Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

92@se-unsa.org

Instances

Réunions d'information syndicale

Mercredi 10 novembre 2021 : Permuts 2022

Mardi 16 novembre 2021 : Préparation à l'entretien de direction

15 février 2022 2 15 /02 /février /2022 14:20

Le grand chambardement !

 

Cet après-midi, la Directrice Académique a présenté en visioconférence les grandes lignes de la future circulaire du mouvement aux organisations syndicales représentatives. En raison d'une volonté d'harmoniser les circulaires des 4 départements de l'Académie, celle des Hauts-de-Seine va être profondément remaniée. Afin d'atténuer ces changements nous avions demandé un groupe de travail à la Rectrice en amont de cette présentation, qui nous a été refusé.

Les principaux changements concerneraient :

- la création de nouveaux vœux (vœux groupes et vœux à mobilité obligatoire)

- la modification, l'apparition ou la suppression de certaines bonifications

- une procédure entièrement dématérialisé via Colibris

Nous avons exprimé notre inquiétude à la DASEN sur les difficultés que nos collègues vont rencontrer lorsque cette circulaire sera parue, en raison du grand nombre de changements qui vont intervenir. Le SE-Unsa 92 organisera des réunions d'information syndicale sur ce sujet pendant la période de saisie des vœux, afin d'aider les collègues dans leurs démarches.

David PLANCHE

Représentant du SE-Unsa 92

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Mobilité
13 février 2022 7 13 /02 /février /2022 18:04

Les allègements pour le retour des vacances

 

À l’issue d’une semaine de consultations avec les organisations syndicales et après un avis du Haut conseil de la santé publique (HCSP), le ministère a adressé une lettre d’information aux personnels pour leur communiquer les décisions pour les écoles, collèges et lycées.
 
 
Le niveau d’application du protocole sanitaire sera le niveau 2 pour les écoles à compter du retour, zone par zone, des vacances de février ce qui signifie :
  • la limitation du brassage par niveau ou groupe de classes plutôt que le strict non-brassage par classe ;
  • la reprise des activités d’EPS en intérieur hors sports de contact ;
  • la fin du port du masque en extérieur ;
  • en intérieur, il serait conservé pour l’instant.
Pour les collèges et les lycées qui étaient restés au niveau 2, des restrictions avaient été néanmoins posées pour l’EPS. Le ministère a précisé au SE-Unsa qu’à compter de la reprise, zone par zone, on reviendrait à ce qui est prévu en niveau 2 sans ces restrictions supplémentaires.
 
S’agissant du dépistage, il a été décidé :
  • de supprimer l’attestation sur l’honneur à compter du 21 février ;
  • de limiter le nombre d’autotests à un seul au lieu de trois à compter du 28 février ;
  • comme ce qui serait prévu en population générale, c’est le test à J2 qui est conservé.
Pour les départements d’outre-mer, la situation est encore très hétérogène et les évolutions de protocole seront adaptées à chaque territoire.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Pour le SE-Unsa, après des mois de difficultés usantes, un retour vers un fonctionnement plus normal des écoles, collèges et lycées est une bonne nouvelle car fort attendu par tous les personnels. Les évolutions sur le dépistage vont également permettre de lever la pression. Par ailleurs, la communication préalable et directe envers la profession de l’évolution des mesures qui représentait une demande forte du SE-Unsa depuis de longs mois était essentielle !
 
Comme à chaque amélioration, la vigilance doit rester de mise. De plus, un retour vers la normale, ne doit pas faire oublier les mois passés. Le SE-Unsa a alerté sur l’état d’épuisement de la profession selon une enquête réalisée auprès de ses adhérents du 31 janvier au 7 février. 71,3% déclarent être très inquiets pour leur santé au regard de l’épuisement généré par la situation sanitaire à l’École. Les mois écoulés ont laissé des séquelles. Les recrutements en cours pour faire face aux besoins de remplacement doivent se poursuivre dans le 1er comme dans le 2d degré.
 
