Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Vendredi 20 novembre : CDEN. Bilan de la rentrée 2020

 

 

 

 

18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 10:51
Erreur technique du Ministère : Résultats le 22 mars 2010

Mardi 16 mars, en fin d’après-midi, des collègues, candidats aux permuts 2010, nous ont avisés de l’accès aux résultats via I-prof.

Le SE-UNSA a immédiatement interrogé la DGRH du ministère pour vérifier :
- si le calendrier confirmé à la CAPN du 9 mars avait été modifié et dans ce cas, pour quelles raisons ;
- si les informations lues par certains candidats étaient fiables.

En réponse, le ministère a informé les syndicats représentés en CAPN qu’ « une erreur technique a conduit à libérer des messages sur I-PROF concernant les résultats du mouvement interdépartemental du premier degré dès le mardi 16 mars au soir alors que nos vérifications étaient encore en cours."...... "Ayant encore d’ultimes travaux à conduire, nous maintenons notre calendrier initial"....

Cette réponse et les échanges que nous avons eus avec le ministère, tendent à confirmer que les résultats lus sur I-prof, hier soir, ne sont pas stabilisés.

Comme le SE-UNSA vous l’a annoncé, nous aurons confirmation des résultats le 22 mars.
Nous vous tiendrons informés.

Bonne chance à toutes et tous !

Partager cet article
Repost0
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 14:38
Le bricolage continue

Le ministère vient enfin de faire parvenir aux recteurs et aux inspecteurs d’académie la note de cadrage qui tente de préciser le dispositif d’accueil et de formation des fonctionnaires stagiaires.

Par son flou, ce texte traduit toute la difficulté ministérielle à mettre en œuvre une mastérisation mal préparée et mal organisée qui ne répond en rien à la nécessité d’une formation professionnelle par alternance. Le ministère n’a plus la main : ni sur la formation initiale des étudiants abandonnée aux universités, ni sur la formation des fonctionnaires stagiaires que chaque recteur et chaque inspecteur d’académie organisera à sa guise.

Le texte leur laisse beaucoup de latitude pour résoudre la quadrature du cercle : assurer la formation des stagiaires tout en les utilisant comme moyens d’enseignement. Le tout en donnant l’illusion de l’efficience par un accompagnement ou un compagnonnage aux contours extrêmement flous, comme si la formation d’adultes s’improvisait. Hormis pour les EMF du premier degré, la compétence et la qualification des « compagnons » importe visiblement peu.

Les futurs stagiaires vont se retrouver confrontés à la réalité de la classe sans possibilité de prendre du recul. La formation proprement dite faite de regroupements à l’université ou ailleurs -les IUFM ne sont même pas cités- est réduite à portion congrue. Une semaine maximum par an y sera consacrée, puisque le tiers temps se trouve préempté pour effectuer des stages de pratique accompagnée.

Tout cela relève du bricolage. La mastérisation, telle qu’elle est conçue, constitue une régression historique. Ses initiateurs gouvernementaux et ceux qui les ont soutenus, en s’abstenant lors du vote des décrets, portent une lourde responsabilité dans cette catastrophe. Qu’enseigner demeure le seul métier qui ne s’apprenne pas, ne semble guère les émouvoir.

Le SE-UNSA veillera à ce que les instances paritaires soient consultées sur les modalités d’organisation de cette année de formation. Il y défendra tout ce qui pourra donner du sens à une formation professionnelle indispensable. 
 

Christian CHEVALIER, Secrétaire Général

Partager cet article
Repost0
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 11:28
Etudiants et retraités à la rescousse !

Alors que la tension sur le terrain est de plus en plus perceptible, Luc Chatel vient de faire des annonces sur le remplacement des professeurs absents.

Pour répondre à la demande légitime des élèves et de leurs familles, le ministre fait feu de tout bois. Comme ses prédécesseurs, il sort des cartons la proposition qui consiste à faire appel à des enseignants retraités. Par contre, il innove en proposant que des étudiants en master assurent ces fonctions de remplaçants.

