Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Mardi 22 juin 2021 : GT. Ajustements de carte scolaire

Jeudi 24 juin 2021 : CTSD. Formation continue

Jeudi 1er juillet 2021 : CAPD. Recours suite aux refus de temps partiel sur autorisation

 

 

 

 

Téléchargements

23 mars 2021 2 23 /03 /mars /2021 12:00

Lettre commune au Premier ministre

 

Alors que la situation épidémique continue de se détériorer, que 16 départements connaissent un nouveau confinement, que d’autres sont en situation critique, les organisations Unsa Éducation, Sgen-CFDT et Snalc appellent le gouvernement à réviser sa politique vaccinale pour permettre à l’École de rester ouverte.

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 08:49

S'épuiser ou abandonner n'est pas un choix acceptable

 

Si leur fierté du travail accompli est quasi-unanime (96%) après une année à l’épreuve de la crise sanitaire, 75% des directrices et directeurs d’école s’épuisent dans cette fonction. A lui seul, ce résultat du sondage Ifop pour le SE-Unsa doit interpeler toute la communauté éducative. Si ce n’était pas assez édifiant, il suffirait alors de regarder les résultats constituant des indicateurs de confiance en l’avenir. 38% pensent que cette situation perdurera et 55% estiment qu’elle va se dégrader. Pas étonnant que plus d’un tiers des personnes débutant dans la fonction envisage de l’abandonner.
 
La mobilisation de tous est indispensable pour que ce dossier récurrent franchisse un cap décisif. C’est l’objectif de la semaine de la direction d’école lancée par le SE-Unsa du 22 au 26 mars. Durant cette semaine, une campagne de visibilité dans les écoles ainsi que sur les réseaux sociaux en déclinera les différentes facettes. Dans les départements, le SE-Unsa tiendra des conférences de presse avec des directrices et directeurs pour qu’ils témoignent de leurs défis quotidiens.
 
Après une première édition de la semaine de la direction en mars 2018 et le suicide de Christine Renon en 2019, de nombreux mois de travail et de concertations avec le ministère ont péniblement abouti à de premières avancées. Une amélioration du régime de décharges de certaines écoles et une revalorisation de l’indemnité de direction de 450 € bruts annuels ont été actées. Mais ces mesures sont insuffisantes. Toutes les directrices et tous les directeurs veulent des engagements concrets qui répondent aux besoins de chacune des écoles, et concernent tous les aspects de leur fonction, pour enfin mieux vivre leur métier.
 
Pour le SE-Unsa, les directrices et directeurs ne doivent pas avoir à choisir entre s’épuiser ou abandonner.
 
 
Paris, le 18 mars 2021,
 
Stéphane Crochet,
Secrétaire Général
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Direction d'école
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 08:44

Non, l’École ne fonctionne pas normalement

 

Jeudi 18 mars, le Premier ministre a annoncé les nouvelles mesures sanitaires. Après plusieurs jours où diverses hypothèses circulaient, à nouveau, les annonces sont tombées.
 
16 départements connaissent donc une nouvelle période de confinement, avec le passage systématique des lycées en demi-jauge et le maintien de l’ouverture complète des collèges et écoles. Mais, non, leur fonctionnement n’est pas normal, comme l’exécutif tend à le faire croire.
 
 
Lycées
 
Si la mesure pour les lycées est bienvenue, son application doit être précisée et harmonisée. De plus, les perturbations dans les apprentissages et les inégalités entre les territoires doivent conduire le ministre à réétudier au plus vite la question des épreuves terminales.
 
 
Collèges 
 
S’agissant des collèges, le SE-Unsa exige que toutes les demandes de réduction des capacités d’accueil soient étudiées. Jusqu’à présent, elles ont été refusées alors que la configuration de nombreux collèges aux effectifs surchargés amène aux mêmes raisonnements que pour les lycées. Pour le SE-Unsa, il faut également annuler dès maintenant les épreuves du DNB.
 
 
Écoles 
 
Pour les écoles, la dégradation de la situation épidémique conduit à une désorganisation très importante dans de nombreux endroits. Celle-ci doit être prise en compte et entendue. En effet, les absences de personnels cas positifs, symptomatiques ou cas contacts se démultiplient obligeant les écoles à regrouper des élèves au point de ne plus réussir à assurer ni enseignement ni respect du protocole sanitaire. Pour préserver l’ouverture des écoles dans la durée, le SE-Unsa estime que le ministère doit accepter plus facilement des fermetures de classes ou d’école pour une semaine, au cas par cas.
Fermer une semaine quand c’est nécessaire et recruter sont deux axes indispensables pour contenir l’épidémie et protéger les équipes de l’épuisement. Il faut donc arrêter de mégoter sur l’embauche de renforts avec des contrats au compte-goutte et pour des durées courtes.
 
