Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Vendredi 20 novembre : CDEN. Bilan de la rentrée 2020

 

 

 

 

28 octobre 2020 3 28 /10 /octobre /2020 08:44

Un cadre plus souple et adaptable

 

Après deux réunions de concertation avec les représentants des personnels, le ministère s’oriente vers un cadre plus souple pour l’hommage qui sera rendu à Samuel Paty le lundi 2 novembre. Chaque équipe pourra adapter les propositions à sa situation particulière.
 
 
La matinée du 2 novembre est toujours prévue en trois temps :
 
  • Un premier temps pour que les équipes se retrouvent et s’organisent pour la suite de la matinée. Ce temps est prévu jusqu’à 10 heures.
> Pour le SE-Unsa, la prise en charge des élèves avant 10 heures ne doit pas être une source de complexité supplémentaire, en particulier pour les directeurs et directrices d’école. C’est pourquoi nous demandons que Dasen, recteurs et rectrices construisent cette organisation au plus vite avec les collectivités locales.
 
 
  • Un deuxième temps dont le cadre s’est assoupli à notre demande : la séquence pédagogique a pour objectif de revenir sur l’évènement et de préparer avec les élèves l’hommage qui aura lieu en fin de matinée. Des ressources seront mises à disposition à partir de mercredi soir. 
> Le cadre est assoupli et il sera possible pour les équipes de l’adapter à l’âge des élèves et au contexte particulier de leur école ou établissement. 
 
 
  • Enfin le temps de l’hommage collectif qui s’appuiera sur la lettre de Jaurès aux instituteurs suivie d’une minute de silence.
> La minute de silence collective n’est pas forcément la modalité adéquate partout. Des élus pourront être présents mais sans prise de parole.
 
 
Par ailleurs, des incertitudes pèsent sur le contexte sanitaire qui pourrait tout remettre en question. Néanmoins, il faut que chaque personnel soit informé au plus vite de l’organisation retenue. 

Partager cet article

Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
26 octobre 2020 1 26 /10 /octobre /2020 21:02

Je demande l'accompagnement du SE-Unsa !

 

Vous envisagez de participer aux opérations du Mouvement 2021 pour obtenir votre premier poste ou changer d’académie/de département à la rentrée prochaine ?

 
Pas de panique, le SE-Unsa est là pour tout vous expliquer, vous conseiller et vous accompagner tout au long des démarches !
 
La mobilité géographique est un élément capital dans la carrière de chacun d’entre nous. Au SE-Unsa, nous le savons bien ! 
C’est pourquoi, nous proposons dès à présent notre écoute et notre expertise à tout collègue qui nécessite de participer au mouvement en raison de sa position actuelle (stagiaire), de son projet professionnel ou de sa situation personnelle.
 
 
L’accompagnement Mouvement du SE-Unsa, c’est :
  • des communications personnalisées pour ne manquer aucun élément de barème, n’oublier aucune pièce justificative, ne rater aucune échéance ;
  • des outils pour élaborer la meilleure stratégie et réussir chaque étape ;
  • un accueil sur le département/l’académie d’accueil par nos équipes locales ;
  • une aide en cas de mouvement défavorable.
Alors, dès aujourd’hui, demandez l’accompagnement Mouvement du SE-Unsa en complétant notre formulaire en ligne !
 
 
Les premières infos !
 
En raison du contexte de crise sanitaire et des retards engendrés dans de nombreuses administrations, la date butoir de prise en compte pour un rapprochement de conjoint a été reportée au 30 octobre.

Partager cet article

Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
23 octobre 2020 5 23 /10 /octobre /2020 09:06

Intention entendue, concrétisation attendue

 

Annoncé en août 2020 pour un aboutissement en février 2021, le Grenelle de l’éducation a été ouvert jeudi 22 octobre par le ministre Jean-Michel Blanquer. Cette date prévue à l’avance donne une dimension particulièrement importante à cette démarche au lendemain de l’hommage national au professeur victime du terrorisme.
 
 
L’intention du ministre est celle d’une reconnaissance publique par l’employeur mais aussi par toute la société des enjeux reposant chaque jour sur les épaules des personnels de l’Éducation nationale.
Le Grenelle de l’éducation est sous-tendu par trois mots clés : reconnaissance, coopération et ouverture.
La méthode est celle d’une succession de temps d’échanges et de réflexions. Les travaux réalisés avec les organisations syndicales au sein de l’agenda social devront nourrir ces temps.
Une seconde partie imaginée sous forme d’ateliers invitera la société civile (parents, élèves, élus…) à parler de l’École et des métiers qui la font vivre. 
Enfin, le ministre envisage de nourrir la réflexion autour de deux temps forts : les états généraux du numérique et un colloque sur le professeur du XXIe siècle.
 