La même enquête indique les fortes préoccupations pour la scolarité et l’équilibre des élèves. 71% se disent très inquiets pour les apprentissages de leurs élèves et 60% pour leur équilibre. Ce n’est pas seulement « d’école ouverte » dont ils ont besoin mais bien d’école qui fonctionne.
C’est la reprise du cours normal de la scolarité qui doit être la priorité. À ce titre, le SE-Unsa a rappelé sa demande de suppression des évaluations de mi-CP qui feraient perdre du temps aux élèves pour des résultats sans intérêt pédagogique et de la suspension de ce qui n’est pas immédiatement prioritaire : évaluations d’école et d’établissement, formations imposées par exemple.
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
1 février 2022 2 01 /02 /février /2022 13:37

Échanges du 1er février avec la Directrice Académique

 

Suite mouvement social du 13 janvier et aux engagements du 1er ministre qui ont suivi ce mouvement, des échanges se feront tous les 15 jours, avec les organisations syndicales représentées en CTSD, afin d’avoir une vision de la situation sanitaire sur le Département.

Lors de ce premier rendez-vous, plusieurs points ont été abordés avec Madame Fis, Directrice Académique :

 

  • Taux d'incidence :

Il est dans les Hauts-de-Seine de 2846 pour 100 000.

En IDF, c’est sensiblement la même chose.

Au niveau national, cependant, ce taux est aujourd’hui de 3500.

 

  • Taux positivité :

Il est de 27 % en IDF et dans le 92, contre 30 % au niveau national.

Ce sont aujourd’hui 1150 cas positifs qui sont déclarés à la DSDEN.

 

  • Fermeture de classes sur le 92 :

Hier, 300 classes étaient fermées sur notre Département.

Ce chiffre était de 250 début janvier, 500 au pic de l'épidémie en janvier.

 

  • Protections des personnels :

Les masques chirurgicaux et FFP2 ont été livrés dans les circonscriptions il y a une semaine.

Pour les AESH, la livraison est en cours via les PIAL.

Un premier retour des IEN fait part de la déception des collègues concernant ces masques FFP2 qui sont des masques de chantier peu pratiques pour l'enseignement. Remarques partagées par les organisations syndicales.

 

  • Capteurs de CO2 :

Environ la moitié des communes du département ont déposé un dossier auprès de la DSDEN.

Mais c’est très variable, certaines communes comptent 1 capteur par école, d’autres 1 par classe.

Le maintien des gestes barrières et l’aération des locaux restent de mise plus que jamais.

Cela est essentiel.

Parallèlement à cela le problème du bâtit est soulevé et une réflexion devra être menée que ce soit au niveau des école maternelles et élémentaires, mais aussi au niveau des établissements secondaires.

 

2 visites du CHSCT Académique sont d’ailleurs prévues d’ici la fin de l’année scolaire.

 

  • Cellule COVID :

Cette cellule a été ouverte le 10 janvier. Elle comptait plusieurs types de personnels, tels que médecin, infirmière, personnel administratif, par exemple.

Elle a pour but de renseigner les personnels sur le terrain qui en aurait besoin, essentiellement les directeurs d’école.

Au vu de la baisse des appels depuis quelques temps, l’amplitude horaire de cette cellule ainsi que le nombre de personnes qui y sont rattachées ont été diminués.

 

  • Infirmières :

Au début de l’année, 22 postes étaient vacants. Ils sont aujourd’hui au nombre de 5. Les efforts se poursuivent.

 

  • Recrutements :
  • 15 renforts administratifs sont arrivés sur les circonscriptions
  • PE contractuels : Toutes les semaines, il y a des commissions de recrutement. Depuis le 3 janvier, ce sont 71 professeurs des écoles contractuels qui ont été recrutés. Mais certains arrivent et d'autres partent. Il n’y a pas de liste complémentaire sur le 92. Donc aucun recrutement possible par ce biais-là. Ce nombre de recrutements ne permet pas de remplacer tous les enseignants absents.
  • 3 enseignants néo retraités ont repris du service dont 1 directrice (classe + direction).

