Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Jeudi 7 septembre : CTSD. Mesures d'ajustement de carte scolaire

Lundi 18 septembre : GT. Candidatures aux MIN ASH

 

 

10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 07:50

L'impérieuse nécessité d'analyser la montée du populisme

 

Le deuxième tour de l’élection présidentielle a livré son résultat. La candidate de l’extrême droite  a été éliminée. C’est un soulagement pour tous les républicains. Il n’en demeure pas moins que la progression du Front national doit être prise très au sérieux.

 
En effet, avec environ 35%  des voix, Marine Le Pen a doublé le score que son père avait réalisé il y a quinze ans. C’est encore une importante étape franchie par le Front national dans son cheminement vers le pouvoir.
 
Le nationalisme progresse dans l’Union européenne et dans le Monde. La France a une nouvelle chance, peut-être une dernière chance, d'inverser cette tendance. L’ensemble des politiques, dont tous les acteurs de la vie de la cité parmi lesquels le monde associatif et les organisations syndicales, ont à analyser les raisons de la progression du vote populiste. Elles peuvent résider dans les très graves difficultés économiques mais cela ne suffit pas à expliquer complètement la motivation de ces millions d’électeurs. Au-delà de la désespérance, du sentiment d’oubli et de déclassement, le ressentiment et la crainte à l’égard de la diversité des cultures et de leur interaction dans notre pays semblent aussi être un ressort puissant. C’est peut être le constat le plus difficile à regarder en face mais il est urgent de se livrer à un travail de fond pour dépasser les peurs silencieuses et tirer collectivement toutes les richesses de notre modèle ouvert et solidaire.
 
Emmanuel Macron sera donc le nouveau président de la République. C’est une immense responsabilité qui lui incombe car la cohésion sociale de notre pays est plus que jamais fissurée. Il lui revient désormais de tout faire pour que les citoyens retrouvent la confiance en leur Nation comme en eux-mêmes.
 
Stéphane Crochet
Secrétaire général du SE-Unsa
Repost 0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 20:36

Priorités au mouvement départemental

 

La CAPD de ce matin (et d'une partie de l'après-midi) examinait les demandes de priorités au mouvement départemental, dans l'ordre d'importance : carte scolaire, handicap, retour de CLD, réparation d'erreur, retour de détachement, exceptionnelles, école Sciences et biodiversité de Boulogne. 

Etaient également examinées les demandes de priorité pour maintien en éducation prioritaire pour la seconde phase du mouvement, les voeux pour un poste relevant de l'ASH, les candidatures pour un poste Accueil des élèves de moins de 3 ans et pour les écoles à projet linguistique renforcé.

Si vous souhaitez connaitre un résultat vous concernant cliquez ici

 

David PLANCHE

Elu SE-Unsa 92 à la CAPD 

Repost 0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans CAPD
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 09:02

Les résultats inquiétants du premier tour de l’élection présidentielle ont placé l’extrême-droite, à travers Marine Le Pen, au second tour ; une mobilisation citoyenne s’impose pour réaffirmer notre attachement aux valeurs de la République et de la démocratie.

Madame Le Pen a beau avoir bénéficié de maintes complaisances médiatiques, intellectuelles et politiques dans son entreprise de banalisation, elle n’en demeure pas moins une ennemie de ces valeurs.

Ce jeudi 4 mai à Paris, un grand concert sera donné sur la place de la République de 18h00 à minuit. Une vingtaine d’artistes et de personnalités viendront animer cet événement citoyen majeur.

Portée par un collectif de plus de 30 associations (dont l’UNSA), cette initiative vise à réunir le front le plus large possible afin d’exprimer l’unité de la société civile face aux dérives racistes, antisémites, homophobes, sexistes et négationnistes du Front National de Marine Le Pen.

Lors de cette soirée, chacune et chacun est invité à venir exprimer un message commun : faire barrage au Front National dans les urnes ce 7 mai 2017.

Nous nous souvenons, car nous la connaissons peut-être mieux que quiconque, de notre histoire européenne et des plaies laissées par l’avènement de l’extrême droite au pouvoir il y a quelques décennies à peine, des plaies que nous travaillons encore aujourd’hui à refermer.