Un nouvel axe a été ajouté compte tenu du contexte autour de la protection des personnels et de la promotion des valeurs de la République.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Le SE-Unsa partage l’ambition affichée du Grenelle qui veut replacer l’École et ses personnels au centre de notre société. Il sera très attentif à ce qu’elle soit bien à la hauteur des objectifs qui lui ont été fixés et sache soutenir les besoins et attentes fortes des personnels. Pour le SE-Unsa, les travaux à venir ne doivent pas servir à donner l’illusion d’un consensus là où il n’y en aurait pas. Le SE-Unsa suivra et participera à ces travaux qui ne devront pas se substituer à ceux de l’agenda social qui doit rester le lieu du dialogue social. Le lancement du Grenelle confirme le projet d’une loi de programmation pour l’école. C’est une bonne nouvelle budgétaire car c’est une nécessité pour rattraper le retard accumulé.
 
Parce que les personnels de l’École sont au cœur du réacteur tout autant qu’ils ont à cœur de faire réussir tous les élèves, pour le SE-Unsa, les reconnaître, les respecter et les protéger, c’est respecter et protéger l’Ecole, c’est respecter et protéger la Société.
Porter atteinte à ces personnels comme aux valeurs qui sous-tendent leur engagement, c’est porter atteinte à l’École publique, à la République.
À ce titre, le SE-Unsa approuve une démarche, qui veut mettre en lumière la complexité, l’ampleur et le sens profond d’un métier aussi exposé que méconnu.
 
De la même façon qu’il avait demandé que le Grenelle initialement nommé « des profs » devienne le Grenelle de l’éducation, le SE-Unsa défend une profession diversifiée et réunie pour ne pas réduire ni nier la réalité et la diversité de l’École.
Apprécier cette complexité de l’École, identifier cette indispensable complémentarité des métiers, c’est avant tout reconnaître la hauteur des enjeux.
 
Voilà de très longs mois que la profession attend des réponses concrètes à ses besoins et ses attentes. Être revalorisés financièrement doit quitter le statut de mythe. Être considéré comme un professionnel à part entière par une gestion humaine de ressources prenant en compte l’ensemble des dimensions dont l’accompagnement professionnel et l’accompagnement RH de proximité doit prendre corps. Avoir la garantie d’une protection de sa santé et sa sécurité doivent être des droits effectifs.
 
Si la volonté d’impliquer toute la société dans cette reconnaissance de l’école est pour le SE-Unsa tout à fait essentielle, la méthode ne pourra s’en tenir aux seuls échanges d’ateliers quelle que soit la qualité de ces derniers. Les personnels devront y être associés au risque de débattre en dehors de la réalité du métier et le temps des débats devra se poursuivre plus longuement et au plus près des territoires au risque de ne jamais permettre à qui que ce soit de percevoir, comprendre et partager les enjeux de l’École.

Partager cet article

Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
22 octobre 2020 4 22 /10 /octobre /2020 17:27

Le ministère travaille avec les organisations syndicales

 

Après l’effroi, il faut construire le retour dans les établissements et les écoles. Une réunion de travail a eu lieu en ce sens, ce jeudi 22 octobre. Nous avions en effet demandé au Premier ministre et au ministre d’être associés à l’élaboration du cadre de la reprise.
 
Plus de 15 jours après l’assassinat de Samuel Paty, équipe pédagogique et élèves se retrouveront. Après l’hommage national, ce lundi 2 novembre doit être avant tout une journée d’hommage à un enseignant de l’École de la République. Entre tentation autoritaire et dérives politiciennes, les organisations syndicales présentes ont réaffirmé d’une voix le besoin de protéger les enseignants, les CPE, les PsyEN déjà émus mais aussi inquiets.
 
Après les premiers échanges, rien n’est définitif mais 3 temps se profilent.
 
Un temps pour les personnels
 
Ce premier temps est indispensable, mais pour être serein, il doit se faire sans la présence des élèves dans les écoles et les établissements, ce qui suppose une organisation en amont.
Son cadrage doit d’organiser directement entre le ministère et les collectivités (reprise des cours décalés, transport scolaire, accueil des élèves…). Il ne doit ni reposer sur les directeurs d’école, ni sur les équipes de vie scolaire et de direction dans les collèges et les lycées.
 