 

  • Protocole :

Il désorganise beaucoup les écoles et les apprentissages, car on note un fort taux d’absence chez les élèves.

 

  • Personnels parent d’enfant positif à la Covid :

ASA : Les personnels absents pour garde d'enfant avec COVID ne se voient plus décompter cette garde sur les jours enfants malades. Cette mesure est rétroactive.

 

  • Formation : 

Elles sont suspendues jusqu'au 3 février.

Seules sont maintenues les formations par remplacement de PE en stage massé, les formations des CPC sur le plans maths et le plan français qui reprennent cette semaine, ainsi que les formations statutaires.

Toutes les autres formations sont toujours suspendues.

 

  • Direction d’école :

Il est rappelé par les organisations syndicales que la charge de travail des directeurs reste très élevée. Elle l’est encore plus depuis cette pandémie.

Ce à quoi s’ajoutent les équipements informatiques insuffisants, ainsi que l’absence de téléphone professionnel.

La DASEN reconnaît l’importance de l’emploi du téléphone qui a été mise en évidence lors des attentats de 201. Mais, ce sont 535 écoles que compte le département et la décision d'équiper ne peut se faire au niveau du département, mais c’est une décision nationale.

Le Ministère a lancé un appel à projet pour aider les communes à équiper les écoles en matériel numérique, 21 communes sur les 36 que compte notre Département ont déposé des dossiers.

 

Anne GAU-SEGONZAC et Pascal ROSAMONT

Représentants du SE-Unsa 92

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 10:03

CTSD du 28/01/22

 

Le CTSD examinant les mesures de carte scolaire s'est réuni en visioconférence.

En réponse à notre déclaration liminaire, la DASEN a apporté les réponses suivantes :

 

Sur le contexte sanitaire

Un point sera fait mardi 1er février avec les organisations syndicales. La DASEN indique que les masques sont arrivés en circonscription et devraient déjà être distribués dans les écoles.

Pour ce qui est du recrutement, le département arrive à recruter des contractuels (67 personnels depuis le 3 janvier). C'est un effort sans précédent, même si la Directrice Académique que c'est peu par rapport aux 450 enseignants non remplacés quotidiennement.

 

Sur la carte scolaire

On constate une baisse des effectifs généralisée sur l’Académie, mais c’est dans notre département qu’elle est la plus forte. Ce n’est pas une fuite vers le privé (dont les effectifs baissent également). La baisse est la plus forte sur les communes proches de Paris. Pour la rentrée 2022 : -6500 élèves prévus, -3400 pour le seul 92 ! Malgré la baisse démographique, la dotation du département sera de 0 l’année prochaine. En 6 ans, le département a perdu plus de 11000 élèves et pourtant a une dotation de +200 postes.

Direction d’école : 131 écoles bénéficieront d’une amélioration du régime de décharge l’année prochaine.

TPS : l'évolution de la carte des dispositifs se fait en fonction des besoins.

Remplacement : La DASEN maintien les 535 TRS, elle effectue un rééquilibrage entre circonscriptions en fonction du nombre de classes, de SEGPA et d'IME. Elle constate que la mutualisation entre circonscriptions ne fonctionne pas en temps de crise sanitaire tant les besoins sont importants.

 

Mesures de carte scolaire

En plus des ouvertures et fermetures de classes (les modifications apportées au projet par la DASEN apparaissent en rouge), d'autres mesures ont été prises concernant le réseau scolaire :

 

Ouverture d'école :

ISSY-LES-MOULINEAUX : école élémentaire François Giroud

 

Fermeture d'école :

CLAMART : école maternelle Jardin Parisien (pour travaux)

 

Fusions d'écoles :
CLAMART : école maternelle Charles de Gaulle et école maternelle Maria Brignole de Galliera
CLAMART : école maternelle Jean Monnet et école élémentaire Jean Monnet
CLAMART : école maternelle Moulin de Pierre et école élémentaire Moulin de Pierre

 

Direction d'école :