 
Tests et vaccination
 
Les enseignants, AESH, Atsem et autres personnels des écoles et établissements, à commencer par ceux qui sont au contact des enfants les plus jeunes qui ne portent pas le masque, veulent se protéger et protéger leurs proches. Les campagnes de tests salivaires peuvent y concourir. Déployées avec de nombreuses difficultés depuis 3 semaines, le SE-Unsa demande la communication de leurs résultats.
 
Mais surtout, la décision de confiner tout en maintenant les écoles et établissements scolaires ouverts doit engager le gouvernement à reconsidérer sa décision de non-priorisation de l’accès à la vaccination pour l’ensemble de ces personnels.
 
Les mesures prises dans les 16 départements les conduisent à retrouver le cadre de novembre. Sera-t-il suffisant ? Du fait des variants notamment, l’inquiétude est palpable dans ces régions comme dans de nombreux autres territoires.
 
 
Le SE-Unsa est mobilisé sur l’ensemble du territoire aux côtés des équipes et portera nationalement ses analyses et demandes lors d’un point sanitaire ministériel mardi 24 mars.

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
18 mars 2021 4 18 /03 /mars /2021 12:03

Enfin du concret sur la paye

 

Le décret instituant une prime d’attractivité pour certains personnels enseignants, d’éducation et PsyEN a été publié. Pour le SE-Unsa, c’est une première marche vers la revalorisation tant attendue et nécessaires de nos métiers. Mais elle est insuffisante.
 
Une prime pour qui et quel montant ?
 
Elle sera attribuée aux fonctionnaires enseignants, CPE et PsyEN des échelons 2 à 7 ainsi qu’aux contractuels. Elle sera versée mensuellement.
Les montants sont dégressifs, de 1 400 € à l’échelon 2 à 500€ aux échelons 6 et 7.

Cette première marche concerne 31 % des personnels, (soit un montant de 260 millions d’euros en année pleine) ; elle sera versée à partir du mois de mai cette année.

 
Et les autres ? 
 
Le ministère dit avoir la volonté d’aller plus loin pour l’ensemble des personnels.
Concernant les stagiaires, la réflexion est en cours. Pour le SE-Unsa, il est impensable que l’allongement de la durée de la formation universitaire instaurée par la réforme ne se traduise pas par une revalorisation du traitement dès l’année de stage.
 
L’avis du SE-Unsa 
 
Cette prime d’attractivité est une bonne nouvelle pour celles et ceux qui la percevront. Elle cible prioritairement la première partie de la carrière, cette période vraiment trop longue où le salaire ne met pas à l’abri des fins de mois difficiles. Cependant, elle devra être amplifiée dès le budget 2022 pour réussir à dépasser ces difficultés, et également être complétée par d’autres mesures comme l’augmentation des ratios de passage à la hors-classe et l’amélioration de l’accès à la classe exceptionnelle. Sans cela, la revalorisation restera incomplète.
 
Même si le dialogue social a conduit à une indemnité unique pour tous les corps, elle n’est pas pour autant le bon outil pour corriger les écarts de rémunérations. Ce sujet des écarts de rémunérations entre les corps, entre les femmes et les hommes, demeure et nécessite également que la puissance publique y réponde.

Le SE-Unsa continue également d’alerter sur la revalorisation en trompe l’œil des futurs entrants métiers car :

  • Elle repose sur de l’indemnitaire et elle n’est pas consolidée par une programmation pour sa poursuite et les autres mesures qui doivent absolument la compléter.
  • Elle ne donne aucune réponse pour les stagiaires de cette année scolaire, ni ceux de l’année prochaine ou ceux de 2022 qui seront issus de la première session des nouveaux concours, alors que les stagiaires perçoivent bien des rémunérations très basses.
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
16 mars 2021 2 16 /03 /mars /2021 14:38

Le SE-Unsa 92 vous aide

 

Hier, une première circulaire concernant certains postes "à exigences particulières" au mouvement intradépartemental a été publiée sur i-prof. Les délais pour candidater sont très contraints puisque les collègues qui souhaitent participer à la présélection doivent faire parvenir leur demande à la DSDEN avant le jeudi 25 mars.

