Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Réunions d'information syndicale

Mercredi 10 novembre 2021 : Permuts 2022

Mardi 16 novembre 2021 : Préparation à l'entretien de direction

18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 14:47

l'ISAE, c'est parti !

 

Le premier versement, d’un montant de 200 € bruts interviendra sur la paye du mois de novembre. Le deuxième versement devrait être effectué en juin prochain.

 

Un acquis du SE-Unsa

Cette indemnité a été créée pour reconnaître enfin les missions de suivi et d’accompagnement des élèves, qui incombent aux enseignants du 1er degré. Rencontrer les parents, participer à des équipes éducatives, travailler en équipe… : beaucoup de temps consacré à des activités indispensables mais qui n’étaient pas, jusqu’à maintenant, rémunérées.
Cette première reconnaissance de la réalité de notre métier est l’aboutissement de l’action de pétition initiée par le SE-Unsa en 2010 qui a recueilli plus de 30 000 signatures.   

La création de cette indemnité constitue, pour le SE-Unsa, un premier pas important. Notre action se poursuivra afin que son montant augmente régulièrement pour atteindre un montant équivalent à celui de l’ISOE des enseignants du second degré.
 
Qui en bénéficiera ?
Tous les collègues, adjoints, remplaçants ou directeurs, exerçant dans les écoles maternelles et élémentaires ainsi que dans les établissements spécialisés sont éligibles à l’ISAE. Cette indemnité est proratisée au temps effectif d’enseignement.
La totalité des enseignants de RASED (E, G et psy scolaires) ainsi que les stagiaires sont également éligibles au versement de cette indemnité. Les admissibles contractuels percevront une ISAE proratisée au temps d’enseignement spécifié sur leur contrat.
Concernant les collègues en congé de maternité, de paternité, ou d’adoption, l’ISAE sera maintenue dans les mêmes conditions que le salaire. Dans le cadre d’un congé de maladie ordinaire, l’ISAE reste à taux plein les trois premiers mois puis est versée à moitié les neuf mois suivants.
 
Ne pas oublier les « oubliés » de l’ISAE
Certaines catégories de personnels du 1er degré sont écartées de cette nouvelle indemnité et ce à divers titres. C’est le cas en particulier des enseignants du 1er degré exerçant dans le 2nd degré (SEGPA, ULIS…) au prétexte qu’ils bénéficient actuellement d’indemnités particulières et qu’ils n’exercent pas dans les écoles maternelles ou élémentaires.
Le SE-Unsa a saisi le Ministère à ce sujet dès septembre et engagé des actions (plus d’infos ici) afin que le maximum de collègues puissent en bénéficier.
Ces enseignants exercent souvent auprès des jeunes les plus en difficulté, leurs obligations de service sont les plus élevées du collège, ils n’ont pas de mission de professeur principal reconnue... Cette exclusion du bénéfice de l’ISAE renforce le sentiment d’inégalité dans les équipes. D’autres catégories, certes moins nombreuses (référents handicap, enseignants au CNED…) doivent également pouvoir en bénéficier.

Pour le SE-Unsa, l’ISAE c’est pour tout le monde !

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 09:30

Des rythmes et de la cohérence

 

Depuis des années, la quasi-totalité des organisations syndicales ont bataillé pour la suppression de la semaine de 4 jours. Ce combat a, petit à petit, fédéré de nombreuses  associations d’élus, de parents, des associations complémentaires de l’école, pour tendre vers cet objectif commun, dépassant ainsi des intérêts particuliers souvent contradictoires.

En octobre 2010, toutes ces organisations dont le SE-Unsa et l’Unsa Education ont signé l’appel de Bobigny dont une proposition stipulait :

« Il faut refuser la semaine actuelle de 4 jours… définir un volume annuel d’heures d’enseignement. Ce cadre national doit préconiser l’articulation des temps éducatifs et sociaux, la mise en cohérence et la coopération éducative de tous… » Il convient ensuite « de travailler avec tous les acteurs pour dépasser les conflits d’intérêt et définir les moyens de sa mise en œuvre ».