Voici le nouveau régime de décharge à la rentrée prochaine :

RÉGIME DE DÉCHARGE Hors EP REP ou REP+
1 classe (en jour par an) 6 6
2 et 3 classes (en jour par an) 12 12
4 à 5 classes 0,25 0,5
6 à 7 classes 0,33 0,5
8 classes 0,33 0,75
9 à 10 classes 0,5 1
11 classes 0,75 1
12 classes et plus 1 1

 

L'UNSA-Education s'est abstenu sur ces mesures de carte scolaire (sauf un vote CONTRE les fusions d'écoles à Clamart).

 

David PLANCHE

Représentant UNSA-Education 92 au CTSD

 

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
28 janvier 2022 5 28 /01 /janvier /2022 13:04

Avancées actées, enfin !

 

Les conditions d’accès à la classe exceptionnelle vont évoluer dès les campagnes de promotions 2022.
De nouveaux textes vont être publiés concluant les discussions sur la valorisation des parcours professionnels des enseignants, CPE et PsyEN. Ils actent un rééquilibrage entre les deux viviers, un abaissement de la durée exigée et un élargissement des fonctions éligibles.
Il était temps !
 
 
Rééquilibrage entre les deux viviers
 
Un rééquilibrage des taux de promotions alloués entre les deux viviers abaissant le vivier 1 de 80% à 70% est le premier levier activé.
Cela permettra notamment aux corps dont les fonctions et missions éligibles au titre du vivier 1 sont trop peu nombreuses de voir un plus grand nombre de promus au titre du vivier 2.
 
 
Abaissement de la durée
 
Un abaissement de 8 à 6 ans de la durée exigée pour l’exercice des fonctions et missions est le second levier utilisé.
Il ouvrira lui aussi sur un plus grand potentiel d’éligibles au titre du vivier 1 et évitera de nombreuses promotions perdues.
 
 
Elargissement des fonctions et missions
 
Un élargissement des fonctions et missions reconnues comme éligibles au titre du vivier 1 est le 3e levier.
Il va concerner les personnels exerçant en tant que :
  • conseiller en formation continue (CFC)
  • enseignant exerçant en établissement pénitentiaire et centre éducatif fermé
  • enseignant dans les établissements bénéficiaires d’un contrat local d’accompagnement (CLA)
Cet élargissement est favorable à des corps jusque là très pénalisés par un manque de missions et fonctions éligibles accessibles.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Si la revalorisation de la profession ne doit pas se limiter à de meilleures conditions d’accès aux promotions, le SE-Unsa accueille favorablement ces avancées notamment pour les avoir portées avec ténacité ces dernières années auprès du ministère.
Ces évolutions vont enfin permettre un nombre de promotions plus élevé chaque année, et ce dès la campagne 2022, par limitation des promotions annuellement « perdues » car non distribuées. Par conséquent, elles contribuent à tendre vers une meilleure équité entre les corps puisque certains sont aujourd’hui plus impactés que d’autres par cette problématique.
 
Si le SE-Unsa continue de revendiquer de meilleurs taux de promotions, il poursuivra aussi ses demandes pour qu’aucune promotion ne soit perdue et que l’accès au vivier 1 soit équitable pour tous.
Dans cet optique, le SE-Unsa a demandé au ministère que des projections soient réalisées afin de définir si ces mesures seront suffisantes sur les années à venir pour atteindre les objectifs de promotions distribuées en totalité.
 
Par ailleurs, le SE-Unsa demande un plus grand engagement vers un réel élargissement à d’autres fonctions et missions qui exigent des compétences et responsabilités au-delà de celles propres au métier (poste relevant de l’ASH, coordonnateur MLDS, professeur principal, conseiller en formation continue, remplaçant, coordonnateur de district UNSS, délégué Usep, affectation en milieu pénitentiaire, enseignant référent aux usages numériques).
 
Enfin, le SE-Unsa demande toujours une prise en compte des missions et fonctions éligibles au titre du vivier 1 pour les personnels exerçant dans le cadre de leur détachement hors de France.
 
