Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous contacter

SE-UNSA 92

8 bis rue Berthelot

92150 SURESNES

Tél : 01 45 06 67 66

ou 09 62 58 48 72

Fax : 01 42 04 33 93

92@se-unsa.org

Réunions

Calendrier des réunions paritaires

Vendredi 20 novembre : CDEN. Bilan de la rentrée 2020

 

 

 

 

7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 20:58

Jardins d'éveil ou comment Mme Morano « plante » l'école maternelle

 

L'annonce officielle par Nadine Morano du lancement d'une expérimentation de « jardins d'éveil»  est-elle une bonne nouvelle pour les 2-3 ans et leur famille ? Non, pour le SE-UNSA.

Les choix budgétaires indiquent que cette nouvelle structure sert de paravent à la diminution de l'offre d'accueil globale des 2 ans. Les « jardins d'éveil », payants, pourraient concerner 8 000 enfants maximum. Parallèlement, les suppressions d'emplois ont diminué de 30 % les capacités d'accueil gratuit des tout petits en maternelle !

Quand on fait émerger des solutions payantes d'un côté et que l'on fait disparaître en plus grand nombre des solutions gratuites de l'autre, on voit dans quel sens on veut faire bouger la balance. La Cour des Comptes en a fait la démonstration dans son rapport de septembre 2008.

Par ailleurs, c'est faussement que cette nouvelle offre de garde est présentée par Mme Morano comme une structure de transition inspirée des classes passerelles. Ces dernières préparent la transition vers l'école maternelle pour les enfants, prioritairement ceux qui n'ont pas connu la collectivité. Au-delà des précautions oratoires, les jardins d'éveil de Mme Morano visent à concurrencer l'école maternelle sur des objectifs éducatifs proches.

Pour le SE-UNSA, il devrait y avoir place en France pour un vrai débat sur la politique d'accueil de la petite enfance. Organisation représentative de personnels qui y participent, le SE-UNSA est prêt à y contribuer avec tous les acteurs concernés. Il y aurait alors une autre voie que la caricature pour traiter de la complémentarité des modes d'accueil et pour répondre à la fois aux besoins des familles et à l'intérêt des enfants.

  

Luc Bérille, Secrétaire Général

Partager cet article

Repost0
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 11:59

L'UNSA-Education a présenté ses propositions et a fait part de ses inquiétudes à Xavier Darcos et Valérie Pécresse

La fédération UNSA Éducation a été reçue en audience le 30 mars 2009 par Xavier Darcos, ministre de l'Éducation nationale, et Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche.
La fédération a insisté sur l'intérêt de mettre en œuvre une réelle formation professionnelle des enseignants sanctionnée par un master. En revanche, elle a rappelé aux ministres les raisons de son opposition aux concours en cours de M2 (deuxième année de master) et souligné la nécessité de placer les concours en fin de M1 (première année de master). L'architecture du dispositif auquel s'accroche encore le gouvernement ne convainc ni les universitaires, ni les autres formateurs, ni les responsables ou connaisseurs du terrain.
L'UNSA Éducation a insisté sur l'utilité de faire jouer aux IUFM, intégrés désormais dans les universités, tout leur rôle, y compris dans une logique de mutualisation et de mise en réseau, en s'appuyant les compétences qu'ils ont su développer comme sur leur maillage territorial (antennes départementales).
La fédération UNSA Éducation a longuement évoqué la question des stages, de leur nature, de leur volume et de leur organisation. Elle a souligné leur importance dans la formation à la pratique professionnelle et son évaluation, année de stage comprise. L'UNSA Éducation revendique que les stagiaires (année suivant le concours) bénéficient d'un allègement représentant la moitié du service. Elle a exprimé son hostilité à un système qui pourrait entraîner, dans certaines classes, la succession d'une noria de stagiaires aux statuts divers. Pour l'UNSA Éducation, il est indispensable de bien organiser les stages de terrain sur la base de conventions assises sur un cahier des charges précis entre les universités et les EPLE ou les circonscriptions du premier degré (IEN).
Dans le cadre de l'audience, la fédération a également évoqué la question des viviers de recrutement, du devenir des formations spécialisées (ASH, par exemple), mais également la revalorisation que le président de la République avait liée à la mastérisation. Elle a aussi attiré l'attention des ministres sur la situation particulière des DOM qui doit trouver une réponse adaptée.
Les deux ministres ont confirmé la mise en place d'une commission de concertation coprésidée par le recteur William Marois et Daniel Filâtre, président de l'université Toulouse II-Le Mirail, ainsi que la mise en place de groupes de travail. L'UNSA Éducation souhaite que des rencontres plus globales permettent également de faire le point, y compris sous forme de rencontres multilatérales.
L'UNSA Éducation et ses syndicats participeront aux discussions avec le souci majeur de promouvoir une formation professionnelle de qualité, permettant, de mieux préparer les jeunes enseignants à assumer leur mission au service des élèves.


