Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Vendredi 7 mai 2021 : CDEN. Règlement-type départemental

Mardi 22 juin 2021 : GT. Ajustements de carte scolaire

Jeudi 24 juin 2021 : CTSD. Formation continue

 

 

 

 

Téléchargements

5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 19:45

2nd versement en juin-juillet

 

Grâce à l’action initiée par le seul SE-Unsa, une nouvelle indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves (ISAE) est désormais versée aux enseignants du 1er degré, dans leur grande majorité. 

Le solde (200 euros brut) sera versé sur la paie de juin ou juillet selon que vous soyez en activité ou en congé ou à temps partiel. Une bonne nouvelle à la veille des vacances ! Le SE-Unsa n’oublie pas les exclus pour lesquels il continue à se battre dans le cadre des chantiers-métiers qui se poursuivent.

C’est qui le syndicat utile ?

Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 12:46

A quoi bon ?

 

Pendant quelques années le ministère avait décidé de publier le projet de mouvement par le biais d’un message adressé aux participants dans leur boîte mail sur i-prof. Le SE-Unsa 92 était favorable à cette publication, car elle avait le mérite d’informer directement les collègues de leur projet d’affectation.

Cette année, retour en arrière : seules les organisations syndicales représentées en CAPD (c’est-à-dire le SNUipp et le SE-Unsa dans le 92) ont été destinataires de ce projet de mouvement. Le SNUipp a décidé de publier ce projet de mouvement, en l’anonymant (sic). C’est son choix, pas le nôtre. Depuis de nombreux collègues nous sollicitent pour obtenir des réponses à leurs questions bien légitimes : Est-ce bien moi qui arrive dans telle école ? Quel est le nom de mon futur directeur ? Qui sont les collègues qui s’en vont de mon école ? Pourquoi un plus petit barème que moi arrive sur un poste que j’ai demandé ? …

Cette situation nous oblige aujourd’hui à expliquer notre positionnement. Dès lors que le ministère a décidé de ne pas publier le projet de mouvement, les documents préparatoires doivent être considérés comme confidentiels. Nous ne nous substituons pas au ministère en publiant un projet, même « anonyme ».

De plus, à ce jour, 15 cascades ont déjà été effectuées, modifiant l’affectation de 58 collègues. Combien le seront mardi soir à l’issue de la CAPD ?

Si le SE-Unsa est toujours à la disposition des collègues pour les renseigner et les conseiller sur le mouvement, il a toujours respecté leurs vies privée et professionnelle en ne publiant aucune liste nominative dans ses publications. Ce sera encore le cas à l’issue de la CAPD du 10 juin.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 09:25

Pour le SE-Unsa, c'est zéro récup !

 

Invoquant un problème informatique, le ministère de l’Education nationale a décidé, de manière unilatérale, de reporter la rentrée 2014 des enseignants du 29 août au 1er septembre et par conséquent, celle des élèves du 1er au 2 septembre. Alors que le calendrier scolaire 2014/2015 est déjà arrêté, la question du rattrapage de cette journée se pose désormais. Deux options s’offrent au ministère :

- Cette journée est scindée en deux demi-journées à récupérer durant l’année scolaire, ce qu’avait justement cherché à éviter le calendrier en fixant la prérentrée au 29 août … Cette solution, expérimentée dans l’année en cours, a montré ses limites. Elle désorganise l’emploi du temps des élèves, de leurs familles et de leurs enseignants. Qui plus est, elle prendrait dans le premier degré un relief tout particulier au moment où se généralise la réforme des rythmes, raccourcissant la journée de classe. Cette année déjà, cette formule a été testée par les 20% des écoles déjà passées aux 4 jours et demi. L’expérience a montré qu’il vaut mieux laisser les écoles trouver leur rythme plutôt qu’ajouter de la confusion avec deux mercredis entiers au calendrier.

- Cette journée est reportée en fin d’année. Elle se terminerait alors un lundi, le 6 juillet, date qui cumule les inconvénients et qui avait été initialement exclue par le ministère.

Aucune de ces deux solutions n’apparaît sérieuse. Ce n’est ni aux élèves, ni aux enseignants de faire les frais d’une gestion calamiteuse de ce dossier. Pour le SE-Unsa, cette journée ne doit donc pas être rattrapée.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 08:07

Le quasi dénouement

 

Après les cafouillages de la journée du 15 mai, le ministre de l’Éducation Nationale vient de clarifier les choses :

  • Pré-rentrée des enseignants : lundi 1er septembre 
  • Rentrée des élèves : mardi 2 septembre 
Il y a donc bien deux demi-journées à rattraper durant l’année scolaire pour combler ce décalage de la rentrée des élèves. Le choix de la date est soumis à concertation.