 
Vous pensez être éligible à la classe exceptionnelle ?
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 15:43

Groupe de Travail du 25/01/22

 

Le Groupe de Travail sur l'examen de la carte scolaire pour la rentrée 2022 s'est réuni toute la journée en visioconférence. Il a permis de balayer les situations de toutes les écoles maternelles, élémentaires et primaires du département.

 

Nous avons pu intervenir sur toutes les situations qui nous ont été remontées auprès de Mme Garcia-Gillet (IENA) et de l'équipe de la D1D.

 

En début de séance, nous avons découvert la méthode de calcul de la DSDEN sur les classes dédoublées (GS, CP et CE1 en éducation prioritaire) ou plafonnées (GS, CP et CE1 hors éducation prioritaire) : l'effectif de ces classes (14 pour les dédoublées et 24 pour les plafonnées) est constitué d'élèves des niveaux concernés (GS, CP, CE1) mais aussi d'élèves des autres niveaux pour "remplir" les classes à 14 ou 24. Cette manière de répartir les élèves fait mécaniquement baisser la moyenne des élèves sur les classes des autres niveaux (PS ou MS en maternelle, CE2, CM1 et CM2 en élémentaire). Or c'est sur cette moyenne que la DSDEN se base essentiellement pour prendre les mesures de carte scolaire. Dédoublement ou plafonnement ne sont pas synonyme de remplissage, ce calcul ne correspond pas à la réalité du terrain. C'est ce que le SE-Unsa 92 dira à la Directrice Académique lors du CTSD qui se réunira vendredi, et qui actera les mesures de carte scolaire pour la rentrée 2022.

 

Si vous souhaitez connaître le projet de carte scolaire pour votre école cliquez ici.

 

David PLANCHE

Représentant SE-Unsa 92 au CTSD

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Carte scolaire
21 janvier 2022 5 21 /01 /janvier /2022 21:04

Compte-rendu

 

Crise sanitaire

Suite à la mobilisation du 13 janvier :

-  des boites de 50 masques chirurgicaux sont en train d’arriver sur les circonscriptions, 1 boite par enseignant, les AESH ne seront pas destinataires dans un premier temps.

- des masques FFP2 seront livrés à destination des enseignants qui en feront la demande, en priorité pour les enseignants de maternelle, les AESH et les ATSEM. Les enseignants de CP et CE1 pourront éventuellement en obtenir si les stocks le permettent. Les circonscriptions recenseront les besoins.

- Des renforts administratifs, ainsi que les médiateurs LAC (Lutte Anti Covid) anciennement chargés de tester les élèves dans les écoles seront affectés aux circonscriptions (1500 personnes sont prévues). 11 renforts administratifs sont déjà arrivés dans les circonscriptions. Ils ne seront pas directement affectés aux écoles, mais pourront venir en aide aux directeurs qui en auraient besoin (notamment pour appeler les familles lors de COVID dans leurs écoles). Ils peuvent aussi se charger de distribuer les masques aux écoles et, ainsi, éviter cette tâche aux directeurs.

- il n’est pas prévu de livraison d’autotest sur les écoles actuellement.

- La DASEN a affirmé qu’un enseignant en arrêt de travail n’a pas à assurer la continuité pédagogique.

- Les enseignants ayant contracté le COVID doivent se déclarer sur AMELI pour obtenir l’attestation d’isolement à remettre à la circonscription pour justifier de leur arrêt sans jour de carence.

- Les enseignants absents suite à la fermeture de la crèche de leur enfant ou de l’absence de l’assistante maternelle sont en ASA (autorisation spéciale d’absence) sous réserve de présenter un courrier de la crèche ou de l’assistante maternelle et une attestation sur l’honneur d’absence d’autre solution de garde.

- La DASEN n’a pas pu s’engager pour que ces absences ne soient pas imputées au droit à congé pour enfant malade.

- Les évaluations de CP ont été reportées sur décision du ministre. Une information a probablement été faite aux directeurs d’école.