Un temps d’accueil des élèves
 
Le deuxième temps doit être adapté à l’âge et à la maturité des élèves, y compris ceux de maternelle. La proposition d’un document support unique envoyé par le ministère ne paraît pas correspondre à cette attente.
 
Un temps de recueillement collectif
 
Le troisième temps pourrait prendre la forme d’une lecture de texte, écoute de chanson, minute de silence. Mais en aucun cas il ne doit être imposé. Il faut faire confiance aux équipes pour prendre en compte les besoins locaux et l’âge des élèves.
 
L’avis du SE-Unsa
 
Ce moment d’unité autour de l’École de la République, le SE-Unsa veut le réussir, ensemble. Ce n’est pas le point d’arrivée, il doit marquer le point de départ d’un travail au long cours sur le sens de l’École, de la République et de la laïcité. Nous ne voulons pas d’un cadrage trop étroit qui mettrait en difficulté les collègues. Le SE-Unsa sera très attentif à ce qu’aucune pression ne s’ajoute sur une profession déjà éprouvée.
 
Une nouvelle réunion de travail se tiendra pendant la semaine du 27 octobre.

Partager cet article

Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
22 octobre 2020 4 22 /10 /octobre /2020 10:35

La Directrice Académique a réuni en urgence un Groupe de Travail suite à l'assassinat de notre collègue Samuel Paty vendredi dernier.

Elle a en préambule rappelé la chronologie des faits et a assuré, contrairement à ce qui a été dit par certains médias, que le soutien de l'institution à notre collègue avait été total, à tous les niveaux (principale, DSDEN, Rectorat).

Suite à l'hommage national rendu hier à La Sorbonne, ce GT a pour but principal de préparer la journée du lundi 2 novembre. Il faudra ensuite reposer la question de la laïcité dans les établissements scolaires à plus long terme.

Lors des discussions entre la DASEN et les organisations syndicales présentes, plusieurs questions émergent :

- Pourrait-il y avoir un temps de réflexion banalisé pour préparer la minute de silence et les discussions qui vont s'en suivre le 2 novembre ?

- Les élus ont-ils leur place lors de cet hommage ?

- Quelle est la place des parents d'élèves dans l'école ?

- Quel rôle peuvent jouer les autorités policières ?

Un nouveau Groupe de Travail se réunira la semaine prochaine, une fois que le cadrage national sera connu.

David PLANCHE

Représentant UNSA-Education 92 au CTSD

 

Partager cet article

Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 08:43

Rassemblement aujourd'hui à 15h Place de la République

 

Ce vendredi à Conflans-Sainte-Honorine, Samuel Paty a été assassiné devant le collège où il enseignait l’histoire et la géographie.

 

Victime d’un attentat perpétré au nom d’une conception dévoyée de l’Islam, il était depuis plusieurs jours la cible d’une vindicte publique. Pourquoi cette vindicte ? Parce qu’il avait montré des caricatures de Mahomet dans l’une de ses classes où il étudiait avec ses élèves la liberté d’expression. Comme tout enseignant, il cherchait ainsi à préparer des jeunes à l’exercice de l’esprit critique, condition essentielle à une pleine citoyenneté.

 

Face à cette horreur, nous appelons les citoyennes et les citoyens à se rassembler ce dimanche 18 octobre à 15h sur la place de la République à Paris. Au-delà de ce rassemblement, nous appelons nos représentations locales à organiser des initiatives dans les jours qui viennent.

 

Nous nous rassemblerons pour dire des choses simples et importantes.

 

Que nous pensons à Samuel Paty ainsi qu’à ses proches endeuillés.

 

Que les enseignants doivent être soutenus dans l’exercice de leur métier.

 

Que nous sommes attachés à la liberté d’expression et que nous refusons les logiques extrémistes et obscurantistes.

 

Que nous sommes attachés à la laïcité, qui garantit la liberté de conscience.

 

Que ça n’est pas par la haine que nous répondrons à la haine qui a coûté la vie à Samuel Paty mais par la promotion de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

 

Appelé par SOS Racisme, la FSU, le Sgen-CFDT, l’Unsa-Education, le SNALC, la FCPE, « La FIDL - le syndicat lycéen », la FAGE, l’UEJF et « Dessinez Créez Liberté »

Partager cet article

Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 08:35
Vendredi 16 octobre 2020, la barbarie du terrorisme a frappé l’École de la République. Cette date marquera douloureusement notre pays. Pour avoir fait son métier, éduquer, un collègue professeur d’histoire-géographie, l’un des nôtres, a été sauvagement assassiné.
 