Chaque individu est invité à se mobiliser et à faire un choix clair. Celui-ci ne sera pas aussi simple pour les uns que pour les autres. Mais il doit être fait.

Parce que notre pays ne doit pas retomber dans un régime dans lequel les droits des uns ne seront plus les mêmes que ceux des autres.

Parce que nous devons protéger notre État de droit dans lequel la liberté d’expression et de manifestation restera un principe inscrit dans la loi.

Parce que nous avons notre rôle à jouer pour empêcher de rallonger la liste des nationalistes réactionnaires au pouvoir dans le monde.

Parce que la démocratie doit être protégée de ceux et celles qui cherchent à l’instrumentaliser et l’affaiblir pour mieux la détruire.

Pour toutes ces raisons, nous appelons à voter le 7 mai contre Marine Le Pen.

Ce jour-là, il ne s’agira pas de s’abstenir ou de voter blanc mais de faire en sorte que Marine Le Pen réalise le score le plus faible possible.

Appel d’un collectif de plus de 30 organisations, dont l’UNSA

Repost 0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 18:05

Liste d'aptitude PE, congés de formation, départs en stage CAPPEI

 

Liste d'aptitude PE

Il y avait 126 instituteurs à la rentrée 2016. 

16 candidats ont demandé leur inscription sur la liste d'aptitude, 1 candidature a été rejetée.

Ce sont donc 15 instituteurs qui vont devenir Professeur des Ecoles à la rentrée prochaine.

 

Congés de formation professionnelle

La dotation est la même que les années passées, à savoir 15 ETP soit 180 mois.

- Les renouvellements sont traités en premier et sont tous acceptés, ils concernent 19 collègues et consomment 53 mois et 24 jours.

- Puis viennent les candidats qui se sont déjà vus opposés 3 refus : 3 collègues qui représentent 18 mois.

- Enfin viennent les premières demandent : les 108 mois et 6 jours restants permettent de faire partir 12 nouveaux collègues en congé de formation.

 

Départs en stage CAPPEI

48 possibilités de départ étaient offertes pour l'année scolaire 2017/2018.

Sur les 49 candidatures reçues, 3 ont reçu un avis défavorable.

44 collègues ont pu être proposés pour une formation, en fonction du nombre de places défini dans chaque parcours. Les 2 collègues restants vont se voir proposer des formations ayant des places vacantes.

Parcours 1  : Enseigner en SEGPA (ancienne option F) : 5 départs

Parcours 2 : Travailler en RASED - Aide à dominante pédagogique (ancienne option E) : 7 départs

Parcours 3 : Travailler en RASED - Aide à dominante relationnelle (ancienne option G) : 9 départs

Parcours 4 : Coordonner une ULIS qui accueille des élèves troubles des fonctions motrices ou maladies invalidantes (ancienne option C) : 1 départ

Parcours 5 : Coordonner une ULIS qui accueille des élèves avec des troubles des fonctions cognitives, troubles spécifiques du langage et des apprentissages, troubles psychiques, troubles du spectre autistique (ancienne option D) : 9 départs

Parcours 6 : Enseigner en unité d'enseignement qui accueille des élèves avec des troubles des fonctions cognitives, troubles spécifiques du langage et des apprentissages, troubles psychiques, troubles du spectre autistique (ancienne option D) : 13 départs

Parcours 7 : Enseigner en unité d'enseignement ou sur un poste d'enseignant itinérant auprès d'élèves avec des troubles des fonctions auditives (ancienne option A) : 0 départ

 

Si vous souhaitez connaître un résultat vous concernant cliquez ici

 

Questions diverses

- Détachements à l'étranger : les renouvellements ont tous obtenu un avis favorable du DASEN. Concernant les premières demandes une ancienneté de 10 ans dans le département est exigée pour obtenir un avis favorable.