 

Situation des ressources humaines sur le département

- Entre 400 à 450 enseignants ne sont pas remplacés chaque jour dans les écoles du département.

- 50 nouveaux enseignants contractuels ont été recrutés depuis début janvier. 70 à 80 enseignants sont encore à recruter.

- 14 Professeurs des écoles stagiaires ont démissionné depuis le début de l’année, ainsi que 6 titulaires et 6 contractuels.

- 1827 AESH travaillent actuellement sur le département, d’autres recrutements sont en cours. La MDPH ne donnant pas d’indication horaire, les dotations horaires sont très variables selon les élèves et il est donc compliqué de calculer le nombre d’AESH manquants sur le département.

 

Temps partiels

Le droit de travailler à 80 % ne sera plus possible à la rentrée 2022. Il semble que ce soit le cas dans les autres départements, mais compte tenu du prix du logement dans notre département cela semble très mal venu !

 

Démarches administratives

Nombre de démarches administratives ont été avancées cette année, les personnels se devront d’être vigilants s’ils ne veulent pas laisser passer des dates. La DASEN s’engage à communiquer un calendrier indicatif l’an prochain pour éviter les déconvenues.

 

Liste d’aptitude des directeurs

Les résultats devaient être communiqués aux candidats le 10 janvier, ils n’ont reçu aucune information à ce jour. Le retard est dû à la maladie de certains candidats qui ont passé leur habilitation à leur retour. Les résultats seront communiqués par mail individuel aux candidats dans le courant de la semaine prochaine.

 

Permutations

- Via le système « démarches simplifiées », des collègues ne parviennent pas à joindre les pièces justificatives. Ils doivent adresser un mail à ce.ia92.mouvinter@ac-versailles.fr pour résoudre le problème.

 

Anne GAU-SEGONZAC

Représentante du SE-Unsa 92

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
21 janvier 2022 5 21 /01 /janvier /2022 17:50

Allègement du protocole annoncé pour la rentrée des congés

 

Le Premier ministre et le ministre de la Santé se sont une nouvelle fois exprimés jeudi 20 janvier pour annoncer des levées de restrictions sanitaires en deux temps : mercredi 2 et mercredi 16 février.
Elles sont peu nombreuses à impacter l’École dans ce calendrier, mais l’annonce d’un allégement du protocole sanitaire à la rentrée des congés des vacances d’hiver aura bien des conséquences sur l’organisation des équipes et des familles.
 
 
Le SE-Unsa met d’ores et déjà en garde l’exécutif qui ne doit pas commettre les mêmes erreurs que ces deux dernières années. Le SE-Unsa exige que le futur protocole soit travaillé dès maintenant pour permettre une simplification de la gestion de crise par tous les personnels et puisse être connu en amont des vacances scolaires.
 
 
Allègement en population générale
 
Parmi les mesures annoncées, certaines vont plus ou moins impacter l’École.
 
Dès le 2 février, la levée des jauges dans les établissements accueillant du public assis devrait permettre les sorties ou manifestations scolaires. Quant à la fin de l’obligation du port du masque en extérieur, on ne sait pas exactement comment elle concernera l’école.
 
À partir du 16 février, la consommation debout sera à nouveau possible, réinstaurant ainsi certains moments de convivialité au sein des journées.
 
 
Les exigences du SE-Unsa pour l’École
 
Suite à l’annonce d’un allégement du protocole à l’École, et notamment une levée du port du masque pour les élèves dans les écoles élémentaires, qui entrerait en vigueur à la rentrée des congés d’hiver et donc de façon décalée selon les zones, le SE-Unsa rappelle ses demandes depuis des mois pour un protocole :
  • concerté avec les personnels et adapté à la réalité du quotidien et de chaque métier
  • simplifiant réellement la gestion de crise, pour tous les personnels, par des mesures concrètes
  • annoncé suffisamment tôt et directement aux personnels pour laisser le temps des réorganisations nécessaires
  • stabilisé pour ne pas connaître de revirement peu de temps après, notamment dans un contexte de mise en œuvre décalée
 