C’est en ce sens que nous avons approuvé une modification de la semaine scolaire étalée sur 5 jours pour favoriser les apprentissages des élèves.

 

Tout n’est pas parfait

Des difficultés dans la mise en place de cette nouvelle organisation persistent : repères temporels et spatiaux parfois compliqués en maternelle, APC mal positionnées, interprétation biaisée  des circulaires ministérielles conduisent à des conflits dans certaines circonscriptions.

De plus, des aménagements sont nécessaires pour que la refondation de l’école apporte une réponse adaptée à l’ensemble des territoires et la totalité des élèves (éducation prioritaire, RASED, classes maternelles, …)

Cela étant dit, il nous semble difficile d’évaluer la portée réelle de cette réforme après seulement quelques semaines de classe.

 

Le SE-UNSA exigeant.

C’est pour toutes ces raisons que le SE-UNSA reste intransigeant sur la mise en place de cette réforme. Aux côtés des équipes, nos militants ferraillent pour mettre en place, ici une aide à l’organisation, là une médiation avec les élus, les parents, ailleurs la tenue du comité de suivi.

Cette instance de concertation, au-delà de la simple énumération des projets locaux, doit permettre d’apporter des réponses précises aux enseignants qui rencontrent des difficultés dans l’élaboration des projets éducatifs dans leur école.

 

Aujourd’hui, des mouvements disparates se mettent en place ici ou là, demandant le retrait du décret sur les rythmes. Aucune proposition alternative constructive n’est faite. Comme chaque année, la rentrée 2013 a apporté son lot de difficultés et de crispations. Cela dit, le SE-Unsa refuse de cautionner un retour à la semaine de 4 jours et ses effets dommageables pour les élèves. Il ne peut signer un Appel de Bobigny un jour et affirmer le contraire le lendemain. En revanche, il faut avancer progressivement vers une mise en œuvre plus satisfaisante de la semaine de 4 jours et demi, dans le respect de tous les interlocuteurs. Fidèles à notre méthode, nous préférons la concertation et le dialogue social pour obtenir des avancées substantielles pour les collègues tout en respectant l’intérêt des enfants.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 10:56

Ca commence après les vacances

 

Comme tous les ans le SE-Unsa 92 organise sa préparation à l’entretien de direction. 5 séances de 2 heures permettront aux candidats d’appréhender au mieux l’entretien mais aussi de débuter plus sereinement dans leur nouvelle fonction.

La 1ère séance aura lieu le mardi 12 novembre à 17h30 à la Maison des Syndicats de Boulogne (245 boulevard Jean Jaurès).

Inscrivez-vous en cliquant ici

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 17:50

Une ignoble expulsion

 

C’est avec colère et dégoût que l’UNSA Éducation a appris les conditions de l’expulsion de Leonarda.

Colère car cette jeune fille et sa famille avaient placé beaucoup d’espoir en la France, et que la France n’a pas été à la hauteur de son devoir d’accueil. Leonarda et ses frères et sœurs avaient choisi le chemin d’une intégration réussie en utilisant l’École de la République pour apprendre ce qu’ils pensaient être la langue de leur nouveau pays. La communauté éducative ne peut être que choquée contre une procédure administrative aveugle qui gomme d’un coup les efforts de ces jeunes pour s’intégrer et décrédibilise les messages de bienveillance et de fraternité que nous sommes fiers de porter au nom de notre Service public d’éducation.

Colère ensuite car, même sous l’ère des expulsions massives orchestrées par Hortefeux ou Guéant, nous avions obtenu par la force de notre indignation une certaine préservation de l’espace scolaire. À quelques semaines près, Leonarda et sa famille auraient pu rester en France. Le gouvernement doit faire preuve d’humanité et organiser leur retour.