- Remplacement : A ce jour 93 ZIL assurent des remplacements sur des congés longs, et 10 remplaçants (brigade ou ZIL) sont affectés sur des postes vacants (le plus souvent sur des congés parentaux). "Techniquement" tous les congés longs sont remplacés, mais 30 remplaçants sont arrêtés et ne sont pas remplacés en raison du manque de personnel : le DASEN continue donc le recrutement de contractuels (125 en postes actuellement).

 

David PLANCHE

Elu SE-Unsa 92 à la CAPD

 

Repost 0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans CAPD
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 21:09

L'Enseignant des Hauts-de-Seine est en ligne

 

Notre publication départementale n°182 est en ligne en version numérique : vous la trouverez en cliquant sur le lien ci-dessous.

La version papier va bientôt arriver chez les adhérents et dans les écoles.

Bonne lecture !

Repost 0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 15:44

Comprendre son montant

 

La rémunération du mois d’avril est différente de celle de mars. Et comme cela représente un salaire différent pour le quatrième mois consécutif, le SE-Unsa vous apporte quelques explications.
 
Janvier 2017 : application partielle du 1er gain indiciaire lié au PPCR.
 
Février 2017 : hausse de la valeur du point d’indice de 0.6%.
 
Mars 2017 : versement rétro-actif des gains indiciaires manquants de janvier et février, s’ajoutant à celui de mars.
 
Avril 2017 : votre salaire stabilisé comprenant la hausse de la valeur du point d’indice et l’intégralité du gain indiciaire lié au PPCR.
 

 

Repost 0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 10:49

Faire barrage à l'extrême droite

 

Après des mois d’une aussi imprévisible qu’improbable campagne, le premier tour des élections présidentielles a livré ses résultats. Quinze ans après, alors que la participation est comparable à celle de 2012, le Front national est à nouveau qualifié pour le second tour de l’élection présidentielle. Mais cette fois, ce n’est pas une surprise. C’est désormais le choix d’une part importante d’électeurs qui, même s’il n’occupe pas la première marche du podium comme le prévoyaient les sondages, est un danger pour notre société et notre démocratie. Néanmoins, cette seconde place n’exclut pas le risque de voir le parti de la xénophobie, du repli sur soi, du rejet de l’autre accéder au pouvoir.
 
Fidèle à son engagement humaniste, laïque, d’émancipation par l’éducation, fidèle à son Histoire, le SE-Unsa appelle à faire barrage à l’extrême droite.
Repost 0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 09:30

Le décret modifié

 

Le décret modifiant les obligations de service des enseignants du 1er degré a été publié. Ce texte met à jour règlementairement plusieurs dispositions dont la répartition des 108 h, actuellement déclinées dans une simple circulaire de 2013.
 
Les 108 h 
Jusqu’à présent, le décret en vigueur mentionnait encore les « 60h d’activités auprès des élèves avec un temps proportionné de préparation ». Le nouveau décret acte ainsi un temps de 48h dédié aux concertations, aux relations avec les parents et aux projets personnalisés de scolarisation. Pour Le SE-Unsa rappelle que ces heures doivent être utilisées par les collègues avec la confiance des IEN, sans comptabilisation tatillonne.
 
Organisation de la semaine scolaire
Le décret régularise aussi règlementairement la situation des collègues affectés dans des écoles fonctionnant sous l’ancien décret Hamon, avec des semaines en dessous des 24 h. En effet, dans ces écoles, les collègues récupèrent les heures sur les vacances, et effectuent donc plus de 36 semaines devant les élèves. Le décret mentionne ainsi les 24h d’enseignement à réaliser sur l’ « ensemble de la semaine scolaire ».
 
Enseignants en établissements pénitentiaires
Enfin les ORS des collègues qui exercent dans le pénitentiaire sont de 21h + 3, soit cent huit heures annuelles forfaitaires, notamment consacrées aux activités de coordination et de concertation ainsi qu’au suivi et à l’évaluation des personnes détenues. Le décret mentionne également la possibilité d'exercer sur 40 semaines pour ces collègues (avec accord des enseignants) sans dépasser les 756h sur l'année. Cette organisation était jusque-là inscrite dans une circulaire qui datait de 2000.
 
