvement du personnel et les projets d’écoles pour le premier degré, les projets d’établissements et la ventilation des dotations horaires des établissements du second degré sont actés ou en cours de finalisation.
 
Certes, le président de la République a fait campagne en disant qu’il voulait agir avec détermination et rapidement pour remettre la France en marche et en particulier par l’éducation et la culture. Cependant tous ces sujets ne peuvent être traités dans la précipitation. L’École, les personnels, les élèves et leurs familles ont connu de nombreux bouleversements dans les dernières années et, pour le SE-Unsa, il est nécessaire de laisser du temps pour que les politiques éducatives mises en place dans le cadre de la Refondation puissent montrer leurs effets.
 
La volonté d’agir rapidement est louable mais ce n’est pas en déconstruisant ce qui a été mis en place que l’institution fera mieux réussir tous les élèves. Pour le SE-Unsa, il convient plutôt de laisser le temps aux réformes déjà menées de porter leurs fruits. Cela passe par un cadre stable et pérenne qui permette aux élèves d’apprendre sereinement et aux enseignants d’exercer leur métier en toute confiance.
 
Le SE-Unsa interviendra donc dès les prochains jours auprès du nouveau ministre pour lui signifier son attachement aux principes de la Refondation et son opposition à vivre une rentrée sous tension sous couvert de vouloir agir rapidement.
 
L’éducation est un sujet qui intéresse et concerne toute la société. Pour le SE-Unsa, ce n’est pas une raison pour en faire la vitrine des premières mesures d’un nouveau gouvernement en quête de reconnaissance de son efficacité.
C’est dans cette optique que le SE-Unsa lance un appel à la profession pour s’engager, à ses côtés, pour une École durable.
 
Vous aussi, avec le SE-Unsa, engagez-vous pour une École durable !
 
Lisez aussi le communiqué de presse de Stéphane Crochet, secrétaire général du SE-Unsa, suite à la nomination de Jean-Michel Blanquer.
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92