Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Vendredi 20 novembre : CDEN. Bilan de la rentrée 2020

 

 

 

 

8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 09:02

Le pilonnage continue

 

En dépit des conclusions sans appel du rapport de l’IGAEN, le gouvernement s’obstine à supprimer 16 000 emplois dans le budget 2011.

Le principe de parité, systématiquement argumenté par l’enseignement privé pour obtenir des créations d’emplois, est vite abandonné dès lors qu’il s’agit des suppressions. Ainsi l’enseignement public va-t-il supporter 90% des amputations budgétaires, alors même que la démographie scolaire continue à y croitre.

Dans les écoles, les prévisions sont éclairantes. La DEPP indique qu’avec 2400 élèves de moins en 2011, les écoles privées continuent leur dégringolade démographique entamée en 2008 et 2009. Les écoles publiques, quant à elles, vont devoir accueillir 3900 élèves supplémentaires et subiront 3367 suppressions de postes !

Le projet de budget révèle les leviers qui seront actionnés : augmentation de la taille des classes, scolarisation des enfants de deux ans sacrifiée, remplacements limités… La dégradation des conditions d’enseignement s’intensifie.

Dans le second degré, les effectifs constatés à cette rentrée sont très largement supérieurs aux prévisions qui avaient commandé au retrait de moyens. Pour 2011, près de 50 000 élèves supplémentaires sont attendus. L’annonce de 4800 suppressions sonne comme une provocation ! Pis, en désignant particulièrement les collèges comme cible principale de ces retraits, on accroît les difficultés d’un étage du système éducatif actuellement en grande souffrance.

Quant à l’amputation supplémentaire des crédits de fonctionnement, elle pourrait bien voir apparaitre des situations de cessation de paiement dans certains rectorats comme le pointait le dernier rapport de l’inspection générale.

Les 400 millions d’économies réalisées sur le dos de l’Education nationale apparaissent disproportionnées au regard des milliards concédés ici ou là. Alors que d’autres pays, comme l’Allemagne ou les Etats-Unis, préservent et abondent les budgets alloués à l’Education, la vision uniquement gestionnaire du service public ne prépare en rien la sortie de crise. Le SE-Unsa condamne cette logique qui hypothèque l’avenir de notre pays.

Paris, le 6 octobre 2010

Christian CHEVALIER, Secrétaire Général

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 19:26

La manifestation parisienne et les outils pour la grève

 

Départ : 13h30
Parcours : Montparnasse, Rue de Rennes, Bd Saint Germain, Pont de Sully, Bd Henry IV, Bastille

Parcours de délestage : Montparnasse, Bd du Montparnasse, Bd du Port-Royal, Bd St Marcel, Bd de l'Hôpital, Pont d'Austerlitz, Avenue Ledru-Rollin, Rue de lyon, Bastille
Ordre du cortège : 1 - UNSA - FSU -CFTC - CGT/FO, 2 - CGT - CFE/CGC - CFDT - Solidaires
Rendez-vous UNSA : Rue de Rennes

La déclaration d'intention

La lettre aux parents d'élèves

Le tract du SE-UNSA

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 19:28

Le programme d'octobre

 

Le SE-UNSA 92 organise deux réunions d’information syndicale au mois d’octobre :

- le 06/10 au Plessis-Robinson (école élémentaire Anatole France)

- le 20/10 à Boulogne (Maison des Syndicats)

Téléchargez l’invitation avec tous les renseignements nécessaires

 

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 09:53

Demandez le programme !

 

Comme tous les ans le SE-UNSA 92 organise une session de préparation à l'entretien de direction. Composée de 5 séances de 2 heures, elle permet à la fois de préparer les candidats aux deux entretiens auxquels ils seront conviés mais également d'avoir une vision assez large des multiples fonctions d'un directeur d'école.

Attention : cette année nous avons volontairement avancé les dates de la préparation, pour que les candidats puissent préparer au mieux l'entretien avec leur IEN. En effet, celui-ci prend une place de plus en plus importante dans l'avis que donne la CAPD pour l'inscription sur la liste d'aptitude.