Le SE-Unsa salue la mémoire de Samuel Paty et témoigne sa profonde émotion et tout son soutien à sa famille et ses proches. Le SE-Unsa exprime toute sa solidarité à l’ensemble de ses collègues, de ses élèves et de leurs familles.
 
La République et son École sont frappées au cœur. C’est toute la profession, et plus largement l’ensemble de la communauté éducative et de la société, qui sont profondément meurtris par cet acte terroriste. L’École publique est en deuil.
 
Le SE-Unsa partage l’expression du Premier ministre : La République, c’est l’Éducation.
 
Pour défendre, pour protéger l’École de la République, le SE-Unsa appelle à l’unité. Le SE-Unsa appelle les personnels ainsi que tous les citoyens qui le voudront à participer à toutes les actions d’expression de notre émotion, de notre attachement commun à l’École et de notre détermination collective à ne rien céder aux obscurantismes quels qu’ils soient, à celles et ceux qui remettent en cause les valeurs de la République, la liberté de conscience, la liberté d’expression et la laïcité.
 
Lire aussi :

Partager cet article

Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
16 octobre 2020 5 16 /10 /octobre /2020 14:38

Préparez-le avec le SE-Unsa !

 

Malgré le contexte sanitaire, le SE-Unsa 92 organisera cette année encore une préparation à l'entretien de direction. Cette session ne se fera pas sur 5 mardis soirs comme d'habitude mais sur une journée de stage le jeudi 3 décembre 2020.
Nous vous conseillons de vous inscrire dès maintenant à notre formation car les délais sont contraints (vous devez envoyer votre demande d'absence à votre IEN au plus tard le 3 novembre).

Partager cet article

Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Direction d'école
16 octobre 2020 5 16 /10 /octobre /2020 14:34

Le SE-Unsa demande une nouvelle étude au ministre

 

Un article de presse a alerté sur des risques potentiels de toxicité des masques fournis par l’Éducation nationale à ses personnels. Avec sa fédération, l’Unsa Éducation, le SE-Unsa demande au ministre de commander une nouvelle étude sur ces équipements dans les plus brefs délais.
 
Après des questionnements importants il y a quelques semaines sur le niveau de protection des masques fournis aux personnels de notre ministère, c’est aujourd’hui une grande inquiétude sur leur éventuelle toxicité qui s’y ajoute. En effet, un article de L’Obs paru le 13 octobre exprime que le risque n’est pas inexistant compte-tenu du haut niveau d’exposition avec une durée de contact et d’inhalation longue (8 heures par jour) et chronique (quasiment tous les jours). Dès la publication de cette information, les représentants du personnel Unsa Éducation au Comité ministériel d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail ont immédiatement interpelé l’employeur en exigeant une clarification urgente. Ce dernier a répondu avoir saisi les autorités de santé compétentes ainsi que les services de l’état concernés pour obtenir confirmation de l’innocuité de ces masques de la marque DIM.
 
Après cette réponse insuffisante, l’Unsa Éducation a écrit officiellement au ministre pour lui demander de commander dans les plus brefs délais une nouvelle étude sur ces masques, notamment au regard des conditions réelles d’utilisation, du nombre de masques fournis par agent, de la fréquence et de l’intensité de leur utilisation.
 
Pour le SE-Unsa, la profession doit pouvoir être rassurée et correctement protégée. Si les garanties ne sont pas là alors il faut suspendre l’utilisation de ces masques et proposer d’autres types de masques dans les plus brefs délais.

Partager cet article

Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 06:50

Enfin des perspectives pour 2021 !

 

Lors d’une réunion sur les rémunérations, le ministère annonce de premiers éléments concrets pour 2021 et renonce à financer sur l’enveloppe de revalorisation des heures supplémentaires et la formation hors temps de classe. Ce que le SE-Unsa demandait depuis février dernier.
 
Suite à nos demandes réitérées de nombreuses fois depuis février, le SE-Unsa apprécie positivement l’abandon par le ministère des mesures liées à des heures supplémentaires pour le remplacement court dans le second degré ou à la formation hors temps de classe. Le ministère indique qu’il a entendu l’opposition des personnels et fait le choix d’un dialogue social apaisé.
 