La circulaire "générale" devrait être publiée prochainement. Pour vous présenter la circulaire 2021 et vous aider dans votre démarches, le SE-Unsa 92 vous propose 2 réunions d'information syndicale en visioconférence :

- le mardi 6 avril 2021 à 17h

- le mercredi 7 avril 2021 à 10h

Le nombre de participants étant limité, vous devez impérativement vous inscrire en remplissant notre formulaire en ligne. Vous recevrez ultérieurement le lien pour participer à la réunion.

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
16 mars 2021 2 16 /03 /mars /2021 09:09
22-26 mars 2021

Semaine de la direction d'école par le SE-Unsa

 

Après une première édition en mars 2018, la deuxième édition de la « Semaine de la direction d’école » organisée par le SE-Unsa aura lieu du lundi 22 au vendredi 26 mars 2021. Elle a pour objectif de faire connaître les actions et mandats du SE-Unsa. Elle vise également à montrer que nous sommes tou·tes acteur·trices et tou·tes concerné·es par la direction et le fonctionnement de l’école.
 
 
Qu’est-ce que la Semaine de la direction d’école ?
 
La deuxième édition de la Semaine de la direction d’école se tiendra du lundi 22 au vendredi 26 mars 2021. Elle sera à nouveau l’occasion de mettre en lumière les missions des directrices et directeurs, rendues d’autant plus importantes et visibles avec la gestion de la crise sanitaire. Elle permettra également de rappeler les avancées obtenues par le SE-Unsa et de faire connaître nos propositions pour la direction et le fonctionnement de l’école.
 
Pendant cette semaine de la direction, le SE-Unsa présentera chaque jour ses actions et mandats sur un thème particulier :
  • lundi 22 mars : simplification des tâches
  • mardi 23 mars : conditions d’exercice et rémunération
  • mercredi 24 mars : augmentation des décharges
  • jeudi 25 mars : partenaires de l’école
  • vendredi 26 mars : structuration de l’école 
Le fonctionnement de l’école est l’affaire de tous, que l’on soit directrice, directeur ou non. 
 
Le SE-Unsa compte sur votre participation pour nous aider à obtenir les améliorations dont l’école a besoin !
 
 
Comment participer ?
 
Dès le lundi 22 mars, et pendant toute la semaine, vous pouvez utiliser un filtre Direction d’école : tous acteurs, tous concernés sur les réseaux sociaux.
 
Vous pouvez également participer à la réalisation d’un nuage de photos : 
 
  • prenez-vous en photo avec la pancarte La semaine de la direction d’école, j’y participe avec le SE-Unsa et/ou
  • prenez en photo votre liste de tâches à accomplir pendant cette semaine, 
> > puis envoyez vos photos à direction@se-unsa.org
 
 
Quel outils ?
 
  • l’affiche Place de la direction d’école
  • la pancarte La semaine de la direction d’école, j’y participe avec le SE-Unsa
> > Cliquez ici pour les télécharger

N’oubliez pas d’envoyer vos photos à direction@se-unsa.org !
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Direction d'école
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 19:44

Nouveau recrutement de résidents AEFE

 

En vue de la rentrée 2021, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) lance un nouvel appel à candidature pour des postes de résidents dans le 1er et le 2degré.
 
 
Nature des postes offerts
 
La liste des postes de résidents tout dernièrement ouverts au recrutement et régulièrement mis à jour est consultable sur la page dédiée du site de l’AEFE.
Il est important de savoir que les postes de résidents sont essentiellement des postes d’enseignants des premier et second degré ayant exercé au moins deux ans en qualité de titulaires en France.
 
 
Conditions de contrat, conditions de vie
 
Le contrat de résident est un contrat de 3 ans, avec une période de disponibilité de 3 mois en début de contrat avant de basculer sur le détachement en tant que résident. Le détachement vous permet de continuer à bénéficier de votre avancement et à cotiser pour la retraite dans les mêmes conditions qu’en France. 
En tant que résident, il est possible de bénéficier de l’ISVL (indemnité spécifique de vie locale) dont le montant diffère en fonction du pays.
Si vous avez des enfants, il est aussi possible de bénéficier de l’AF (Avantage familial) qui couvre le montant des frais de scolarité en établissement.
 
 
Modalités de recrutement
 
Si vous envisagez de candidater, nous vous conseillons vivement de prendre contact avec le chef ou la cheffe d’établissement.
Contrairement à la première phase du recrutement, il s’agit cette fois d’une procédure unique de candidature pour l’ensemble des pays.
Il est donc nécessaire de compléter les deux volets du dossier de candidature (la notice individuelle de candidature et la partie « établissement ») accompagnés des pièces justificatives, et les renvoyer à chaque établissement choisi et/ou au service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France du pays d’implantation de l’établissement.
 