Téléchargez le compte-rendu de l'audience

Partager cet article

Repost0
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 08:29

Une auto célébration qui nuit à la qualité scientifique

 

L’étrangeté d’une évaluation bilan passée 5 mois avant la fin de l’année scolaire…. Le trou de 22% dans les remontées qui hypothèque les résultats d’une évaluation délibérément choisie comme massive plutôt que comme diagnostique à partir d’un échantillon…. La contradiction  entre une présentation graduée des résultats par le ministère et son interdiction dans la grille de correction imposée aux enseignants ….

Aucune de ces questions légitimes n’aura été évoquée dans la communication du ministère sur le « résultat » des évaluations CM2. Il est vrai que la célébration auto satisfaite d’une politique ministérielle aux effets non évalués (nouveaux programmes, aides individualisées, stages de remise à niveau) occupait la place principale.

Le SE-UNSA ne peut que déplorer cet exercice d’instrumentalisation d’une évaluation qui aurait pourtant pu alimenter des réflexions et actions pédagogiques importantes. Il aurait fallu pour cela que le ministère pratique la concertation et accepte de concevoir des outils adaptés et assortis d’un calendrier d’utilisation adéquat. Dans ce contexte, même si les résultats présentés apparaissent plutôt bons, le manque de crédibilité scientifique leur nuit.

Le SE-UNSA souhaite que de tels errements ne se reproduisent pas à l’avenir, à commencer par les évaluations CE1 à venir.

  

Luc Bérille, Secrétaire Général

Partager cet article

Repost0
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 09:40


1000 manifestations pour l'école



Plus que jamais dans ce contexte de crise, l’enseignement et la formation des jeunes ne sont pas un coût mais un investissement pour l’avenir. Ils sont le meilleur rempart contre le chômage.

Le collectif « l’Education est notre avenir », comme le 19 octobre, comme le 20 novembre, comme le 10 décembre, comme le 17 janvier, comme le 29 janvier et comme le 19 mars, appelle tous ceux qui veulent défendre et transformer le service public d’éducation pour une meilleure réussite des élèves, à le faire savoir haut et fort le 2 avril, dans toute la France, dans tous les lieux où se forme la jeunesse d’aujourd’hui et se forgent les savoirs de demain.

Après la manifestation du 19 mars, la seule concession faite par le gouvernement est un léger recul sur la réforme de la formation des enseignants. Cela ne suffit pas, nous ne laisserons pas ce gouvernement poursuivre son entreprise de démolition de l’Ecole, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche publics !

Nous pouvons lui faire entendre raison !

Nous refusons une carte scolaire désastreuse fruit des trop nombreuses suppressions de postes de ces dernières années.

Nous ne transigerons pas sur la garantie d’une formation de qualité pour tous les enseignants.

 

Jeudi soir 2 avril après le travail ou l’école, le collectif « LʹEducation est votre avenir » appelle par mille manifestations, rassemblements, retraites aux flambeaux, sur le terrain mobilisons‐nous, mobilisons l’opinion en faveur de l’éducation. Devant les écoles, les collèges, les lycées, les universités, sur les places publiques, expliquons, rassemblons, faisons du bruit, pour enfin nous faire entendre !


http://www.uneecole-votreavenir.org/


Paris, le 26 mars 2009

Partager cet article

Repost0
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 08:43
Le mouvement doit être transparent et équitable !

Le ministère a décidé de publier une note de service cadrant les mouvements départementaux malgré la demande de l’ensemble des représentants des personnels de reporter cette publication et d’ouvrir une réelle concertation. Ce que nous dénoncions alors se vérifie aujourd’hui ...
Téléchargez la pétition

Partager cet article

Repost0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 12:50
Une ouverture mais encore trop d'insuffisances

Le ministre de l’Education nationale s’est adressé par courrier le 20 mars aux organisations syndicales représentatives. Le SE-UNSA y note tout d’abord un changement de ton positif : enfin, l’invitation à discuter succède à la fin de non recevoir.

Il prend acte de précisions ou de confirmations qui sont désormais indiquées par écrit :

- le maintien des places aux concours 2010 ;
- la garantie que les candidats des concours 2009 pourront bien s’y représenter en 2010 ;
- un premier bouger sur l’année de stagiarisation : pour très insuffisant qu’il soit, c’est la première fois qu’un chiffre est lâché pour accorder un aménagement des services permettant un complément de formation ;
- l’entrée officielle dans le dispositif des professeurs d’école maîtres formateurs qui sont enfin explicitement nommés.