3 hypothèses :

  • Pas de récupération
  • Récupération le lundi 6 juillet
  • Récupération durant l’année scolaire 
 
Le SE-Unsa défendra la première hypothèse.
Ce n’est pas aux enseignants de faire les frais d’une gestion calamiteuse de ce dossier !
  • Terminer le lundi 6 juillet n’a vraiment pas de sens.
  • Quant à la récupération sur l’année scolaire, elle est source de difficultés comme cela a déjà été le cas cette année, au prix de complications et de malentendus dont les enseignants n’ont vraiment pas besoin. Dans le premier degré, cela devient un casse-tête chinois avec la réforme des rythmes : travailler deux mercredis entiers n’est acceptable ni pour les élèves ni pour les enseignants !
Partager cet article
Repost0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 16:15

Le tout-en-un, c'est pas sérieux !

 

Le ministre pourrait annoncer officiellement au CSE du 16 mai un « report » de la journée de prérentrée actuellement prévue le 29 août. Elle se déroulerait alors le 1er septembre, jour de rentrée des élèves. Autant dire que la pré-rentrée serait « supprimée ». Le ministère n’a pas précisé si cette journée de pré-rentrée devra être effectuée après la rentrée, ce qui se traduirait par 2 demi-journées supplémentaires à rattraper.

Pour le SE-Unsa, le « tout-en-un » n’est pas satisfaisant. Une rentrée ne s’improvise pas, ni dans le premier, ni dans le second degré. La pré-rentrée est indispensable à la cohésion de l’équipe, à l’accueil des nouveaux, aux derniers ajustements techniques (emplois du temps, composition des classes, tableaux de service), à la finalisation des projets, etc.

Si report il doit y avoir, le SE-Unsa demande  que ce soit l’ensemble « pré-rentrée/rentrée des élèves » qui soit concerné. L’un ne va pas sans l’autre.

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 19:31

Pas d'expérimentation sans accord commune/conseil d'école

 

L’expérimentation possible avec le décret Hamon sur les rythmes est conditionnée à une proposition d’organisation conjointe de la commune et du/des conseils d’école.

Si cette condition n’est pas remplie, la proposition d’organisation ne sera pas même traitée par la hiérarchie.

Cette obligation de proposition commune implique que le conseil d’école soit systématiquement consulté si la commune souhaite entrer dans cette expérimentation. C’est le lieu où les enseignants pourront manifester leur accord ou leur désaccord. Aucune commune ne pourra imposer une organisation sans le consentement du conseil d’école.

Contrairement au décret fondateur où l’avis du conseil d’école n’était pas obligatoirement recueilli ou pas forcément suivi, dans le nouveau contexte d’expérimentation, il est indispensable. Il faut donc s’en saisir !

Le SE-Unsa avait proposé, dès le 1er décret, que cette obligation soit de mise.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 19:28

Soutien massif du CSE aux 5 matinées de classe

 

Le premier ministre avait voulu donner un signe d’apaisement sur le dossier des rythmes scolaires en annonçant un assouplissement du cadre réglementaire dès sa prise de fonction. Le ministre de l’éducation a aussitôt exprimé sa détermination à conduire la réforme des rythmes à son terme : « Ni recul, ni retrait, ni libre choix ». Le décret d’expérimentation était donc très attendu, les uns espérant la mort de la réforme, les autres la redoutant. Finalement, c’est un décret d’expérimentation qui ne satisfait personne mais qui ne génère pas d’opposition farouche, qui a été présenté au Conseil Supérieur de l’Education le 5 mai.

Les uns apprécient qu’il donne une possibilité supplémentaire d’organisation de la semaine en permettant le regroupement des temps d’activités péri-scolaires sur un seul après-midi, d’autres craignent le recours massif à ce décret pour mettre en place trois journées de 6 heures, ce qui serait contraire à la nécessité d’alléger la journée scolaire.

Le vote final du Conseil Supérieur de l’Education met en évidence la complexité du dossier. Seules trois organisations ont voté pour, la Ligue, la JPA et la PEEP. Une majorité de 31 voix s’est dégagée contre ce décret, mais on y trouve aussi bien la FCPE qui veut des semaines de quatre jours et demi et des journées d’une durée inférieure à 5 heures 30 que des organisations qui demandent la possibilité du retour à la semaine de quatre jours (SNUIPP, SNALC, FO).

Le SE-Unsa et les syndicats de l’Unsa-Education se sont abstenus sur le décret après que le ministère a accepté un amendement mettant en avant le bien-fondé éducatif de tout projet comme premier critère de validation par le recteur. Le ministère s’est également engagé, à notre demande,  à indiquer clairement dans la circulaire que la durée de deux semaines des petites vacances ne pouvait pas être remise en cause et à rendre le PEDT obligatoire pour tous les projets  qui seront déposés pour la rentrée 2015. Tout renouvellement d’expérimentation sera aussi conditionné par l’existence d’un PEDT.

Les votes sur les amendements proposés par les différentes organisations sont très clairs : le Conseil Supérieur de l’Education soutient massivement la réforme des rythmes scolaires. Tous les amendements permettant le retour de la semaine Darcos (déposés par le SNUIPP, le SNALC ou FO) ont reçu au plus 14 voix sur les 64 exprimées.

Le décret complémentaire n’est pas une réponse magique à toutes les difficultés de mise en œuvre. Il constitue une ouverture qui garantit l’essentiel des principes de la réforme. Seul le dialogue à l’échelon local permet de construire des projets cohérents prenant en compte l’intérêt des élèves et des personnels. Le SE-Unsa est aux côtés des équipes partout où cela est nécessaire.