Afin de simplifier à chacun la constitution de son dossier, sont listées ci-dessous les pièces justificatives à fournir :
  • copie du dernier arrêté de promotion
  • copie des deux derniers rapports d’inspection si existants
  • copie de la dernière notation administrative (sauf personnel du 1er degré n’ayant jamais exercé à l’AEFE)
  • copie d’une pièce d’identité et du livret de famille
  • justificatif de suivi de conjoint (si conjoint déjà établi dans le pays ou pouvant justifier d’une embauche dans le pays au plus tard à la date de rentrée scolaire)
  • justificatifs de cette résidence pour les candidats établis dans le pays
  • copie du contrat en cours pour les agents relevant de l’AEFE
  • copie de l’arrêté de détachement pour les candidats déjà en position de détachement
Mais également tout document demandé par l’établissement (CV, lettre de motivation, fiche de synthèse Iprof, copies de diplômes, attestations, etc.).
 
 
Spécial Adhérent !
Le SE-Unsa offre à ses adhérents un accompagnement personnalisé tout au long des démarches de constitution des dossiers.
 
Vous envisagez de candidater ? Alors dès aujourd’hui, demandez l’accompagnement Mobilité Internationale du SE-Unsa Hors de France en complétant le formulaire !
 
 
Pour plus d’information, n’hésitez pas à contacter la section Hors de France du SE-Unsa hdf@se-unsa.org
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 10:31

Où en est-on après le vote au Sénat de la proposition de loi ?

 

La proposition de loi Rilhac créant la fonction de directrice et de directeur d’école avait été adoptée par l’Assemblée nationale le 24 juin 2020. Elle a été examinée, modifiée et adoptée au Sénat le 10 mars 2021. À cette étape du cheminement législatif, le texte adopté par le Sénat, sans révolutionner le fonctionnement de l’école, peut être de nature à faciliter l’exercice de certaines missions. Toutefois, la proposition de loi a suscité de très fortes attentes chez les directrices et les directeurs ; certaines absences ou impécisions dans le texte ne permettent pas, à ce stade, de répondre à la hauteur de ces attentes. Le SE-Unsa fait le point du texte à cette étape.
 
Les principaux éléments satisfaisants 
 
  • une décharge complète d’APC pour les directeurs des écoles de 1 à 4 classes ;
  • quand la décharge n’est pas complète, la possibilité d’avoir des missions d’enseignement dans son école et ce sans responsabilité de classe ;
  • la création d’un ou plusieurs référents direction d’école dans chaque DSDEN ; ces référents sont des pairs qui sont là pour épauler et aider les directeurs ;
  • la possibilité de réaliser les élections des représentants des parents d’élèves par voie électronique dans toutes les écoles ;
  • le partage de la responsabilité du PPMS qui ne sera donc plus assumée uniquement par les directeurs d’école ;
  • l’apparition dans la loi de l’aide administrative et matérielle, qui jusqu’à présent n’était pas mentionnée dans un texte officiel ;
  • une offre de formation dédiée aux directeurs proposée tout au long de leur carrière ;
  • l’accès à une formation, pour les faisant fonction, trop souvent exclus jusqu’à présent ;
  • l’avancement accéléré des directeurs ;
  • l’apparition de la notion d’autorité fonctionnelle des directeurs d’école reconnaît un rôle de pilote d’équipe, sans dimension hiérarchique envers les enseignants. L’autorité hiérarchique, c’est-à-dire l’autorité qui a le pouvoir de nomination, sanction, évaluation, reste donc de la compétence des Dasen et IEN. L’autorité fonctionnelle, elle, existe déjà conformément au décret de 1989 sur les directeurs et concerne le fonctionnement de l’école : par exemple, le directeur arrête les services de surveillance, la répartition des élèves et des moyens d’enseignement, fixe les modalités d’utilisation des locaux scolaires, etc.
 