Le SE-Unsa portera ces différentes demandes lors de la première des réunions bimensuelles engagées par le Premier ministre qui se tiendra le mardi 25 janvier au ministère.
Pour rappel, ces réunions bimensuelles, au-delà des points sanitaires réguliers avec le cabinet du ministre, ont pour objectif d’organiser une concertation des acteurs concernés par la gestion de crise à l’école, : le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de la Santé et une autorité de santé.
Le SE-Unsa a obtenu une déclinaison de ces concertations au niveau des territoires car certaines solutions ne trouveront leurs réponses qu’en proximité.
 
Le SE-Unsa y portera bien sûr l’ensemble de ses autres demandes pour les personnels (suppression de la consigne de cumuler enseignement en présentiel et en distanciel, équipement en matériel de protection, recrutements, suspension de tout ce qui n’est pas prioritaire, report des épreuves de spécialités, annulation des évaluations de mi-CP…).
 
 
Chaque journée de gestion de crise à l’école est toujours aussi lourde et difficile, il ne faut pas l’oublier !
Alors le SE-Unsa continue de maintenir la pression sur le gouvernement en invitant chaque collègue à écrire au Premier ministre par simple envoi d’un courriel automatique et lui faire ainsi connaître ses demandes tout autant légitimes qu’urgentes.
 
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 21:53

Confiez votre dossier au SE-Unsa 92

 

Le CTSD sur la carte scolaire 1er degré se tiendra le vendredi 28 janvier 2022. Le Groupe de Travail qui examinera la situation de l'ensemble des écoles des Hauts-de-Seine se réunira quant à lui le mardi 25 janvier 2022.

Cette carte scolaire sera marquée par l'entrée en vigueur, à la rentrée 2022, des classes de CP et de CE1 limités à 24 (hors éducation prioritaire). Cette mesure doit s'accompagner de moyens suffisants pour ouvrir des classes partout où ce sera nécessaire ; merci de remplir notre enquête en ligne pour que nous puissions suivre votre dossier.

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Carte scolaire
14 janvier 2022 5 14 /01 /janvier /2022 07:27

Des annonces à soumettre à l'épreuve des faits

 

Après une mobilisation record de l’ensemble des professionnels de la communauté scolaire ce jeudi 13 janvier, le Premier ministre et le ministre de l’Éducation nationale, accompagnés du ministre de la Santé, ont reçu les organisations syndicales en fin de journée.
 
Enfin des réponses aux attentes des personnels
 
Les premières annonces répondent enfin à plusieurs revendications des personnels portées par le SE-Unsa depuis des mois.
 
Concernant les mesures de protection et d’équipement, les engagements pris devront se concrétiser dans les délais annoncés de façon à placer au plus vite les personnels dans des conditions sanitaires satisfaisantes.
 
Le SE-Unsa acte positivement le changement de méthode dans le dialogue social avec la tenue de réunions bimensuelles avec les organisations syndicales et en lien avec les autorités de santé, au niveau national. À l’échelon territorial, des réunions devraient enfin être installées pour résoudre les problèmes en proximité.
 
Du point de vue du fonctionnement des écoles et établissements, pour le SE-Unsa, l’annonce du recrutement de personnels par le recours aux listes complémentaires des concours 2021 de professeurs des écoles, ainsi que le recrutement de contractuels et d’assistants d’éducation en nombre important est une bonne nouvelle si elle se concrétise pleinement et rapidement.
 
Des annonces à l’épreuve des faits
 
Le SE-Unsa prend donc acte de ces annonces gouvernementales et jugera avec la profession si les engagements pris se concrétisent vraiment et rapidement.
L’exaspération exprimée le 13 janvier est à la hauteur des attentes. L’exécutif ne doit pas rater ce rendez-vous avec les personnels pour sortir de la crise.
 
 
Paris, le 13 janvier 2022
 
Stéphane Crochet
Secrétaire général
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92