Le ministère a présenté ses propositions de la ventilation de l’enveloppe budgétaire de 400 millions d’euros prévue en 2021, soit 500 millions en année pleine à partir de 2022*.
 
Quatre axes de répartition ont été présentés :
  • Prime d’attractivité pour les débuts et milieu de carrière : 260 millions d’euros
  • Prime d’équipement informatique : 178 millions d’euros
  • Mesures catégorielles (dont la direction d’école) : 51 millions d’euros
  • Amélioration des ratios hors classe : 11 millions d’euros
Le ministère a confirmé qu’il y aurait ensuite une loi pluriannuelle pour une montée en charge et d’autres mesures dans les années suivantes.
 
Prime d’attractivité
Le ministère a présenté quatre scénarii de répartition de l’enveloppe. Ils vont dans le sens d’une réduction des écarts de rémunération avec les autres pays de l’OCDE. Force est de constater que le chemin à parcourir pour rattraper le retard sera encore long.
Le SE-Unsa demande qu’une négociation d’ampleur se tienne à l’instar de celle qui a été conduite dans l’enseignement supérieur.
 
Les 4 propositions établissent des projections pour des primes d’attractivité qui concerneraient les enseignants, CPE et PsyEN de l’échelon 2 aux échelons 5 à 8 selon les scenarii.
Un effort conséquent porterait sur les premiers échelons (2 et 3) qui se verraient attribuer une prime allant alors de 93 à 135 € selon les hypothèses. Les primes sont ensuite dégressives d’échelon en échelon. À noter que pour 3 scénarii il y aurait un léger écart selon les corps. Les contractuels se verraient attribuer une prime forfaitaire entre 600 et 800 €.
 
Prime d’équipement informatique
Si le ministère ne donne pas directement suite à notre demande de crédit d’impôts pour l’équipement informatique, l’annonce d’une prime d’équipement de 150 € nets pour tous les personnels est également à apprécier positivement.
Cette prime sera pérenne, versée annuellement en début d’année civile (à partir de février/mars en 2021). Elle ne sera pas proratisée pour les collègues à temps partiel.
Certains personnels sont pour l’instant exclus de ce dispositif : enseignants en Rased, PsyEN EDA et EDO, CPE, profs docs, conseillers pédagogiques ….
Le SE-Unsa demande à ce qu’ils bénéficient eux aussi de la prime.
 
Mesures catégorielles
Si aucune mesure concrète n’a été annoncée pour l’instant, le SE-Unsa note l’augmentation de 50% par rapport aux enveloppes allouées en 2019 et en 2020 (passage de 30 à 45 millions d’euros). Les mesures de revalorisation financière des directeurs devraient se retrouver dans cette enveloppe, mais ils n’en seront pas les seuls personnels bénéficiaires.
Ces mesures seront discutées dans les prochaines semaines avec les partenaires sociaux.
 
Les AESH oubliés
Le SE-Unsa a rappelé que les AESH rémunérés moins de 800 euros par mois ne pouvaient pas être absents de cette première étape de la revalorisation. Il serait inconcevable que la situation de nos collègues ne soit pas mise sur la table. Le SE-Unsa demande un geste significatif de la part du ministère sur la rémunération des AESH.
 
Des ratios de hors-classe en hausse
Concernant les ratios hors-classe, il est prévu de passer de 17 à 18%, ce qui permettrait à 1 700 collègues de plus par an d’y accéder. Dans le même esprit, le SE-Unsa a rappelé sa demande de rééquilibrage dès 2021 des ratios classe exceptionnelle pour ne plus se retrouver avec des promotions perdues comme c’est le cas actuellement.
 
 
Le SE-Unsa a également rappelé ses revendications portant sur la réduction des inégalités entre femmes et hommes ainsi qu’entre corps comparables.
 
Les annonces définitives seront faites en novembre par le ministre qui souhaite lier ces groupes de travail avec le Grenelle de l’Éducation. D’ici là les négociations continuent. Le SE-Unsa sera reçu prochainement en bilatérale.
 
 
(*) Mieux comprendre : on parle de 400 ou de 500 millions d’euros par an ?
Les mesures annoncées pour 2021 ne prendront pas toutes effet au 1er janvier. Par exemple les primes d’attractivité ne devraient pas débuter avant mai. Par conséquent l’enveloppe budgétaire nécessaire pour 2021 sera inférieure à celle qu’il faudrait pour une année pleine. A partir de 2022 ce seront donc bien 500 millions par an qui seront alloués pour la pérennité des futures mesures.

Partager cet article

Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92