La première séance aura donc lieu le mardi 19 octobre, de 17h30 à 19h30, à la Maison des Syndicat de Boulogne.

Pour plus d'infos ou vous inscrire cliquez ici

 

 

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 09:51

Mobilisés et déterminés, tous en grève le 12 octobre !

 

Le gouvernement s’enferme dans sa surdité, méprisant le message fort donné à nouveau le 2 octobre. Sa stratégie reste la même : jouer la montre et laisser entendre que le projet de réforme est compris, que la mobilisation est en cours d’épuisement.

Mais le 2 octobre, pour la troisième fois en un mois, la mobilisation a été importante. L’élargissement de la contestation et du mécontentement est bien là. Les médias ne s’y trompent pas et établissent un parallèle avec les pics de mobilisation de 1995, 2003, 2006….

Un sondage réaffirme aussi le soutien, à 71%, de l’opinion publique à la mobilisation.

L’Unsa, comme d’autres, ne place pas le débat sur l’existence de la réforme. Oui, une réforme est nécessaire mais pas celle-là !

Oui, nous dénonçons ce projet qui fait porter l’essentiel des efforts sur les salariés et qui plus est, ne résout pas les problèmes de financement de notre système de retraite.

Oui, nous sommes mobilisés et déterminés à combattre les mesures injustes qui interdisent le départ à la retraite avant 62 ans, et qui persistent à faire payer un lourd tribut aux femmes et à toux ceux qui n’ont pu avoir de carrière complète.

Le Sénat va examiner et arbitrer le projet de réforme. Alors, pour peser sur ces débats, soyons tous en grève et donnons de la voix dans les manifestations le 12 octobre !

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 09:51

Des propositions sous hypothèque budgétaire et idéologique

 

Fréderic Reiss vient de remettre à Luc Chatel son rapport sur la direction d’école. Ce document dresse un état des lieux fouillé du fonctionnement de l’école primaire et relance un débat aujourd’hui nécessaire. Il tombe à pic. La disparition programmée de l’aide administrative des directeurs, qui occupe l’actualité, démontre l’acuité de ce dossier et la nécessité d’y apporter enfin des solutions concrètes et pérennes.

Le député affirme que le statut quo n’est plus possible. Il exclut toute décision ministérielle unilatérale et lui préfère, dans un cadre expérimental, des réponses adaptées à la diversité des territoires et des écoles. La question est en effet complexe, les acteurs multiples et les écueils nombreux.

Il avance d’un côté l’idée de créer des regroupements scolaires (RS) et de l’autre, celle de la mise en place d’établissements publics du primaire (E2P) disposant, dans le cadre d’une contractualisation avec les communes, d’un conseil d’administration tripartite, d’un budget propre et d’une aide administrative.

Il fait aussi des propositions précises sur l’évolution du « métier » de directeur, son rôle, son recrutement ou sa rémunération, autant de questions qui doivent être mises sur la table.

Pour le SE-Unsa, il est en effet temps d’avancer sur cette question du fonctionnement et de la direction d’école. Cela ne peut se faire que dans le cadre d’une concertation large avec l’ensemble des acteurs concernés.

Nous verrons quel sort le Ministre réservera à ce rapport. En tout état de cause, pour le SE-Unsa, toute évolution ne saurait servir de prétexte à des suppressions d’emplois, à une mise en concurrence des écoles, à une caporalisation de l’école primaire ou à une dégradation des conditions d’exercice des directeurs. Si ce chantier s’ouvre, le SE-Unsa exigera qu’évolution rime avec amélioration.

 

Paris, le 30 septembre 2010

Christian Chevalier, Secrétaire Général 

Le rapport Reiss en intégralité

 

 

 

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 09:28

Le tract du SE-UNSA

 

tract 2octobre couleur

Déclaration unitaire des Unions régionales

CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT,  FSU, Solidaires et UNSA

 

La mobilisation unitaire ne cesse de croître pour faire reculer le gouvernement sur son projet injuste et inefficace de réforme des retraites.

Avec les organisations syndicales régionales, les salariés franciliens du privé comme du public montrent avec détermination, leur opposition à ce projet injuste mené au pas de charge dans un contexte économique et social dégradé, alors que l’emploi et le développement économique devraient être au cœur de l’action gouvernementale.