L’avis du SE-Unsa
Ce décret est le bienvenu à quelques semaines d'échéances politiques importantes. Il  vient, notamment sécuriser réglementairement le contenu de la circulaire de 2013. Au-delà, la question du temps de travail des enseignants du 1er degré, pour le SE-Unsa, reste posée. Chacun est conscient qu’il ne se limite pas aux obligations réglementaires et que le temps de préparation, d’évaluation, de suivi des élèves et de concertation s’y rajoute de façon différenciée. Le SE-Unsa avait d’ailleurs formulé des propositions en décembre lors d’une réunion au ministère.
Repost 0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 15:30

Les résultats

 

L’Unsa Éducation vient de rendre publics les résultats de son Baromètre 2017 des personnels de l’Éducation.
Dans les grandes lignes, ils sont fiers de leur métier, préoccupés par leur pouvoir d’achat et leurs conditions de travail mais assez sévères sur les choix politiques et partagés sur les thématiques de la "présidentielle".
 

Les 31 000 répondants et les 20 000 témoignages "qualitatifs" recueillis donnent à l’Unsa Éducation une idée très précise des souhaits et des craintes, ainsi que de la diversité des collègues qu’elle représente. Elle les appelle, dans cette période électorale qui s’achèvera avec les législatives, à continuer à "Donner de la voix" et à porter, avec elle, 25 exigences pour l’Éducation.

Repost 0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 08:26

Quelle place pour la GRH dans la Refondation ?

 

Le SE-Unsa s’est saisi de la dernière CAPN 1er degré avant les élections présidentielles pour revenir sur la période de Refondation qui s’achève. Celle-ci aura été marquée par des changements pédagogiques, éducatifs et des avancées pour les enseignants des écoles.  Le SE-Unsa considère, pour autant, que cette période aurait dû conférer à la gestion des ressources humaines une place plus importante.
 
Ainsi, des travaux entamés sont toujours en cours. C’est le cas des mouvements départementaux. Le chantier reste à ce jour inabouti sur les questions de vœu géographique et de mouvement complémentaire. Il en va de même pour le rappel demandé par le SE-Unsa sur le cadrage des incompatibilités de certains postes avec le temps partiel, qui tend à s’allonger tous les ans dans les départements.
 
La mobilité géographique est elle, aussi, à un niveau toujours trop loin des espérances des enseignants. Pour le SE-Unsa, la période de créations de postes que nous avons connue aurait dû permettre de mieux équilibrer recrutement et mobilité géographique.
 
Par ailleurs, certaines décisions ont mis du temps à se concrétiser. C’est le cas pour les directeurs d’école. Selon les départements, les décharges pour les petites écoles ne sont pas toujours effectives. Il en va de même concernant leur formation : les 5 semaines prévues par la circulaire de 2014 ne sont pas mises en pratique partout. Quant à la simplification de leurs tâches, les déclinaisons concrètes issues des protocoles n’ont pas pris forme.
 
Sur le terrain, les réformes éducatives n’ont pas toutes été suffisamment accompagnées. La réorganisation de la semaine scolaire, la mise en place du PDMQDC les nouveaux programmes, ou encore l’instauration d’un cycle 3 articulant école et collège n’ont pas bénéficié de la formation nécessaire et du temps d’appropriation pour accompagner les enseignants dans ces changements. 
 
Enfin, les récents textes sur le remplacement ne sont pas pour le SE-Unsa de nature à améliorer les conditions d’exercice des remplaçants. Il aurait fallu traiter cette problématique de manière sereine en évitant la stigmatisation ainsi que les solutions uniformes et toutes faites.
 
Cette période aura donc vu une reconnaissance de l’engagement des enseignants au service de l’École. La mise en place de l’Isae et l’augmentation progressive du ratio de passage à la hors-classe sont ainsi deux mesures qui étaient attendues par les enseignants des écoles. Mais ces quelques exemples, liés à la gestion des personnels, constituent des leviers que la Refondation aurait dû activer pour les enseignants des écoles, leur reconnaissance et  leur légitimité.
Repost 0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92