Pour le SE-UNSA, l’objectif d’une réforme de la formation des maîtres devrait être d’améliorer cette dernière. Sans une alternance équilibrée théorie/pratique, une formation professionnelle ne peut être efficace. C’est parce qu’elle ne l’assure pas que la mastérisation conçue par le gouvernement pose problème. Sur ce plan, le SE-UNSA ne trouve pas dans la lettre ministérielle les garanties qu’il attend. De même la question sociale de l’accès à cette formation pour les étudiants doit être précisée. Ce parcours ne doit pas être une course d’obstacle pour les étudiants d’origine modeste.

Il est ainsi significatif que les IUFM, qui devraient pourtant être les principaux opérateurs d’une formation se voulant professionnelle, ne soient pas une seule fois cités dans la lettre de M. Darcos. De même, est particulièrement inquiétant le fait que, au-delà du dispositif transitoire de 2010, la présence d’une épreuve professionnelle dans les concours du 2nd degré soit à nouveau donnée comme une question ouverte. Quant à la partie « terrain », l’addition de stages hypothétiques en master à seulement 30 % de complément de formation après le concours ne donne toujours pas un quantum suffisant.

Le SE-UNSA participera donc aux rencontres que le ministère lui propose. Mais il entend y obtenir les réponses précises aux questions qu’il ne cesse de poser pour que la mastérisation soit mise au service d’un vrai apprentissage du métier d’enseignant.

Paris, le 23 mars 2009

Luc BERILLE, Secrétaire Général

Partager cet article

Repost0
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 21:52
Quelques chiffres

Téléchargez le
tableau indiquant le nombre de sortants des Hauts-de-Seine par département avec le barème minimum.

Partager cet article

Repost0
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 11:14

Communiqué commun des organisations syndicales

CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA

 

La mobilisation du 19 mars 2009 a connu une ampleur incontestable, tant par le nombre de grévistes, du privé comme du public, que par le nombre de manifestants qui se sont retrouvés pour redire haut et fort qu'ils n'ont pas à payer une crise dont ils ne sont pas responsables. Le gouvernement et le patronat doivent entendre ce que disent les salariés et répondre aux propositions de l'intersyndicale. Les revendications en matière d'emploi dans le privé comme dans le public, de pouvoir d'achat et de relance économique, de garanties collectives, de services publics et de réglementation de la sphère financière qui s'étaient déjà exprimées le 29 janvier sont encore plus d'actualité aujourd'hui face à l'aggravation de la crise et de ses conséquences.

Le gouvernement s'entête à justifier des mesures comme le bouclier fiscal ou la défiscalisation des heures supplémentaires, alors même qu'elles aggravent les injustices et sont contre-productives face au développement du chômage. Il persiste dans sa politique de suppression d'emplois publics.

Des entreprises continuent à privilégier la rentabilité financière et à utiliser la crise pour accélérer des restructurations. Les suppressions d'emplois qui s'enchaînent renforcent l'inquiétude des salariés pour leur avenir et rendent légitime leur colère.

Face aux intransigeances gouvernementale et patronale, les organisations syndicales décident, sur la base de leur déclaration intersyndicale du 5 janvier, de rechercher les modalités les plus adaptées pour donner encore plus d'efficacité aux prochaines mobilisations.

Dans ce contexte, elles mettent notamment en débat l'étape importante que constitue le 1er mai.

Elles se retrouveront le 30 mars pour décider, en particulier, des prolongements au 29 janvier et au 19 mars.

D'ores et déjà, elles interpellent patronat et gouvernement pour que s'engagent sans délai les négociations et concertations indispensables.

A l'occasion du G20, elles rappellent leurs exigences de nouvelles régulations financières et sociales internationales contenues dans leur plate-forme du 5 janvier 2009 et exigent du Président de la République qu'il agisse en ce sens.

Les organisations syndicales réaffirment leur détermination à soutenir de toutes les manières possibles les salariés avec leurs syndicats engagés dans des actions. Elles appellent leurs organisations à amplifier les mobilisations et les initiatives.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 17:49
Les résultats

257 sortants pour 156 entrants, tel est le bilan des permutations informatisées 2009 pour le département des Hauts-de-Seine.
Si vous souhaitez connaître la décision vous concernant cliquez ici (en précisant vos nom et prénom) 

Partager cet article

Repost0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 22:58
"Spécial mouvement" le 25 mars à Boulogne

Suite aux nombreux changements intervenus dans la circulaire du mouvement du 1er degré pour la rentrée 2009, le SE-UNSA 92 a décidé d'organiser une réunion d'information syndicale le mercredi 25 mars à Boulogne pour aider les collègues dans leurs démarches (voir les détails en téléchargeant l'invitation).
Une deuxième réunion, plus courte, aura lieu le mercredi 1er avril à l'IUFM d'Antony Val de Bièvre pour les PE2 mais aussi pour les titulaires intéressés (en effet cette réunion initialement prévue mercredi 18 mars a été repoussée suite au blocus de l'IUFM)
Lors de ces réunions des délégués du personnel du SE-UNSA 92 répondront à vos questions, venez nombreux ! 

Partager cet article

Repost0