Pour le SE-UNSA, ces solutions de fortune cachent mal la difficulté ministérielle à rapiécer le service public du remplacement, par ailleurs maltraité budgétairement (3000 postes de remplaçants en moins à la rentrée 2009).

Remplacer ce n‘est pas faire de la garderie. Assurer des cours au pied levé ne s’improvise pas. Cela nécessite une formation complète et une réelle capacité d’adaptation. Demander à des étudiants, du jour au lendemain, de prendre en charge une classe, sans maîtriser les contenus des programmes, sans appréhender la gestion d’un groupe d’élèves, sans même être au fait de leurs droits et devoirs, relève de l’irresponsabilité.

L’emploi d’étudiants pour effectuer des remplacements constitue une dérive supplémentaire dans l’imbroglio de la masterisation. Pour qui en doutait encore, la qualité de la formation professionnelle des futurs enseignants est bien le cadet des soucis de ceux qui ont porté et soutenu cette réforme. Le SE-UNSA avait d’ailleurs refusé de cautionner cette masterisation en votant contre les projets de décrets en CTPM. 

Pour le SE-UNSA, les étudiants ne doivent pas devenir les variables d’ajustement d’une politique budgétaire inconséquente. Il s’opposera à toute initiative locale ou nationale qui confondrait remplacements et stages de formation de master.

Christian CHEVALIER, Secrétaire Général

Partager cet article
Repost0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 17:02
Groupe de travail les 11 et 12 mars, CTPD le 16 mars

Si vous pensez que la variation des effectifs de votre école pourrait entraîner une ouverture ou une fermeture de classe, alors confiez votre dossier au SE-UNSA 92 en nous retournant la fiche retour complétée à la section avant le 10 mars.
Partager cet article
Repost0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 09:24
Journée nationale d'action interprofessionnelle

A l’issue du sommet social du 15 février, la CGT, CFDT, FSU, Solidaires et l’UNSA, réunies en intersyndicale, ont décidé d’appeler à une journée d’action interprofessionnelle le 23 mars pour la défense de l’emploi, des retraites et du pouvoir d’achat.
Le gouvernement n’a apporté aucune réponse concrète sur l’emploi, les salaires, le pouvoir d’achat, les conditions de travail et les politiques publiques. Il renvoie la question des chômeurs en fin de droits à une concertation et n’a rien dit rien non plus sur le malaise dans la Fonction publique.
Pour nos organisations, la situation économique et sociale nécessite l’intervention convergente des salariés du public comme du privé, des retraités, des privés d’emploi, pour porter avec force nos attentes et défendre nos intérêts communs.
S’agissant des retraites, les organisations syndicales affirment leur volonté d’agir pour que le débat prenne en compte l’ensemble des questions tant au niveau du privé que du public, notamment le niveau des pensions, l’emploi, le financement, la pénibilité, le code des pensions et la réduction des inégalités.
Téléchargez le communiqué commun
Partager cet article
Repost0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 14:49
La drapeau flotte sur la marmite

Le premier ministre vient de clore le triste débat sur l’identité nationale par un séminaire. Il était temps. Il annonce quelques mesures susceptibles, selon lui, de redorer le blason terni d’une mythique identité nationale.

Une fois encore c’est l’Education nationale qui est appelée à la rescousse. La panoplie du parfait petit républicain est désormais complète. A la Marseillaise, déjà inscrite dans les programmes, viennent s’ajouter le drapeau tricolore et la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen. Ces trois symboles sont complétés par un « carnet du jeune citoyen » qui suivra à la trace le comportement civique de chaque élève, avec sans nul doute, quelques belles pages héroïques à y écrire.

Pour le SE-UNSA, ce n’est pas en agitant quelques colifichets, fussent ils des symboles de la République, que l’on apportera des solutions de fond à la question du vivre ensemble dans notre société. Ce n’est pas en hissant les couleurs aux frontons des établissements que l’on supprimera, comme par enchantement, les incivilités, la violence, où que l’on résoudra la question de la difficulté scolaire.