 
Les éléments négatifs ou non-précisés
 
  • Si le texte adopté par le Sénat ne mentionne pas explicitement la notion d’emploi fonctionnel, toutefois, de par son titre, la proposition de loi ne l’exclut pas en créant la fonction de directrice ou de directeur d’école qui disposerait d’un emploi. Il s’agit là d’un point qui devra être explicité.
    Le SE-Unsa n’est pas demandeur d’un emploi fonctionnel tel qu’il existe actuellement dans la fonction publique, notamment en raison des contraintes de mobilité obligatoire.
  • Les seuils de décharge ne sont pas précisés.
    Pour le SE-Unsa, si ces seuils n’ont pas à être inscrits dans la loi, l’absence de visibilité sur une augmentation des décharges n’est pas de nature à rassurer sur l’amélioration des conditions d’exercice.
  • Le rapport évaluant l’impact du développement des outils numériques sur la simplification des tâches administratives pour les directeurs a disparu par rapport à la proposition de loi issue de l’Assemblée nationale.
  • Le texte prévoit une formation certifiante pour prendre la direction d’une école avec une décharge complète d’enseignement.
    Pour le SE-Unsa, selon sa conception et sa mise en place, cette formation pourrait être de nature à restreindre l’accès à ces postes, et viendrait se rajouter à la liste d’aptitude. Elle créerait ainsi deux voies d’accès différenciées selon les types d’école. 
  • Pour les directeurs déchargés à temps plein, la possibilité d’être chargé de missions de formation ou de coordination vient alourdir la charge de travail.
    Pour le SE-Unsa, cela ne peut se faire que sur la base du volontariat.
  • Enfin, si la volonté de développer la formation est nécessaire, elle devra s’accompagner des moyens nécessaires pour la mettre en place de façon effective.
 
L’avis du SE-Unsa

Après le passage au Sénat, le processus législatif n’est pas terminé. Il faut désormais attendre le passage de cette proposition de loi en deuxième lecture à l’Assemblée nationale.

Pour le SE-Unsa, le projet de loi créant la fonction de directrice et de directeur d’école doit être un engagement des élus de la Nation à améliorer la situation de la direction d’école. Il ne peut pas et ne doit pas être seulement un symbole. Le SE-Unsa continue de porter ses propositions d’amélioration pour la direction et le fonctionnement de l’école : les attentes légitimes d’évolution ne doivent pas être déçues.

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92 - dans Direction d'école
10 mars 2021 3 10 /03 /mars /2021 08:02

Prolongation jusqu'au 1er juin 2021

 

La loi du 15 février 2021 a prolongé l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 1er juin 2021 sur l’ensemble du territoire national.
En conséquence, la mesure de suspension du jour de carence pour les agents publics testés positif à la Covid-19 initialement prévue jusqu’au 31 mars 2021 est prolongé jusqu’au 1er juin 2021.
 
Cette mesure vise à favoriser l’auto-confinement des agents testés positifs et à lutter contre la pandémie.
 
L’avis du SE-Unsa
Le SE-Unsa, qui formule cette demande depuis plusieurs semaines, accueille favorablement cette décision car elle va dans le sens du renforcement de la protection des personnels.
Le décret officialisant cette mesure a été adopté lors du Conseil commun de la Fonction publique du 8 mars. L’Unsa FP a de nouveau rappelé son opposition à ce dispositif injuste et inefficace et déposé un voeu demandant son abrogation définitive.
Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92
5 mars 2021 5 05 /03 /mars /2021 11:29

Les années passent ...

 

... et les résultats sont toujours aussi décevants ! 171 sortants du département (pour 76 entrants), c'est toujours peu par rapport aux 1214 demandes effectuées par nos collègues (14% de satisfaits). De plus, cette année, certains candidats ont eu la désagréable surprise de recevoir des SMS et des messages sur i-prof annonçant des résultats contradictoires ! Le problème a été résolu en fin de journée mais les collègues concernés ont guère apprécié de se retrouver dans l'incertitude.

D'autre part, le ministère annonce des chiffres sur son site qui auraient de quoi décourager les futurs candidats : le barème du dernier sortant des Hauts-de-Seine serait de 457,83 points ! Il n'en est rien. Ce barème minimum est celui de la phase de mutation. A l'issue de cette phase, il existe une phase de permutation qui permet à des collègues ayant des plus petits barèmes de sortir du département (vers des départements, il est vrai, souvent peu "attractifs" : par exemple des collègues obtiennent tous les ans le Val d'Oise avec 22 points de barème).

 

Si vous souhaitez déposer un recours suite aux résultats de la phase interdépartementale du mouvement, ou si vous souhaitez participer au mouvement complémentaire (ineat/exeat), contactez-nous pour que nous vous apportions notre expertise.

Que vous ayez ou non obtenu satisfaction, vous allez peut-être participer au mouvement intradépartemental : dans ce cas vous pouvez demander le suivi du SE-Unsa !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Publié par Syndicat des Enseignants-Unsa 92