Le puissant rassemblement du 15 septembre devant l’assemblée nationale, les formidables journées  du 7 et du 23 septembre ont montré la mobilisation grandissante des salariés. Les sondages d’opinion confirment ce refus massif de cette réforme gouvernementale et l’exigence d’un véritable débat national Pour la très grande majorité des français l’age légal de départ doit rester à 60 ans, et à 65 ans pour toucher une retraite à taux plein : les sénateurs dans les débats qui vont débuter le 5 octobre devront en tenir compte !

Les « mesurettes » proposés par le gouvernement sur la prise en compte de la pénibilité, les poly-pensionnés et les carrières longues ne changent rien à la logique de ce projet injuste et inefficace. 

Les organisations syndicales mettent en garde le gouvernement sur les conséquences que provoquerait l’ignorance de la colère qui s’exprime profondément. Elles réaffirment leur totale détermination, et appellent dès maintenant à faire du samedi 2 et mardi 12 octobre d’importantes journées d’actions.

Les Unions régionales CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FSU, Solidaires et UNSA confirment que «  le vote de ce projet dans sa logique actuelle n’est pas d’actualité » ; ils demandent aux sénateurs de rejeter cette réforme injuste qui fait peser l’essentiel de l’effort sur les salariés et contribuera à accroître les inégalités.  

Les organisations syndicales, fortes des grèves et manifestations imposantes,   fortes de l’opposition d’une grande majorité des français au projet du gouvernement appellent l’ensemble des salariés du privé comme du public à se mobiliser encore plus massivement pour faire reculer le gouvernement sur ce projet inéquitable. Ensemble, il est possible de gagner !

Sachant que le texte de loi sera à l’examen du Senat à partir du 5 octobre, les organisations régionales appellent les franciliens à manifester le Samedi 2 octobre à Paris à 14h30 de République à Nation.

Pour permettre l’engagement de nouveaux salariés dans l’action, pour conforter et amplifier la mobilisation, les organisations syndicales ont fait le choix d’un samedi :

Samedi 2 Octobre

en cortèges : des entreprises, des établissements, des localités, en famille, entre amis

tous à 14h30 Place de la République !

 

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 20:48

Le SE-Unsa dénonce le rapport à charge de l'IG contre les enseignants

 

La note de synthèse de l’Inspection générale sur la mise en œuvre de la réforme de l’école primaire aura au mieux déçu, au pire découragé les enseignants du premier degré. Dans une période où ils ont particulièrement besoin d’aide, d’appui et de reconnaissance, l’IG enfonce le clou de la défiance, accablant un peu plus une profession déjà très bousculée.

Pourtant si l’École tient encore debout, fonctionne tant bien que mal malgré les coups qui lui sont portés depuis quatre ans, c’est bien grâce à la conscience professionnelle des enseignants. Ils ont le souci permanent de la réussite, et du bien être de leurs élèves. Dans une société touchée par la crise, souvent déstructurée, leur rôle s’avère de plus en plus complexe. L’Inspection générale ignore ces questions et dresse un rapport à charge.

Pour le SE-Unsa, ni les nouveaux programmes, ni les évaluations n’ont apporté de réponses efficaces aux réelles difficultés que rencontre l’école primaire. Ils ne garantissent pas les acquis nécessaires à une poursuite d’études profitable au collège. Dans le même temps, le « noyau dur » de la grande difficulté scolaire s’enkyste.

Les enseignants connaissent la complexité des processus d’apprentissage. Ils savent qu’on ne peut réduire cette question à un « recentrage sur les fondamentaux », imposé par des évaluations qui ont pour seul objet le contrôle à distance de leur activité professionnelle. Ils attendent un accompagnement didactique et pédagogique, un véritable conseil professionnel qu’ils chercheront en vain dans ce réquisitoire superficiel.

Ils demandent aussi des conditions d’exercice de leur métier permettant de conduire tous leurs élèves sur le chemin de la réussite. Pour le SE-Unsa, si le projet de budget 2011 reste en l’état, il ne prend pas cette direction : 8000 emplois doivent être supprimés alors que 4000 élèves supplémentaires sont attendus.