Ces piètres emplâtres gouvernementaux cachent mal la réalité de la dégradation de l’Ecole de la République. Dégradation dont on connait les causes : désectorisation, suppressions massives d’emplois, formation professionnelle des futurs enseignants anéantie, école maternelle affaiblie, enseignement privé favorisé… Pour que notre Ecole soit véritablement celle de l’apprentissage citoyen et du vivre ensemble, la Nation doit la préserver et la promouvoir. Alors même que la crise frappe durement, son affaiblissement organisé ne lui permet plus de prendre sa part dans la cohésion sociale.

Le SE-UNSA appelle tous les citoyens attachés à l’Ecole de la République à signer et à faire campagne pour « l’appel national pour l’école publique ». Cet appel qui réunit d’ores et déjà plus de trente organisations a recueilli plus de 25 000 signatures en 10 jours.

Christian CHEVALIER, Secrétaire Général

Partager cet article
Repost0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 11:42

Non à la baisse du montant des retraites des fonctionnaires

Le Premier ministre, dans une interview parue samedi 30 janvier dans le Figaro, déclare vouloir aborder le débat sur les retraites sans tabous, notamment concernant le calcul de la pension sur les six derniers mois de salaire.

L’UNSA Fonction Publique tient à rappeler son opposition ferme à la remise en cause du mode de calcul de la retraite actuellement en vigueur.

Ce dernier, effectué sur la base des six derniers mois de salaire, ne fait pas des fonctionnaires des privilégiés.

Il prend seulement en compte les particularités de leur déroulement de carrière et le fait objectif que leurs primes et indemnités, quand ils en touchent, ne sont pas comptabilisées pour la retraite, contrairement au privé.

De plus, ces primes et indemnités diffèrent énormément suivant les statuts et affectations obtenues.

En réalité, toucher à la période de référence pour le calcul de la pension, c’est aboutir à une baisse importante du montant des retraites.

Pour les fonctionnaires qui, contrairement au privé, n’ont pas de régime de retraite complémentaire obligatoire, ce serait un pas franchi vers une détérioration massive de leurs revenus de remplacement.

L’UNSA Fonction Publique refuse totalement l’option irresponsable d’une nouvelle baisse des pensions de retraite des fonctionnaires et participera activement, dans le cadre de l’UNSA, à la défense des intérêts de l’ensemble des agents de la Fonction publique.

Partager cet article
Repost0
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 13:02
Majoration de 500 pts pour les permutations nationales, DDEEAS, DEPS, liste d'aptitude des directeurs

Majoration de 500 pts pour les permutations nationales :
Le médecin de prévention ne siège plus à la CAPD en application du texte R4127-4 sur le secret médical. Les notifications sont transmises par l'Inspection Académique avec un avis pour la majoration de 500 points pour les permutations informatisées et un avis pour l'exeat.
Sur 19 demandes (2 de moins que l'an dernier), 14 ont reçu un avis favorable pour les 500 points et 17 pour l'exeat (les 14 des permutations + 3 autres collègues).

Stage de direction d'école spécialisée (DDEEAS) : 
Les conditions requises : avoir fait 5 ans en ASH dont trois en tant que diplomé et titulaire.
Les candidats sont classés par avis de l'IEN puis départagés par la note de la commission.
La commission donne une note chiffrée sur 20, répartie en 3 chapitres :

- capacité à s’engager dans la formation diplômante motivation constatée (note/5)

capacité à exercer les fonctions de directeur d’établissement spécialisé (note/12)

présentation générale de la candidature, expression et communication, aisance (note/3)

Sur 9 candidats (1 de plus que l'année dernière), 2 pourront partir en stage alors que l'Inspection Académique prévoit 2 postes vacants.