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 14:09

Hors-classe PE, liste d'aptitude PE, congés de formation

 

Hors-classe PE

A ce jour le contingent n'est pas connu. Mais grâce à la signature, par le SE-Unsa, de l'accord sur les mesures catégorielles, le ratio passe à 4% cette année ce qui devrait engendrer environ 200 passages à la Hors-classe. A noter que parmi ces candidats potentiels un nombre important a confirmé malgré tout leur départ en retraite (et ne bénéficieront donc pas de l'effet du passage à la hors-classe pour leur pension).

 

Liste d'aptitude PE

Le contingent était de 23 places pour 33 candidats. Le barème du dernier inscrit est de 62 (barème = AGS + (2 x note) + 5 pts diplômes + 1 pt direction + 3 pts ZEP).

 

Congé de formation 

180 mois (soit 15 ETP) étaient attribués au département par le Rectorat.

29 mois et 16 jours ont été distribués aux renouvellements (qui concernent 11 collègues).

Les 150 mois et 14 jours restants ont été attribués aux 19 premières demandes, jusqu'au barème 42 (barème = AGS + pts de diplôme (5, 10 ou 15) + pts de renouvellement (5 par an)).

 

Si vous souhaitez connaître un résultat vous concernant cliquez ici  

Partager cet article
Repost0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 07:14

Placé sous le signe de la solidarité en Europe

 

L’UNSA a décidé cette année de se mobiliser le 1er mai pour la solidarité entre les travailleuses et les travailleurs européens. La lutte pour la défense et la promotion de nos droits sociaux en France exige la mise en place d’un socle de droits européens qui s’appliquerait dans tous les États membres de l’Union européenne. Nous devons combattre les inégalités au sein des pays mais aussi entre les pays car elles alimentent le dumping social. Le chacun pour soi, prôné par certains, est la meilleure manière de perdre la partie. C’est ensemble, au sein de la Confédération européenne des syndicats (CES), que nous réussirons à faire respecter et progresser nos droits. Avec la CFDT et la participation des Commissions ouvrières espagnoles (CCOO) et TUC britanniques, nous organisons un rassemblement : de 11h à 15h - Rotonde de la Villette Paris 19ème - Métro Stalingrad                                            

Partager cet article
Repost0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 07:32

Des expérimentations possibles

 

Le projet de décret modificatif concernant la nouvelle semaine scolaire dans le 1er degré vient de nous être transmis. Il sera examiné lors du Comité Technique Ministériel du 5 mai prochain.

 

Des expérimentations possibles 

Elles peuvent être autorisées par le recteur pour une durée de trois ans et feront l’objet d’une évaluation six mois avant leur terme.
Les projets doivent relever d’un consensus entre collectivités et conseils d’école. C’est un point important et qui répond aux nombreuses demandes exprimées par les équipes pédagogiques.

 

Les nouvelles possibilités d’organisation

  • Huit demi-journées dont cinq matinées obligatoires et pas plus de 3h30 par demi-journée. Cela entraîne de facto un rattrapage sur les vacances scolaires si moins de 24h hebdomadaires sont effectuées.
  • Neuf demi-journées sur cinq jours mais moins de 24h par semaine avec là encore un rattrapage sur les vacances.

Cela conduit à la co-existence de calendriers scolaires différents au sein d’un même département.

 

Cas des écoles maternelles
La circulaire d’accompagnement du projet porte également une attention particulière à la situation des écoles maternelles, ce que nous réclamons depuis le début. Quatre préoccupations :

  • trouver une alternance équilibrée entre temps d’activité et temps calmes ;
  • aider les enfants à se repérer dans les lieux et à identifier les adultes de l’école ;
  • organiser avec un soin particulier la transition entre le scolaire et le périscolaire ;
  • adapter les activités aux besoins des jeunes enfants.

 

Et maintenant ?
Il reste désormais à mettre tout cela en musique et en rythme, sachant que les projets doivent être retournés aux autorités académiques pour le 6 juin 2014 et que 94% des écoles ont déjà finalisé le leur. Le Conseil départemental de l’Éducation nationale doit être ensuite consulté.

 

Notre avis
Le SE-Unsa note avec satisfaction que ces processus s’inscrivent toujours dans le cadre d’un non retour à la semaine de quatre jours.
Par ailleurs, la nécessaire recherche de consensus présente dans ce nouveau décret répond aux exigences que le SE-Unsa a formulées tout au long de l’an I de la mise en œuvre de la réforme. En effet, trop souvent on a constaté des tentatives de passage en force de collectivités, plus idéologiques que soucieuses de l’intérêt des élèves.
En tout état de cause, quel que soit le projet, le SE-Unsa se tiendra aux côtés des collègues, pour les accompagner dans leurs démarches. L’administration doit désormais se saisir des demandes d’expérimentation, en tenant compte des projets des équipes et faire confiance au professionnalisme des enseignants.

Partager cet article
Repost0