Lire l’analyse détaillée du rapport

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 17:17

Participons massivement à la manifestation !

 

L'intersyndicale d'Ile de France appelle l'ensemble des salariés à participer à une grande manifestation samedi 2 octobre 2010de la place de la République à la place de la Nation en passant par la place de la Bastille, à 14 h 30, conformément aux décisions de l'intersyndicale nationale.
L'UNSA défilera en 2ème position derrière Solidaires, et suivi dans l'ordre par la FSU, CFTC, CGT, CFE-CGC, CFDT, FO.
Il ne faut pas relâcher la pression et réaffirmer au gouvernement et aux sénateurs qui vont examiner le projet de loi que nous ne voulons pas de cette réforme de nos régimes de retraite.
Les quelques mesures concédées par le gouvernement sur la pénibilité ou les carrières longues sont loin d'être satisfaisantes, c'est toute la logique du projet qu'il nous faut rejeter.
Pour amplifier notre mobilisation et montrer que nous ne cèderons pas, il faut participer massivement à la manifestation du 2 octobre.
Manif 23 09 10

Des militants de la section des Hauts-de-Seine

derrière la banderole du SE-UNSA lors de la

manifestation du 23 septembre.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 13:30

Manif le 2, grève le 12 !

 

Communiqué commun CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FSU, UNSA

 

Les organisations syndicales considèrent que la journée nationale d’action du 23 septembre 2010 est un franc succès. Les salariés du public et du privé, en participant massivement à cette 2ème journée de grèves et de manifestations du mois de septembre, ont réaffirmé leur détermination à ne pas accepter une réforme injuste et inefficace.

La journée d’hier a été marquée par l’engagement de nouveaux salariés du privé, notamment des PME mais aussi par la présence de plus de jeunes et de femmes. Cette vaste mobilisation s’accompagne d’un large soutien de la population qui refuse le report de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans ainsi que celui de 65 à 67 ans pour toucher une retraite à taux plein. Quoi qu’en dise le Gouvernement, la démobilisation suite au vote à l’Assemblée nationale, n’a pas eu lieu.

C’est bien l’exigence d’un véritable débat et l’examen d’autres alternatives au projet de loi qui s’expriment plus fortement.

Les organisations syndicales mettent en garde le Gouvernement sur les conséquences que provoquerait l’ignorance de la colère qui s’exprime profondément.

Les organisations syndicales réaffirment leur totale détermination. Elles confirment les termes de leur lettre ouverte unitaire au Président de la République et aux parlementaires, notamment : « le vote de ce projet dans sa logique actuelle n’est pas d’actualité ».

Elles invitent leurs organisations à poursuivre ensemble, à tous les niveaux, la mobilisation unitaire par des initiatives dans les territoires et les entreprises en interpellant les sénateurs et en utilisant (pétitions, tracts…) très largement cette lettre ouverte.

Sachant que le texte de loi sera à l’examen du Sénat à partir du 5 octobre et que la procédure parlementaire pourrait se poursuivre jusqu’au 20 octobre, elles décident :

• D’une grande journée de rassemblements et de manifestations dans le pays le samedi 2 octobre pour conforter la mobilisation et permettre l’engagement de nouveaux salariés dans l’action.

• De faire du mardi 12 octobre une nouvelle journée massive de grèves et de manifestations pendant le débat au Sénat. Cette journée trouvera toute sa place pour amplifier la mobilisation dans le cas où les parlementaires ne prendraient pas en compte ce qui s’est exprimé dans l’action et si le Gouvernement restait intransigeant. Le Gouvernement porterait l’entière responsabilité des suites que les salariés et leurs organisations entendront donner au 12 octobre.

Plusieurs organisations participeront à la journée de manifestation européenne du 29 septembre pour s’opposer aux plans de rigueur en Europe. Elle donnera l’occasion à des milliers de salariés français de porter leurs revendications, notamment sur la retraite, à Bruxelles et partout en France.

Les organisations syndicales se reverront le 4 octobre et analyseront la situation.

Le 24 septembre 2010

Partager cet article

Repost0