Stage de psychologue scolaire (DEPS) :
Les candidats sont classés selon les critères suivants, dans l'ordre : avis de l'IEN, niveau de diplôme, inscription antérieure sur la liste d'aptitude et Ancienneté Générale des Services. Sur les 16 candidats (3 de plus que l'année dernière) 2 ont été retenus et 2 autres ont été inscrits sur la liste complémentaire.

Liste d'aptitude des directeurs :

L'IEN donnent un avis : 1 (favorable) ; 2 (défavorable) ; 3 (doit faire ses preuves à faire entretien)

La commission donne un avis après l'entretien : 1 (favorable) ; 2 (défavorable). Elle examine :

- Appréciation générale, dynamisme, esprit d’entreprise,

- Animation et investissement (CE, Conseil de cycle, ..).
- Aptitudes d’organisation, de conduite d’un projet, …

- Compétences et connaissances professionnelles, pédagogiques et institutionnelles.

Sur 84 candidats (23 de moins que l'année précédente), 11 ont été dispensés d'entretien. Sur les 72 qui l'ont passé, 52 ont été retenus.
Il faut noter que l'avis de l'IEN semble déterminant dans le choix de la décision finale.

Robert Perrin, élu SE-UNSA à la CAPD

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 12:41
Un débat très mal engagé

A5-Retraite-RseulLe gouvernement a annoncé une nouvelle réforme des retraites en 2010.

Depuis quelques semaines, et avant même que les discussions ne soient commencées, les petites phrases, concessions, reculades se succèdent, que ce soit sur l’âge de départ à la retraite ou sur l’alignement du système de retraite des fonctionnaires sur les salariés du privé qui entraînerait mécaniquement une forte diminution des pensions servies. Tout cela augure mal du résultat des négociations à venir.

Pour l’UNSA, on ne rentre pas en négociation en commençant par annoncer des concessions.

L’UNSA entend donc rappeler les bases sur lesquelles elle se positionnera.

Notre système de retraites doit s’appuyer sur deux piliers : la retraite par répartition et un bon taux de remplacement. Ces deux points ne sont pas négociables.

Dans ce cadre, l’UNSA refusera la remise en cause de l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans, qui, en l’état du fonctionnement du marché du travail et des écarts d’espérance de vie à 60 ans ne pourrait qu’aggraver les inégalités d’accès des assurés au droit à la retraite.

De même, l’UNSA défendra le maintien de la prise en compte des six derniers mois pour le calcul des pensions des fonctionnaires. Ce mode de calcul prend en compte les différences de rémunérations entre le privé et le public.

L’UNSA posera le problème de l’augmentation des cotisations (patronales comme salariales) et de l’élargissement de l’assiette.

Nous rappelons que toute réforme doit se faire dans la justice sociale. C’est pourquoi il est indispensable de traiter, d’entrée de jeu, la question de l’emploi des seniors et de la prise en compte de la pénibilité.

La préservation de notre système de retraite est un sujet trop sérieux pour qu’il soit traité à coup de petites phrases.

L’UNSA appelle donc chacun à plus de responsabilité dans ses propos.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 10:08

Pétition pour l'école publique, du 16 janvier au 19 juin, je signe et je fais campagne !

ecole pub lettreLe SE-UNSA est l’un des initiateurs de l’Appel national pour l’École Publique :

appelpourlecolepublique.fr

Notre Service Public Laïque et Gratuit n’a jamais été autant menacé. Il est miné par une politique de restriction budgétaire sans précédent et une série de mesures favorisant les écoles privées.
En encourageant le consumérisme scolaire notamment à travers la désectorisation ou la loi Carle, le gouvernement prépare le terrain aux marchands d’écoles.

 

Une action militante est fondamentale pour défendre notre modèle laïque.

 

Cette pétition existe aussi sous forme « papier » pour aller à la rencontre des citoyens.

Le SE-UNSA s’adresse à vous pour mener cette campagne

J’agis pour l’École Publique en 3 étapes :

1.    Je signe

2.    Je fais signer en transférant ce message à mes amis

3.    Je télécharge la pétition pour la faire signer autour de moi

 

Partager cet article
Repost0