Nous le répétons, la fermeté républicaine ne peut servir ni à tout justifier, ni être une posture consistant à couvrir les procédures mécaniques d’une préfecture zélée.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 07:52

Occasion à saisir mais pas obligation à remplir !

 

La consultation sur les programmes de primaire est une occasion offerte aux équipes de prendre la parole sur les contenus d’enseignement. Cette occasion est à saisir mais elle n’est une obligation à remplir.

Les équipes ne sont pas tenues de participer à cette première phase qui se déroule sur les 24 heures forfaitaires consacrées au travail en équipe pédagogique. Elles peuvent faire valoir qu’elles utilisent ces heures à d’autres fins en lien avec l’action pédagogique dans l’école.

Les équipes qui participent à la consultation ne sont pas tenues de répondre à toutes les questions. Elles peuvent choisir les questions qui les intéressent ou creuser un domaine ou un cycle particulier.

Aucune remontée aux IEN n’est exigible. Les synthèses des travaux sont à envoyer au DASEN ou directement à consultation.primaire@education.gouv.fr.

Parce que vous êtes les experts de la question, le SE-Unsa vous propose de réfléchir avec lui sur les contenus de formation et leur mise en œuvre sur http://notremetier.se-unsa.org Chaque semaine, une question différente posée par les enseignants contributeurs, un sondage express, des articles de fond et des témoignages.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 10:37

Halte à l'intox !

 

Non, le ministère ne demande pas aux enseignants de travailler un jour de plus. Le calendrier scolaire 2013-2014 reprend exactement les dispositions du calendrier 2012-2013.

Petit rappel pour l’année 2012-2013 :

  • Suite à une demande des parents d’élèves FCPE soutenue par la majorité du Conseil Supérieur de l’Education, le 28 juin 2012, le ministre modifie le calendrier scolaire 2012-2013 : il allonge les vacances de la Toussaint de 2 jours et demi pour atteindre une durée de deux semaines pleines plus conforme aux recommandations des chrono-biologistes.
  • Ces deux jours et demi sont rattrapés comme suit :
    • 1 jour et demi ajoutés en juillet, le départ en vacances ayant lieu le samedi après la classe au lieu du jeudi après la classe.
    • 1 journée ajoutée au mois d’avril ou au mois de mai.

En résumé, en 2012-2013, la pré-rentrée a lieu le lundi 3 septembre et l’année scolaire se termine le samedi 6 juillet, avec une journée à rattraper.

Et cette année ?

La pré-rentrée a lieu le lundi 2 septembre et l’année scolaire se termine le samedi 5 juillet, avec une journée à rattraper, exactement comme l’an dernier.

Il n’y a donc aucun scandale à dénoncer, à moins de contester la volonté du ministre de ne pas retirer globalement de jours de classe aux élèves, tout en  allongeant les vacances de Toussaint.

La communication ministérielle sur la récupération de la journée, particulièrement maladroite puisqu’elle laisse entendre dans un document grand public que c’est la pré-rentrée qui sera récupérée alors que cette journée est bien sûr une journée travaillée pour les personnels, a permis à un syndicat prêt à faire feu de tout bois de créer un certain émoi dans les écoles et les établissements. Cet émoi n’est absolument pas justifié.

Toutefois, la communication ministèrielle permet d’indiquer que la journée rattrapée sera le lundi. Les cours récupérés seront donc ceux du lundi, en toute logique.

Le SE-Unsa a demandé dans les discussions préparatoires aux calendriers 2014-2015, 2015-2016 et 2016-2017 d’éviter dans toute la mesure du possible la multiplication des journées à rattraper.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 10:32

Le 2 à Courbevoie, le 9 au Plessis-Robinson

 

Le SE-Unsa 92 organise 2 réunions d'information syndicale :

mercredi 2 octobre 2013 à Courbevoie

mercredi 9 octobre 2013 au Plessis Robinson

Teléchargez l'invitation en pièce jointe

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 09:45

Vers le clap de fin !

 

Ça y est ! C'est enfin inscrit dans un texte de loi. L'article créant le jour de carence est proposé à l'abrogation.

Le SE-Unsa, avec l'Unsa Éducation et l'Unsa Fonction publique, avaient dès son origine dénoncé le caractère inique de cette mesure. Ce dispositif, voulu fin 2011 par le gouvernement de l'époque, avait surtout une visée idéologique.

Pointer du doigt les fonctionnaires a souvent eu bonne presse. C'est également une mesure injuste : l'effet du délai de carence est neutre pour 64 % des salaries du privé alors que la totalité des fonctionnaires y était soumis. 

Il s'avère que l'instauration du délai de carence est totalement inefficace et n'a eu aucun effet. Les arrêts maladie n'ont pas reculé significativement dans la Fonction publique depuis. Un contrôle plus précis des congés maladie et du délai de transmission des arrêts maladie est ainsi à l'ordre du jour.

Il reste que le Parlement doit maintenant voter cette abrogation. Le SE- Unsa y sera vigilant.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 09:43

Plus de 8800 créations de postes

 

Le projet de budget 2014 a été présenté au Conseil des ministres mercredi 25 septembre.
La priorité en faveur de l'Éducation Nationale reste forte. En effet, son budget, toujours en augmentation, se traduira par 8804 créations de postes. 
Et ce, alors que le contexte général de préparation du budget de l'état est très difficile. La diminution de la dépense publique est fixée à près de 15 milliards et 13 000 suppressions de postes de fonctionnaires sont ainsi à l'ordre du jour pour les ministères dits "non prioritaires" (hors éducation nationale, justice et police).

La répartition des postes créés s’effectue ainsi :

  • 4 842 dans le premier degré ;
  • 2 521 dans le second degré ;
  • 668 pour la “vie de l’élève” (CPE et AVS).

Malgré les restrictions budgétaires qui frappent de très nombreux ministères, renforcer et confirmer la priorité à l'Education Nationale était essentiel.

Le ministère sera cependant mis à contribution par une diminution de 3% du budget de fonctionnement. "Cela ne devrait avoir que peu d’impact pour les personnels et pour les élèves" : cela reste à vérifier !

À la rentrée 2014, après des années de suppression de postes, ces créations devront être utiles à la réussite des élèves et à l'amélioration des conditions de travail des collègues. Le SE-Unsa, pour ce qui le concerne, s'y emploiera.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 21:12

Les assises se précisent

 

Le ministère organise au mois d’octobre les assises de l’éducation prioritaire, qui se tiendront au niveau académique. Elles font suite au groupe de travail mené avec les syndicats en 2013. Les orientations ministérielles seront prises début 2014 et les mesures seront mises en œuvre à partir de la rentrée 2014.

Le ministère vient de définir les objectifs de ces assises ainsi que les thèmes qui y seront abordés.

·         faire partager le diagnostic établi, le commenter, le compléter en fonction de la diversité des situations académiques et des remontées de terrain élaborées lors d'une demi-journée de concertation organisée dans les réseaux ;

·         étudier les conditions de faisabilité des leviers d'efficacité identifiés dans ce diagnostic, recueillir réflexions et suggestions. 

Les thèmes abordés par les acteurs :

·         Les acteurs sont ainsi invités à discuter et à formuler des propositions à partir des six thématiques suivantes :

·         les pratiques pédagogiques et éducatives ;

·         l'accompagnement et la formation des personnels ;

·         les modalités du travail en équipe, en réseau, en partenariat ;

·         le pilotage et l'évaluation ;

·         l'allocation des moyens ;

·         la carte de l'éducation prioritaire.

Le SE-Unsa défendra pour l’éducation prioritaire une géographie resserrée, une inscription dans le territoire, un travail en réseaux, une reconnaissance des nouvelles professionnalités et un pilotage soutenu.

Notre dossier : refonder l’éducation prioritaire

Partager cet article
Repost0